En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© capture d'écran France Info
Obamania
Star power : Barack Obama était-il vraiment le président cool qu’Emmanuel Macron et les Européens veulent croire ?
Publié le 03 décembre 2017
Barack Obama était à Paris ce samedi 2 décembre à Paris, dans un climat d'Obamania" pour une conférence donnée à un réseau professionnel, Les "Napoléons". A priori Obama devait parler d'économie, il aura aussi beaucoup parlé de société en confiant ses craintes vis-à-vis de l'information diffusée sur les réseaux sociaux et la peur de la propagande en faisant référence aux pratiques de Donald Trump.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama était à Paris ce samedi 2 décembre à Paris, dans un climat d'Obamania" pour une conférence donnée à un réseau professionnel, Les "Napoléons". A priori Obama devait parler d'économie, il aura aussi beaucoup parlé de société en confiant ses craintes vis-à-vis de l'information diffusée sur les réseaux sociaux et la peur de la propagande en faisant référence aux pratiques de Donald Trump.

Atlantico : Comment interpréter ce qu'incarne encore aujourd’hui Barack Obama, alors que ses deux mandats se sont soldés par l'élection de Donald Trump ?  N'est-ce pas un peu hypocrite de la part de l’ancien président de faire le procès de l’utilisation des réseaux sociaux (valable sur le fond) alors qu'il a été le premier à parfaitement utiliser ces mêmes réseaux pour sa communication personnelle ? 

Rémi Bourgeot : L’Obamania, par sa superficialité et les illusions qui la caractérise, est en fait cruelle pour Barack Obama puisqu’elle tend à le réduire, de façon injuste, à la ligne inconséquente d’Hillary Clinton. N’oublions pas qu’Obama est arrivé au pouvoir en 2008 en pleine crise financière américaine et mondiale, après les deux mandats catastrophiques de George W Bush, aussi bien sur le plan économique, avec le gonflement d’une bulle immobilière extraordinaire, que sur le plan géopolitique avec les désastreuses guerres d’Irak et d’Afghanistan. Obama a malgré tout apporté une approche quelque peu renouvelée échappant dans un premier temps à la logique du néoconservatisme notamment et avait agi avec pragmatisme, au contraire du cas européen, pour endiguer la crise financière, en oeuvrant notamment au nettoyage des comptes du système bancaire américain.

Si cela a permis de sortir le pays de la crise financière, cela n’a évidemment pas changé le fond de la tendance en cours depuis trente ans, avec la pression qui s’exerce notamment sur les classes populaires dans le cadre de la mondialisation. Et rattrapé par le conformisme du parti et des cercles washingtoniens, Barack Obama s’est transformé au fil des années en grand défenseur de traités de libre-échange qui allaient à l’encontre des intérêts productifs américains et des classes populaires, alors que cette approche avait dès le début des années 1990 fait dérailler le modèle de croissance du pays. Sur le fond économique, l’élection de Donald Trump est néanmoins bien plus le résultat des erreurs des vingt années Bush-Clinton-Bush, marquées pas les conséquences de deux crises financières historiques (internet puis subprime), que de Barack Obama.

Sur la question de la communication, des « fake news » et de la manipulation en général, les pratiques de Donald Trump sont évidemment dérangeantes. Mais il serait effectivement erroné d’y voir une véritable nouveauté. Barack Obama a certes fait un usage très poussé des réseaux sociaux et a, d’une certaine façon, contribué à préparer le terrain à la dérive actuelle. Rappelons-nous tout de même de l’ampleur des manipulations, d’un tout autre ordre, et de leurs conséquences désastreuses sous la présidence de George W Bush en tandem avec Tony Blair au Royaume-Uni. Nul besoin de Twitter. Il est impossible de défendre l’idée selon laquelle les « fake news » seraient une nouveauté de l’ère Trump… Sur ce plan, Trump est plutôt dans la continuité, ou disons l’exacerbation d’une tendance très ancrée au surréalisme communicationnel qu’avait parfaitement analysée Christopher Lasch il y a trois décennies et qui remonte à John Kennedy, côté démocrate, et à Richard Nixon, côté républicain.

Il a été répété, notamment durant la campagne présidentielle française, qu'Emmanuel Macron avait pu prendre exemple sur le président américain. Qui sont les dirigeants occidentaux qui incarnent encore cette vision "nouvelle" de la politique, semblant reposer sur des "valeurs", mais aussi sur une image qualifiée de "cool" ? Qu'ont ils en commun ?

Alors que l’ensemble du monde développé est balayé par une crise politique de fond, nous avons vu se développer cette thèse quelque peu déconcertante selon laquelle Angela Merkel et Justin Trudeau, bientôt rejoint par Emmanuel Macron, auraient repris le flambeau de la démocratie libérale. Cette thèse s’écroule au même rythme que l’idée selon laquelle la vague populiste se serait évaporée sur les rives de l’Europe continentale après le Brexit et l’élection de Donald Trump. La profonde crise politique que traverse l’Allemagne, entre autres, dépasse la simple question d’un accident électoral ou de l’échec de négociations de coalition. Barack Obama, transformé en saint ou en star, est injustement utilisé comme figure de ralliement par les partisans d’un statu quo en plein naufrage.

Ces dirigeants de l’axe du bien n’ont pas grand-chose en commun sur le fond programmatique si ce n’est peut-être qu’ils ont tendance à se mettre d’accord sur la mise en place de grands projets d’accords de libre-échange. On a été jusqu’à inventer rétrospectivement, après l’élection de Donald Trump, que Barack Obama et Angela Merkel auraient eu une relation fusionnelle et que le premier aurait remis à la seconde le flambeau de la démocratie libérale lors de son dernier voyage présidentielle en Europe. Mais Barack Obama s’était pourtant montré très critique quant à la gestion politique de la Chancelière, non seulement au sujet de la crise de l’euro mais aussi du déséquilibre commercial allemand et de ses conséquences sur l’économie mondiale. Le choc de l’élection d’un personnage comme Trump semble avoir fait basculer l’analyse politique dans le déni et la fuite dans une vision fantasmée de la politique mondiale, en réactivant notamment la notion de « mondialisation heureuse ». Mais comme plus personne n’y croit vraiment, on a vu émerger cette obsession malsaine de la « coolitude » qui fait écho à l’injonction du vide narcissique véhiculée par l’univers du coaching. Justin Trudeau, pensé comme antithèse septentrionale de Donald Trump, use et abuse de cette stratégie déconcertante. La situation européenne est trop grave pour que les dirigeants se laissent complètement ou insouciamment aller dans la durée à cette tendance, dont il faut d’ailleurs reconnaître qu’elle n’est pas à portée de tout le monde et représente évidemment une impasse. 

 

Comment la "starisation" politique est-elle devenue un piège ? Dans quelle mesure cette starification peut elle être contre-productive ? N'est ce pas également un piège ne pouvant entraîner que la déception, faute de pouvoir délivrer des actons à la hauteur des attentes ? 

D’un côté le vide dont procède la starification répond à un modèle psychique qui s’impose un peu partout. De l’autre, la dislocation sociale et la précarité creusent les clivages et créent les conditions d’un rejet radical. Néanmoins il faut noter que le populisme vient lui-même s’inscrire dans la starification et Donald Trump, star de téléréalité, en est l’exemple absolu. Le vide répond au vide, dans un inquiétant mécanisme de résonnance. Les failles de nos modèles de croissance apparaissent béantes, et certains responsables politiques parviennent à les identifier. Cela a notamment été le cas de Theresa May, avant qu’elle ne soit accaparée par la crise politique latente et des négociations chaotiques. Mais l’affaissement des mécanismes démocratiques d’opposition et d’alternance, dans un contexte de dislocation intellectuelle, empêche le développement d’une vision alternative sérieuse. Cela est particulièrement manifeste dans l’impasse qui est faite sur les questions technologiques et scientifiques, malgré la technophilie de salon qui s’affiche partout, alors que ces questions étaient au cœur des politiques d’après-guerre. Il est difficile d’être optimiste en observant l’évolution des débats, marqués par la transe verbale et des positionnements centrés sur la satisfaction de lubies.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
02.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Brexit : rien n’est joué pour le royaume-Uni même en cas de sortie sans accord
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
“Le pacifisme, ça suffit” : pourquoi la stratégie de répression judiciaire et policière risque de produire une génération de militants politiques aguerris
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
04.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
05.
Vivons-nous dans un univers-bulle en expansion dans une autre dimension ? ; Hubble nous offre un magnifique portrait très détaillé de la galaxie du Triangle
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 03/12/2017 - 12:55
Libéralisme vaincra !
Ah ! Si tous les papys-libéraux de ce site, les Fillonistes, les Wauquieziens, les Macroniens, et même l'inénarrable peintre batave, le gugusse FN-libéral, pouvaient lire cet article ! Courage : seulement deux pages ! Citations : ''Alors que l’ensemble du monde développé est balayé par une crise politique de fond, nous avons vu se développer cette thèse quelque peu déconcertante selon laquelle Angela Merkel et Justin Trudeau, bientôt rejoint par Emmanuel Macron, auraient repris le flambeau de la démocratie libérale''. ''La notion de mondialisation heureuse... mais l’affaissement des mécanismes démocratiques d’opposition et d’alternance, dans un contexte de dislocation intellectuelle, empêche le développement d’une vision alternative sérieuse''.