En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 8 min 50 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 47 min 11 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 15 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 18 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 32 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 30 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 20 heures 54 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 26 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 46 min 14 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 49 min 12 sec
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 3 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 2 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 11 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 21 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Un seul être vous manque...

Jour de carence : ces étonnantes particularités de la fonction publique en matière d’absentéisme

Publié le 29 novembre 2017
L’Insee a publié, le 10 novembre dernier une étude sur le jour de carence dans la fonction publique de l’Etat. Instauré dans la fonction publique entre le 1er janvier 2012 et le 1er janvier 2014, le jour de carence est un dispositif consistant à ne pas rémunérer un fonctionnaire dès son premier jour de congé lié à un arrêt maladie, et ayant pour but de limiter l’absentéisme dans la fonction publique.
François Ecalle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Ecalle est ancien rapporteur général du rapport annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ;  ancien membre du Haut Conseil des finances publiques, Président de FIPECO et fondateur du site www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Insee a publié, le 10 novembre dernier une étude sur le jour de carence dans la fonction publique de l’Etat. Instauré dans la fonction publique entre le 1er janvier 2012 et le 1er janvier 2014, le jour de carence est un dispositif consistant à ne pas rémunérer un fonctionnaire dès son premier jour de congé lié à un arrêt maladie, et ayant pour but de limiter l’absentéisme dans la fonction publique.

Quel est l’intérêt d’un tel dispositif ? Le public est-il plus touché que le privé par l’absentéisme ? Eléments de réponse de François Ecalle, ancien rapporteur général du rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques et président de l’association Fipeco. 

L'absentéisme public est-il plus ou moins important que l'absentéisme privé ? Comment expliquer la différence ? 

Je limiterai ma réponse à l’absentéisme pour raison de santé, au cœur de l’actualité du fait du rétablissement du jour de carence dans le secteur public. Selon le rapport de 2017 sur l’état de la fonction publique, 4 % des fonctionnaires ont été absents pour raison de santé au moins un jour au cours d’une semaine de référence en 2016, contre 3,8 % des salariés du secteur privé. Ce taux d’absence est plus élevé dans les fonctions publiques territoriale (5,1 %) et hospitalière (4,7 %) que dans celle de l’Etat (3 %)

Ces statistiques, tirées des réponses des ménages à l’enquête de l’Insee sur l’emploi, sont les plus fiables pour comparer chaque année les absentéismes public et privé. Une enquête moins fréquente sur les conditions de travail apporte des informations complémentaires. Elle montre que 33 % des fonctionnaires ont eu au moins un arrêt de travail pour maladie en 2013, avec peu d’écarts entre les trois fonctions publiques, contre 28 % dans le secteur privé. La durée de ces arrêts est toutefois plus faible dans le public, en grande partie du fait des enseignants.

Selon des sources moins homogènes (bilans sociaux notamment), le nombre moyen de jours d’absence pour raison de santé dans l’année est de 12,3 dans les services de l’Etat, de 22,4 dans les collectivités locales et de 22,7 dans les hôpitaux (personnel non médical ; 5,6 pour le personnel médical), en 2012, 2013 ou 2015 selon les secteurs. Le cabinet Ayming fait état de 16,6 jours d’absence dans le secteur privé en 2015, toutes raisons confondues. Il n’est cependant pas sûr que ces chiffres soient comparables.

Ces différences entre les taux d’absentéisme peuvent résulter des caractéristiques moyennes des agents de chaque secteur au regard de facteurs tels que les conditions de travail, l’âge, le sexe, l’état de santé, le niveau de formation… En exploitant avec des méthodes économétriques les données de l’enquête sur les conditions de travail en 2013, la direction générale de l’administration et de la fonction publique a estimé l’impact de chacun de ces facteurs. Elle en a conclu que, toutes choses égales par ailleurs c’est-à-dire en neutralisant l’impact de tous ces facteurs, la probabilité d’avoir au moins un arrêt de travail dans l’année est supérieure dans le secteur public à celle observée dans le secteur privé, de 6 % dans les hôpitaux, de 29 % dans les services de l’Etat et de 43 % dans les collectivités locales.

Il existe donc des particularités de la fonction publique, autres que les facteurs retenus dans cette analyse, qui ont pour effet d’y accroître significativement l’absentéisme par rapport au secteur privé. Je pense, sans pouvoir le démontrer, que les salariés du privé craignent que les arrêts de travail n’aient un impact négatif sur leurs primes et leur avancement, voire augmentent le risque de licenciement, quand bien même ce serait illégal. Les fonctionnaires ont bien moins de raisons de le craindre, surtout dans les collectivités locales, ce qui peut conduire à des arrêts injustifiés plus nombreux.

Comment analysez-vous les résultats de l’étude de l’Insee sur le jour de carence de la fonction publique d'Etat ?

 

Un jour de carence a été instauré dans la fonction publique le 1er janvier 2012 et supprimé le 1er janvier 2014. Sur la base de l’enquête emploi, l’Insee a comparé le pourcentage d’agents absents pour raison de santé dans la fonction publique d’Etat et le secteur privé avant, pendant et après la période d’application du jour de carence. Il en ressort que celui-ci n’a pas eu d’impact sur le nombre total d’agents absents mais a entraîné une forte baisse du nombre d’agents absents deux jours, compensée par une forte hausse de ceux absents entre une semaine et trois mois.

Ces résultats ne sont pas faciles à interpréter. Je ne vois pas bien pourquoi la baisse est concentrée sur les absences de deux jours et non sur celles d’une journée. L’Insee avance plusieurs explications possibles à la hausse des absences longues mais sans les valider : les agents pourraient prolonger la durée des arrêts longs pour être sûr de leur rétablissement et ne pas risquer un arrêt court non indemnisé ; la réduction des arrêts courts pourrait avoir dégradé leur santé et ainsi entraîné plus d’arrêts longs ; l’augmentation des arrêts longs pourrait traduire une réaction d’hostilité des agents à une mesure considérée comme injuste.

Les raisons invoquées par les auteurs de cette étude pour l’avoir limitée à la fonction publique d’Etat ne sont pas très convaincantes, alors que celle-ci est bien moins touchée que les deux autres par l’absentéisme. Environ 40 % des fonctionnaires de l’Etat sont des enseignants, qui ne se déclarent pas nécessairement absents pour raison de santé pendant les congés scolaires ou leurs jours de travail à domicile, ce qui peut expliquer le faible absentéisme mesuré dans les services de l’Etat.

Il reste que ces effets de la journée de carence estimés par l’Insee - globalement faibles et de sens opposés sur les absences courtes et longues - sont semblables aux résultats des études réalisées dans d’autres pays, comme la Suède, ou par le service statistique du ministère des affaires sociales sur les salariés du secteur privé (où le délai de carence varie selon les branches et les entreprises). Ils paraissent donc assez solides.

Quelles peuvent être les autres alternatives pour diminuer l'absentéisme dans le secteur public ?

Les absences pour raison de santé sont surtout dues à des problèmes de santé et les conditions de travail peuvent être adaptées pour contribuer à améliorer l’état de santé des agents.

Il faudrait également réduire les absences injustifiées. Dans un rapport de 2015 sur la masse salariale de l’Etat, la Cour des comptes note qu’une expérience de contrôle des arrêts de travail des fonctionnaires a mis en évidence un taux d’arrêts injustifiés de 5 %. Ces contrôles pourraient être plus fréquents.

 

S’il faut sans doute redonner plus de sens au service public et à l’action des fonctionnaires pour limiter leurs absences non justifiées par une réelle cause médicale, il faudrait également que les primes et les avancements soient moins automatiques et dépendent plus de leur manière de servir. Il faudrait enfin s’interroger sur le comportement des médecins face aux demandes d’arrêt de travail, mais ce sujet est plus large et plus difficile que l’absentéisme des fonctionnaires.

Initiallement publié par l'Institut Montaigne

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 30/11/2017 - 16:56
evident
le burn out des fonctionnaires si bien décrit par ZOE SHEPARD
Plongeur
- 30/11/2017 - 14:11
L'art d'enfoncer des portes ouvertes
Pas besoin d'études couteuses pour comprendre que l'absentéisme est lié à l'emploi à vie et à la progression automatique liée à l'ancienneté.
Un intouchable aurait tort de se gêner.
Anguerrand
- 30/11/2017 - 10:16
La plus grande inégalité française
L'écart entre les fonctionnaires et le privé. Les syndicats qui ne représentent plus rien si ce n'est le marxisme et les fonctionnaires savent qu'ils peuvent bloquer toute l'économie et l'utilisent autant qu'ils le peuvent. Le pire est bien sûr les régimes spéciaux qui vivent à nos dépens. Il n'y a pas un seul désavantage par rapport au privé. Merci SUD, CGT, FO qui étouffé nombres de notre fois l'économie et qui bien sûr font semblant ensuite de s'étonner de la faiblesse de notre économie et des bas salaires. La SNCF en grève, en moyenne, ce sont 2 rames non commandées à Alstom, ensuite ils iront pleurer avec les chômeurs chez Alstom. La dette de la SNCF 45 milliards est en grande partie dûe à cause des grèves ruineuses. Les voyageurs des RER continueront grâce à eux de voyager dans des trains hors d'age.