En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 14 heures 43 sec
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 17 heures 37 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 17 heures 49 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 18 heures 49 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 21 heures 41 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 21 heures 41 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 14 heures 32 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 17 heures 41 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 18 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 19 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 heures 45 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 21 heures 41 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 21 heures 41 min
© REUTERS/Ints Kalnins
© REUTERS/Ints Kalnins
Davids et Goliath

Ces milices baltes qui se préparent à une éventuelle invasion russe

Publié le 30 novembre 2017
Pour contrer le développement des milices paramilitaires russes, les pays Baltes voient de plus en plus se développer en leurs seins des milices concurrentes, fortes de plusieurs milliers de membres.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour contrer le développement des milices paramilitaires russes, les pays Baltes voient de plus en plus se développer en leurs seins des milices concurrentes, fortes de plusieurs milliers de membres.

Atlantico : Selon un reportage photographique de The Atlantic, les pays baltes seraient confrontés au développement de milices paramilitaires anti-russes, dont la garde nationale lettone et ses 8000 membres. Comment sont apparues ces milices, quels sont leurs effectifs et le danger qu'elles représentent  ? Quels sont les facteurs qui ont contribué à leur développement au cours de ces dernières années ? 

Cyrille Bret : En matière de relations entre Russie et Etats baltes, il convient de se garder de tout sensationnalisme et de toute naïveté. Le sentiment national en Estonie, en Lituanie et en Estonie est d’autant plus fort que l’indépendance de ces Etats a été recouvrée très récemment, à la chute de l’URSS. Ces Etats ont en effet été occupés puis annexés par l’URSS en 1940 suite au Pacte entre Staline et Hitler dit « Molotov-Ribetropp ». Cultures nationales et langues locales ont reculé, notamment en raison de l’installation de citoyens soviétiques venus de Russie.  Les inquiétudes ont été redoublées au moment de l’annexion de la Crimée et de la guerre du Donbass. Les milices décrites par le reportage sont l’exacerbation de la crainte des Baltes devant la résurgence de la puissance russe. Opérations dans le cyberespace, incursions dans l’espace aérien, forte présente des chaînes de radio et de télévisions russes d etc. Tous ces motifs ont exacerbés les clivages nationaux dans les Etats baltes. La montée en puissance de ces milices n’est qu’un des symptômes de l’inquiétude générale dans les Etats Baltes. Sur un plan plus rationnel, elle a mené les Etats baltes à adhérer à l’OTAN et à l’UE en 2004, et, récemment, à accueillir des troupes de l’OTAN, dont celles de la France. 

Lettonie, Estonie, Lituanie, comment sont traités les questions relatives aux minorités russes au sein des pays baltes ? Quel est le niveau de tension actuelle entre ces populations ? 

Aujourd’hui, les minorités russes ayant les nationalités baltes sont importantes dans ces Etats membres de l’Union européenne : environ 30% de la population en Lettonie, environ 25% en Estonie et 7% en Lituanie, avec des secteurs où les russes ethniques et culturels sont majoritaires, comme à Narva en Estonie. Les tensions sont importantes car deux visions s’affrontent : d’un côté, certains nationalistes considèrent les minorités russes comme des intrus ou même comme constituant une 5ème colonne utilisée par la Russie pour préparer une annexion des Etats baltes, à l’instar de la Crimée ou de la guerre hybride dans le Donbass. De l’autre côté, certains médias russes présentent la condition des minorités russes dans l’espace baltique comme préoccupantes : ils seraient victimes de discriminations systématiques et d’une suspicion généralisée. les tensions montent car ces deux visions sont irréconciliables et se justifient l’une l’autre : les Russes renforcent leur soutien aux minorités russes et les Baltes les considèrent avec suspicion.

Sur le plan symbolique, les tensions se sont concentrées, en 2006, sur le « soldat de bronze » de Tallin : il s’agissait d’un monument au coeur de la capitale estonienne, commémorant les morts soviétiques de la Deuxième Guerre Mondiale. Il était perçu par beaucoup de Baltes comme un symbole de l’occupation soviétique et de l’impérialisme russe. Son démantèlement a provoqué une crise diplomatique avec la Russie mais également une crise interne avec les minorités russes.

Quelles sont les autres situations analogues aux frontières de la Russie ? Quels sont les niveaux de tensions entre les populations ? 

La question des minorités russes est vitales pour la popularité du président Poutine. Le Kazakhstan, l’Ukraine mais aussi la Moldavie ont des minorités russes. Et leur sort préoccupe leurs familles en Russie. EN particulier, la protection des familles russo-ukrainienne, des russophones et de la culture russe a occupé une place importante dans l’attitude de la Russie à l’égard de l’Ukraine. Les interventions militaires et diplomatiques russes dans le pays sont régulièrement justifiées par la nécessité de protéger ces populations du gouvernement de Kiev. La communauté russe du Kazakhstan est, elle en réduction. Mais en Moldavie, la minorité russe est au coeur du conflit gelé de Transnistrie : en 1991, à la dissolution de l’URSS, la minorité russe a déclaré l’indépendance de la partie orientale du pays et a reçu la protection des soldats russes stationnés sur place.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires