En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 6 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 15 heures 14 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 50 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 21 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 58 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 18 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 21 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 35 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 33 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 58 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 30 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 40 sec
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 7 min
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
Mépris

La minute sexiste du président Macron

Publié le 27 novembre 2017
34 victimes ont été opportunément oubliées par le président de la République lors de sa minute de silence pour les victimes de violences conjugales.
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
34 victimes ont été opportunément oubliées par le président de la République lors de sa minute de silence pour les victimes de violences conjugales.

Il fallait que cela arrivât ! Le geste de trop ! Un geste officiel indécent, presque ridicule, mais qui produit l'effet d'un symptôme révélateur. La minute de silence demandée vendredi par le président de la République en mémoire des 123 femmes victimes de la violence conjugale en 2016 a subitement dévoilé le caractère fondamentalement sexiste de la vague néo-féministe que nous subissons depuis quelques années. Pour obtenir ce chiffre de 123 victimes, en effet, il a fallu que le président procède à une soustraction. Selon les chiffres du ministère de l'intérieur, il n'y a pas eu 123 meurtres conjugaux en France en 2016, mais 157. Il n'y a pas eu, en 2016 dans les foyers français, 123 meurtriers mais, pour parler « inclusif », 157 meurtriers et meurtrières. Il manquait donc 34 victimes dans la comptabilité morbide du président. 34 victimes oubliées, pour lesquelles Emmanuel Macron a estimé que « le silence vide de l'indifférence » était amplement suffisant.

Cette minute de silence que Macron voulait « vibrante » fut assourdissante, passant sous silence les 34 victimes mâles de la violence conjugale. Le « silence vibrant du respect pour Sophie, Anna, Émilie, Fatima... » s'est accompagné d'un silence méprisant pour Vincent, Paul, Mohamed et les autres. Les hommes victimes de meurtres conjugaux ont été niés par le président. Si l'on admet le désormais lieu commun selon lequel la négation d'un crime est une manière de tuer la victime une deuxième fois, ils sont donc morts deux fois.

Ce négationnisme, comme tout négationnisme, a une cause idéologique. Le président a parlé et agi sous l'influence de l'idéologie néo-féministe qui distille depuis plusieurs années, à travers les médias et les réseaux sociaux, un sexisme anti-mâles plus ou moins explicite. Le sexisme, rappelons-le, se définit comme la discrimination fondée sur l'appartenance à un sexe. La discrimination entre les morts à laquelle se livrent nos néo-féministes, et que le chef de l’État reprend désormais à son compte, est objectivement une discrimination sexiste. On imagine sans peine les réactions si l'on avait soustrait les musulmans (au motif que les auteurs étaient eux-mêmes musulmans) de la liste des victimes des attentats de Paris ou de Nice au moment des hommages nationaux qui leur furent rendus. C'est bien à une discrimination de ce type que s'est livré vendredi le chef de l’État. Faut-il que l'intoxication idéologique des médias soit complète pour qu'un tel scandale moral demeure inaperçu !

Pour justifier « l'oubli » des 34 victimes mâles, il n'y a que trois interprétations possibles. La première, la simple étourderie, est improbable. Il faudrait interpréter l'oubli de manière freudienne, faire le procès de l'inconscient sexiste du président Macron. Difficile pourtant d'imaginer que le président ait été négligent au point de ne pas se faire communiquer des chiffres connus de tous ceux qui se tiennent informés le problème, réel et sérieux, de la violence conjugale.

Deuxième interprétation : le président a un sens de la justice superficiel. Obsédé par la parité – un idéal de justice qui nie l'individu, puisqu'il substitue le principe de l'égalité entre les groupes à celui de l'égalité entre les individus -, il aurait été frappé par la dissymétrie entre le nombre des victimes femelles et celui des victimes mâles. Le problème serait moins, dans l’esprit du président, celui de la violence conjugale en tant que telle, que le déficit de meurtres conjugaux féminins, ou le surplus injustifiable de femmes victimes. Il eut fallu alors, afin de respecter la parité jusqu'au bout, procéder à une autre soustraction, de manière à passer sous silence, en même temps que les 34 victimes mâles, 34 victimes femelles. Il eut fallu demander une minute de silence pour les 89 femmes victimes d'un surcroît injustifiable de violence conjugale.

L'interprétation la plus crédible me paraît malheureusement être la troisième, celle selon laquelle Macron a cédé – par conviction ou par cynisme - à l'idéologie du néo-féminisme sexiste. Selon ce néo-féminisme, un homme est par essence coupable, forcément coupable, si bien qu'il ne peut jamais être considéré comme une victime. Les femmes meurtrières, structurellement en état de légitime défense, ne peuvent être que des résistantes dont il faut saluer le courage. La victime mâle n'est pas à proprement parler une victime, puisque le mâle est par essence un agresseur, un oppresseur, un bourreau, un harceleur. Sa mort n'est donc que justice. Vous pensez que j'exagère ? Que des gens intelligents ne peuvent admettre une vision morale politique aussi caricaturale ? Détrompez-vous : l'histoire est remplie d'exemples de grands esprits que l'idéologie a conduit à l'aveuglement ou au délire. Rappelons-nous ce qu'écrivait Jean-Paul Sartre dans la célèbre préface aux Damnés de la terre de Frantz Fanon : « Il faut tuer : Abattre un européen, c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre. » 

Le silence autour des victimes mâles de la violence conjugale, silence orchestré par les néo-féministes, certains médias et, désormais, par le président de la République lui-même, a une signification implicite : il peut être interprété comme un permis de tuer, voire comme une incitation au meurtre féministe : « Il faut tuer: abattre un homme, c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et une opprimée : restent un homme mort et une femme libre.» Emmanuel Macron est paraît-il très intelligent. La mécanique intellectuelle fonctionne bien, c'est indéniable. Reste qu'avec lui, on ne parvient jamais tout à fait à savoir si les énormités qu'il profère parfois sont imputables au cynisme achevé d'un Mitterrand ou à l'immaturité d'un l'adolescent attardé. Une chose est certaine : il assume aujourd'hui publiquement d'endosser les habits du féminisme sexiste. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 27/11/2017 - 23:59
Et tous ceux qui ont été empoisonés ?
Et les « poussés"... au meurtre ou à l'autodestruction, on en parle ?
CHABLIS
- 27/11/2017 - 20:39
le niveau zéro des idées
penser est un délit de nos jours, alors d'aucuns réagissent et remplacent les idées et les débats, les disputes, les confrontations par des slogans, des affirmations gratuites qui reflètent la vacuité culturelle, et puis l'invective, l'insulte. Le mâle, blanc, européen, et qui (horesco referens) a l'air d'un mâle (pas forcément M. Muscle comme les première de couverture de Tétu), esclavagiste bien sûr, (il est bien connu que seuls au monde les européens mâles blancs sont esclavagistes, pas les chinois, pas les arabes, pas les Incas (ils étaient si doux ceux là), et bien sûr pas les noirs africains eux-mêmes, donc je reprends le mâle est l'incarnation du mal, et le combattre remplace aujourd'hui tous les débats d'idée, toute philosophie. Donc on se précipite sur l'esclavagisme en Lybie, héritier de l'esclavagisme européen (sic), sur les femmes battues, (attention on ne parle jamais des femmes mordues), sur le glyphosate, (heureusement que Monsanto attire les coups), sur le sexisme blanc, et çà prétend faire un corpus idéologique.
Anouman
- 27/11/2017 - 20:15
Oubli
Je crois que M. Dechavanne ne doit pas aimer Macron. Un homme à la pensée si complexe et au jugement si affuté n'a pu passer à côté d'un tel problème d'autant qu'il ne s'abaisserait pas à faire du favoritisme. D'abord il n'a pas du vouloir faire d'amalgame, c'est mal vu de nos jours. Par ailleurs on a du lui dire que ces hommes trucidés par leur gentille compagne devaient être violents, ou infidèles, ou ils ne faisaient jamais le ménage ou ils buvaient de la bière et rotaient bruyamment... Quelle méchanceté à l'égard de ce héros...