En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Le mystère du lac de Starnberg : comment est vraiment mort Louis II de Bavière

04.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

05.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépites > Défense
"Bring the soldiers back home"
Les Etats-Unis s’apprêteraient à retirer 4.000 soldats d'Afghanistan
il y a 1 heure 6 min
light > Culture
Actrice mythique
Disparition d’Anna Karina, l’icône de la Nouvelle Vague, à l’âge de 79 ans
il y a 2 heures 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Mars : de la glace détectée à 2,5 cm seulement sous la surface ; Science décalée : on boit plus d’alcool dans les pays froids et sombres
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 15 heures 12 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 16 heures 9 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 1 jour 4 heures
light > Justice
Triste nouvelle
Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin
il y a 1 heure 42 min
pépite vidéo > France
Emotion
Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a été élue Miss France 2020
il y a 3 heures 16 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 16 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 18 heures 32 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 1 jour 5 heures
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
Mépris

La minute sexiste du président Macron

Publié le 27 novembre 2017
34 victimes ont été opportunément oubliées par le président de la République lors de sa minute de silence pour les victimes de violences conjugales.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
34 victimes ont été opportunément oubliées par le président de la République lors de sa minute de silence pour les victimes de violences conjugales.

Il fallait que cela arrivât ! Le geste de trop ! Un geste officiel indécent, presque ridicule, mais qui produit l'effet d'un symptôme révélateur. La minute de silence demandée vendredi par le président de la République en mémoire des 123 femmes victimes de la violence conjugale en 2016 a subitement dévoilé le caractère fondamentalement sexiste de la vague néo-féministe que nous subissons depuis quelques années. Pour obtenir ce chiffre de 123 victimes, en effet, il a fallu que le président procède à une soustraction. Selon les chiffres du ministère de l'intérieur, il n'y a pas eu 123 meurtres conjugaux en France en 2016, mais 157. Il n'y a pas eu, en 2016 dans les foyers français, 123 meurtriers mais, pour parler « inclusif », 157 meurtriers et meurtrières. Il manquait donc 34 victimes dans la comptabilité morbide du président. 34 victimes oubliées, pour lesquelles Emmanuel Macron a estimé que « le silence vide de l'indifférence » était amplement suffisant.

Cette minute de silence que Macron voulait « vibrante » fut assourdissante, passant sous silence les 34 victimes mâles de la violence conjugale. Le « silence vibrant du respect pour Sophie, Anna, Émilie, Fatima... » s'est accompagné d'un silence méprisant pour Vincent, Paul, Mohamed et les autres. Les hommes victimes de meurtres conjugaux ont été niés par le président. Si l'on admet le désormais lieu commun selon lequel la négation d'un crime est une manière de tuer la victime une deuxième fois, ils sont donc morts deux fois.

Ce négationnisme, comme tout négationnisme, a une cause idéologique. Le président a parlé et agi sous l'influence de l'idéologie néo-féministe qui distille depuis plusieurs années, à travers les médias et les réseaux sociaux, un sexisme anti-mâles plus ou moins explicite. Le sexisme, rappelons-le, se définit comme la discrimination fondée sur l'appartenance à un sexe. La discrimination entre les morts à laquelle se livrent nos néo-féministes, et que le chef de l’État reprend désormais à son compte, est objectivement une discrimination sexiste. On imagine sans peine les réactions si l'on avait soustrait les musulmans (au motif que les auteurs étaient eux-mêmes musulmans) de la liste des victimes des attentats de Paris ou de Nice au moment des hommages nationaux qui leur furent rendus. C'est bien à une discrimination de ce type que s'est livré vendredi le chef de l’État. Faut-il que l'intoxication idéologique des médias soit complète pour qu'un tel scandale moral demeure inaperçu !

Pour justifier « l'oubli » des 34 victimes mâles, il n'y a que trois interprétations possibles. La première, la simple étourderie, est improbable. Il faudrait interpréter l'oubli de manière freudienne, faire le procès de l'inconscient sexiste du président Macron. Difficile pourtant d'imaginer que le président ait été négligent au point de ne pas se faire communiquer des chiffres connus de tous ceux qui se tiennent informés le problème, réel et sérieux, de la violence conjugale.

Deuxième interprétation : le président a un sens de la justice superficiel. Obsédé par la parité – un idéal de justice qui nie l'individu, puisqu'il substitue le principe de l'égalité entre les groupes à celui de l'égalité entre les individus -, il aurait été frappé par la dissymétrie entre le nombre des victimes femelles et celui des victimes mâles. Le problème serait moins, dans l’esprit du président, celui de la violence conjugale en tant que telle, que le déficit de meurtres conjugaux féminins, ou le surplus injustifiable de femmes victimes. Il eut fallu alors, afin de respecter la parité jusqu'au bout, procéder à une autre soustraction, de manière à passer sous silence, en même temps que les 34 victimes mâles, 34 victimes femelles. Il eut fallu demander une minute de silence pour les 89 femmes victimes d'un surcroît injustifiable de violence conjugale.

L'interprétation la plus crédible me paraît malheureusement être la troisième, celle selon laquelle Macron a cédé – par conviction ou par cynisme - à l'idéologie du néo-féminisme sexiste. Selon ce néo-féminisme, un homme est par essence coupable, forcément coupable, si bien qu'il ne peut jamais être considéré comme une victime. Les femmes meurtrières, structurellement en état de légitime défense, ne peuvent être que des résistantes dont il faut saluer le courage. La victime mâle n'est pas à proprement parler une victime, puisque le mâle est par essence un agresseur, un oppresseur, un bourreau, un harceleur. Sa mort n'est donc que justice. Vous pensez que j'exagère ? Que des gens intelligents ne peuvent admettre une vision morale politique aussi caricaturale ? Détrompez-vous : l'histoire est remplie d'exemples de grands esprits que l'idéologie a conduit à l'aveuglement ou au délire. Rappelons-nous ce qu'écrivait Jean-Paul Sartre dans la célèbre préface aux Damnés de la terre de Frantz Fanon : « Il faut tuer : Abattre un européen, c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre. » 

Le silence autour des victimes mâles de la violence conjugale, silence orchestré par les néo-féministes, certains médias et, désormais, par le président de la République lui-même, a une signification implicite : il peut être interprété comme un permis de tuer, voire comme une incitation au meurtre féministe : « Il faut tuer: abattre un homme, c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et une opprimée : restent un homme mort et une femme libre.» Emmanuel Macron est paraît-il très intelligent. La mécanique intellectuelle fonctionne bien, c'est indéniable. Reste qu'avec lui, on ne parvient jamais tout à fait à savoir si les énormités qu'il profère parfois sont imputables au cynisme achevé d'un Mitterrand ou à l'immaturité d'un l'adolescent attardé. Une chose est certaine : il assume aujourd'hui publiquement d'endosser les habits du féminisme sexiste. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

03.

Le mystère du lac de Starnberg : comment est vraiment mort Louis II de Bavière

04.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

05.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

06.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 27/11/2017 - 23:59
Et tous ceux qui ont été empoisonés ?
Et les « poussés"... au meurtre ou à l'autodestruction, on en parle ?
JLH
- 27/11/2017 - 20:39
le niveau zéro des idées
penser est un délit de nos jours, alors d'aucuns réagissent et remplacent les idées et les débats, les disputes, les confrontations par des slogans, des affirmations gratuites qui reflètent la vacuité culturelle, et puis l'invective, l'insulte. Le mâle, blanc, européen, et qui (horesco referens) a l'air d'un mâle (pas forcément M. Muscle comme les première de couverture de Tétu), esclavagiste bien sûr, (il est bien connu que seuls au monde les européens mâles blancs sont esclavagistes, pas les chinois, pas les arabes, pas les Incas (ils étaient si doux ceux là), et bien sûr pas les noirs africains eux-mêmes, donc je reprends le mâle est l'incarnation du mal, et le combattre remplace aujourd'hui tous les débats d'idée, toute philosophie. Donc on se précipite sur l'esclavagisme en Lybie, héritier de l'esclavagisme européen (sic), sur les femmes battues, (attention on ne parle jamais des femmes mordues), sur le glyphosate, (heureusement que Monsanto attire les coups), sur le sexisme blanc, et çà prétend faire un corpus idéologique.
Anouman
- 27/11/2017 - 20:15
Oubli
Je crois que M. Dechavanne ne doit pas aimer Macron. Un homme à la pensée si complexe et au jugement si affuté n'a pu passer à côté d'un tel problème d'autant qu'il ne s'abaisserait pas à faire du favoritisme. D'abord il n'a pas du vouloir faire d'amalgame, c'est mal vu de nos jours. Par ailleurs on a du lui dire que ces hommes trucidés par leur gentille compagne devaient être violents, ou infidèles, ou ils ne faisaient jamais le ménage ou ils buvaient de la bière et rotaient bruyamment... Quelle méchanceté à l'égard de ce héros...