En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 11 min 39 sec
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 2 heures 53 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 5 heures 51 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 7 heures 34 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 8 heures 39 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 33 min 54 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 2 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 3 heures 29 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 6 heures 2 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 6 heures 51 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 8 heures 46 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 19 heures 14 min
© John MACDOUGALL / AFP
© John MACDOUGALL / AFP
Un pas en avant, ou deux en arrière ?

Les establishments allemand et européen parviendront-ils à sauver une Angela Merkel à bout de souffle ?

Publié le 25 novembre 2017
Tout plaide pour un retour au clivage droite/gauche en Allemagne, mais la classe politique, les médias et les milieux industriels ont décidé qu’il valait mieux une opération de soutien à une Angela Merkel usée que l’incertitude d’un processus électoral prolongé.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout plaide pour un retour au clivage droite/gauche en Allemagne, mais la classe politique, les médias et les milieux industriels ont décidé qu’il valait mieux une opération de soutien à une Angela Merkel usée que l’incertitude d’un processus électoral prolongé.

Atlantico : Alors que la perspective d'une grande coalition paraissait écartée, suite à l'arrêt des tractations d'une coalition "jamaïcaine", les sociaux-démocrates ont fait volte-face en ouvrant la porte à une telle solution, notamment pour éviter la tenue de nouvelles élections. Comment comprendre cette décision ? Qui en sont les instigateurs ?

Edouard Husson : Depuis dimanche dernier, les milieux dirigeants allemands et européens sont fébriles. Ils redoutent de nouvelles élections en Allemagne. D’abord parce que les sondages sont mauvais pour la CDU et le SPD. Ensuite parce que le processus constitutionnel serait tel que de nouvelles élections ne peuvent pas se dérouler avant le mois de mars. A Berlin, à Bruxelles, à Paris, c’est la quasi-panique : sans gouvernement allemand, l’Europe ne fonctionne plus. Au secours, le Brexit pourrait bien se passer ! Tous les appels à la responsabilité ne doivent pas faire illusion : nous voyons un intérêt de classe s’exprimer et préférer le maintien au pouvoir d’une chancelière usée, sans plus aucun ressort, à une situation d’incertitude prolongée. Là-dessus vient se greffer un trait profond de la culture allemande. Les Allemands ont horreur de ce qu’ils ne peuvent pas planifier. S’engager dans un nouveau processus électoral comprend tellement d’incertitudes que la majorité des Allemands préfèrent une Grande Coalition ou toute autre combinaison laborieusement construite à une plongée dans l’inconnu... démocratique. Comme en novembre 1918, le SPD s’apprête à jouer le rôle que l’oligarchie attend de lui plutôt que de prêter son concours au renforcement de la démocratie. En 1918-1919, Ebert, le chef du parti social-démocrate, a passé alliance avec l’Etat-Major de l’armée allemande pour réprimer le parti socialiste indépendant, pacifiste et démocrate ; plutôt que de profiter de la défaite militaire pour se débarrasser de dirigeants déconsidérés. Eh bien, un siècle plus tard, Schulz s’apprête à répéter la trahison d’Ebert.  Il préfère l’alliance de son partie avec l’oligarchie européenne plutôt que de nouvelles élections qui seraient l’amorce d’un renouveau démocratique.

Quelles pourraient en être les effets sur Angela Merkel et sur la politique allemande des prochaines années ?

Angela Merkel est finie politiquement. En s’accrochant au pouvoir comme elle le fait, elle s’apprête à n’être plus que le pantin des intérêts qui l’auront maintenue en survie politique artificielle. Si une nouvelle grande coalition se met en place, sortez vos mouchoirs tant nous serons confrontés au pathos des milieux dirigeants ; l’auto-congratulation par médias interposés sera à la hauteur de la grande peur qu’ils auront éprouvée auparavant. On nous vantera le sens de la responsabilité de M. Schulz ; la sagesse de tous ceux qui auront contribué à sauver l’Europe et le soldat Macron. En fait, c’est le contraire qui se passera, à terme. Par instinct de survie, le SPD avait d’abord pensé rester dans l’opposition. C’était très sage pour un parti qui faisait encore 35% sous Schröder et qui est tombé à 20%, usé par deux Grandes coalitions depuis 2005.

A présent, le parti est rentré dans la spirale du déclin électoral. La CSU aussi a beaucoup à perdre. Les sociaux-démocrates ne devraient pas défendre une position très différente que les Verts sur l’accueil des réfugiés. Donc le parti bavarois devrait signer un nouveau compromis qui l’éloigne encore un peu plus de sa base. Seuls les libéraux ont compris ce qui est en jeu : le retour d’un vrai débat entre droite et gauche ; c’est-à-dire l’abandon de la méthode Merkel consistant à picorer un peu partout des idées et à les faire porter par une coalition la plus large possible entre la droite et la gauche.

D'un point de vue européen, et au regard des ambitions européennes d'Emmanuel Macron, que peut on anticiper si une telle solution venait à se matérialiser ?

Emmanuel Macron a tout misé sur le succès d’Angela Merkel et son soutien à ses projets européens. Je fais pour ma part le pari d’une poussée de propagande en deux temps, en admettant qu’une Grande Coalition se forme. D’abord, la plupart des commentateurs français se réjouiront et expliqueront que le plan de Macron est préservé par le sens de la responsabilité de la classe politique allemande – ah ! Mon bon Monsieur, si seulement nous étions un peu plus allemands dans nos réflexes !... ; puis le gouvernement allemand, laborieusement constitué, décidera que le plan français n’est pas viable parce qu’au préalable Emmanuel Macron n’a pas vraiment assaini la situation budgétaire française. Et là, les mêmes commentateurs français deviendront un choeur de tragédie grecque, s’apitoyant sur Macron, qui avait tellement bien pensé le moteur franco-allemand et l’Europe mais qui n’a pas le peuple qu’il mérite, incapable de suivre le « modèle allemand ». 

A la vérité, se joue en Allemagne la même lutte entre oligarchie et démocratie que celle à laquelle nous avons assisté en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en France en 2016-2017. Madame Merkel a perdu beaucoup de soutiens suite à l’ouverture totale des frontières aux réfugiés des guerres du Proche-Orient et d’Afrique. Non pas que la société allemande n’ait pas été remarquable dans sa capacité d’accueil. Mais le nombre des personnes à intégrer sur une période aussi courte excède les capacités d’une société, même aussi moderne et riche que l’Allemagne. Les Allemands ont eu l’impression que leur chancelière les avait laissés tomber. Et puis ils ont constaté que leurs médias préféraient soutenir Madame Merkel que décrire les difficultés de l’intégration au quotidien. Nous sommes dans un contexte où les inégalités se creusent ; où la puissance publique n’investit plus depuis des années dans les infrastructures. Les deux grands partis de gouvernement, chrétiens- et sociaux- démocrate, ont perdu une bonne moitié de leur électorat ; les Verts et les Libéraux savent que leur score dépend de leur capacité à formuler des positions politiques claires. Le symptôme de la crise politique le plus fort a été la percée des populistes de l’AfD.

Visiblement l’Allemagne s’apprête, comme la France - et à la différence de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis - à confirmer le choix de l’oligarchie plutôt que d’accepter de prendre le risque d’un renouveau démocratique si de nouvelles élections avaient lieu. Je veux dire par là que l’alliance au centre des partis de gouvernement est à terme mortifère pour la démocratie. On peut regretter le Brexit mais pour autant se réjouir de ce que la Grande-Bretagne revient, depuis lors, à un débat en profondeur entre conservateurs et travaillistes. On peut détester Trump mais espérer que le parti démocrate trouvera le moyen de se reconstituer comme grand parti d’opposition. Eh bien ! Ce qui se joue en Allemagne et en France est du même ordre. Tout plaide pour un retour au clivage droite/gauche ; mais classe politique, médias, milieux industriels ont décidé qu’à Berlin il valait mieux une opération de soutien à Angela Merkel que l’incertitude d’un processus électoral prolongé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 25/11/2017 - 13:43
Mis à part que Le cheval de cirque Schulz
Ne rime à rien et qu’il n’a de la sympathie que pour Macron, attendons la relève avec Ursula.
Ganesha
- 25/11/2017 - 12:35
Martin Schulz
Ne rêvons pas : en Mars prochain, de nouvelles élections n'apporteraient pas un résultat sensiblement différent ! Le seul espoir raisonnable, c'est de donner à ''papa Schulz'', qui paraît être un homme lucide et intelligent, enfin l'occasion de mettre en œuvre ses idées et son programme ! Il ''fait semblant'' de haïr Marine Le Pen, mais je pense qu'en réalité, il partage une bonne part de ses analyses !
Deudeuche
- 25/11/2017 - 11:46
Jetzt aber Schluss
Place à d’autres!