En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 5 min 10 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 45 min 2 sec
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 1 heure 52 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 17 heures 32 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 18 heures 27 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 24 min 36 sec
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 55 min 15 sec
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 2 heures 2 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 3 heures 19 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 17 heures 21 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 18 heures 5 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 18 heures 49 min
Triste Histoire

Censure à la salle des ventes : l'histoire prise en otage

Publié le 03 avril 2012
"La collection concernée relève par sa nature plus de la morbidité et de la barbarie que de la culture", c'est ce qu'a déclaré le ministre de la Culture pour justifier l'annulation de la vente aux enchères des instruments de torture de Fernand Meyssonnier, l'un des derniers bourreaux de la République française. L’événement devait se dérouler ce mardi à l'Hôtel Rothschild. Censure ?
Stéphane Courtois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"La collection concernée relève par sa nature plus de la morbidité et de la barbarie que de la culture", c'est ce qu'a déclaré le ministre de la Culture pour justifier l'annulation de la vente aux enchères des instruments de torture de Fernand Meyssonnier, l'un des derniers bourreaux de la République française. L’événement devait se dérouler ce mardi à l'Hôtel Rothschild. Censure ?

La nouvelle est tombée comme le couperet de la guillotine : la vente aux enchères de la collection de Fernand Meyssonnier, consacrée au thème «Peines et châtiment d’autrefois » et organisée par l’étude bien connue Cornette de Saint Cyr à l'Hôtel Rothschild, est annulée sur pression d’un député socialiste et d’associations militantes. Le ministre de la Culture en personne, Frédéric Mitterrand, se transforme en ministre de la Censure et ordonne d’annuler la vente.

Qu’a donc de scandaleux cette collection ? Forte de 417 pièces, réunie au cours des décennies par Fernand Meyssonnier, elle comprend deux ensembles : d’une part, 228 documents authentiques allant du XVIe au XIXe siècle (édits, certificats, témoignages, mémoires, ouvrages, etc.) concernant les thèmes de la peine de mort, des exécutions, de la torture à caractère « judiciaire » (la « question » dans la procédure criminelle d’Ancien Régime, l’Inquisition, etc.) ; d’autre part, 190 objets d’époque portant sur la même thématique et dont seulement 9 peuvent être qualifiés d’instruments de torture, les autres étant des entraves de diverses catégories (menottes, cabriolets, poucettes, carcans etc.), des épées d’exécution etc.

On s’interroge : comment ces 9 objets peuvent-ils susciter une telle émotion et aboutir à l’annulation d’une vente qui, à voir son catalogue, aura demandé beaucoup de travail historique ? On est d’autant plus surpris qu’en avril 2010 s’est tenue au Musée d’Orsay une superbe exposition intitulée « Crime et châtiment », conçue par Jean Clair de l’Académie française, et dont le catalogue était préfacé par Robert Badinter. Exposition où étaient présentées de nombreuses reproductions d’exécutions capitales ainsi que la guillotine utilisée pour la dernière exécution avant l’abolition de la peine de mort, ce qui n’a suscité aucune critique. Pas plus d’ailleurs que la vente aux enchères en grande pompe à la salle Drouot, le 15 juin 2011 en présence de Lady Gaga et de nombreuses caméras, d’une guillotine des « Armées de la république ». La chose semble d’autant plus grotesque de Fernand Meyssonnier avait fait, dès 1992 dans sa ville, de cette collection un musée ouvert au public sans que cela suscite le moindre remous.

Alors ? Eh bien quelques activistes politiques ont décidé de poursuivre de leur vindicte Fernand Meyssonnier, décédé en 2008, mais qui fut, à la fin des années 1950, le bourreau de la IVe et de la Ve Républiques en Algérie où il a procédé à 198 exécutions judiciaires. C’était au temps où François Mitterrand était ministre de l’Intérieur puis garde des Sceaux et signait les ordres d’exécution…

La France n’est pas malade de son histoire, elle est malade de ces groupes d’activistes qui prennent notre histoire en otage et interdisent le travail des historiens. On a déjà connu en 2005 « l’affaire Petré-Grenouillot » – universitaire reconnu et violemment attaqué à propos du caractère génocidaire de l’esclavage au XVIIIe siècle – , puis en 2008 « l’affaire Gouguenheim » – universitaire reconnu violemment attaqué pour avoir osé écrire que la philosophie grecque avait aussi été transmise à l’Occident du Moyen Age par les moines du Mont Saint-Michel, et pas seulement par les Arabes d’Andalousie –, sans parler de « l’affaire du Livre noir du communisme » en 1997. Et maintenant « l’affaire Meyssonnier ». Va-t-on enfin renvoyer à leur niche idéologique des activistes qui ne représentent qu’eux-mêmes ! Va-t-on laisser des commissaires priseurs faire leur métier ! Va-t-on enfin laisser les historiens travailler librement dans ce pays !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rosine
- 03/04/2012 - 21:32
le pal
je suppose que Frédéric Mitterrand a regretté qu'il n'y en ait pas dans la collection. Ou le "butt plug"?
Quelle tartufferie....
collector
- 03/04/2012 - 19:53
... beaucoup de bruit pour rien...
... beaucoup de bruit pour rien...

Si vous analysez bien "l'Affaire de la Vente Fernand Meyssonnier" la polémique qui s'est mise à enfler n'aurait pas eu lieu si la vente avait été anonyme:

-le musée de Fontaine de Vaucluse dit "de la Justice et des Châtiments" est resté ouvert pendant plusieurs années sans susciter d'émotion particulière. De même, de nombreux Musées similaires présentant des pièces de collections ou des reproductions sont visibles à Londres , en Allemagne, à Amsterdam etc... et sont visités très régulièrement par une foule de curieux .

-La guillotine alors? Elle avait été retirée avant la vente, elle ne figurait pas au catalogue, et en plus c'était une réplique moderne... (faite en 1989)...

-La malle en osier "où l'on pouvait mettre 4 corps d'exécutés": elle a été fabriquée en Novembre 1989 par un artisan français de Pont Chrétien.

- Fernand Meyssonnier: il a vécu tranquillement en Provence jusqu'à 77 ans, et a même fait un bou
Roccodu92
- 03/04/2012 - 19:49
buzz
super ça va faire monter les enchères...