En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 51 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 37 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 11 heures 16 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 52 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 5 heures 13 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 41 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 9 heures 16 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 12 heures 1 min
© Reuters / Charles Platiau
© Reuters / Charles Platiau
Un remède radical

Cadres : cette question technique mais hautement inflammable qui se pose sur l’avenir du 1,5% prévoyance de 1947

Publié le 22 novembre 2017
L'accord du 17 novembre 2017 sur les retraites complémentaires contourne la question de la cotisation obligatoire en prévoyance pour les cadres instaurée en 1947. Mais la fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO en remet en cause durablement le fondement. Voici quelles sont les pistes d'avenir pour cette mécanique héritée de l'après-guerre.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accord du 17 novembre 2017 sur les retraites complémentaires contourne la question de la cotisation obligatoire en prévoyance pour les cadres instaurée en 1947. Mais la fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO en remet en cause durablement le fondement. Voici quelles sont les pistes d'avenir pour cette mécanique héritée de l'après-guerre.

Tout le monde a oublié qu'en 1947, les cadres et les employeurs ont signé un accord instaurant des retraites complémentaires par points qui ressemblaient furieusement à ce qui existait avant-guerre, c'est-à-dire avant la sécurité sociale. Dans le climat délétère de ces années mouvementées, une cotisation obligatoire de 1,5% du salaire des cadres fut décidée en faveur de contrats de prévoyance gérés par les branches professionnelles. Les mauvaises langues soutiennent que cette assurance volontaire n'était pas seulement un acte de résistance face à l'universalité de la sécurité sociale. Il permettait aussi de financer de façon discrète les organisations syndicales.

Quel avenir pour le 1,5% pour les cadres?

Le principe d'un avantage réservé aux cadres est devenu très fragile avec le temps. La doctrine de la catégorie objective de salariés le rend même, disons-le de moins en moins tenable. 

La fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO qui vient d'être actée par l'accord national interprofessionnel du 17 novembre donne le coup de grâce à cette invention qui structure encore aujourd'hui le paysage de la protection sociale complémentaire. On voit mal comment un système de retraite complémentaire unifié pourrait continuer éternellement à distinguer les avantages versés entre ses ressortissants selon leur niveau hiérarchique. 

Le discret accord annexe du 17 novembre

Les partenaires sociaux ont évidemment identifié le problème, qui se posera de façon cruciale à l'horizon du 1er janvier 2019, jour où la fusion sera effective. Ils ont décidé de se donner un peu de temps pour négocier un accord séparé sur la question. 

Les conjectures vont bon train sur l'issue des travaux. En l'état, on sait juste que cet accord, arraché en son temps par Carole Couvert alors présidente de la CGC, précisera la notion d'encadrement. 

Et si l'on abandonnait le 1,5%?

Une solution simple consiste à abandonner, sous une forme ou sous une autre, le principe d'un versement obligatoire pour la prévoyance des cadres. Cette solution n'interdirait pas les accords existants. Elle les rendrait simplement facultatifs et renverrait aux employeurs la responsabilité de les dénoncer. 

Cette solution peu probable se justifierait toutefois par son coût. Rappelons que la masse salariale en France avoisine les 550 milliards € annuels. Une cotisation généralisée à tous les salariés coûterait donc cher aux employeurs. 

Une généralisation volontaire?

Une solution alternative consisterait à généraliser la prévoyance par accord interprofessionnel, comme la santé le fut par l'ANI de 2013. Nous venons d'évoquer le coût de la mesure (chiffrable autour des 5 milliards annuels) qui constitue un frein à cette solution.

Toutefois, un certain nombre d'employeurs sont favorables à cette opération, dès lors qu'elle est pilotée par les entreprises et non par les branches. Il existe même une action d'influence menée par les assureurs pour doper leur chiffre d'affaires de cette façon. 

Une généralisation par l'État

L'argument qui peut convaincre les employeurs les plus réticents est celui d'une menace d'intervention par les pouvoirs publics. Emmanuel Macron a en effet annoncé qu'il comptait favoriser la protection des salariés dans les mois à venir. Imposer la généralisation de la prévoyance pourrait donc faire partie de ses plans, si les partenaires sociaux ne le devancent pas. 

Or une initiative de l'État peut se révéler dangereuse. Le précédent de la santé, qui a supposé une longue bagarre pour éviter la mise en place d'une "sécurité sociale professionnelle" de branche l'a montré. Quatre ans, tout indique que la technostructure qui avait concocté cette invention liberticide et anti-constitutionnelle reste persuadée de son bien-fondé.

Les acteurs de l'économie de marché ont donc tout intérêt à se mobiliser dès aujourd'hui pour influencer un accord qui devrait voir le jour dans les 18 mois, et qui sera sans doute essentiel.

Cet article a été intialement publié sur le site Décider & Entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KOUTOUBIA56
- 22/11/2017 - 23:12
article confus. le 1,50% est
article confus. le 1,50% est a la charge de l'employeur et donne au profit des cadres une garantie en cas de decès de celui ci. a ce jour les non cadres ont tous un régime de prévoyance comportant une garantie décès + incapacité venant compléter le demi salaire que donne la sécu. je ne vois donc pas quelle menace il y a, les entreprises ayant toutes pour leur cadre également un régime de prévoyance. par contre la ou l'état s'engraisse c'est que sur la part patronale il a collé la csg qui est déduite du salaire brut du salarié donc baisse son revenu net.
vangog
- 22/11/2017 - 12:56
On y perd le chemin de sa niche!
Le système français des retraites, complexifiées par des générations d’abrutis qui remettaient une couche de tuyaux entre les recédants, est devenu tellement complexe, qu’ils ne savent même plus comment le réparer! dès qu’ils touchent à un tuyau, un autre pete...une usine à gaz gauchiste prête à exploser à la gueule des Français!