En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Le Cerf propose la suppression de la TVA interentreprises qui ne changerait rien à l’assiette de la taxe, seulement à son mode de collecte.
Pas de petites économies
Supprimons la TVA interentreprises : une perte pour l'Etat et un gouffre pour les PME
Publié le 02 avril 2012
Le Cerf, syndicat des TPE et des PME, propose la suppression de cette taxe qui coûte cher à l'Etat, augmente artificiellement (jusqu’à près de 20%) les besoins de financement des entreprises et dont la collecte coûte près de 1,5 million journées de travail non productives par mois aux entreprises.
Hervé Lambel est candidat à la présidence du Medef et co-fondateur du CERF (Créateurs d'emplois et de richesse en France). D’une lignée d’entrepreneurs, il est diplômé de l’EPSCI (Essec). Il entre en 2000 à la CGPME, puis fonde en 2003 le CERF, dont...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Lambel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Lambel est candidat à la présidence du Medef et co-fondateur du CERF (Créateurs d'emplois et de richesse en France). D’une lignée d’entrepreneurs, il est diplômé de l’EPSCI (Essec). Il entre en 2000 à la CGPME, puis fonde en 2003 le CERF, dont...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Cerf, syndicat des TPE et des PME, propose la suppression de cette taxe qui coûte cher à l'Etat, augmente artificiellement (jusqu’à près de 20%) les besoins de financement des entreprises et dont la collecte coûte près de 1,5 million journées de travail non productives par mois aux entreprises.

Quelle que soit l’issue de la course à la présidence, le candidat élu sera confronté à l’obligation inéluctable de réduire les dépenses de l’Etat sans entraver la croissance, et mieux, en la favorisant.

Pour cela, les chantiers de la lutte contre les fraudes et la simplification administrative sont certainement ceux qui offrent aujourd’hui les plus grandes possibilités, en pesant le moins possible sur les contribuables, particuliers et entreprises. Etonnamment, les programmes des candidats semblent avoir fait l’impasse sur ce sujet. Par manque de connaissance, de capacité d’innovation ou par un conformisme affligeant ?

Un rapport parlementaire du 9 mars sur la fraude à la TVA, qui la réévalue à 10 milliards d’euros, nous apporte un début de réponse par la faiblesse de ses consultations, la pauvreté de l’évaluation de son impact économique, notamment sur la trésorerie des entreprises, et, en conséquence, la limitation de ses préconisations.

Pourtant, le Cerf porte une proposition rappelée au souvenir des députés et sénateurs en septembre 2008 alors qu’ils prenaient seulement conscience de la crise économique sur laquelle le Cerf les avait pourtant alertés plus de cinq mois auparavant... Une proposition qui touche justement à la TVA et qui ne lui a pas valu d’être auditionné. Dont acte.

L’Europe pourtant s’intéresse à la question et avait lancé un Livre Vert en 2011, pour voir notamment comment lutter contre les fraudes et comment poursuivre son travail de simplification et d’harmonisation administrative.

La TVA est actuellement collectée tout au long de la chaîne de création de valeur, mais est supportée intégralement par le consommateur final. Elle est considérée, à tort, comme neutre pour les entreprises qui déduisent la TVA qui a grevé leurs achats.  Cette neutralité occulte tout impact sur la trésorerie des entreprises et donc son coût financier, auquel il, faut ajouter son impact sur les capacités d’achats et d’investissement, sa gestion administrative... Autant de postes de coût qui s’ajoutent à la facture payée par le consommateur ou qui pèsent sur la compétitivité de l’entreprise. Son impact est donc sous-estimé et induit des effets inflationnistes à long terme ou, à défaut, destructeurs de compétitivité.

C’est pourquoi le Cerf propose la suppression de la TVA interentreprises qui ne changerait rien à l’assiette de la taxe, seulement à son mode de collecte. En pratique, les entreprises factureraient leurs biens et services hors taxe, seule la vente au consommateur final supporterait la TVA dans son intégralité, sans aucune déduction. Chacun voit la simplification pour l’entreprise : à raison d’une demi-journée de travail par mois en moyenne consacrée à traiter la TVA, on leur permet d’économiser un impôt administratif et non productif de l’ordre de 20 millions de journées par an. L’Etat, lui, passerait de 4 millions d’entreprises concernées et à contrôler, à moins d’un million (baisse des coûts liés aux frais d’envois et de fabrication des formulaires, au traitement de l’information, gain d’efficacité par la réduction des entreprises à contrôler).  L’économie ainsi réalisée s’élèverait à 240 millions d’euros par an.

Dans une période particulièrement difficile pour les entreprises sur le plan du financement, cette trésorerie utilisée à avancer la TVA pour le compte du consommateur leur sera restituée sans autre préjudice qu’un manque à gagner pour les banques, les seules à profiter de ce système artificiel qui ne crée pas de valeur. On compte ici parmi les résultats attendus, des effets déflationnistes et d’amélioration de la marge à moyen long-terme.

Mais il va sans dire qu’une telle simplification, qui réduit le nombre des acteurs concernés et donc les intermédiaires, réduit mécaniquement les possibilités de fraudes et supprime de facto les possibilités d’organiser des fraudes à grande échelle, notamment grâce à la TVA intracommunautaire. A titre d’exemple, la fraude organisée par une seule entreprise créée à cet effet sur le marché des quotas de CO2 s’élèverait à 1,6 milliard d’euros. Si l’on retient pour juste le chiffre avancé par la Cour des Comptes de 10 milliards d’euros de fraude, il semble raisonnable d’espérer réduire ainsi d’au moins 60% les pertes de l’Etat, soit 6 milliards par an.

Enfin, la fraude à la TVA n’est pas un problème propre à la France, mais inquiète la zone euro et l’Europe des 27 où elle est estimée à 100 milliards d’euros : la solution préconisée par le Cerf serait applicable à l’Europe et répondrait aux principaux problèmes que la Commission cherche à solutionner. La France pourrait trouver un leadership dans la lutte contre la fraude à la TVA, en partant du besoin des entreprises et de la relance nécessaire à l’ensemble de la zone en apportant un peu d’oxygène, grâce à plus de convergence et de simplification. Et, ce que cherchent tous les dirigeants européens, des recettes supplémentaires…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
esteld
- 03/04/2012 - 18:30
Aidons le "made in France"
En tant que chef d'entreprise je comprends parfaitementr qu' acheter à l'étranger ( hors taxes ) et vendre en France ( TTC) est très bon pour la trésorerie, même si le rééquilibrage s'effectue en fin d'année.
Conclusion : idée très interessante pour favoriser le "made in France"
GOGO
- 03/04/2012 - 11:48
N'oublions pas que la tva est l'impôt le plus injuste ...
et le restera , Un de mes amis ,praticien du contrôle TVA m'indique qu'il s"agit d'une très bonne idée qui se heurtera à tout et tous corps :officiels et officieux ,intermédiaires,constitués etc..... ( bref les élites )
Un candidat s'emparera t'il de cette proposition ? aucune chance !
Trop de fric est fait sur le dos de la tva et du consommateur.
NYOR
- 03/04/2012 - 03:12
Analyse intéressante
Carcajou, je ne crois pas que le principe soit de sauver la France avec une mesure pareille, encore moins d'abandonner les autres axes que vous évoquer. Mais elle a le mérite d'être entièrement à notre main. Comme on dit, les petits ruisseaux...
Jclej,
1/ effectivement la notion de client final peut paraître flou. Il s'agit tout simplement du dernier maillon de la chaîne à ne pas être une société.
2/ fraude à la TVA : ben tout simple aussi. Demandez à certains commerçants.. Ils achètent cash hors TVA et revendent avec...