En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Interview inclusive
Jean-Michel Blanquer peut-il ne pas sanctionner les 314 professeurs qui décident d’eux-mêmes d’enseigner « l’accord de proximité » ?
Publié le 11 novembre 2017
Dans une tribune publiée sur Slate, 314 enseignants déclarent abandonner l'enseignement de la règle de grammaire qui stipule la prévalence du masculin sur le féminin. Julien Aubert, député du Vaucluse réagit.
Julien Aubert est député de l'UMP dans la 5e circonscription de Vaucluse. Il est secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert est député de l'UMP dans la 5e circonscription de Vaucluse. Il est secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une tribune publiée sur Slate, 314 enseignants déclarent abandonner l'enseignement de la règle de grammaire qui stipule la prévalence du masculin sur le féminin. Julien Aubert, député du Vaucluse réagit.

Atlantico : Dans une tribune publiée sur Slate, 314 enseignants déclarent "Nous, enseignantes et enseignants du primaire, du secondaire, du supérieur et du français langue étrangère, déclarons avoir cessé ou nous apprêter à cesser d'enseigner la règle de grammaire résumée par la formule « Le masculin l'emporte sur le féminin" Comment réagissez-vous à cette déclaration ?

Julien Aubert : Au-delà de la formule que l'on peut évidemment contester parce qu'elle est désuète, le sujet est ; que penser d'un fonctionnaire qui dirait "nous refusons d'appliquer les décisions du ministère parce que nous sommes politiquement d'un autre avis". Je pense que le Ministre doit convoquer ces agents qui sont des fonctionnaires, et leur rappeler ; premièrement le devoir de réserve qui empêche un fonctionnaire de faire de la politique et deuxièmement de les sanctionner s'ils persistent à refuser d'appliquer les instructions de l'éducation nationale.

Quels sont les risques d'une telle démarche ? Vers quels autres enseignements "parallèles" pourraient on s'orienter à l'avenir en suivant une telle logique ? 

Il y a d'abord un risque pédagogique. Il y a un problème lorsque vous mettez vos enfants à l'école et que, en fonction des opinions politiques du professeur, l'enseignement est modifié. Cela est équivalent à un professeur d'histoire qui choisirait son propre programme parce qu'il aurait décidé de ne plus enseigner le moyen-âge, en disant que "la Chrétienté ce n'est pas mon truc". Il y a donc un sujet pédagogique mais il y a également un sujet politique qui est justement l'entrée de la politique à l'école. Cela est très grave parce qu'il faut que les parents d'élèves soient conscients que l'école doit être un lieu neutre, elle doit être protégés les passions des adultes. Il y a également un risque linguistique, celui de défigurer, de modifier et surtout de compartimenter la langue française. Si chacun fait son français à sa carte, au lieu de rassembler, alors la langue divisera.

Comment expliquez-vous une telle réaction de ces enseignants ? Que révèle-t-elle selon vous ? 

Cela reflète une époque ou des mouvements qui se disent féministes ne soutiennent pas la cause des femmes. Parce que dans beaucoup de pays ou le genre masculin ne l'emporte pas sur le genre féminin, on a pour autant des problèmes d'inégalités hommes femmes. C'est aussi une époque où la majorité se laisse dicter la loi par des minorités quelles qu'elles soient en oubliant que la République est un projet commun de société et certainement pas une société multiculturelle ou multi-minoritaire. Et on verra si le gouvernement d'Emmanuel Macron, comme il le prétend, est un gouvernement de droite ou s'il est un gouvernement qui en réalité refuse d'exercer les prérogatives que lui donne la République.

N'y a-t-il pas également une confusion entre le genre féminin de la langue et "les femmes" ?

C'est un mélange total entre le genre grammatical et le genre social. C'est aussi considérer les femmes comme une minorité dans un concept de guerre des genres ou de guerre des sexes, qui reflète l'idée d'une domination de la femme par l'homme. Considérer l'homme comme un adversaire, c'est nier la complémentarité évidente de l'humanité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 10/11/2017 - 20:42
Bien sûr
cloette, vous venez de lancer un sujet primordial qui m'a bien fait rire ! Mais le pire, c'est qu'il risque d'être exploité par quelques illuminés tout sexes confondus.
Deneziere
- 10/11/2017 - 20:38
Et savez-vous quelle est leur excuse ?
"C'est un trop grand choc pour une petite fille, quand on lui apprend cette règle, et elle intérioriser ainsi qu'elle est inférieure". Entendu sur France Info. Au moment où le pédagogisme ambiant met les garçons en échec scolaire en plus.
cloette
- 10/11/2017 - 20:19
Mais alors
et le troisième sexe , celui qui veut des toilettes spéciales, il faudra que la grammaire s'en occupe aussi !