En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlanti-culture

"Le Chemin des Dames" : après "Au revoir là haut", non, la guerre n'est pas jolie

Publié le 09 novembre 2017
Décidément, ces temps-ci, la guerre 14-18 n'a pas bonne presse. Ainsi, au théâtre, dans sa critique intelligente, acerbe, cinglante, des responsables politiques et militaires, "Le Chemin des Dames" semble un peu le pendant, lui aussi très réussi, du film d'Albert Dupontel.
Anne Jouffroy est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Jouffroy pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Jouffroy est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Décidément, ces temps-ci, la guerre 14-18 n'a pas bonne presse. Ainsi, au théâtre, dans sa critique intelligente, acerbe, cinglante, des responsables politiques et militaires, "Le Chemin des Dames" semble un peu le pendant, lui aussi très réussi, du film d'Albert Dupontel.

   

THEATRE

Le Chemin des Dames

de Bruno Jarrosson

Mise en scène: Yves Carlevaris

Décor d' Alix et Gilles Boillot

Avec Joseph Carlevaris, Bruno Chapelle, Jérôme Keen et Ivan Morane en alternance, Philippe Pierrard, Alain Pochet, Didier Vinson

 

INFORMATIONS

Théâtre ESSAÏON

6, rue Pierre au Lard

75004 Paris

Réservations : 01 42 78 46 42

                       www.essaion.com

Jusqu'au 27 janvier 

Les mardis à 19h30 et les vendredis et samedis à 21h30 / relâche : les 7 et 10 novembre

RECOMMANDATION

          EN PRIORITE

THEME

Le thème de cette pièce est le mystère de la décision et la solitude du dirigeant décideur.

L'auteur s'est inspiré d'une phrase de Kierkegaard : « l'instant de la décision est un instant de folie où l'on va comparer ce qui n'est pas comparable ».

Ici, tous les faits historiques sont avérés mais jamais retranscrits ainsi dans les manuels d'Histoire.

Nous sommes le 6 avril 1917. Bruno Jarrosson imagine un Conseil de guerre réunit à la hâte, à la veille de l'offensive du Chemin des Dames, pour se poser l'ultime question : « on y va ou on y va pas ? ».

Dans ce huit-clos, situé dans l'inconfort d'une salle de la gare de Compiègne, six responsables de la France en guerre s'affrontent. Trois politiques et trois militaires : le Président de la République Raymond Poincaré, le Président du Conseil Alexandre Ribot, le ministre de la guerre Paul Painlevé, le Général en Chef Robert Nivelle, le général Philippe Pétain et le général Joseph Micheler.

La réunion doit durer une heure. Il y a urgence. Deux camps s'opposent.

Avec virulence chacun essaie de convaincre le Président Poincaré, qui est plus qu'hésitant. Quelle décision prendre quand l'enjeu est aussi grave et incertain ? Que choisir ? Empêcher cette attaque que Painlevé estime être une erreur dramatique évidente ? Faire confiance à Nivelle qui prépare cette offensive depuis des mois ?

Resté seul, le président Poincaré, pourtant un homme pondéré, prend presque sur un coup de tête une décision irrationnelle. Celle de la logique de l'instant, de l'émotion. D'une part, contraintes politiques, et d'autre part, « cela ne se fait pas de limoger un Général en Chef juste avant une attaque déjà programmée ».

Contre toute son intelligence stratégique, Poincaré donne son accord pour lancer sans plus attendre l'offensive du Chemin des Dames.

POINTS FORTS

- La technique théâtrale :

Pas de monologues explicatifs mais des dialogues rebondissants. Ainsi chaque personnage donne son point de vue avec vivacité.

Les personnages ne sont pas stéréotypés. Ils ne ressemblent pas toujours à l'idée que l'on se fait souvent de leur fonction. En particulier, Ribot et Micheler sur lesquels on possède peu de descriptions historiques précises. Ce qui permet à Bruno Jarrosson de les camper librement et avec talent.

L'humour, les duels verbaux, les mots assassins de cette discussion passionnée et cinglante entre militaires et politiques, plus soucieux de leur carrière que du coût humain de l'offensive. La salle rit souvent. Même les spectateurs militaires de carrière qui ne semblent pas se formaliser de la critique de leur hiérarchie !

- Les comédiens :

Tous sont remarquables, chacun dans son rôle.

- La mise en scène et le décor:

La voûte en fond de cave du petit théâtre de l'Essaion et l'austérité du décor (une table, six chaises et un lit de camp) mettent parfaitement en scène l'intimité rugueuse et la gravité de cette réunion militaro-politique en 1917.

POINTS FAIBLES

Je n'en vois aucun

EN DEUX MOTS

Les Etats-majors et les responsables politiques ne sont pas souvent à la hauteur de leurs fonctions... fonctions, il est vrai, rarement faciles...

Ce spectacle met en colère. Il donne des émotions. Comme le magnifique et bouleversant film d'Albert Dupontel, «  Au revoir là-haut ». Folie des hommes, folie de la guerre...

 

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- « Nous assistons à la confrontation du courage et de l'intelligence ».

- « Pour prendre une décision, il vaut mieux être un nombre impair et jamais plus de deux ! »

L'AUTEUR

Bruno Jarrosson n'est pas spécialement un homme de théâtre. Il est consultant en stratégie et il aime l'Histoire. Il a donc étudié la Première Guerre Mondiale sous l'angle de la stratégie.

Il est l'auteur d'une vingtaine ouvrages sur le temps, la stratégie et l'Histoire.

Dans son dernier livre, La Panne de l'intelligence stratégique, il estime que « la Guerre de 14-18 fut le point bas de l'art de la stratégie ». 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires