En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 10 heures 33 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 11 heures 34 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 17 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 18 heures 16 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 18 heures 33 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 10 heures 53 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 14 heures 35 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 18 heures 47 min
© Ashraf Mohammad Mohammad Alamra
© Ashraf Mohammad Mohammad Alamra
Mécénat stratégique

Emmanuel Macron à Abu Dhabi : les non-dits assourdissants de l’inauguration du Louvre émirati

Publié le 08 novembre 2017
Très loin de l'alliance culturelle et anti-terroriste présentée par Emmanuel Macron, le pacte scellé aujourd'hui autour du Louvre Abu Dhabi entre la France et les Emirats Arabes Unis est fondé sur des bases bien moins avouables...
Chercheur et enseignant à l'Ecole Normale Supérieure et à Sciences-Po.Auteur de "Le miroir des cheikhs", PUF, 2017.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Kazerouni
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur et enseignant à l'Ecole Normale Supérieure et à Sciences-Po.Auteur de "Le miroir des cheikhs", PUF, 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Très loin de l'alliance culturelle et anti-terroriste présentée par Emmanuel Macron, le pacte scellé aujourd'hui autour du Louvre Abu Dhabi entre la France et les Emirats Arabes Unis est fondé sur des bases bien moins avouables...

Atlantico : Ce mercredi 8 novembre, Emmanuel Macron inaugure le Louvre d'Abu Dhabi en présence du Cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyane. Comment appréhender une telle visite au regard d'un projet décidé sous le mandat de Jacques Chirac. Quelle a été l'évolution de la situation entre le moment de la décision, et le moment de l'inauguration ?

 

Alexandre Kazerouni : La situation a énormément changé. Le projet a été lancé dans le contexte du dialogue des cultures qui était un contre-feu intellectuel face à la prédiction du choc des civilisations. C'était un moment où on associait étroitement le Louvre à la capacité de libéraliser culturellement. En 2011 ont eu lieu les révolutions arabes, et les Émirats Arabes Unis sont devenus, avec l'Arabie Saoudite, un des deux fers de lance des contre-révolutions arabes. Aujourd'hui, Abu Dhabi est le camp de la réaction aux révolutions qui ont agité cette zone du monde depuis 2011.

Or le Louvre Abu Dhabi avait été pensé au début comme un outil de libéralisation culturelle, qui devait, par débordement, apporter de la libéralisation politique. Et donc à terme d'ouvrir un horizon démocratique.

 

Or quand on regarde ce qui s'est passé, non seulement Abu Dhabi s'est imposé comme un des acteurs de premier plan dans la destruction des révolutions arabes, avec notamment son soutien à l'arrivée du général Sissi en Égypte. Et parallèlement on observe que les Émirats ont provoqué une restriction critique de la participation économique au projet d'antenne du Louvre chez eux. Comment cela se passe-t-il ? Il faut simplement faire le constat que la population nationale d'Abu Dhabi, qui est employée par le Ministère lié aux affaires culturelles n'a rien à voir à faire avec ce projet. Certes c'est un projet de politique publique de la culture, et on pourrait même dire que du point de vue français, c'est quelque chose qui apparaît comme le plus important projet culturel public des Émirats. Or pour concevoir et mettre en place ce projet, ce sont des ressources humaines étrangères à qui il a été fait appel, en l'occurrence française, sans implication aucune de la population nationale. Pourtant ce sont des pays qui ont une bureaucratie culturelle très développé, ce qui nourrit d'ailleurs souvent le discours selon lequel l'Etat serait trop important aux Emirats Arabes Unis. En l'occurrence, le Ministère en charge des affaires culturelles tout comme son équivalent au Qatar comprend des sous-sections en charge du patrimoine et des musées qui ont maintenant 40 années d'expérience. Pas une personne de ces entités n'a été impliquée dans le projet. C'est en ce sens qu'on constate que la classe moyenne fonctionnarisée locale a été exclue de la mise en œuvre du projet du Louvre.

 

​Comment comprendre la relation entre la France et les Émirats, dont les liens sont "étroits, réguliers et diversifiés" selon l’Élysée, à un moment de profonde déstabilisation de nos sociétés par un Islam politique financé par les pays du Golfe ?

 

Pour la France, il y a deux gains dans ce projet. Il y a d'abord un gain financier avec un contrat d'un millard d'euros qui irrigue, deuxième gain, le milieu culturel français qui a besoin d'argent. On connaît les coupes sombres depuis plusieurs années que connaissent ce secteur très soutenu publiquement.

Du côté d'Abu Dhabi, il s'agit d'intéresser à la survie du régime de nouveaux segments de la société française. Et en particuliers les acteurs culturels qui en France pèsent lourd dans la vie publique. Le Louvre Abu Dhabi doit être donc regardé comme un accord de prestation de service qui a permis de drainer une partie des revenus du pétrole d'Abu Dhabi dans d'autres directions que simplement le secteur de l'armement ou celui des hydrocarbures en France. Il s'agit d'intéresser plus largement ceux qui façonnent l'opinion publique en captant des relais que les Émirats n'avaient pas jusque-là. Dès les années 1980, il y a des accords d'armements entre le deux pays, et il en va de même pour le secteur des hydrocarbures (Total, Elf, etc.). Mais il n'y avait aucune interaction directe entre la famille régnante et l'opinion publique française, ce qu'a permis le Louvre Abu Dhabi.

Et c'est à ce moment qu'entre en scène la question islamiste. Il y a eu une première vague d'arrestations massives en 2011, suivant la chute de Moubarak en Égypte. Ce fut d'abord des bloggers nationalistes-libéraux qui demandaient que le Parlement émirien soit élu au suffrage universel, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. On les a gracié par la suite, mais ont été réarrêté depuis. Ce n'est qu'en 2013 que les Emirats commencent à s'en prendre aux islamistes. Mais il ne s'agit pas des salafistes (d'où émanent les djihadistes) mais bien des Frères Musulmans. L'argument selon lequel ce musée scelle une alliance des pays éclairés luttant contre l'islamisme est donc à remettre en perspective. Et on pourrait dire la même chose si on observe les vagues d'arrestation en Arabie Saoudite. Là encore, ce sont principalement les libéraux et les Frères Musulmans qui sont concernés. La dérive autoritaire qui va de paire avec l'importation des produits culturels libéraux ne s'attaque pas à l'islamisme, ou du moins pas à celui qui concerne principalement les Français.

 

A l'inverse, quels sont les effets de cette ouverture culturelle sur les Emirats eux mêmes ? Quel est l'objectif politique recherché ?

 

L'objectif général et final est qu'en cas de crise ou de menace pour les Emirats Arabes Unis, l'opinion française soit favorable à une intervention militaire française. Mais il y a autre chose. C'est un régime qui connaît une forte répression politique, répression qui s'est accentuée depuis les Révolutions Arabes. Il s'agit donc de faire en sorte que ceux qui façonne l'opinion publique en France pèsent le pour et le contre entre la critique de l'autoritarisme local et les bénéfices de cette diversification des bénéficiaires de la rente pétrolière.

La date importante pour comprendre cette stratégie est 1990-1991, quand le Koweït est libéré par une coalition internationale. Celle-ci est conduite dans les faits par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, trois grandes puissances militaires occidentales. Mais pendant tous les mois d'occupation, la famille régnante du Koweït va engager de très lourdes dépenses de relations publiques aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Il fallait en effet convaincre l'opinion publique de ces démocraties que l'intervention militaire était justifiée et bonne. C'est là que s'opère la bascule stratégique dans ces pays.

C'est à ce moment que pour les émirats du Golfe ont compris l'importance qu'allait avoir l'incitation publique permettant d'assurer leur survie en cas de difficultés. C'est pourquoi ils ont diversifié leurs activités en investissant dans le Louvre, mais aussi souvent dans des compétitions sportives, dans des équipes de sport occidentales, ou encore par des partenariats universitaires tel celui de la Sorbonne Abu Dhabi.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 10/11/2017 - 10:36
A titre de réciprocité
A titre de réciprocité culturelle, quand verra t'on le prix de l'Arc de Triomphe couru sur des chameaux?
padam
- 09/11/2017 - 10:54
@Deneziere
Connaissant un peu la région, je ne peux que m'associer à la pertinence de votre propos rappelant l'évidente (et obligatoire) association de l'émirat d'Abu-Dhabi à la réalisation du projet, et dénonçant d'autre part le misérabilisme de la mouture du "chercheur" de la rue Saint-Guillaume.
Deneziere
- 09/11/2017 - 10:27
@ Clotilde de Bièvre
Il y aux Emirats un fond souverain, le deuxième du monde, dont la taille est égale à la dette de la France. C'est vous qui serez en cessation de paiement, pas eux.