En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Une réforme et basta
Une refonte générale du lycée pour sortir du cycle de réformes continuelles qui minent la qualité de notre enseignement
Publié le 08 novembre 2017
Après l'annonce d'un plan pour changer l'accès à l'université, le gouvernement a déclaré vouloir réformer le système des filières au lycée et le baccalauréat. Un changement général du système éducatif est nécessaire. Pas sur qu'il soit envisageable.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'annonce d'un plan pour changer l'accès à l'université, le gouvernement a déclaré vouloir réformer le système des filières au lycée et le baccalauréat. Un changement général du système éducatif est nécessaire. Pas sur qu'il soit envisageable.

L'intégration d'un contrôle continu renforcé permettra-t-elle de renforcer le niveau de certains lycéens qui seront du coup contraints à un travail plus régulier ?

Sur ce terrain là encore, il va falloir faire preuve d'un certain courage, en tenant compte de paramètres totalement extérieurs à l'école, telle, la dimension symbolique du bac en tant qu'examen, à la fois chez les élèves mais surtout chez leurs parents et leurs grands parents. Pour un enfant de province, le bac est plus initiatique encore, puisqu'il signe le départ du nid familial pour rejoindre une ville universitaire. Ce n'est pas comme un gosse de centre ville qui va à la fac à côté de chez lui et pour qui rien de change fondamentalement dans la vie. Egalement le contrôle continu va instituer une « pression » dont ne voudront pas certains élèves et leurs instances représentatives. Sachant que l'on peut avoir, objectivement, une scolarité lycéenne très peu brillante, mettre un coup de collier au dernier moment et avoir le bac, moyennant quelques mansuétudes dans la notation, que tout le monde connaît. Certes il n'y a pas de mention et les choix pour le supérieur s'en trouvent réduits. Mais on peut, au bénéfice d'un tirage au sort, passer devant un très bon élève qui brigue la même place en faculté : un genre d'infamie qu'il est grand temps de faire cesser. Ces mêmes représentants syndicaux étudiants, qui pestent contre la sélection, ne bronchent pas une seconde quand la sélection s'opère dans leur discipline sportive favorite et ne descendent pas dans la rue pour que tout le monde ait la médaille d'or aux départementaux de judo. En réalité, le travail régulier est nécessaire dès les plus petites classes et les différentes enquêtes qui ont pu être menées ont toujours mis en évidence la nécessité d'un bon socle de compétences et en particulier l'acquisition de la lecture en CP, qui conditionne l'ensemble de la scolarité. C'est effectivement cette régularité dans l'engagement qui fait défaut à tous les stades de la scolarité, pour une proportion d'élèves assez conséquente. Beaucoup de profs sont las de devoirs non rendus, ou copiés-collés depuis internet, du manque de travail ou de bases non acquises pour avancer dans les programmes, ce qui nous conduit à la troisième question sur les nécessaires réformes.

Après l'université et le lycée, d'autres réformes dans l'éducation sont-elles nécessaires?

L'école est gavée de réformes depuis trente à quarante ans, elle en est fatiguée même et le résultat évident est une descente régulière dans les classements internationaux. A priori donc, les tripatouillages de chaque gouvernement, dans les filières, les programmes, les horaires et les systèmes de notation, ne sont pas la bonne solution et ce sont même de mauvaises solutions. La première problématique de l'ensemble du système éducatif ne tient pas dans un choix de filières mais dans la gestion des postures et des conduites émotionnelles. Il n'est pas normal que les parties médiatiques visibles du système scolaire soient le harcèlement, le sexisme, les faits divers, les agressions répétées des professeurs et les écoles de quartiers qui terminent en flammes. Même si quelques initiatives locales heureuses font de temps en temps la une des éditions régionales. Et que des parents cherchent en permanence des subterfuges pour scolariser leurs enfants ailleurs que dans leur école de proximité. Pour que l'école, de la maternelle au supérieur, puisse remplir ses fonctions, il lui faut en premier lieu les pouvoirs nécessaires à l'instauration d'une ambiance de travail. Elle est le réceptacle des maux généraux de la société, avec pour mission de les compenser, par des sensibilisations en tous genres, qui ne font pas avancer les savoirs et nécessitent des luttes permanentes du corps enseignant pour obtenir écoute et engagement. Objectivement, face à des élèves très perturbateurs ou seulement désinvoltes, l'école dispose de très peu de leviers d'action. La seule « réforme » apparaissant comme nécessaire aujourd'hui est un recentrage sur des fonctions d'éducation et d'instruction comprenant à la fois des moyens pédagogiques adaptés aux différents publics rencontrés et on sait qu'ils sont très hétérogènes, le tout assorti d'une capacité de cadrage et éventuellement de coercition, qui apparaisse comme suffisamment dissuasive. Après, avec des têtes bien faites et bien pleines, les histoires de filières deviendront un luxe sur lequel on pourra réfléchir...

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/11/2017 - 23:37
Avant socialisme...le système éducatif fonctionnait bien!
Pourquoi ne pas revenir à ce qui a fait ses preuves, avant que l'éducation national-socialiste ait bousillé le système de sélection par le mérite et de transmission du savoir par l’exemple?...ils ont conservé les archives de ce qui fonctionnait bien , avant eux, ou ils ont tout brûlé, les socialauds-macronistes?...