En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 2 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 5 heures 30 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 11 heures 18 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 14 heures 50 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 15 heures 32 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 2 heures 35 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 5 heures 57 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 7 heures 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 16 heures 15 min
© Flickr
© Flickr
Données personnelles

Droit à l’oubli en ligne : protéger la vie privée, oui mais pas au prix d’une jurisprudence européenne inquisitoriale

Publié le 31 octobre 2017
La question du droit à l’oubli connaît une importante actualité. La Cour de Justice de l’Union européenne est en effet saisie de deux affaires portant sur cette question épineuse.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La question du droit à l’oubli connaît une importante actualité. La Cour de Justice de l’Union européenne est en effet saisie de deux affaires portant sur cette question épineuse.

Dans le premier cas, des particuliers arguent de la nécessité pour l’Europe, dont l’arsenal juridique en matière de protection de la vie privée est l’un des plus étoffés au monde, si ce n’est le plus étoffé, de rendre possible le droit à l’oubli d’éléments portant sur les opinions politiques ou d’éventuelles activités illicites. Dans le second cas, il lui est demandé de se pencher sur une partie des réponses que le régulateur français, en l’occurrence la Commission Nationale Informatique et Libertés, prétend apporter à ces questions.

Ainsi, le juge européen devra bientôt dire pour droit quelles limites doivent être apportées au droit à l’oubli. Rappelons à cet égard que les acteurs du net ont déjà été amenés à prendre des mesures. Ces mesures ont été guidées par la recherche d’un délicat équilibre : d’une part faire droit aux demandes individuelles que des informations puissent être retirées du domaine public ; d’autre part, s’assurer que le retrait de telle ou telle information n’affecte par l’intérêt public.

Disons-le tout net : cette question est complexe, et doit être traitée dans un climat dépassionné. Dire cela est déjà une gageure. Car il faut admettre que le rôle croissant dans nos vies des grandes entreprises américaines du numérique, leurs succès commerciaux indéniables, leur extraordinaire capacité d’innovation suscitent en Europe des inquiétudes, parfois non dénuées d’arrière-pensées, peu propices à une réflexion sereine.

Qu’il soit cependant permis de tenter, en la matière, de prendre un peu de champ, pour resituer ce débat. Il incite en effet à une réflexion à la fois dans le temps et dans l’espace.

Dans le temps d’abord. La question du droit à l’oubli fait évidemment écho à celle de la mémoire, qu’elle soit individuelle ou collective, et des éléments que la défense du droit à la vie privée permettent ou non d’y apporter. Or, les questions de mémoire, qui renvoient à notre histoire personnelle et collective, dont Paul Valéry disait qu’elle était la « plus dangereuse chimie de l’intellect », sont toujours complexes. Dans sa Deuxième considération inactuelle, F.Nietzsche ne craint pas de montrer que le rapport à la mémoire et à l’Histoire n’est nullement univoque, et que l’oubli est appréhendé de manière différente selon les personnes et les situations. C’est dire que l’apport ou au contraire la privation des éléments de connaissance du passé de tel ou tel peut avoir des effets contradictoires en matière d’intérêt public. Dès lors, la notion de proportionnalité, principe général du droit européen, doit ici prendre pleinement son sens.

Dans l’espace, les termes du débat sont plus clairs. Il touche en effet à un sujet que les européens connaissent : le mécanisme, dit de l’extraterritorialité. Ce mécanisme, par lequel une norme juridique acquiert une valeur au-delà du territoire dont elle est issue et qu’elle est en toute logique censée couvrir, est une pratique à laquelle les Etats-Unis n’hésitent pas à recourir. Parmi les cas les plus emblématiques, que l’on songe ici à l’amende de 8,9 milliards de dollars à laquelle a été condamné BNP Paribas en 2014 pour avoir violé l’embargo américain imposé à l’Iran, à Cuba et au Soudan. Au cas d’espèce le juge suprême européen devra dire si la Commission nationale de l’informatique et des libertés peut ou non exiger des opérateurs qu’ils appliquent sur l’ensemble de la surface du globe nos règles relatives au droit à l’oubli. Faire cela accréditerait l’idée qu’il serait normal d’avoir un droit « débordant ». Il faut, à ce titre, être sans ambiguïtés : admettre cette vision serait, de la part du juge suprême européen, une erreur. Il y aurait en effet à cet égard un paradoxe difficilement plaidable à dénoncer – à juste titre – ce qui constitue bien une forme d’impérialisme juridique américain, et, dans le même temps, à faire droit à des pratiques qui sont en tous points similaires. Sans parler des risques pour les libertés publiques induits à par ce type de comportements s’ils étaient mis en pratique par des régimes ou des pays qui n’ont pas la même conception des choses en matière de liberté politiques que les occidentaux.

Au total, comme souvent, tout est question de mesure, c’est-à-dire, en droit, de proportionnalité. La mise en œuvre de mécanismes visant à protéger la vie privée est nécessaire, mais ne doit pas prendre des allures inquisitoriales ou absolues. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/11/2017 - 10:16
Encore une formule gauchiste à l’emporte-pièce!
L’oubli n’est pas un droit, mais une tolérance. Ce n’est pas à l’etat omnipotent, encore moins aux institutions europeistes de décider de la tolérance des hommes. Les anglo-saxons ont parfaitement compris qu’il fallait très vite s'éloigner de ce moloch qui veut décider de tout à la place des hommes...
patafanari
- 31/10/2017 - 10:14
Au Moyen Âge
"Pape Clément ! Roi Philippe ! Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races !"
J’épargne la quatorzième génération, car j'ai le sens de la mesure.
Ouille!
Jacques de Molay