En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© AFP
Démocrature ?
Organisation de son parti ou réforme des institutions : les dangereuses idées de Jean-Luc Mélenchon pour la démocratie
Publié le 20 octobre 2017
Jean-Luc Mélenchon explique que la France insoumise est plus une organisation populaire qu'un parti politique traditionnel. Cela sous entend une stratégie de mise en avant du collectif.
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Mélenchon explique que la France insoumise est plus une organisation populaire qu'un parti politique traditionnel. Cela sous entend une stratégie de mise en avant du collectif.

Atlantico : Dans le journal le 1, Jean-Luc Mélenchon a déclaré que le but de la France Insoumise n'étais "pas d'être démocratique, mais collective", car il s'agit d'un mouvement et donc "d'une forme organisée du peuple" à opposer au parti politique qui est selon lui contre le peuple.  Et quand on lui demande : "Qu’avez-vous prévu pour parler au peuple sans diplôme ?", le leader de LFI déclare "Moi. Vous pouvez vous identifier à moi." Si on intègre ces déclarations à la vision que porte LFI de la VIe République, ne peut-on pas considérer que cette négation du caractère représentatif de la démocratie démocratique de la Ve République suit une pente de plus en plus antidémocratique ?

Eric Deschavanne : Cela dépend ce que l'on entend par "démocratique". La culture politique de Mélenchon est celle de l'extrême-gauche révolutionnaire et anti-libérale. La démocratie représentative libérale n'est pas son modèle. En revanche, la souveraineté du peuple est le dogme qui fonde sa démarche. Il oppose à la représentation comme forme d'expression politique de cette souveraineté, une "auto-organisation" du peuple, dont les modalités ne sont par définition pas très claires puisque déterminées sur la base d'un refus des procédures. "Le mouvement n'est ni vertical, ni horizontal, dit-il, il est gazeux".

Même fumeux pourrait-on ajouter !  En matière de procédures, ce qui émerge, ce sont celles que les partisans de la démocratie directe opposent classiquement à la démocratie représentative : le tirage au sort et la révocation des élus. La révocation des élus se fonde sur la théorie du mandat impératif qui a été fort justement écartée au profit du mandat représentatif par la Révolution française : un représentant dont la volonté est placée à tout moment dans la dépendance vis-à-vis de ses électeurs ne dispose pas de l'autonomie nécessaire pour incarner l'intérêt général (il dépend, s'il est député, des intérêts particuliers qui l'ont élu) ou pour prendre, s'il exerce le pouvoir, les décisions rationnelles que la situation ou l'intérêt collectif à long terme imposent et qui peuvent éventuellement contrarier les intérêts et les passions du moment. Bref, en l'absence d'une représentation politique doté d'un minimum d'autonomie, un peuple ne peut ni se gouverner, ni même se représenter ce qu'il veut. Quant au tirage au sort, pratiqué par la démocratie  athénienne, et encore aujourd'hui pour constituer les jury de cours d'assise, il peut apparaître comme la forme de sélection la plus démocratique puisque le premier venu à sa chance. Par définition, il interdit en revanche le choix éclairé des meilleurs ou des plus aptes, ou simplement le choix de l'orientation politique que l'on souhaite privilégier. Si l'on devait tirer au sort le Président de la République, le sort pourrait désigner aussi bien Marine Le Pen, que Mélenchon, Macron ou Jean Lassale. Pas sûr que le peuple y gagnerait beaucoup en souveraineté et en "auto-organisation" !

En vérité, la vogue actuelle du tirage au sort doit beaucoup à l'individualisme de l'époque, lequel est le véritable ressort du populisme que Mélenchon s'efforce de promouvoir. Comme l'a fort bien vu Tocqueville, la dynamique de l'individualisme démocratique repose sur la haine de l'autorité intellectuelle et morale d'autrui, ce que le concept mélenchonien d'insoumission illustre parfaitement. Le rejet des élites, y compris lorsqu'elles sont démocratiquement élus, est stimulé par cette allergie à l'idée d'être gouverné par quelqu'un d'autre que soi. A l'extrême, cela donne Nuit Debout, mouvement "organisé" pour donner à chacun le même temps de parole et pour empêcher l'émergence d'un quelconque leader. Mélenchon s'appuie sur cette dynamique individualiste du populisme,  bien que LFI repose au final sur une gigantesque "contradiction performative" : L'auto-organisation du peuple, la révocation des élus et le tirage au sort sont promus par un mouvement dont la "clé de voûte" (selon ses propres dires) est le leader auto-proclamé, lequel n'est ni tiré au sort ni révocable.

Si on suit ce genre de déclarations ou encore sa volonté de référendums pour révoquer les élus, la VIe République demandée par Jean-Luc Mélenchon se rapproche-t-elle plus fortement d'un régime à la vénézuélienne ou façon Jamahirya lybienne que ce que son leader ne prétend? 

Mélenchon demeure fasciné par les mouvements populistes et révolutionnaires d'inspiration marxiste (le castrisme principalement) qui ont "réussi" en Amérique du Sud, au sens où ils ont pris le  pouvoir pour s'y maintenir dans la durée. Ce qui en fait un démocrate malgré tout est qu'il a renoncé à la lutte armée et prône la révolution dans les urnes. Il faut en prendre acte : LFI est aussi républicaine que le FN; dès lors que l'extrême-droite et l'extrême-gauche jouent le jeu de la démocratie, on ne peut les confondre avec l'extrême-droite et l'extrême-gauche historiques. Ce qui subsiste d'antidémocratique, c'est le déni du pluralisme qui demeure inhérent à la rhétorique populiste. France insoumise n'est pas un parti mais un mouvement, dit Mélenchon, parce que "le parti, c'est l'outil de classe, le mouvement, c'est la forme organisée du peuple"; le parti, est clivant, un parmi les autres, au service d'intérêts particuliers, tandis que le mouvement est inclusif, il tend à fédérer le peuple tout entier, à incarner la souveraineté populaire, de sorte que son leader, sa "clé de voûte", est au final le leader auquel le peuple doit s'identifier. En abandonnant la lutte des classes pour le populisme, Mélenchon abandonne aussi la social-démocratie, laquelle admettait la légitimité de la confrontation pacifique des classes et des partis politiques qui les représentaient dans le cadre de la démocratie libérale.

Paradoxalement, ne peut-on pas considérer qu'il a une posture très Ve République pour quelqu'un qui prétend défendre un régime IVe ?

La démocratie d'opinion dans laquelle nous sommes entrés a pour moteur l'individualisme et pour scène principale le système médiatique. Dans ce nouveau contexte, il n'y a en vérité aucune place pour la démocratie directe. La démocratie est plus que jamais représentative en ce sens que la voix de chacun ne peut se faire entendre des autres que si elle est portée par une forte personnalité qui puisse rayonner dans les médias. Les gens qui votent Mélenchon veulent un changement politique radical qui passe par la conquête du pouvoir. Il existe une contradiction massive entre ce volontarisme politique et le projet d'une nouvelle république dont la vertu principale aux yeux de ses promoteurs serait de n'avoir aucune direction et d'être ingouvernable.

On peut ajouter que le discours sur la démocratie directe est sans doute en réalité l'instrument qui permet d'asseoir une autorité politique sur des électeurs et des militants animés par le rejet individualiste de l'autorité. Ce n'est pas un hasard si ce phantasme de démocratie directe se trouve aujourd'hui réactivé par les deux mouvements nés de l'effondrement du PS - LREM et LFI. Dans un cas comme dans l'autre, la procédure du tirage au sort apparaît comme le moyen d'empêcher que ne s'installent en interne le pluralisme des courants, le débat démocratique, une majorité et une opposition. LREM, comme le souligne Mélenchon, est certes plus "vertical" : le parti fonctionne comme une assemblée d'actionnaires, les adhérents tirés au sort jouant le rôle des petits actionnaires spectateurs des décisions prises par le conseil d'administration et approuvées par les gros actionnaires (les élus, les référents choisis par la direction contrôlée par le président). En raison de sa vocation populiste et protestataire, LFI s'appuie davantage sur les initiatives de "la base", mais il est évident que toute cette rhétorique de "l'auto-organisation" du peuple et de l'absence de direction officielle vise à permettre au leader d'imprimer sa direction au mouvement sans avoir à souffrir d'une contestation interne.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 21/10/2017 - 11:43
Mélenchon ?
Mais, c'est un bourge !!!
2bout
- 20/10/2017 - 15:33
A tout problème, sa solution : la Miviludes
Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.
jerome69
- 20/10/2017 - 11:31
Stalinenchon
Les idées de ce type sur la démocratie sont les mêmes que celles d'Erdogan, ou que celles Stalilne; Pol-pot ou consor sur la question