En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© http://kateevangelistarandr.blogspot.fr
Et de deux
Une loi de finances contre les classes moyennes
Publié le 17 octobre 2017
Le Gouvernement vient de présenter le projet de loi de finances (PLF) pour 2018 qui est le deuxième acte majeur du quinquennat après la réforme du Code du travail.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Gouvernement vient de présenter le projet de loi de finances (PLF) pour 2018 qui est le deuxième acte majeur du quinquennat après la réforme du Code du travail.

En effet, la loi de finances a fait l’objet d’une programmation quinquennale des finances publiques entre 2018 et 2022 qui embrasse ainsi la durée de la mandature d’Emmanuel Macron, fixant les grands équilibres budgétaires, la trajectoire du déficit public ainsi que les principaux choix gouvernementaux. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le PLF, loin de constituer une rupture économique et de permettre enfin de s’attaquer durablement à la réduction du déficit public, a été conçu au détriment des classes moyennes.

En premier lieu, la loi de finances va accentuer la concentration de l’impôt sur les classes moyennes avec trois réformes principales : la suppression partielle de la taxe d’habitation, la hausse de la CSG corrélée à la baisse des cotisations sociales et la réforme de l’ISF. Ces réformes sont conduites en complète contradiction avec l’objectif recherché, dans une grande continuité fiscale avec le quinquennat précédent et, plus grave, pèseront lourdement sur les classes moyennes en augmentant la concentration de l’impôt et n’auront aucun effet structurel sur l’économie française.

La suppression de la taxe d’habitation répond ainsi à une stricte logique politique visant à supprimer le dernier impôt direct payé par les ménages français exemptés de l’impôt sur le revenu. La hausse de la CSG pèsera à nouveau sur les classes moyennes, les retraités et les épargnants qui verront leur imposition augmenter. Enfin, si chacun s’accorde à penser qu’il fallait réformer l’ISF, voire le supprimer, le gouvernement fait le plus mauvais choix : laisser la résidence principale dans l’assiette éligible et en sortir tout le reste, ce qui, à nouveau, pèsera sur les classes moyennes aisées au profit des très riches qui verront, pour le coup, leur impôt substantiellement allégé.

En second lieu, la loi de finances va créer un choc fiscal récessif pour les mêmes classes moyennes. L’écrasement fiscal sur les classes moyennes sera accentué par le décalage des baisses de cotisations, soit plus de 4 milliards d’euros qui seront pris aux Français en 2018. Si l’on y ajoute les hausses sur les carburants et le tabac, avec la perspective du paquet à 10 euros en 2020, les ménages connaitront un choc fiscal récessif compris entre 6 à 8 milliards d’euros. Or, l’efficacité de telles mesures reste à démontrer. Ainsi pour ce qui concerne le tabac, comme l’a démontré la mesure sur le paquet neutre, la hausse du prix n’est pas synonyme d’une réduction de la consommation !

Enfin, le projet de loi de finances alourdit le coût du travail puisque si le CICE est simplifié, son taux est réduit ce qui conduit à augmenter le coût du travail de 3,3 milliards d’euros, principalement au détriment des salaires médians. Il n’y a ainsi aucune mesure sur le quinquennat en faveur de la compétitivité des entreprises françaises qui sont, avec les classes moyennes, les grandes perdantes de ce budget.

Plus grave, les efforts budgétaires réalisés par le gouvernement sont conçus par la traditionnelle technique du « rabot », c’est-à-dire sans réforme des politiques publiques. L’annonce sur les 20 milliards d’euros d’économies attendues sur le quinquennat n’est pas étayée. Dès 2018, le déficit n’est pas contenu puisque les dépenses augmentent en valeur de 1,6%. La réduction du nombre de fonctionnaires se limite à 1.600 effectifs dans la fonction publique de l’Etat, alors que le chef de l’Etat avait annoncé une cible de 50.000 suppressions de postes sur les cinq ans (et 120.000 avec les collectivités locales).

Les Européens, au premier rang l’Allemagne, ne pourront pas s’en contenter durablement. Il est désormais temps de sortir des postures partisanes pour affronter en face les nécessaires réformes de la sphère publique afin de maitriser durablement notre déficit, au risque de connaître une crise de cessation de paiement lorsque, inévitablement, les taux d’intérêt remonteront.

Les Arvernes

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 17/10/2017 - 19:16
pire
le réforme de l'ISF est .. croquignolesque
l'ISF dans un contexte fiscal européen concurrentiel devait disparaitre:encore une demi mesure..sensée rassurer les riches pour le inciter à revenir investir ou dépenser leur argent enFrance , voila que pour faire plaisir aux socialistes montés dans le train en marche, on va autoriser des mesure stupides ; de nouvelles taxes hors iSF mais dont l'assiette sera le luxe mais sélectif ,pas question toucher à l'art ça pourrait faire baisser les prix) donc on va taxer le yachts qui ne rapportent rien, 34 yachts vont être vendus pour être loués ensuite;le voitures de luxe seront aussi louées ;l'or bof une taxe de plus ou de moins , de toutes façons plus la taxe sera élevée
plus le noir augmentera ,mais au niveau de symboles c'est une catastrophe ;on ne vous aime pas quand même salauds de riches.
Par contre le président va dépenser de milliards dans la farce tragique de l'économie verte.. d es milliards vont être dépensés et tous les groupes piaffent pour encaisser nos impôts et nous présenter l'addition.
Hier mademoiselle Agostini nous montré qu'elle a tout compris , dépenser le max de fric au nom de l'écologie
ministre ?
jurgio
- 17/10/2017 - 16:36
Quand un État a besoin d'argent, à qui s'adresse-t-il ?
et bien à la classe moyenne ! Pas aux riches, des gens qui n'ont pas un sou en poche.
Piwai
- 17/10/2017 - 11:06
mais pas l'ombre d'une proposition. ..
Alors qu'ils restent pleurer dans leur anonymat...il est bien tard pour fairede telles observations, alors comme dirait la Fontaine:
..et bien dansez maintenant!