En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LEON NEAL / AFP
Nouvelle tendance
#BalanceTonPorc : une libération de la parole utile mais à manier avec précaution
Publié le 16 octobre 2017
Dans le sillon de l'affaire Weinstein, les femmes prennent la parole sur Twitter avec le #PayeTonPorc. Par dizaine, elles racontent cette violence et ce harcèlement quotidien dont elles sont les victimes. Virginie Martin, auteure de "Garde-corps" aux éditions Lemieux décrypte pour Atlantico cette nouvelle tendance.
Virginie Martin est une professeure-chercheure à Kedge Business School et politologue française. Elle est présidente du Think Tank Different, laboratoire politique créé en 2012, et est l'auteur de Ce monde qui nous échappe : pour un universalisme...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est une professeure-chercheure à Kedge Business School et politologue française. Elle est présidente du Think Tank Different, laboratoire politique créé en 2012, et est l'auteur de Ce monde qui nous échappe : pour un universalisme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le sillon de l'affaire Weinstein, les femmes prennent la parole sur Twitter avec le #PayeTonPorc. Par dizaine, elles racontent cette violence et ce harcèlement quotidien dont elles sont les victimes. Virginie Martin, auteure de "Garde-corps" aux éditions Lemieux décrypte pour Atlantico cette nouvelle tendance.

Atlantico : Le #BalanceTonPorc a rencontré un franc succès sur le réseau social Twitter hier. Que pensez-vous de cette nouvelle tendance ? Est-ce un gadget ou au contraire est-ce que cela aide à libérer la parole ? Pris à l'inverse, ne pensez-vous pas que cela peut attiser les problèmes en donnant l'impression que les hommes sont tous "des porcs"?

Virginie Martin : Quand il y a des tendances comme ça sur twitter il y a toujours un coté gadget. Il y a toujours un côté instrumentalisé dans le sens où l'on surfe sur la tendance. C'est le jeu. En même temps ce qui est intéressant c'est que finalement beaucoup de femmes se sont emparées de la question qui au départ ne concernait au départ qu'un petit nombre de comédiennes concernées par l'affaire Weinstein. Cela veut dire que ça c'est quelque part démocratisé. Ce ne sont pas une dizaine de comédiennes puissantes qui ont accès aux médias qui ont eu le droit de dénoncer. Twitter a rendu populaire cette affaire. C'est le viol et les agressions sexuelles du silence qui s'expriment et le bruit qui se répand. De ce point de vue-là ce n'est pas un gadget. Après il faut tempérer la chose car twiter s'adresse à des populations averties. Mais même si ça ne va pas au fond de la société, ça s'étend, c'est tant mieux et ça fait réagir.

D'un autre côté bien sûr que ça a un effet amplificateur et que ça peut finir par faire dire un "tous pourris", non plus adressé qu'aux politiques mais sous la forme "les hommes tous pourris ?". Je crois quand même que ça fait prendre conscience de l'extrême ampleur du phénomène et c'est important. Il faut plutôt se demander maintenant quelle femme n'a jamais subi d'agression sexuelle. La norme c'est ça. On le voit dans les anecdotes entre le DRH qui propose de rester un jour de plus, le collègue de bureau qui lance des allusions graveleuses ou le professeur qui explique qu'il serait sympa que la femme reste une heure de plus après la classe. On touche du doigt le sexisme ordinaire et les violences faites aux femmes de manière ordinaire. Ce n'est pas juste le type dans la rue qui siffle mais c'est le collègue, le prof… On voit que ça s'immisce dans toutes les couches de la société. Cela ne veut pas dire "tous pourris" mais que l'ampleur du phénomène est réel.

Là la sociologie apporte une réponse, c'est parce que la femme est toujours vue avant tout comme une femme, c’est-à-dire comme un objet naturalisée en tant que femme et sexualisée en tant qu'objet social. Dans mon livre "Garde-corps" la ministre ne reçoit jamais de tweets sur ce qu'elle dit mais sur comment elle est habillée. A un moment elle reçoit un tweet (tiré d'un vrai) qui résume la situation et qui dit "Tu es trop bonne je ne peux même pas écouter ce que tu racontes". C'est toujours la sexualisation de la femme qui revient au-devant de la scène dans une logique de domination et de prédation.

Pour vous, est-ce que ce hashtag peut vraiment faire changer les choses dans une société plus sexiste qu'il n'y paraît ?

J'espère que cela le permettra. Là encore c'est ce qu'on appelle la question infra politique. Ce hashtag est infra politique. Elle n'est pas censée prendre le relais du politique. Le politique ça fait 320 ans qu'on l'interpelle, nous féministes, avec nos écrits académiques ou certaines avec leur roman. Il est interpellé tout le temps et à chaque fois il y a les Zemmour et autres qui disent que ce sont des "conneries".

On avait un président qui se promettait féministe et on a compris dès le premier jour qu'il ne le serait pas. Il n'a pas mis une femme en tant que Première ministre comme il avait été question, puis il met un sous-secrétaire d'Etat en tant que ministre de l'égalité hommes-femmes. Le politique ne veut pas s'emparer de ce sujet. Il s'est emparé du sujet du racisme très volontiers dès les années 80 mais refuse de prendre la question du sexisme en main. Il y a eu une parenthèse avec Najat Vallaud Belkacem au début de son ministère quand elle était au droit des femmes. Là elle est allée loin sur les questions de genre. On l'a moquée, critiquée, ironisé, bref, enterré. Si le #BalanceTonPorc peut réveiller la Marlène Schiappa ou le Macron ce serait déjà pas mal.

Comment les femmes peuvent-elles surmonter ces obstacles, ces "problèmes" ?

Dans mon roman l'héroïne est dans une forme de résilience et finalement elle va se dire : "J'ai été agressée sexuellement quand j'étais jeune mais je vais quand même devenir ministres errer les dents et les poings dans un monde de structure patriarcale" parfois paradoxalement l'obstacle, la douleur et la souffrance créé des carrières en faisant aller au-delà de soi-même. Elle a une réponse via l'ambition et la réussite ce qui n'empêche pas que derrière elle reste très en souffrance. D'autres femmes au contraire comme un autre personnage de mon roman, reste dans une forme de tétanie et la plupart font avec, ni paralysée, ni en résilience mais dans une forme d'intériorisation des stigmates et derrière ça fait des années plus tard des dépressions, des problèmes de santé incompréhensible… Il faut comprendre que ce n'est pas une question anecdotique c'est une question de santé publique et une question de protection de l'enfance.

Quand on voit des gens qui disent "Parlez !" comme une injonction, je suis tout à fait d'accord avec Christine Angot quand elle dit "ce n'est pas une injonction de plus à faire aux femmes", c'est aux politiques à répondre. Ce n'est pas mon affaire, l'affaire de la voisine, c'est l'affaire du politique. Les données sont là, les livres, les études scientifiques et les romans sont présents. Tout le monde sait tout. Il n'y a plus que les politiques qui ne sont pas à la hauteur.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alain Proviste
- 17/10/2017 - 09:37
PARTI PRIS
Intervention excessive. On ne saurait défendre les attitudes agressives ni les insultes ni les abus de pouvoir, cependant qu'un homme fasse comprendre à une femme qu'il trouve jolie fait partie des joies de la vie non ? Avec ce genre d'hystérie, on n'aura même plus regarder quiconque plus d'une fraction de seconde. D'autre part pourquoi pas un mot sur les femmes qui se sexualisent (pour reprendre ce jargon) allègrement en faisant du charme ? Ça aussi ça fait partie de la vie. A quand le hashtag #arretedemefairedeloeil ?
atlantique07
- 16/10/2017 - 18:25
Hystérie collective
Il semblerait que la France soit un lupanar géant avec dans chaque entreprise des mâles en rut sautant sur tout ce qui bouge.Les féministes sombrent dans le ridicule et les hommes avec tant ils ont peur de cautionner la moindre chose risquant pour cela d'être cloués au pilori médiatique.......
Ex abrupto
- 16/10/2017 - 17:36
Sale temps...
à venir pour les mecs. Il faudra du temps avant que ça se calme et que les uns et les autres reviennent à la raison et à une vision équilibrée des choses; je viens de prendre le tram à Bordeaux: il y avait une affichette tout à fait officielle recommandant de ne pas regarder de façon trop insistante d'autres passagers( gères!)
Quant à moi, je l'ai échappé belle: vu mon âge, la date de mise à la consommation est largement dépassée ....