En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Capture d'écran France TV Info
Risque concret ou symbole ?

Abrogation du plan climat d’Obama : quel impact mesurable réel ?

Publié le 11 octobre 2017
Le chef de l'Agence américaine de protection de l'Environnement Scott Pruitt a annoncé hier l'abrogation du « Clean Power Plan ».
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de l'Agence américaine de protection de l'Environnement Scott Pruitt a annoncé hier l'abrogation du « Clean Power Plan ».


Atlantico : Quel bilan peut-on faire du "Clean Power Plan" sur le climat? 

Christian Gollier : Cette régulation des émissions de CO2 par le secteur électrique américain avait été promulguée par l’agence de l’environnement en 2015, sous l’ère Obama. Mais elle n’a jamais pu être mise en œuvre car elle a été immédiatement attaquée en justice par les Etats à majorité républicaine producteur de charbon.  De plus, Trump a toujours promis de stopper cette « guerre au charbon » lors de sa campagne présidentielle. L’objectif de cette régulation était de réduire d’un tiers les émissions du secteur électrique en 10 ans. C’était la pièce maitresse de l’Amérique pour respecter ses engagements dans le cadre des Accords de Paris, et une démonstration aux yeux du reste du monde d’une volonté de s’engager sérieusement dans la lutte contre le changement climatique. On peut donc maintenant être sûr que cette politique ne verra jamais le jour, même si certains Etats pourraient décider unilatéralement de poursuivre l’expérience au niveau local.

A court terme, cela permet aux Américains d’économiser 33 milliards de dollars, qu’ils ne devront pas investir dans la substitution de ces centrales au charbon par des centrales moins polluantes, voire par des éoliennes et du solaire. A plus long terme, cela conduira néanmoins à plus de décès liés aux importantes pollutions locales causées par le charbon. L’administration Trump s’est d’ailleurs empressée de récuser les estimations scientifiques de ces bénéfices sociaux, pour les ignorer complètement. Mais surtout, cela va conduire à un réchauffement de la terre plus élevé qu’espéré, pour de nombreuses générations, aux Etats-Unis comme sur le reste de la planète.  Mais, ça, l’administration Trump s’en fiche complètement.

Scott Pruit et Donald Trump sont de fervents partisans de la sortie de l'accord de Paris sur l'environnement. La fin du "clean power plan" semble être un pas de plus dans ce sens. Quels sont les risques d'une sortie effective des USA de cet accord pour l'environnement?

Cette démarche unilatérale met en danger la stabilité des Accords de Paris, basée essentiellement sur l’idée que si chacun y met un peu de bonne volonté, tout est possible. Dans cet accord, chacun se tient par la barbichette. Si chaque pays pense que tous les autres sont sérieux dans leur promesse de lutte contre le changement climatique, chaque pays a intérêt à être sérieux dans sa promesse aussi, car personne ne veut être désigné comme le fossoyeur de la planète. Mais si le doute s’installe sur les promesses des autres, alors chacun peut ne plus se sentir lié par sa propre promesse, et l’Accord s’effondre. Il y a deux équilibres, et le drame est que le bon équilibre décrit par l’Accord de Paris est instable.

Le départ des Américains est donc bien plus grave que le simple fait qu’on ne pourra pas compter sur eux dans les quelques années à venir. Il est grave parce qu’il offre une bonne excuse à tous les autres parties prenantes à l’accord de s’assoir sur leurs promesses.

Outre une volonté de se démarquer de son prédécesseur, quel est l'intérêt pour Donald Trump d'abroger cette loi? Jusqu'où le climato-scepticisme du Ministre et du Président peuvent aller?

Trump avait besoin des votes des Etats charbonniers de la Côte Est pour gagner l’élection de 2016. Il faut comprendre qu’aux Etats-Unis, la proportion de gens qui restent sceptiques sur l’origine humaine du changement climatique est beaucoup plus importante qu’en France et en Europe. Et cette proportion est curieusement beaucoup plus forte chez les républicains que chez les démocrates !  Quant à Scott Pruit, il a construit toute sa carrière de juriste sur la défense des intérêts du secteur du charbon. Sa décision n’est qu’un retour d’ascenseur.

Mais l’histoire n’est pas finie. D’une part, il est possible aux Etats-Unis d’attaquer l’agence environnementale parce qu’elle ne met pas en œuvre une régulation dont les bénéfices environnementaux dépassent les coûts de mise en œuvre. On peut faire confiance aux ONG outre-Atlantique pour déposer des recours sur cette base dès demain. D’autre part, le charbon est aujourd’hui largement concurrencer par le gaz, beaucoup moins émetteur de CO2, dont le prix s’est effondré aux USA suite à la très forte croissance de la production du gaz de schiste. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/10/2017 - 20:34
Aucun effet! Donald a gagné...
Cette économie de 33 milliards n'aura strictement aucun effet sur le climat. Le GIEC est trop proche de la faschosphère gauchiste pour convaincre...et pan!