En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 33 min 39 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 8 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 29 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 44 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 13 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 17 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 49 min 9 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 19 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 57 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 35 min
Atlanti-culture

"Jusqu'à la garde" - Le Festival de Saint Jean de Luz sait choisir: patience

Publié le 10 octobre 2017
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

CINEMA

« JUSQU'A LA GARDE » 

DE XAVIER LEGRAND

AVEC LÉA DRUCKER, DENIS MENOCHET, THOMAS GLORIA…

RECOMMANDATION

          EXCELLENT

THEME

Tout commence dans le bureau d’un juge d’instruction. Flanqués de leurs avocats, Myriam (Léa Drucker) et Antoine (Denis Ménochet) divorcent. Accusant son mari de violences, Myriam demande la garde exclusive de leur jeune fils Julien (Thomas Gloria). Antoine, qui nie les faits, requiert, lui, une garde alternée. C’est cette dernière solution que va choisir la juge.

Julien va tout tenter pour que ses parents ne se rencontrent pas… Un jeu de chat et de souris commence. Mais le drame est en route.

 

POINTS FORTS

- Il est impossible d’échapper à l’emprise de ce scénario. Il vous prend en tenailles dès la première scène et ne desserre son étreinte qu’à la dernière.

Sa force est de faire monter l’angoisse, au cours de séquences soigneusement pensées et découpées. C’est une chronique sur un fait de société, mais qui a des allures de thriller.

- Dans la façon de filmer de Xavier Legrand, il y a quelque chose de celle du Michaël Haneke de Funny Games. Le cinéaste filme ses personnages au plus près, mais avec sobriété, sans aucune recherche de sensationnalisme. On n’est pas dans la « spectacularisation » de la violence, mais (sauf pour la dernière scène) dans sa suggestion, dans ce qu’elle induit de peur chez ceux qui la subissent.  C’est très fort.

 - La direction d’acteurs est magistrale. Comme tétanisée, Léa Drucker est bouleversante en  femme soldat et mère courage prête à tout pour protéger son enfant. Le jeune Thomas Gloria dit bien les sentiments contradictoires d’horreur, de rejet et quand même d’attachement d’un enfant à son père. Quant à Denis Ménochet,  il campe avec un réalisme hallucinant ce père monstrueux, indigne, manipulateur. Un bloc de  violence, mais qui de temps à autre se lézarde d’une douceur surgie d’on ne sait quel tréfonds. Il laisse pantois.

POINTS FAIBLES

Deux broutilles, qui relèvent de la subjectivité …Peut-être quelques maladresses dans le portrait psychologique de l’enfant. Et aussi, une scène de fête  d’anniversaire qui se prolonge un petit peu trop.

EN DEUX MOTS

Au Festival de Saint-Jean-de-Luz où il a été projeté  en compétition parmi dix autres films  venus du monde entier (Ce Festival, ouvert aux jeunes cinéastes, est international), c’est peu de dire que ce drame de la  violence conjugale  a impressionné. A l’issue de la projection,  avant les applaudissements, c’est d’abord un  silence  de plomb qui a prévalu dans la salle, car  Jusqu’à la garde est un film qu’on reçoit comme un  direct à l’estomac : il coupe le souffle.

 Arrivé bardé de prix prestigieux, et donc précédé d’un formidable bouche à oreille,  il est reparti avec le Grand Prix que lui a, à l’unanimité, décerné  le Jury.  Un Jury présidé cette année par Michèle Laroque, entourée notamment  de la réalisatrice Lola Doillon et de la comédienne Anne Marivin.

  Cinéphiles, prenez votre mal en patience. Jusqu’à la garde ne sortira qu’en février prochain sur les écrans.

D’ici là, précipitez vous sur les films de cette sélection de Saint-Jean-de-Luz.  Concoctée par le perspicace Patrick Fabre, elle était, de haute volée.

On vous recommande  tout particulièrement Lucky , de  l’Américain John Caroll Lynch, le portrait jubilatoire d’un épatant nonagénaire  avec l’immense  et regretté Harry Dean Stanton ( sortie le 13 décembre); et aussi et surtout,  Seule la terre  (quel mauvais titre !), du britannique Francis Lee, une comédie romantique  stupéfiante qui relate une  rude histoire d’amour entre deux éleveurs de brebis dans le fin fond du Yorkshire. Récompensé au dernier Festival de Dinard par le Hitchcock d’or, ce film sort sur les écrans le 6 décembre.  Porté entre autres par Josh ‘O Connor  (qui a reçu hier soir à Saint-Jean-de-Luz, le prix d’interprétation masculine), il est plus que formidable.

 

UN EXTRAIT

«  Jusqu’à la garde  est une expérience intense qui nous bouscule, nous émeut et nous transforme…Merci Xavier Legrand pour ce petit bijou noir qui nous hantera longtemps » ( Christophe Foltzer, « Ecran large », 5 octobre 2017).

LE REALISATEUR

C’est par le biais des planches, où il retourne régulièrement comme acteur, que Xavier Legrand est finalement devenu, d’abord dramaturge, puis scénariste, puis réalisateur. « Les choses se sont mises en place petit à petit. "Mais ma façon de construire un récit et de le filmer me sont venues du théâtre » aime à  répéter cet ancien élève du Conservatoire national d’Art Dramatique de Paris.

Il faut dire que depuis 2006, année de ses débuts, il  a joué de grands auteurs du Répertoire (Shakespeare, Molière, Tchekhov, et plus près de nous, Pinter et  Copi), sous la direction de grands metteurs en scène dont Christian Benedetti, Christian Schiaretti, Jean-Yves Ruf.

C’est en 2013  que le jeune homme se lance dans le cinéma, avec Avant que de tout perdre.

  Coup d’essai, coup de maitre, ce court métrage reçoit de nombreuses récompenses, dont le très envié Grand Prix National du Court-métrage de Clermont-Ferrand.

Ce Jusqu’à la garde qui en est tiré et que le jeune cinéaste  a tourné avec les mêmes comédiens ( Léa Drucker et Denis Ménochet) vient donc de repartir avec  la récompense suprême du Festival de Saint-Jean-de-Luz, le Grand Prix du Jury. Ce n’est pas rien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires