En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

04.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 heures 24 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 9 heures 2 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 51 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 11 heures 6 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 39 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 7 heures 23 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 9 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 10 heures 13 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 45 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 13 heures 19 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 41 min
© NICHOLAS KAMM / AFP
© NICHOLAS KAMM / AFP
Bonnes feuilles

Donald Trump, héritier improbable d'Aristote ? La formule magique du président américain pour "régner" sur Twitter

Publié le 07 octobre 2017
Tout oppose Emmanuel Macron et Donald Trump : leur parcours, leur personnalité, leur idéologie. Pourtant, ils ont tous deux réussi à remporter leur élection, déjouant les augures qui leur prédisaient une victoire impossible. Ils sont les transgressifs par excellence. Extrait du livre "Les transgressifs au pouvoir" d'Olivier Piton, aux éditions Plon (1/2).
Olivier Piton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Piton est avocat spécialisé en droit public français, européen et américain. Il a collaboré auprès de trois ambassadeurs de France aux Etats-Unis sur les questions liées aux affaires publiques et aux relations gouvernementales. Il a créé et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout oppose Emmanuel Macron et Donald Trump : leur parcours, leur personnalité, leur idéologie. Pourtant, ils ont tous deux réussi à remporter leur élection, déjouant les augures qui leur prédisaient une victoire impossible. Ils sont les transgressifs par excellence. Extrait du livre "Les transgressifs au pouvoir" d'Olivier Piton, aux éditions Plon (1/2).

La stratégie du bison

Si Barack Obama était l’homme de Facebook, Donald Trump est celui de Twitter1 . Ce média semble avoir été créé pour lui : un nombre de signes limité à 140 qui favorise les phrases courtes et une diffusion instantanée à ses 6 millions de «followers» (ils sont 33 millions aujourd’hui) lui permettant de contourner les médias traditionnels en vue de distiller «sa » vérité en vrac et sans filtre. Cependant, sa stratégie payante sur Twitter tient surtout à son utilisation aristotélicienne. Logos, ethos, pathos y sont présents dans la quasi-totalité de ses tweets.

Durant la campagne électorale, le candidat républicain a fait exactement l’inverse de ce que font les  politiques quand ils utilisent Twitter. Rien de consensuel, de général ou de tiède. Ses tweets sont, au contraire, colériques, souvent insultants, presque toujours polémiques. Et ça marche : pratiquement toutes ses productions Twitter sont commentées1 . Petit détail technique, la plupart du temps, il dicte ses messages à son équipe.

C’est le magazine Slate qui, le premier, démontre que les tweets de Donald Trump sont décrits comme des modèles de persuasion, rédigés sous une forme classique tels qu’énoncés par Aristote2 . Avec une infinie ironie et comparaison mise à part, celui qui fut le précepteur du jeune Alexandre le Grand a semblé retrouver un élève, deux mille cinq cents ans plus tard.

À l’examen, 80 % des tweets de Donald Trump sont construits de la même manière. Il n’est, dès lors, plus question de parler de hasard. Le candidat insère, en 140 signes, trois séquences divisées en trois phrases. Logos (appel à la logique), ethos (appel à la crédibilité) et pathos (appel à l’émotion). L’article prend cet exemple :

«Un kamikaze a tué des militaires américains en  Afghanistan. Quand est-ce que nos leaders vont devenir durs et intelligents? On nous mène à l’abattoir.»

«Un kamikaze a tué des militaires américains en Afghanistan (le logos, le scripteur énonce un fait incontestable). Quand est-ce que nos leaders vont devenir durs et intelligents (l’ethos, le scripteur veut «crédibiliser» la phrase précédente par des «valeurs» ou une «opinion» qui seraient naturellement partagées avec le lecteur)? On nous mène à l’abattoir» (le pathos, la dernière phrase se situe dans le registre émotionnel et doit générer la colère du lecteur, son désarroi ou encore sa peine).»

Un énoncé factuel, une critique légitime, une bouffée d’émotion. C’est la formule rhétorique parfaite pour obtenir l’approbation des internautes. Bien entendu, c’est surtout la stratégie du pathos qui domine ses tweets, même si l’usage des trois séquences consécutives est soigneusement privilé- gié. Il en fait des «minibombes». Il y jette des remarques et des idées provocantes et transgressives au possible. Si cela devient viral, il est certain d’être le centre de l’attention médiatique pendant quelques heures.

Le New York Times a analysé la sémantique de ses tweets : il cherche systématiquement à diviser le monde entre « bons» et « méchants» : utilisation fréquente du «nous» contre le «ils» (les musulmans, les  migrants, les démocrates, etc.). Il fait appel à des images fortes : «Combien d’aigles américains les éoliennes vont-elles tuer aujourd’hui? Elles sont un désastre environnemental et esthétique » (tweet de RealDonaldTrump du 24  août 2012). Il s’attaque aux failles intimes de ses adversaires  : «Jeb Bush n’utilise jamais son nom dans les publicités. A-t-il honte de son nom BUSH? Une situation bien triste » (tweet de RealDonaldTrump du 24  août 2015). Pour augmenter son audience, il recourt volontiers aux commérages  : «Je refuse d’appeler bimbo la journaliste Megyn Kelly parce que cela ne  serait pas politiquement correct» (tweet de RealDonaldTrump du 27 janvier 2016).

 

Le vocabulaire est simple et répétitif. Sa rhétorique aristotélicienne est à ce prix. Cette constance a d’ailleurs permis la création d’un compte, par un chercheur du Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui génère grâce à un algorithme des tweets «trumpesques» très crédibles.

Extrait du livre "Les transgressifs au pouvoir" d'Olivier Piton, aux éditions Plon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 07/10/2017 - 18:12
D. Trump utilise des mots simples pour expliquer les choses
La gauche et le politiquement correct ne disent jamais les choses comme elles sont mais à l'envers façon Orwell. Et c'est cela qui rend fous cette gauchosphère aux USA et en France.
vangog
- 07/10/2017 - 11:05
Pas de logorrhée, pas de phraséologie gauchiste...
pas de circonvolutions sémantiques...Donald s'adresse aux sans-dents et touche leur cœur en même temps que leur âme! Un vrai Président par responsabilité, à l'inverse de notre Président fantoche, élu par des médias menteurs et manipulateurs d'opinions... Oh ben c'est sûr! Pour manipuler, il faut "droguer" le lecteur de mots...plein de mots pour atteindre l'ivresse électorale! C'est la technique des gourous et ça "marche" sur les gogos...