En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 3 heures 15 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 6 heures 23 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 7 heures 9 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 8 heures 33 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 9 heures 56 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 10 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 10 heures 57 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 3 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 6 heures 19 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 6 heures 28 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 7 heures 42 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 10 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 19 heures 25 min
© Pixabay
© Pixabay
Triste

Petits conseils aux parents désemparés pour gérer le blues de la 3ème semaine d’école

Publié le 04 octobre 2017
Comme tous les enfants, le Prince George n'aime la rentrée qu'un instant. Son père a même confié qu'il n'appréciait plus vraiment cette drôle de routine qui l'oblige à quitter le giron familial. Et c'est particulièrement normal.
Florence Millot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychologue pour enfants.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme tous les enfants, le Prince George n'aime la rentrée qu'un instant. Son père a même confié qu'il n'appréciait plus vraiment cette drôle de routine qui l'oblige à quitter le giron familial. Et c'est particulièrement normal.

Atlantico : Les tabloïds anglais ne s'en remettent pas : à peine un mois après sa rentrée, le prince George, l'enfant modèle, en "aurait assez" de l'école ! Qu'est-ce qui fait qu'il est fréquent que l'enfant connaisse à cette période une sorte de "blues du mois d'octobre" et qu'il rechigne plus que d'habitude à enfiler son cartable pour aller à l'école ?

 

Florence Millot : Il y a plusieurs facteurs. Le premier est lié au temps et à l'importante baisse de la quantité de lumière qui accompagne le raccourcissement des jours alors qu'on s'engouffre vers l'automne et l'hiver. L'été a été l'occasion d'une exposition particulièrement importante, l'occasion de faire le plein de vitamine D, de profiter de la chaleur... les vacances pour faire court ! Mais évidemment, cela dépend d'où on habite !

Septembre est marqué par le renouvellement, l'excitation de la découverte, ce dont ne bénéficie plus octobre. Ne serait-ce qu'en terme de luminosité, de température, la situation s'est généralement dégradée. Cela joue bien-sûr sur l'humeur des enfants et des parents, mais l'effet est particulièrement plus fort chez les jeunes enfants parce que leur système nerveux est encore immature. Les mêmes-effets qui nous touchent en cette période sont amplifiés chez l'enfant. Il peut paraître alors déprimé, ne plus trop vouloir sortir, ronchonner... C'est un contre-coup : pendant l'été, les enfants découvrent le monde, ils sont libres. Et là ils arrivent au mois d'octobre : on ne peut plus rien faire, il fait beau, on rentre chez soi, et comme assez naturellement, les familles sortent moins de chez elles quand il commence à pleuvoir et que la température commence à baisser, du coup l'enfant passe d'un extrême à l'autre. L'enfant a expérimenté la liberté et doit maintenant rester assis à l'école, rester à la maison... et il commence à comprendre que cet état va durer ! Il comprend alors vraiment ce que c'est que l'école, ce que veut dire un rythme de travail scolaire. Et plus l'enfant est petit, plus l'environnement n'est pas assimilé (entente avec la maîtresse, les camarades etc.) et plus ce genre de petites déprimes apparaît.

 

Faut-il s'inquiéter de cette "déprime" quand elle survient violemment, avec pleurs, refus de lever le matin, mauvais comportement à l'école etc ?

 

Même s'il peut y avoir des changements qui paraissent un peu brutaux chez l'enfant, cela ne pourra jamais être uniquement lié au blues d'octobre, il y aura toujours quelque chose en plus. C'est en revanche possiblement réactivé par l'atmosphère particulière de cette époque. Avec la morosité de la température et du quotidien qui prend le pas, l'enfant peut choisir de s'exprimer à ce moment-là. Mais si la déprime se manifeste de la sorte, ce ne sera pas que du fait de l'époque, évidemment ! C'est un peu comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase en revanche. A cette période, on voit les choses d'une façon plus sombre, en quelque sorte !

 

Cette période n'atteint pas de son vilain cafard que les jeunes enfants, mais aussi souvent les parents. Comment faire en sorte que la famille reparte sur de bonnes bases malgré la longue et difficile année qui se profile ?

 

L'important, c'est de se demander ce qui, malgré le changement de rythme, me fait plaisir de faire en tant que parent avec mon enfant. Que veut-je garder dans mon quotidien ? L'important, si on le peut et même si le temps ne le permets en apparence pas, de sortir le plus possible. Rallonger les trajets dehors, marcher un peu plus, faire des ballades, profiter de l'air libre et de la lumière. Il est aussi possible de se coucher un petit peu plus tôt et de se lever un peu plus tôt pour avoir plus d'énergie le matin pour partager avec son enfant certaines choses. Quand un enfant n'a pas envie d'aller à l'école, l'idée est de remplir son réservoir affectif avant qu'il y aille. C'est assez simple : il a besoin de jouer ou de câlins. Donc prendre le temps de petit-déjeuner avec lui, jouer avec lui, prendre un moment à deux, un instant plaisir pour qu'il ait envie de se lever. Cela peut durer un quart d'heure, mais cela doit être un vrai temps affectif pour l'enfant. Pas de téléphone, pas de stress, pas de cris, pas d'interdits.

 

On peut aussi essayer d'utiliser des lumières qui aident à réveiller un enfant (mais cela ne marche pas pour tous le monde).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires