En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© DR
Bonnes feuilles
Nostalgies communistes : mon père, ce héros au sourire si doux…
Publié le 01 octobre 2017
Des pages faites de rage, de passion et d'amour. La tragédie du siècle incarnée par la tragédie d'un homme. Extrait de "Fils d'Adam - Nostalgies communistes" de Benoît Rayski, publié aux éditions Exils (2/2).
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des pages faites de rage, de passion et d'amour. La tragédie du siècle incarnée par la tragédie d'un homme. Extrait de "Fils d'Adam - Nostalgies communistes" de Benoît Rayski, publié aux éditions Exils (2/2).

Je me suis sans doute consolé de ta mort. Mais tu me manques. Et je crois que je te manque aussi. C’est pourquoi nous avons passé du temps ensemble. Je t’ai pris la main et je t’ai fait faire des voyages auxquels tu n’avais jamais osé penser. Tu te les étais interdits. Certainement les restes d’une vieille prudence juive, attentive à ne pas provoquer afin que le mal, compagnon de toujours, continue à sommeiller.

Je suis Télémaque. Tu es Ulysse. Enfin, tu es revenu. « Tu n’étais à l’instant qu’un vieillard, couvert de loques, et maintenant tu ressembles aux dieux maîtres du ciel. » Je t’ai emmené partout. À Bialystok, la ville de ton enfance. À Treblinka, dont tu n’as jamais parlé car tu avais effacé ce nom de ta mémoire. À Paris, au 44 de la rue de Paradis. Là, toi et les tiens aviez reconstitué un shtetl où le yiddish se chantait mieux que le français. À la maison d’arrêt d’Évreux. Prisonnier là-bas, tu avais continué à être mon père protecteur. À Varsovie, où un tribunal militaire t’avait condamné pour trahison.

Tu étais mon père, maintenant c’est moi qui suis le tien. Comment pourrais-je en douter quand je regarde une très vieille photo sépia, avec l’ovale de l’époque ? Un garçon de huit ou neuf ans, propret, habillé comme un petit page. Tes parents, des commerçants aisés de Bialystok, en avaient les moyens. J’arrête les photos. Il y en a d’autres, enfouies au plus profond d’un tiroir. Trop de souffrances. Des adolescentes juives et belles. Tes sœurs. Elles avaient l’âge de mes enfants. Il leur est arrivé ce qui est arrivé à tous les Juifs de Bialystok.

Après tant de temps passé ensemble, je te connais mieux. Sur la route, tu as été mon camarade. Un voyage à deux, cela rapproche. Tu te souviens de la chanson que tu me chantais ? Et que je chantais avec toi ? Elle était dédiée à nos martyrs et à nos suppliciés : « C’est à l’aube / C’est à l’aube / Qu’on achève les blessés / Qu’on réveille les condamnés / Qui ne reviendront jamais / C’est à l’aube / C’est à l’aube / À l’heure triste où le jour point / Qu’on regarde son destin / Dans les yeux / À la croisée des chemins / Les hommes crispent leurs poings / Pour l’adieu / C’est à l’aube / C’est à l’aube / De demain. »

Cette chanson-là, nous la chantions pour l’humanité tout entière. Et puis un jour tu m’as dit qu’ayant la chance de trouver des éditeurs et d’écrire dans les journaux, il fallait que je commence à m’occuper des nôtres, des Juifs. J’ai fait ce que tu m’as demandé. J’ai commencé à écrire, de toutes les manières, avec tous les subterfuges dont j’étais capable : Juifs, je vous aime tous… Et de l’avoir écrit m’a donné une des clés de la destinée juive. Nous nous aimons tous et c’est insupportable aux autres. Eux ne s’aiment pas, et donc n’aiment personne. Car, sans amour de soi et des siens, on ne peut aimer les autres. Chez les Juifs cela se dit depuis toujours de la façon suivante : « Si je ne m’aime pas, qui m’aimera ? Et si je n’aime que moi, qui suis-je ? » Pour ces raisons, les autres n’aiment pas les Juifs. Et pour salir l’amour qui les gêne, parce qu’ils n’en éprouvent pas, ils décrètent que les Juifs se tiennent par les coudes pour dominer ceux qui ne le sont pas.

Pourquoi ces gens-là s’aimeraient-ils d’ailleurs ? Il leur suffit de naître. Ils n’ont pas cette petite crampe au ventre qui vous fait sentir que vous êtes vivant parce que vous aimez et que vous souffrez. Tout leur est donné. Une patrie. Un pays. Une religion. Un toit. Une identité. Une citoyenneté. Ils sont de chez eux, naturellement. Au Juif, il ne suffit pas de naître pour être. Il lui faut certes vivre, mais surtout essayer de ne pas mourir.

Extrait de "Fils d'Adam, Nostalgies communistes" de Benoît Rayski aux Editions Exils

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 01/10/2017 - 21:11
je suis
sous le charme des 2 extraits d'hier et d'aujourd'hui. Magnifiques de tendresse et d'admiration, souvenirs du passé. Merci Monsieur Rayski pour ce très hommage en ce début d'année. Et puis hier j'ai retrouvé les juifs de ma ville .... ils se sont souvenus du chemin de la synagogue... et ce jour là les chants et les psaumes sont trop beaux.
Eolian
- 01/10/2017 - 20:01
Goy,
j’ai vecu en Angleterre avec des Juifs orthodoxes pendant une année en partageant leurs rites. Votre très beau texte me rappelle beaucoup de très beaux souvenirs. Merci!