En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
L’œuf ou la poule
Et si les inégalités de revenus étaient à l'origine des crises financières ?
Publié le 26 mars 2012
Quand les riches s'enrichissent, les ménages moins aisés s'endettent pour maintenir leur consommation, un phénomène encouragé par les autorités. Voilà le mécanisme à l'origine de la crise, selon un économiste américain.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand les riches s'enrichissent, les ménages moins aisés s'endettent pour maintenir leur consommation, un phénomène encouragé par les autorités. Voilà le mécanisme à l'origine de la crise, selon un économiste américain.

On a évoqué de nombreuses raisons pouvant expliquer la crise financière qui touche le monde entier, ou presque, depuis 2007 et l’effondrement des crédits à risque américains. L’une d’elle recueille de plus en plus de défenseurs : ce sont les inégalités qui sont coupables.

Raghuram Rajan, professeur de finances à l’Université de Chicago, est l’un des premiers à avoir pointé du doigt ce phénomène. En 2010, son ouvrage Fault Lines défend la thèse selon laquelle l’augmentation des inégalités salariales aux Etats-Unis depuis le début des années 80 aurait abouti, près de trente ans plus tard, à la crise dont nous tentons toujours de sortir.

Tout commence quand, il y a trente ans, l’écart de salaire entre Américains salariés et peu diplômés et ceux titulaires d’un diplôme universitaire atteint un record, et se creuse durablement. Pressés de régler ce problème, les responsables politiques ont ouvert le robinet du crédit hypothécaire.

Deuxième étape : 1992. Le gouvernement réduit l’exigence de fonds propres de deux institutions bancaires incontournables du secteur immobilier, Fannie Mae et Freddie Mac. Au cours des années 90 et 2000, les deux banques sont fortement encouragées par le pouvoir à accorder des crédits immobiliers aux ménages américains. Y compris aux ménages qualifiés, non sans un certain cynisme, de ninja : "no insurance, no jobs, no assets", en français "pas d’assurance, pas de travail, pas de biens". Le terrain est prêt, le désastre peut arriver, en conclut alors Raghuram Rajan.

L’exemple de la crise de 1929 

The Economistqui reprend les principaux arguments du livre de Mr Rajan, rappelle que ce dernier n’avait pour vocation que d’expliquer la crise des subprimes, et non pas de proposer une grille de lecture globale en cas de crise financière. Pourtant, l’économiste n’est pas le seul à étudier les liens entre inégalités et crise financière.

Parmi les tenants de cette théorie, deux chercheurs du Fond Monétaire International, Michael Kumhof and Romain Rancière. Dans un papier intitulé "Inégalités, levier et crises" publié en novembre 2010, les deux auteurs étudient non seulement la période pré-citée (1983-2008) mais aussi la période qui précède la Grande dépression (1920-1929). En 2007, 1% des Américains les plus riches détenaient 23,5% des revenus, un niveau jamais atteint depuis… 1929. "Ces périodes sont toutes les deux marquées par une forte hausse de la part de revenus détenus par les plus riches, un fort effet de levier sur les autres, et finalement, une crise financière qui se propage à l’économie réelle." 

Selon le modèle établi par Kumhof et Rancière, cette situation se produit quand les investisseurs s’approprient les bénéfices de la production, ralentissant la hausse des salaires, et augmentant les inégalités. Pour pouvoir continuer à consommer, les travailleurs empruntent. "Le mécanisme clé, qui s'illustre par une hausse rapide de la taille du secteur financier, est la manière par laquelle les hauts revenus vont recycler leurs revenus supplémentaires en prêts accordés au reste de la population. Ils permettent ainsi à ces derniers de maintenir leur consommation, au moins pour un temps. Mais si les ménages à faible ou moyen revenus n’ont pas la perspective d’une reprise à relativement court terme, inévitablement, les emprunts continuent d’augmenter, et avec eux l’effet de levier et la probabilité d’une crise qui se propagera à l’économie réelle."

Ce modèle, note The Economist, n’implique pas la responsabilité des responsables politiques : seules les institutions financières et les ménages jouent ici un rôle.

Votre crise, avec ou sans politique ?

Ce n’est pas le cas de l’étude menée par Marianne Bertrand et Adair Morse, de l’Université de Chicago.

"Est ce que la hausse de la consommation des ménages les plus riches (et de plus en plus riches) pousse ceux qui ne sont pas riche à consommer plus ?" s’interroge les deux auteurs.  Pour répondre à cette question, ils ont étudier la consommation des ménages dans les différents états américains entre 1980 et 2008.

Bertrand et Morse ont notamment pris en compte la législation fédérale et au sein des Etats. Ils observent que, "quelque soit leur tendance politique, les responsables politiques représentant des zones géographiques marquées par une forte inégalité de revenus tendent à favoriser les politiques qui augmentent la disponibilité du crédit ou diminuent son coût." Cette fois, le pouvoir politique est donc bel et bien impliqué dans le processus.

Un processus qui, au final, se traduit ainsi : plus les riches consomment, plus les pauvres consomment aussi. 

Oui, mais… 

L’étude du lien de causalité entre inégalité et crise économique s'est ensuite étendue à de nombreux autres pays, en deux nombreuses périodes. Lien qui se trouve validé, parfois. Dans d’autres cas, c’est l’inverse : c’est la création de crédit qui entraine la hausse des inégalités. Parfois encore, le modèle ne fonctionne tout simplement pas : Au Japon, dans les années 90, une hausse rapide des revenus des plus riches s’est doublée d’un effondrement du crédit. 

Conclusion, pour The Economist : le schéma "inégalités salariales => hausse du crédit => crise financière qui se propage dans l’économie réelle" n’est pas une loi immuable. Il reste un phénomène à considérer attentivement la prochaine fois que la question se posera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
07.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cqoiqéqon
- 26/03/2012 - 19:58
En revanche quand je lis ce
En revanche quand je lis ce genre d'article qui traite de la corruption des économistes...

http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-mauduit/260312/les-imposteurs-de-l-economie

je me dis que l'origine des crises n'est pas dans les inégalités mais bien dans l'argent lui même ou dans l'individu qui lui confère une valeur dévote.
mais que voulez vous, il nous faut bien croire en quelque chose d'au delà de notre condition humaine.
le veau d'or de moise reprend tout son sens.
cqoiqéqon
- 26/03/2012 - 19:16
@ anonymous.
vos trois premier commentaires était excellent d'où le grand jour!
j'ai notamment applaudi au défoncement de l'ultra libéralisme et de ses conséquences sur la politique de l'Etat.
Concernant la nature humaine, car la question que nous posons est de savoir si le phénomène de crise financière prend son origine dans la nature humaine, là nos avis divergent.
et Nietzsche à parfaitement raison. La raison est simple: les individus s'ils sont libéraux dans l'esprit (aspirent à la liberté et donc théoriquement à la disparités " raisonnable" des revenus) se comportent suivant la loi du plus faible qui fonde toute famille , tout groupe et qui veut que l'on érige un toit et qu'on protège sa progéniture d'évènements extérieurs. Pour parvenir à cette fin impérieuse, vous prendrez. contre toute culture, tout ce qui vous tombe sous la main, en ce y compris de l'argent, du pétrole et de l'uranium, et ce d'autant plus enclin à le faire que vous êtes pauvre.(y compris culturellement et intellectuellement d'ailleurs).
Enfin bref comme je dis souvent, s' il faut avoir le ventre plein pour philosopher, il n'est pas aisé de philosopher avec le ventre plein.
tyu69
- 26/03/2012 - 17:38
pas d'assurance, pas de travail ... pas de credit ?
le crédit hypothécaire serait la source des ennuis économiques ? pourtant ce type de prêt n'a pas vraiment été exploité en France (voir en Europe) par rapport aux états unis ?

http://www.assurance-blog.fr