En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 7 min 14 sec
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 41 min 34 sec
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 1 heure 48 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 2 heures 38 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 20 heures 3 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 1 jour 5 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 1 jour 44 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 23 min 47 sec
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 1 heure 2 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 19 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 20 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 23 heures 13 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 1 jour 21 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 1 jour 1 heure
L’œuf ou la poule

Et si les inégalités de revenus étaient à l'origine des crises financières ?

Publié le 26 mars 2012
Quand les riches s'enrichissent, les ménages moins aisés s'endettent pour maintenir leur consommation, un phénomène encouragé par les autorités. Voilà le mécanisme à l'origine de la crise, selon un économiste américain.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand les riches s'enrichissent, les ménages moins aisés s'endettent pour maintenir leur consommation, un phénomène encouragé par les autorités. Voilà le mécanisme à l'origine de la crise, selon un économiste américain.

On a évoqué de nombreuses raisons pouvant expliquer la crise financière qui touche le monde entier, ou presque, depuis 2007 et l’effondrement des crédits à risque américains. L’une d’elle recueille de plus en plus de défenseurs : ce sont les inégalités qui sont coupables.

Raghuram Rajan, professeur de finances à l’Université de Chicago, est l’un des premiers à avoir pointé du doigt ce phénomène. En 2010, son ouvrage Fault Lines défend la thèse selon laquelle l’augmentation des inégalités salariales aux Etats-Unis depuis le début des années 80 aurait abouti, près de trente ans plus tard, à la crise dont nous tentons toujours de sortir.

Tout commence quand, il y a trente ans, l’écart de salaire entre Américains salariés et peu diplômés et ceux titulaires d’un diplôme universitaire atteint un record, et se creuse durablement. Pressés de régler ce problème, les responsables politiques ont ouvert le robinet du crédit hypothécaire.

Deuxième étape : 1992. Le gouvernement réduit l’exigence de fonds propres de deux institutions bancaires incontournables du secteur immobilier, Fannie Mae et Freddie Mac. Au cours des années 90 et 2000, les deux banques sont fortement encouragées par le pouvoir à accorder des crédits immobiliers aux ménages américains. Y compris aux ménages qualifiés, non sans un certain cynisme, de ninja : "no insurance, no jobs, no assets", en français "pas d’assurance, pas de travail, pas de biens". Le terrain est prêt, le désastre peut arriver, en conclut alors Raghuram Rajan.

L’exemple de la crise de 1929 

The Economistqui reprend les principaux arguments du livre de Mr Rajan, rappelle que ce dernier n’avait pour vocation que d’expliquer la crise des subprimes, et non pas de proposer une grille de lecture globale en cas de crise financière. Pourtant, l’économiste n’est pas le seul à étudier les liens entre inégalités et crise financière.

Parmi les tenants de cette théorie, deux chercheurs du Fond Monétaire International, Michael Kumhof and Romain Rancière. Dans un papier intitulé "Inégalités, levier et crises" publié en novembre 2010, les deux auteurs étudient non seulement la période pré-citée (1983-2008) mais aussi la période qui précède la Grande dépression (1920-1929). En 2007, 1% des Américains les plus riches détenaient 23,5% des revenus, un niveau jamais atteint depuis… 1929. "Ces périodes sont toutes les deux marquées par une forte hausse de la part de revenus détenus par les plus riches, un fort effet de levier sur les autres, et finalement, une crise financière qui se propage à l’économie réelle." 

Selon le modèle établi par Kumhof et Rancière, cette situation se produit quand les investisseurs s’approprient les bénéfices de la production, ralentissant la hausse des salaires, et augmentant les inégalités. Pour pouvoir continuer à consommer, les travailleurs empruntent. "Le mécanisme clé, qui s'illustre par une hausse rapide de la taille du secteur financier, est la manière par laquelle les hauts revenus vont recycler leurs revenus supplémentaires en prêts accordés au reste de la population. Ils permettent ainsi à ces derniers de maintenir leur consommation, au moins pour un temps. Mais si les ménages à faible ou moyen revenus n’ont pas la perspective d’une reprise à relativement court terme, inévitablement, les emprunts continuent d’augmenter, et avec eux l’effet de levier et la probabilité d’une crise qui se propagera à l’économie réelle."

Ce modèle, note The Economist, n’implique pas la responsabilité des responsables politiques : seules les institutions financières et les ménages jouent ici un rôle.

Votre crise, avec ou sans politique ?

Ce n’est pas le cas de l’étude menée par Marianne Bertrand et Adair Morse, de l’Université de Chicago.

"Est ce que la hausse de la consommation des ménages les plus riches (et de plus en plus riches) pousse ceux qui ne sont pas riche à consommer plus ?" s’interroge les deux auteurs.  Pour répondre à cette question, ils ont étudier la consommation des ménages dans les différents états américains entre 1980 et 2008.

Bertrand et Morse ont notamment pris en compte la législation fédérale et au sein des Etats. Ils observent que, "quelque soit leur tendance politique, les responsables politiques représentant des zones géographiques marquées par une forte inégalité de revenus tendent à favoriser les politiques qui augmentent la disponibilité du crédit ou diminuent son coût." Cette fois, le pouvoir politique est donc bel et bien impliqué dans le processus.

Un processus qui, au final, se traduit ainsi : plus les riches consomment, plus les pauvres consomment aussi. 

Oui, mais… 

L’étude du lien de causalité entre inégalité et crise économique s'est ensuite étendue à de nombreux autres pays, en deux nombreuses périodes. Lien qui se trouve validé, parfois. Dans d’autres cas, c’est l’inverse : c’est la création de crédit qui entraine la hausse des inégalités. Parfois encore, le modèle ne fonctionne tout simplement pas : Au Japon, dans les années 90, une hausse rapide des revenus des plus riches s’est doublée d’un effondrement du crédit. 

Conclusion, pour The Economist : le schéma "inégalités salariales => hausse du crédit => crise financière qui se propage dans l’économie réelle" n’est pas une loi immuable. Il reste un phénomène à considérer attentivement la prochaine fois que la question se posera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cqoiqéqon
- 26/03/2012 - 19:58
En revanche quand je lis ce
En revanche quand je lis ce genre d'article qui traite de la corruption des économistes...

http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-mauduit/260312/les-imposteurs-de-l-economie

je me dis que l'origine des crises n'est pas dans les inégalités mais bien dans l'argent lui même ou dans l'individu qui lui confère une valeur dévote.
mais que voulez vous, il nous faut bien croire en quelque chose d'au delà de notre condition humaine.
le veau d'or de moise reprend tout son sens.
cqoiqéqon
- 26/03/2012 - 19:16
@ anonymous.
vos trois premier commentaires était excellent d'où le grand jour!
j'ai notamment applaudi au défoncement de l'ultra libéralisme et de ses conséquences sur la politique de l'Etat.
Concernant la nature humaine, car la question que nous posons est de savoir si le phénomène de crise financière prend son origine dans la nature humaine, là nos avis divergent.
et Nietzsche à parfaitement raison. La raison est simple: les individus s'ils sont libéraux dans l'esprit (aspirent à la liberté et donc théoriquement à la disparités " raisonnable" des revenus) se comportent suivant la loi du plus faible qui fonde toute famille , tout groupe et qui veut que l'on érige un toit et qu'on protège sa progéniture d'évènements extérieurs. Pour parvenir à cette fin impérieuse, vous prendrez. contre toute culture, tout ce qui vous tombe sous la main, en ce y compris de l'argent, du pétrole et de l'uranium, et ce d'autant plus enclin à le faire que vous êtes pauvre.(y compris culturellement et intellectuellement d'ailleurs).
Enfin bref comme je dis souvent, s' il faut avoir le ventre plein pour philosopher, il n'est pas aisé de philosopher avec le ventre plein.
tyu69
- 26/03/2012 - 17:38
pas d'assurance, pas de travail ... pas de credit ?
le crédit hypothécaire serait la source des ennuis économiques ? pourtant ce type de prêt n'a pas vraiment été exploité en France (voir en Europe) par rapport aux états unis ?

http://www.assurance-blog.fr