En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 32 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 5 heures 55 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 12 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
Atlanti-culture

"Haute surveillance" : Le talent provocateur et sourcier d'un écorché vif

Publié le 26 septembre 2017
Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
HAUTE SURVEILLANCE
De Jean Genet
Mise en scène: Cédric Gourmelon
Avec Pierre-Louis-Callixte, Jérémie Lopez, Sébastien Pouderoux, Christophe Montenez
Durée 1h15
 
 
INFORMATIONS
Comédie-Française
Studio-Théâtre
Galerie du Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli Paris 1er
Jusqu' au 29 octobre 
Du mercredi au dimanche à 18h30
Réservations : 01 44 58 15 15  
                       www.comedie-francaise.fr  
 
RECOMMANDATION : BON
 
THEME 
Dans cet espace carcéral que Genet connaissait si bien, au cœur d’une centrale dirigée par un caïd surnommé Boule de Neige, la confrontation de trois détenus, dont l’un, Yeux-verts, condamné à mort, sera bientôt guillotiné. Il fascine les deux autres, Lefranc et Maurice qui ne sont que des voleurs et se détestent mutuellement. 
On comprend très vite que la femme de Yeux-verts devient l’objet de la convoitise de tous. 
Lefranc qui rêve en secret d’atteindre cette étrange pureté qui habite Yeux-verts, en dépit de son crime, finira par tuer Maurice. 
Tout se passe sous le regard d’un étrange gardien lui aussi attiré par Yeux-verts, avec lequel il entretient des relations ambiguës.
 
POINTS FORTS 
1- La pièce écrite en prison en 1942 sous le nom de «Pour la Belle», fut créée en 1949 au Théâtre des Mathurins dans la mise en scène de Jean Marchat qui aida Genet dans l’écriture, comme Louis Jouvet l’avait fait lors de la création des «Bonnes ». Marchat était persuadé du talent poétique de Genet. Lors de sa sortie, la pièce fit scandale. Remaniée plusieurs fois elle est présentée ici dans la version revue par l’auteur en 1985 et publiée en 1988.
2- Les personnages sont admirablement construits. Lefranc, le seul intellectuel des trois, écrit les lettres que Yeux-verts destine à sa femme et vit une histoire d’amour par procuration. Maurice, petit voyou à la gueule d’ange supporte difficilement cette connivence ambiguë. La femme absente devient omniprésente dans leurs fantasmes érotico meurtriers ; même le gardien y participe. Tous semblent rêver de cette femme, tatouée sur le corps de Yeux-verts. Mais qui désirent-ils vraiment, Yeux-verts ou sa femme ? On renoue ici avec l’absence pernicieuse de l’autre sexe, que déjà, dans sa première pièce, « Les Bonnes », Genet mettait en évidence. Le manque d’homme ne faisait-il pas aussi partie de leur folie meurtrière ? (Comment oublier la magistrale interprétation de Catherine Hiegel et Dominique Constanza en 1997 au Vieux-Colombier ?)
3 - L’aspect rituel du début, où un lent cérémonial nettoie la place, faisant émerger du noir profond un carré clair, net comme un ring tragique, où le combat va s’engager jusqu’au meurtre inutile. La musique est belle et donne un ton religieux qui s’intègre bien à l’étrange cérémonie qui va se dérouler.
4 – Il y a une situation dramatique intense, portée souvent au paroxysme, dans cette quête du meurtre  conduisant à une forme de sublimation, telle que l’a vécue Yeux-verts. Ce garçon si jeune et illettré conserve une vision poétique paradoxale de son meurtre. Il découvrit là, cette plénitude de se sentir enfin complet et étant à la fois homme et femme. Il en devient objet de vénération pour les deux autres, même si c’est incompréhensible de Lefranc, le plus intellectuel des trois. 
Sébastien Pouderoux incarne Yeux-verts avec conviction et émotion. Il parvient à nous faire vivre la vraie situation dramatique de la pièce ; il a des élans tragiques et poétiques très émouvants qui font que soudain on peut y croire. Ce qui est l’essentiel au théâtre.
 
POINTS FAIBLES
1 Est-ce la volonté du metteur en scène qui n’a pas souhaité que la situation dramatique évoquée plus  haut, fût partagée par les deux autres détenus ? En l’occurrence, ce texte si douloureux des deux autres détenus, bons comédiens au demeurant, la montée paroxystique qui va aller jusqu’au meurtre, est moins crédible, ce qui peut parfois donner au spectateur des sensations de froideur et de longueurs.
2  La première séquence des trois hommes dans un noir total, seulement éclairés par un faisceau étroit rasant leurs visages, est dommageable. Quand on ne voit pas, on n’entend pas non plus et il est difficile alors de savoir qui s’exprime.
 
EN DEUX MOTS
La pièce est magnifique. Yeux-verts en est le piano conducteur, avec une langue riche et belle que nous ne pouvons qu’admirer. Comme  le disait, lors de la création, le critique du Parisien Libéré, le 10 mars 1949, en saluant  « cette manière que Genet avait de faire parler « les mauvais garçons » comme Racine fait parler les rois ».
 
UN EXTRAIT 
Yeux-verts : « Oui, si je veux. Je vous ferais tourner comme des chevaux dans un manège. Comme je faisais valser les filles. Vous en doutez ? Je fais ce que je veux ici. C’est moi l’homme, oui Monsieur. Je peux me promener dans les couloirs, monter les étages, traverser les ronds-points, les cours et les préaux, c’est moi qu’on respecte. On me redoute. Je suis peut-être moins fort que Boule de Neige parce que son crime était une peu plus nécessaire que le mien. Parce qu’il a tué pour piller et pour voler, mais comme lui j’ai tué pour vivre et j’ai déjà le sourire. J’ai compris son crime. J’ai tout compris et j’ai le courage d’être tout seul. En pleine lumière. »
 
L’AUTEUR 
Né en 1910 à Paris, on ne connaît des débuts de sa vie que ce que Jean Genet a bien voulu en dire. Enfant de l’Assistance publique, il est placé dans une famille et sa première décennie paraît heureuse. Puis, ses attirances pour les émois masculins et les menus larcins, vont très vite le conduire en maison de correction. Engagé dans la Légion à 18 ans, il découvre l’Afrique. Déserteur en 1938 il revient à Paris et retourne en prison. C’est là qu’il écrit ses premières œuvres.
A partir de la création de ses pièces (Les Bonnes en 1947 – Haute Surveillance en 1949), il va bénéficier de l’estime et de l’amitié de nombreux intellectuels et créateurs (Sartre, Cocteau, Gallimard).
Son œuvre s’attache à l’univers des égarés de l’existence, il les observe comme des micro sociétés. C’est la qualité de sa langue, qu’il avoue travailler beaucoup, son sens du rituel et de la poésie, qui surprennent le plus et entraînent l’adhésion. 
Après le scandale de la reprise des "Paravents", en 1966, il s’éloigne de l’écriture pour se consacrer au combat politique. Il meurt en 1986. Il est enterré au Maroc.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires