En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 25 min 15 sec
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 1 heure 5 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 13 heures 56 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 18 heures 44 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 21 heures 6 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 21 heures 39 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 22 heures 14 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 42 min 5 sec
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 12 heures 44 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 21 heures 32 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 21 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 22 heures 25 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 23 heures 5 min
Atlanti Culture

Une veuve joyeuse très attendue mais pas très en voix...

Publié le 16 septembre 2017
"La Veuve Joyeuse" est sans doute l'opérette la plus célèbre du répertoire et elle n'avait plus été jouée à l'Opéra de Paris depuis 15 ans. L'oeuvre est là, bien sûr, et les chorégraphies sont excellentes mais la mise en scène et la distribution ne sont pas au top.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"La Veuve Joyeuse" est sans doute l'opérette la plus célèbre du répertoire et elle n'avait plus été jouée à l'Opéra de Paris depuis 15 ans. L'oeuvre est là, bien sûr, et les chorégraphies sont excellentes mais la mise en scène et la distribution ne sont pas au top.

OPERETTE

« La veuve joyeuse », de Franz Lehár. Mise en scène : Jorge Lavelli ; Direction Musicale Jakub Hrůša

RECOMMANDATION

BON

THEME

Dans le palais qui abrite l’ambassade parisienne de la petite principauté de Pontevedro, la fête bat son plein. Mirko Zeta, l’hôte du lieu, et son épouse, la délicieuse et frivole Valencienne, donnent un bal en l’honneur de Hanna Glawari, une séduisante, mais surtout richissime veuve pontévédrine dont la principauté, au bord de la faillite, convoite l’immense fortune. 

Problème : pour que l’argent ne sorte pas du pays, il faut qu’elle se remarie avec un natif de la communauté. Tous les regards convergent vers le sémillant comte Danilo. Mais celui-ci, qui aime pourtant la veuve, refuse de se déclarer. Par fierté, bien que cette inclination soit sincère et réciproque, il craint qu’on le soupçonne de vénalité. 

Après différents quiproquos et une multitude d’intrigues parallèles où l’on va entendre des portes claquer, voire des soupçons naitre puis disparaître, tout finira par s’arranger. Hanna épousera Danilo et son argent restera bien au Pontevedro. 

POINTS FORTS

- L’œuvre, l’œuvre, l’œuvre, et encore l’œuvre. En effet, comment résister à cette opérette, un des joyaux du genre, dont la musique vous soulève de votre siège, et dont les airs, notamment ceux de  La chanson de Vilja et d’Heure exquise sont devenus des tubes connus de tous ! 

Depuis sa création en 1905 à Vienne cette Veuve, joyeuse, mais aussi sensuelle, raffinée, piquante et sexy, d’une incroyable richesse mélodique aussi, a fait battre le cœur de millions de spectateurs à travers le monde.  Quand elle arriva à Paris, quatre ans après sa création, elle avait déjà été donnée plus de 20 000 fois. Un record absolu en matière d’opéra ! Encore aujourd’hui,  avec Carmen et La Traviata, dans des registres évidemment différents, cette Veuve  pétulante est l’une des héroïnes lyriques les plus prisées du public et… des interprètes. La preuve, Joan Sutherland, Gundula Janowitz,  Kiri Te Kanawa, Elisabeth Schwarzkopf, Renée Flemming… les plus grandes sopranos s’y sont bousculées.

- La danse.  Elle est pour beaucoup dans la fascination des spectateurs pour cette Veuve, au delà du livret de celle-ci et et de sa partition. Au cours des trois actes, elle est omniprésente,  sous de nombreux rythmes.  Il y a, bien sûr, la valse « exquise » et «  qui grise », mais il y a aussi, des galops, des marches, des polkas, le très folklorique et entrainant kolo  et aussi, en apothéose, le cancan final. Dans cette production, ce dernier est interprété par  une troupe de danseurs dont l’énergie, le brio et la joie de danser dynamitent la salle et en mettent plein la vue.

- Dans cette production les costumes réjouissent l’oeil. Belle époque, signés de l’italien Francesco Zito, ils sont splendides, chatoyants, « kitch » pour les grisettes, somptueux pour les solistes et personnages principaux.

POINTS FAIBLES

- On a de la peine à l’écrire parce que, d’habitude, on loue cette chanteuse délicate et minutieuse, mais il faut bien avouer qu’ici, dans le rôle-titre, Véronique Gens déçoit. Certes, elle est exquise et élégante, mais  elle manque  de l’abattage, de l’humour, et du sex-appeal un peu tapageur que requiert son personnage. Plus ennuyeux encore, sa voix ne parvient jamais à emplir l’immense salle de la Bastille.  C’est d’autant plus dommage que son timbre a de la séduction et qu’elle chante juste, même les airs les plus périlleux.

- Il faut  bien dire aussi que, mis à part le baryton américain Thomas Hampson (parfait dans le rôle de Danilo), la soprano Valentina Nafortina  (pétillante et gracieuse Valencienne) et le jeune ténor Stéphane Costello (très à l’aise dans ses habits de prétendant ), la distribution est dans l’ensemble décevante. Manque de puissance vocale, absence de précision et difficultés à se caler avec l’orchestre… On a la sensation d’être face à des artistes à qui il a manqué des répétitions. Impression accentuée par le fait que dans la fosse, le chef, peut-être pour ménager ses «troupes » mal préparées, dirige sur des tempi souvent trop lents.

- La mise en scène, un peu poussiéreuse, hiératique, trop solennelle, noyée dans un décor trop vide, trop froid, n’arrange rien.

EN DEUX MOTS

Ouvrir la saison de l’Opéra de Paris avec l’une des œuvres les plus tourbillonnantes du répertoire était, pour les amateurs, un projet alléchant.  Et d’ailleurs, au soir de la première, la salle était archicomble. On était d’autant plus impatients que la Veuve, entrée  au répertoire de l’Institution en 1997 dans cette même mise en scène de Jorge Lavelli, n‘avait plus été jouée depuis 2012. 

Si on a déchanté au soir de la première, c’est que cette Veuve, donnée auparavant  sous les ors de l’Opéra Garnier, a paru comme « noyée » à l’Opéra Bastille trop grand, trop froid.

Elle a manqué d’entrain, de peps, de cohésion et de cette folie vaudevillesque qui fait d’habitude tout son sel. Elle a surtout manqué d’une héroïne charmeuse, virevoltante, irrésistible, indéniable. 

Heureusement, est restée l’œuvre, dont la séduction, l’entrain et la beauté musicale résistent à  tous les traitements. C ‘est essentiellement à elle, et aux chorégraphies de Laurence Fanon que les bravos sont allés. 

Cela dit, certaines  imperfections de cette production devraient s’atténuer au fil des représentations.

UN EXTRAIT

«  La Veuve joyeuse est la séduction même. Sur la plus attrayante des musiques, elle parle de l’art de séduire et de l’aspiration au bonheur. Un véritable jubilation, quelque chose de ludique et de très fort se dégage de cette œuvre, qui, bien plus qu’un divertissement touche à l’inconscient collectif et culturel ». (Jorge Lavelli, metteur en scène).

LE COMPOSITEUR

 Né le 30 mars 1870 en Hongrie d’une mère hongroise et d’un père autrichien, chef de fanfare dans un régiment d’infanterie de l’armée austro-hongroise, Franz Lehár commence par étudier le violon et la composition  au Conservatoire de Prague. C’est comme chef d’orchestre militaire qu’il débute sa carrière, en se produisant dans de nombreuses villes dont Leipzig où son premier opéra Kukuschka est donné en 1896 avec un certain succès.

En 1902, il est nommé chef principal du Theater an der Wien où est créée son opéra Wiener frauen. Mais c’est en 1905, avec La Veuve Joyeuse qu’il connaît la gloire. Cette  opérette aux airs irrésistibles va vite faire le tour de nombreuses villes européennes, dont, en 1909, Paris.

 Lehár continuera de composer, des opérettes bien sûr, comme Frasquita (1922), Le Pays du sourire (1929) et Giuditta (1934), mais aussi des sonates, des poèmes symphoniques, des marches et un certain nombre de… valses, genre qui occupe une place prépondérante dans son oeuvre.

Il mourra en pleine gloire le 24 octobre 1948 à Bad Ischl, près de Salzbourg, où il est enterré. A Vienne une rue porte son nom.

INFORMATIONS

OPERA DE PARIS
Place de la Bastille
75012 Paris
Tel : 08922899090
www.operadeparis.fr

En alternance jusqu’au 21 octobre

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
veuve joyeuse, opéra, bastille
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires