En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
CDD à l'infini
La fin du CDI, c'est maintenant et ça n'a rien à voir avec la réforme du code du travail mais tout avec la réalité du marché de l'emploi
Publié le 16 septembre 2017
Selon l'OCDE, le taux de transition d'un contrat de travail temporaire en contrat de travail permanent serait bien plus faible en France que dans les autres pays de l'Union européenne.
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'OCDE, le taux de transition d'un contrat de travail temporaire en contrat de travail permanent serait bien plus faible en France que dans les autres pays de l'Union européenne.

Atlantico : Selon les chiffres fournis par l'OCDE, le taux de transition d'un contrat de travail temporaire en contrat de travail permanent serait bien plus faible en France (autour de 10%) que dans les autres pays de l'Union européenne (plus de 20%) qu'en Allemagne (plus de 30%) ou qu'au Royaume Uni (proche de 60%). Comment expliquer cette exception française ? Quels sont les freins à cette transformation ? 

Gilles Saint-Paul : Ces chiffres sont très surprenants au regard du fait que selon Eurostat, en 2015, année des chiffres de l’OCDE dont la source est également Eurostat, 85 % des salariés étaient en CDI. Certes, on s’attend à ce que les CDI dominent plus dans le stock d’emploi que dans les embauches, puisque les CDD se terminent plus vite et sont parfois convertis en CDI – de la même façon qu’une baignoire peut être moins pleine qu’une autre bien que profitant d’un afflux d’eau supérieur, parce qu’elle pâtit d’une fuite plus importante. Cependant, on sait que 85 % des embauches sont en CDD, et il est pratiquement impossible que 85% des emplois soient en CDI si seulement 10 % des CDD débouchent sur des CDI. 

Malgré ces réserves sur les données, il s’agit là d’une évolution récente et préoccupante à la fois. La sortie de crise a été caractérisée par une hausse considérable des embauches en CDD, tandis que malgré la reprise modérée les embauches en CDI ont continué à baisser. Ainsi, la part des embauches en CDD est passée de 70 % en 2008 à 85 % en 2015. Ce recul du CDI par rapport au CDD se traduit également dans les chiffres de conversions du CDD en CDI rapportés par l’OCDE.

Cette évolution suggère que la reprise entamée depuis le creux de la crise est entachée d’incertitude. Les entreprises sont réticentes à embaucher en CDI car elles font face à une grande incertitude sur la fiscalité et sur les réformes. Ceci étant, il faut se garder des comparaisons internationales. En France, le droit du travail spécifie très clairement et précisément le type de contrat de travail qui peut être signé, les conditions selon lesquelles on peut y avoir recours ou y mettre fin, etc. Un CDI est un contrat où il est très coûteux pour l’entreprises de licencier, ce qui n’est absolument pas le cas des équivalents du CDI en Grande Bretagne.Il n’est donc pas surprenant que dans ce dernier pays, la plupart des contrats temporaires soient convertis en contrats permanents. Ces contrats permanents ne représentent pas les mêmes contraintes pour l’entreprise que leur équivalent Français, et si la législation britannique contraignait les entreprises à n’offrir que des CDI « à la française », ceux-ci seraient tout aussi impopulaire que de ce côté-ci de la Manche.

Qu'est ce que ce chiffre révèle du marché de l'emploi en France ? Quelle est l'utilisation des CDD faites par les entreprises ? 

Au fil du temps et du durcissement de la réglementation, les entreprises ont développé une véritable phobie de l’embauche et de la protection de l’emploi. Elles n’embauchent qu’en dernier recours et, si elles embauchent, elles privilégient la forme d’emploi la plus flexible possible. Ainsi, CDI, stages et sous-traitance ne sont pas dûs à la nature du travail à effectuer mais à la recherche de la forme de contrat la plus économique du point de vue de l’employeur. En conséquence, le caractère extrêmement protecteur du marché du travail français se retourne contre ceux que la réglementation prétend protéger, puisqu’il les maintient dans la précarité en rendant l’accès au CDI de plus en plus difficile. 

Quelles sont les pistes à explorer permettant de rectifier le tir de cette situation, et ainsi offrir une perspective aux personnes bloquées dans des CDD ? 

Ces pistes ont été maintes fois évoquées dans la presse et les rapports officiels. Le consensus est que le dualisme du marché du travail français doit être réduit, en rendant le CDI plus attractif pour les entreprises, c’est-à-dire en facilitant le licenciement. Certains préconisent de compenser cela en taxant les CDD, quoique l’argument économique en faveur d’une telle mesure soit relativement faible. D’autres sont partisans d’un contrat de travail unique, dont le niveau de protection du salarié augmenterait en fonction de son ancienneté dans l’entreprise. Cependant, ces propositions de réforme se heurtent au fait que la situation actuelle procède d’un équilibre politique, comme je l’ai montré dans des travaux déjà anciens. Le dualisme permet de conjuguer protection des travailleurs en CDI et flexibilité pour les entreprises. Ce compromis se fait au détriment des nouveaux entrants sur le marché du travail (comme les jeunes) et des travailleurs peu attachés à ce marché (les travailleurs âgés et les mères de famille). Mais il est difficile de mettre en place un système alternatif qui ne se heurterait pas à l’opposition de certains groupes d’intérêts. Le « contrat unique », par exemple, profiterait  sans doute aux travailleurs précaires. Mais les syndicats risquent de s’y opposer s’il augmente le risque de perte d’emploi chez les travailleurs en CDI. Et les entreprises pourraient bien lui préférer le système actuel s’il leur ôte le volant de flexibilité que constituent les CDD. Il n’est donc pas étonnant que le système dual perdure depuis plusieurs décennies dans plusieurs pays d’Europe, qui sont ceux (Espagne, Italie, France) où la réglementation du travail est la plus contraignante pour les entreprises qui emploient des travailleurs protégés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
07.
MotoGP : un spectaculaire accident lors du Grand Prix de Catalogne
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 17/09/2017 - 14:59
pour le contrat de chantier !!
nos parents avaient au moins du bon sens dans la nature de leurs relations au travail. Dans le batiment par exemple, le contrat de chantier ne date pas d'aujourd'hui et se déroulait sans contrat... le chantier terminé, les travailleurs étaient mis "à pied" en attendant le suivant ... la mise à pied voulait dire, il n'y a pas de travail pour toi (immédiatement) et censément dès que l'ouverture d'un autre chantier se faisait on rappelait ce salarié ....je ne sais pas si cela dure encore, mais voilà du bon sens face aux obligations et contraintes actuelles;
PS en cas de dépassement de ses droits par le salarié, il était aussi mis à pied, et dans ce cas c'était une punition : "je te mets à pied pour x jours ..." Après les x jours, ce salarié reprenait le chemin du travail ? il n'était pas question de CDI - CDD etc... c'était l'ordre dans le monde du travail et tout allait bien !!!! gilbert perrin...
vangog
- 16/09/2017 - 22:20
Manipulation et gros mensonges Macronistes!
Comment voulez-vous avoir confiance dans le gouvernement macroniste, après toutes ces turpitudes et corruptions avouées ou non avouées, tous ces rétropédalages et reports de promesses vers la fin du mandat (une habitude gauchiste: ils font payer les gogos en début de mandat, et offrent les cadeaux promis bien plus tard...avant les élections!), toute cette incompétence criante...les Français, qui ont subi le gauchisme pendant quarante ans, attendent, mais ne voient rien venir des économies indispensables de l'état PS...Rothschild et Goldmann-Sachs se frottent les mains de tant de naïveté et de tant de dettes...Miam, Miam!