En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

07.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 13 min 6 sec
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 59 min 11 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 54 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 40 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 23 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 34 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 53 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 14 min 28 sec
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 33 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 48 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

Pour Jean-Luc Mélenchon, Macron est le « néo-libéral » idéal, sauf que les analystes politiques ont du mal à définir le logiciel idéologique du président. Et pour cause, il n'en a pas

Publié le 16 septembre 2017
L‘hebdomadaire Marianne a offert 10 pages à Jean-Luc Mélenchon pour affirmer qu’Emmanuel Macron préparait le chaos social avec des principes néo-libéraux. Ca l’arrange beaucoup, mais ça ne correspond guère au logiciel idéologique du président.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L‘hebdomadaire Marianne a offert 10 pages à Jean-Luc Mélenchon pour affirmer qu’Emmanuel Macron préparait le chaos social avec des principes néo-libéraux. Ca l’arrange beaucoup, mais ça ne correspond guère au logiciel idéologique du président.

Plutôt que de se répandre sur 10 pages pour affirmer qu’Emmanuel Macron agissait selon des valeurs néo-libérales, qu’il préparait le chaos social et fiscal,Jean-Luc Mélenchon aurait mieux fait de démonter le logiciel idéologique du président.

Il y a peu de plateaux télé ou de dîners en ville au cours desquels les intellectuels abonnés des médias, les éditorialistes politiques ou même les étudiants en sciences politiques ne cherchent à définir l’idéologie d’Emmanuel Macron. Le débat est assuré.

La vérité, c’est que s’ils s’y essaient, ils n’y parviendront pas.

La quête est veine.Le logiciel idéologique auquel se réfère Emmanuel Macron n’existe pas.Il va falloir se faire une raison, camarades observateurs de la politique de tous bords. On en avait déjà le pressentiment pendant la campagne présidentielle. A tel point que le refus de s‘inscrire dans un courant idéologique ou un système de valeurs reconnu condamnait (pour beaucoup) Emmanuel Macron à l’échec. En France, on est de droite ou de gauche ou on n’est pas. Refusant de se situer à droite ou à gauche, Macron n‘était pas reconnu. Donc il n’avait pas de futur.

Si Jean-Luc Mélenchon inscrit Macron dans le camp des ultra et néo-libéraux, ce n'est pas en s’appuyant sur ce qu’il a dit ou fait, c’est parce que ça l’arrange. Ça le place lui, comme principal et unique opposant à La République En Marche. La France des insoumis a besoin d’exister, Jean-Luc Mélenchon considère la politique comme un spectacle de boxe, il a donc besoin d’un sharing partner. L’hebdomadaire Le Point avait permis à Macron de s’expliquer sur le début de son mandat et de cadrer sa politique. Jean-Luc Mélenchon a trouvé Marianne pour publier son réquisitoire.

Ce qui agace tous les observateurs et commentateurs de la vie politique, c’est que Macron échappe aux critères d’analyse classique. Et si personne ne réussit à le cataloguer dans une classe idéologique, c’est qu’il ne répond à aucune idéologie. Alors bien sûr, il est partisan d’une économie de marché, d’un libre- échange international régulé et contrôlé, d’une Europe solidaire et forte...

Emmanuel Macron est un peu comme un chef d’entreprise. Depuis qu‘il s’est engagé publiquement en politique, il considère être un pur produit de la culture occidentale moderne qui sait d’où il vient et où il va.

Comme un chef d’entreprise, seule compte la réalité des faits et des chiffres. La France est un pays à genoux. Elle ne peut pas échapper aux contraintes de la modernité. A la mondialisation, à l’économie de concurrence et à la révolution digitale. Le seul moyen pour que les enfants de ce pays puissent vivre décemment et en liberté est d’accepter les contraintes, de les assumer pour dégager des résultats et des moyens qui permettent de préserver cette liberté, cette indépendance et le niveau de vie.

Pour résumer, Emmanuel Macron est obsédé par la nécessite de récupérer des emplois marchands pour le plus grand nombre et pour ce faire, il faut restaurer la compétitivité des entreprises.

La loi travail doit donc introduire plus de flexibilité, les réformes fiscales doivent restaurer des marges d‘investissement et récompenser la prise de risque, parce que le risque est un des moteurs de l’activité, le modèle social doit permettre une cohésion sociale et cette cohésion sociale a besoin de contre-pouvoirs syndicaux plus forts.

Alors, tout cela emprunte au libéralisme beaucoup de ses outils et moyens, mais n’impose pas une idéologie forte.

Emmanuel Macron dans sa campagne présidentielle comme dans ses premiers mois du mandat a surtout été mu par le pragmatisme. Quand il reçoit Poutine etTrump, c’est par pragmatisme. Parce que la France en a besoin pour son commerce de relations paisibles avec ses partenaires.Quand il ménage Angela Merkel, c’est aussi par pragmatisme, parce qu’il a besoin de l‘Allemagne surtout si l’intérêt de la France et de l’Europe sera d’amener l‘Allemagne à infléchir sa position en Europe.

Quand il impose les ordonnances, ce n’est pas par idéologie, c’est pour aller plus vite. Quand il initie une réforme du modèle social, c’est pour éviter qu’il ne fasse faillite.

Quand il défend l'idée d'une inversion de la hiérarchie des normes sociales, c’est parce qu’il pense que la négociation au plus près de l’entreprise serait plus efficace en termes de résultat.

Mais quand il se rend compte que les syndicats ne peuvent pas l'accepter parce qu'ils ne sont pas équipés pour négocier au niveau de l’entreprise, il suspend le projet.

Rien de cela ne s’inscrit dans une idéologie précise et radicale. Tout s’inscrit dans le pragmatisme.

Au demeurant, s'il existe un modèle à l’équation Macron, c’est plus dans les pays développés, anglo-saxons qu’il faut aller le chercher. Aux Etats-Unis, en Grande Bretagne, en Europe du nord, en Allemagne. La vie politique dans ces démocraties n’est pas enfermée dans l’idéologie. Il y a certes des sensibilités qui s’expriment, mais ce qui s’impose c’est surtout le respect de la réalité.Y compris quand, sous les coups de la crise, les populismes arrivent dans le débat avec des positions plus radicales. Aux USA, Donald Trump doit composer avec la culture, l’administration et les contre-pouvoirs. En Grande Bretagne, les représentants politiques cherchent par tous les moyens à sortir du piège d’un Brexit difficile à mettre en œuvre. En Allemagne, la réaction première et naturelle des gouvernants est de trouver des coalitions sur la base de compromis.

Le seul principe qui s’applique est le principe de réalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/09/2017 - 10:49
@francoise34 Vous avez raison: un Enarchiste!
Macron-Rorhschild est un Enarchiste-pur jus, élevé au lait gauchiste, immigrationniste et dilutionniste et faussement libéral...un véritable cyclone pour une Nation comme la France!
francoise34
- 17/09/2017 - 02:36
Il met en pratique ses cours
Pas d'idéologie, mais la mise en pratique des cours de la l ENA qui a tous les secrets de la réussite, comme avait fait le super prof d économie Hollande
On a déjà vu les conséquences de ces programmes dans la vraie vie
Le gorille
- 17/09/2017 - 00:25
Sans vision...
Sans vision autre que le secteur marchand, c'est aller droit dans le mur... faute de référence ! Faute d'épine dorsale en fait, faute de limites aussi. Le compromis, quand il existe, n'est qu'un compromis, c'est-à-dire qu'il doit rester accepté par tous dans la durée... et la durée se charge bien de modifier les paramètres. Gouverner c'est aussi et surtout d'avoir des principes à faire respecter, dans la négociation s'il le faut, mais ensuite l'autorité... qui me semble s'effondrer quand on a la possibilité de montrer les dents. Donc, pas de logiciel, j'en suis bien d'accord... Et tous les adjectifs tombent à l'eau !