En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Atlantico Business
Brexit : Theresa May va proposer de verser 50 milliards d’euros pour débloquer la négociation avec les Européens, mais son parti n’est pas d’accord
Publié le 07 septembre 2017
Theresa May veut obliger le parti conservateur à prendre ses responsabilités et à accepter de payer le prix du Brexit, qu’elle estime à 50 milliards d’euros. Si elle n’obtient pas de majorité sur ce chiffre, elle part.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Theresa May veut obliger le parti conservateur à prendre ses responsabilités et à accepter de payer le prix du Brexit, qu’elle estime à 50 milliards d’euros. Si elle n’obtient pas de majorité sur ce chiffre, elle part.

La négociation sur les modalités de sortie de l’Union européenne est complètement bloquée. Apres l’échec brutal de la réunion du mois d’août, Michel Barnier, qui négocie ce Brexit pour le compte des européens, a réitéré les conditions préalables à l’ouverture d’une négociation sur les modalités de fonctionnement après le Brexit. Deux conditions :

Une. Que la Grande-Bretagne règle la question des résidents européens en Grande-Bretagne

Deux. Que la Grande-Bretagne solde ses comptes avec l’Union européenne. Selon les premiers calculs, la Commission avait laissé entendre que l‘Union européenne attendait 100 milliards d’euros pour solde de tout compte.

La Grande Bretagne n’a donné aucune information sur ces deux points qui lui étaient réclamés, tout en souhaitant néanmoins vouloir démarrer les négociations sur l’après Brexit.

En fait, jusqu'à maintenant, les Anglais essayaient de gagner du temps. Ils voulaient pouvoir organiser un Brexit très politique sans beaucoup modifier les conditions de fonctionnement et notamment la libre circulation des biens et des services. En clair, les Anglais pensaient conserver tous les avantages qu’ils tiraient de l’Union (le passeport, l’absence de droits de douanes, les facilités fiscales, etc.) tout en s’exonérant des contraintes.

Pour les européens, il n‘était pas question de commencer à dessiner le prochain contrat d’union libre sans avoir solder les factures du divorce.

Après la première confrontation avec les européens à la fin du mois d’août, Theresa May a, semble-t-il, compris qu’elle ne réussirait pas à avancer et à sauver quelques meubles sans accepter de payer, ou de promettre de payer, une partie de la facture.

Alors, il n‘est pas question d’accepter de payer cash 100 milliards d’euros et de mettre à genoux les britanniques, ça n‘est d’ailleurs pas l’intérêt des européens que d’avoir un grand voisin en faillite.

Cela dit, elle a compris que sans un effort de sa part, elle allait dans le mur.

Pour cette raison, elle serait prête à faire un chèque de 50 milliards d’euros. C’est le montant qu‘elle devrait proposer au parti conservateur d’accepter de payer. Rien ne dit qu’elle obtiendra une majorité sur ce chiffre.

Alors, pour essayer de convaincre l’aile la plus dure du parti conservateur, les services de Theresa May seraient prêts à payer 10 milliards d’euros par an, jusqu’en 2022. Mais la formule n’est pas plus convaincante parce que les députés conservateurs, qui ont promis à leurs électeurs un Brexit dur parce qu’ils considéraient que l’appartenance à l’Union européenne leur coutait très cher, se voient mal aller leur expliquer que la sortie va leur couter 10 milliards de cash par an, sans compter la perte d’activité liée à la fermeture des frontières.

Theresa May est donc dans l’impasse d’où son discours politique assez amer expliquant que l’Union européenne cherche à tuer la Grande-Bretagne.

Cette histoire politique risque de tourner à la catastrophe. A moins que Theresa May ne réussisse à expliquer à sa majorité que si on organise le Brexit, il faudra en assumer les conséquences et tous les effets, alors que cette pédagogie-là n’a jamais été faite.

Ou bien aller jusqu‘au bout du scénario du Brexit et trouver des plans B pour compenser sur le plan économique, la perte de l’Union européenne. Ceci dit, les plans B qui consistaient à se tourner vers les Etats-Unis, puis vers le Japon pour signer des accords de coopération privilégiée n’ont pas abouti. Aucune des grandes zones économiques du monde, en Amérique, comme en Asie, ne veut prendre le risque de se fâcher avec le marché européen.

En fait, Theresa May se retrouve complètement coincée. Dans son fonctionnement quotidien, elle n’a plus de conseiller performant, ni de négociateur. Sa majorité conservatrice est bloquée par la frange qui plaide pour un divorce dur et violent. Quant à l’Europe, elle ne bougera pas tant que les conditions préalables ne seront pas acceptées. A titre personnel, la seule issue serait évidemment de partir, mais son départ laisserait un vide qui ne ferait qu‘aggraver la situation intérieure.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
07.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/09/2017 - 00:40
La facture du divorce, c'est quand on a baisé
et enfanté...mais les anglais et europeistes n'ont rien enfanté, et je me demande même s'ils ont baisé ensemble. Ils ont joué à touche-Pipi pendant des années, sous les yeux pervers et monogames de la CEDH et de la CJUE...rien n'est né de cette union sans âme! la Suisse a réussi à éviter ce marché de dupes, tour en profitant de l'union douanière, et ça ne lui a pas coûté un centime...les bririshs veulent le même statut gratuit que les Suisses! pourquoi l'UE donne-t-elle à l'un ce qu'elle refuse à l'autre?...
tananarive
- 07/09/2017 - 12:24
L'Europe forte.
Si l'Europe veut devenir forte et respectée qu'elle commence par une négociation très dure avec les Anglais, qu'elle accepte l'entrée de l'Ecosse dans l'Europe, qu'elle facilite le rattachement de l'Irlande du Nord avec l'Irlande du Sud, puis qu'elle garantisse ses frontières contre l'invasion étrangère et à ce moment les pays de l'Europe de l'Est comme la Pologne comprendront qu'il ne faut pas menacer l'Europe mais participer. Et en montrant sa force l'Europe bloquera les Russes les Turques et les Américains.
gerint
- 07/09/2017 - 08:26
Assumer le Brexit
pour un pays comme la GB avec la première armée européenne, une monnaie souveraine et une histoire forte, c'est savoir qu'il y a une facture à payer certes, mais c'est aussi au besoin être capable au besoin de choisir une ligne dure vis-à-vis de l'UE ( quitte à souffrir un temps avant de rebondir car elle en a les moyens je pense et la population a montré qu'elle avait le sens du sacrifice et de l'effort devant les ennemis, l'UE pouvant être considérée comme un ennemi si l'atmosphère se détériore.