En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 4 min 48 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 55 min 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 29 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 39 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 53 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 25 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 32 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 24 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 28 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 15 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 11 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 42 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 54 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 27 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 43 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 3 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 30 min
© Wikimedia commons/Jordan L'Hôte
© Wikimedia commons/Jordan L'Hôte
Réforme à haut risque

RSI, sécurité sociale: l’ambition "orwellienne" d’Emmanuel Macron

Publié le 05 septembre 2017
Édouard Philippe devrait annoncer aujourd'hui le plan du gouvernement pour adosser le RSI au régime général. Il s'agit d'un fragment parmi d'autres d'une ambition plus générale qu'Emmanuel Macron qualifie de beveridgienne pour la protection sociale. On préfère la qualifier d'orwellienne.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Édouard Philippe devrait annoncer aujourd'hui le plan du gouvernement pour adosser le RSI au régime général. Il s'agit d'un fragment parmi d'autres d'une ambition plus générale qu'Emmanuel Macron qualifie de beveridgienne pour la protection sociale. On préfère la qualifier d'orwellienne.

Il faut relire l'interview d'Emmanuel Macron au Point pour comprendre qu'il ne s'agit pas d'un hasard. Les réformes d'Emmanuel Macron dans le domaine de la protection sociale, qu'il s'agisse de la CSG, du RSI ou des retraites, ne tombent pas comme un cheveu sur la soupe. Elles obéissent à une vision qui n'est pas clairement exposée.

Une ambition beveridgienne?

Officiellement, Emmanuel Macron explique qu'il porte une ambition beveridgienne, comme disent les spécialistes des questions de sécurité sociale. L'expression est technique et paraît neutre. En réalité, elle mérite au moins une discussion de fond. 

En effet, l'expression de modèle "beveridgien" fait allusion à la fonction de solidarité des politiques sociales. Dans le plan Beveridge de 1942, l'impôt finance des couvertures minimales pour tous les Britanniques. Il s'oppose ici au modèle de sécurité sociale inventé par Bismarck à a fin du dix-neuvième siècle. Ce dernier avait posé le principe de la contribution: il faut cotiser pour avoir droit.

L'originalité de Beveridge est double: financer des prestations universelles non contributives (l'impôt paie là où il n'y a pas eu de cotisation) et plafonner ces prestations à un minimum en laissant le "marché" prendre en charge les fractions supérieures des assurances sociales. 

L'apparence beveridgienne de la politique de Macron

En apparence, mais en apparence seulement, le programme d'Emmanuel Macron correspond bien à cette logique. 

Lorsque le Président préconise la nationalisation de fait de l'assurance chômage, ou lorsqu'il propose de remplacer les cotisations salariales par une contribution sociale généralisée, il s'inscrit bien dans une dynamique de fiscalisation. S'il suffisait de fiscaliser la protection sociale pour la qualifier de beveridgienne, alors on pourrait dire qu'effectivement le projet macronien est beveridgien. 

On dira de même de l'adossement du RSI. Créer une grande caisse publique de protection sociale, monopolistique, répond bien à une logique beveridgienne. 

La fiscalisation et la compétitivité

On ira même plus loin en disant du bien de ce projet fiscal.

De fait, on ne voit plus pourquoi 36% du coût du travail sont plombés pour financer, notamment, la santé des Français de plus de 65 ans. Fiscaliser les recettes de l'assurance-maladie a du sens. C'est à la fois une mesure de justice fiscale et de relèvement de la compétitivité du pays, puisqu'elle débarrassera le travail des poids morts qu'il doit financer aujourd'hui. 

D'un point de vue économique, les choix politiques d'Emmanuel Macron répondent bien à une rationalité économique. 

Fiscalité n'est pas solidarité...

Simplement, la doctrine beveridgienne ne se limite pas à fiscaliser le financement de la protection sociale obligatoire. Il repose aussi sur un principe de solidarité: autrement dit, il vise à financer un minimum et non un maximum de prestations. 

Or, dans le cas du projet macronien, on peine à trouver une trace de cette logique de minimale. Bien au contraire, l'ambition présidentielle vise à assurer une protection monopolistique maximale et, en cela, elle ne peut se revendiquer de Beveridge.

L'exemple du RSI

Les projets en matière de RSI en sont une bonne illustration. L'objectif d'Emmanuel Macron est de parachever l'intention de 1945 en absorbant les indépendants dans une caisse universelle, essentiellement peuplée de salariés. Dans ce dessein, les assurés devront continuer à apporter 47% de leurs revenus au financement d'un régime qu'ils n'ont pas choisi, et qui se veut monopolistique. 

Or, à y regarder de près, ce régime ne fonctionne pas de façon beveridgienne. D'une part, il n'entend pas se limiter au minimum ou aux cas les moins aisés, puisqu'il couvre tous les risques de tous les assurés. D'autre part, il tend à exclure les moins aisés (et c'est son paradoxe) et multipliant les exclusions de garantie, souvent de façon discriminatoire. 

La question du monopole

Autrement dit, le projet macronien serait beveridgien s'il contre-balançait son ambition universelle par une ouverture à la concurrence sur les garanties les plus élevées. Ainsi, il pourrait décider de ne plus rembourser les lunettes (à un montant symbolique) sauf pour les pathologies graves et laisser chacun s'assurer librement sur ce point. Il pourrait aussi plafonner fortement le montant des retraites et laisser chacun s'assurer là où il le souhaite pour les fractions supérieures à ce plafond. 

Or, ce n'est ni ce qui existe, ni dans les projets du Président. Pour les retraites par exemple, le président Macron rêve d'un système universel par points qui couvrirait l'ensemble du salaire. 

L'ambition orwellienne du président Macron

Le projet qui nous est présenté, et dont l'adossement du RSI sera un élément, est d'une autre nature. Il n'est pas beveridgien, il est orwellien. Son objectif est de concentrer dans les mains de l'État la totalité de l'assurance sociale. 

Premier point orwellien: l'État ne cesse de développer sa mainmise tentaculaire sur la vie privée des Français. Dans aucune démocratie libérale au monde, il n'existe un système monopolistique comparable, qui attribue à l'État autant de connaissances sur les individus et autant de pouvoir d'intervention sur eux. De la naissance à la mort, la projet d'étatisation d'Emmanuel Macron vise bien à mettre l'individu entre les mains de l'État, de façon monopolistique et sans alternative possible. 

Deuxième point orwellien: la totalité des individus est obligée de financer ce choix, en consacrant une part croissante de ses revenus à la constitution de revenus de remplacement dont le montant est uniformisée et non discuté. 

Insistons sur le fait que cette big mother (à la différence de big brother, la sécurité sociale prétend protéger de façon quasi maternante) entend bien ne laisser aucune alternative à son règne. Elle écarte systématiquement tous les acteurs qui pourraient lui faire de l'ombre.

Cet article a été initialement publié sur le site Décider et Entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 06/09/2017 - 11:15
Le mystérieux dessein divin
Nos félicitations à M. Verhaeghe pour avoir réussi à décrypter une partie (une petite partie) de la pensée complexe de notre dieu olympien. On pourra à la fin réaliser que cette pseudo-complexité sert à masquer la mise en tutelle du peuple ignorant.
cloette
- 06/09/2017 - 08:25
C'est ce que certains ( ou beaucoup dont moi) pressentaient
Terriblement lucide cet article !
vangog
- 05/09/2017 - 21:03
L'hyper-inter-national-socialisme!
Les convictions macroniennes commencent à se faire jour, après son élection ultra-minoritaire: internationaliste, ultra-socialiste, ultra-protectrices, anti-nationales et dilutionnistes...une tuerie pour l'esprit gaulois et sa creativite. La tentation orwellienne de soumettre un peuple d'esclaves était déjà dans son élection...le petit fasciste se révèle...