En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Faites ce que je dis...
Cette hypocrisie des attaques contre la réforme de l'éducation nationale sur la question de la mixité sociale
Publié le 30 août 2017
Le projet de Jean-Michel Blanquer, présenté ce mardi, a pu être contesté en raison de sa supposée non prise en compte du problème de la mixité sociale.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de Jean-Michel Blanquer, présenté ce mardi, a pu être contesté en raison de sa supposée non prise en compte du problème de la mixité sociale.

Atlantico : Retour aux quatre jours pour les communes qui le souhaitent, instauration du "Douze élèves par classe" pour les CP et CE1 en éducation prioritaire, rétablissement de l’ensemble des classes bilingues, retour et renforcement des "humanités", stages gratuits de remise à niveau etc... le projet du ministre de l'Education Nationale a été présenté ce 29 août. Le projet de Jean-Michel Blanquer a pu être contesté en raison de sa supposée non prise en compte du problème de la mixité sociale ? Comment peuvent se justifier ces attaques ?

Pierre Duriot : Le retour aux quatre jours sera vécu comme une bénédiction pour beaucoup de foyers. On se souvient des crises de nerfs engendrées par la décision des quatre jours et demi, dans laquelle les associations catholiques ont hurlé à la suppression, en fait, du catéchisme du mercredi matin. Les communes ont dû embaucher force emplois pour jeunes, niveau BAFA, c'est à dire peu élevé, pour « occuper », ont dit la mauvaises langues, les enfants après la classe. Des emplois précaires en réalité, peu négociables sur le marché de l'emploi et peu attractifs. Sans compter quelques avatars dans les rapports entre ces jeunes encadrants, peu formés et les élèves, les hausses d'impôts locaux, les investissements nécessaires en aménagements, les mélanges entre les structures scolaires et les structures périscolaires, ce qui a créé de la confusion et des tensions, car quelquefois, les animations d'après la classe avaient lieu dans la classe. Tout ça pour ça, pourrait-on dire. Des intervenants, dont je fus, n'ont cessé de mettre en garde contre ce tripatouillage d'emploi du temps hasardeux, fait de petits emplois, de bénévoles, de projets flous et de locaux inadaptés. Le résultat est là, même si quelques réussites éducatives sont indéniables. On n'améliore pas la qualité de l'enseignement et le bien être des élèves à l'école avec des acrobaties horaires et des emplois communaux à durée déterminée.

Douze élèves par classe en CP : excellent. A condition que les maîtres soient bien formés et que l'objectif soit bien l'apprentissage des fondamentaux et non la conduite d'activités « humanistes », en réalité très politiques, comme on en voit beaucoup dans les écoles à travers des « projets » et « animations ». Retourner aux fondamentaux, revenir aux apprentissages systématiques des règles de français et de maths qui seuls solidifient les apprentissages. En finir avec la « mise en situation de réussite » permanente qui créée de l'illusion, reprendre les items de posture et de respect de l'ambiance de classe avec, désormais, de gros contingents d'enfants labiles et indisciplinés. Le groupe de douze pourrait être un incontestable progrès. A noter également qu'on limite à douze, le nombre d'enfants dans les classes spécialisées car cela constitue un effectif dans lequel le maître a plus de latitude pour n'oublier personne et consacrer à chacun le temps nécessaire à la réussite.

Stages gratuits, bien sûr, ils sont basés sur le volontariat et donnent souvent de bons résultats avec des élèves motivés. Les classes bilingues, oui, c'est un plus pour des élèves bien engagés dans les processus d'apprentissage, on ne va quand même pas freiner les meilleurs élèves au titre d'une égalité devenant ainsi « égalitarisme ».


Quelles sont les erreurs commises par les politiques qui visent directement l'objectif de la mixité sociale ?

La première erreur se situe dans l'emploi du mot « sociale ». Le ministre ne peut pas le dire, mais il s'agit en fait de mixité ethnique. La mixité sociale se réalise à peu près et quand elle ne se réalise pas, cela ne dérange à vrai dire, pas grand monde. Ce qui dérange, ce sont les collèges généraux et les lycées professionnels devenus des ghettos, dans des quartiers où sévissent l'ensemble des maux de la société moderne. Voici peu de jours, Bernard Ravet, principal dans trois des collèges les plus difficiles de Marseille, a livré un témoignage accablant sur la lâcheté de l'Education nationale, l'électoralisme des politiques et le silence des syndicats, en racontant la guerre de positions que mènent l'islamisme, mais aussi l'islam ordinaire, au sein des établissements publics dit sensibles. Ce cadre lève le voile sur le problème qui agite en réalité le Ministère de l'Education Nationale et que tout le monde voudrait résoudre sans avoir à en parler. Il est le même dans les périphéries de toutes les grandes villes et même, maintenant, de quelques villes moyennes. Après des décennies de « respect de la culture » et de légitimation des revendications communautaires, ayant entraîné les dégâts que tout le monde connaît, sans oser le dire, se pose le problème d'un retour à un semblant de laïcité assimilé à de l'islamophobie puisque cela a été permis, à demi-mot. Il suffit de se souvenir de ce qui avait été mis en place de spécial pour l'intégration des autres sources d'immigration, espagnole, polonaise, italienne, portugaise ou asiatique. Qu'a t-on fait de particulier pour ces gens là ? Rien. Et ils s'en sont magnifiquement intégrés.

L'erreur est de vouloir décréter cette mixité ethnique, puisque c'est d'elle qu'il s'agit. Parce que les intéressés visés, eux-mêmes, ne le souhaitent pas tous, c'est le moins que l'on puis dire et que les parents ne souhaitant pas cette mixité ethnique auront toujours le choix d'inscrire leurs enfants ailleurs, d'un côté comme de l'autre. La problématique est bourrée d'hypocrisies puisque les responsables éducatifs de premier plan, ministres compris, n'ont jamais mis leurs propres enfants dans des quartiers multi-ethniques. Les arabo-musulmans eux-mêmes, les plus en réussite sociale, retirent leurs enfants de ces quartiers, vont même jusqu'à les inscrire dans des écoles privées catholiques. Les enfants des familles « de souche » ont fui progressivement des quartiers devenus communautaires et laissé entière une problématique à résoudre, sans la nommer. L'autre hypocrisie repose sur le fait d'énoncer que le pays a fabriqué des ghettos, alors que les quartiers en question, qui furent de qualité à l'origine, ont d'abord été construits, dans les années 50 et 60, pour absorber l'exode rurale interne, à laquelle se sont ajoutés des immigrés de toutes origines. Par la suite, avec le jeu du regroupement familial, du départ de certaines catégories socio-professionnelles, des fécondités relatives des différents groupes ethniques, des phénomènes économiques et de délinquance, nous sommes arrivés à ces quartiers communautaires, soumis aux revendications politico-religieuses, dont parlent Bernard Ravet et bien d'autres. Selon un processus de pourrissement étalé sur plusieurs années mais qui a toujours été nié par des artifices de langage et des postures idéologiques. Cela n'a pas empêché le gilet pare-balles de devenir la tenue standard des agents de l'Etat ayant à opérer de jour comme de nuit dans ces zones. La solution est bien de promouvoir un enseignement de qualité et de faire régner l'ordre républicain et laïque sur l'ensemble du territoire, moyennant quoi, tout le monde laissera son enfant dans l'école la plus proche de son domicile, puisqu'il y sera en sécurité et qu'il recevra le même enseignement que partout ailleurs. Rien, absolument rien, à moins de passer sous régime dictatorial, ne pourra obliger quiconque à laisser son enfant dans des ambiances délétères dont il ne veut pas.

A ce stade, il est étonnant de voir les critiques relancer ce vieux débat avec les mêmes arguments et les mêmes précautions oratoires voués à l'échec comme cela a toujours été le cas. L'école doit cesser de se soucier de l'origine ethnique de ses élèves, de leur culture d'origine, cesser de craindre de heurter les sensibilités de quelques uns et repasser, pour un temps, à une « laïcité de combat », afin de rétablir à la fois les principes et les contenus de l'école. Mais peut-être est-ce déjà trop tard pour le réaliser de manière apaisée.

Quels sont les effets à attendre des nouvelles décisions prises par le ministère de l'Education Nationale ?

Les effets les plus visibles seront sans doute ceux liés au retour en quatre jours avec les réorganisations, au niveau de chaque commune, des transports scolaires et des emplois dévolus à l'école. Les CP et CE1 à douze élèves peuvent être une belle expérimentation dont les résultats seront à suivre de près, mais à priori, ce sera mieux. Pour le reste, rien de bien neuf...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fredja
- 01/09/2017 - 15:04
Excellent article
dont je partage les idées. Cela fait plaisir de voir clairement dit ce que tout le monde pense en permanence. Je me permets également de vous signaler que ce ne sont pas que les grandes métropoles qui sont gangrénées, mais jusqu'à des villes assez modestes (25k habitants pour ce qui me concerne). Et je partage votre vision d'une laïcité de combat pour rétablir la paix et le calme dans nos écoles... Effectivement, curieusement, tous les autres immigrés (Italiens, Espagnols) n'ont posé aucun problème à l'Education Nationale... Pourquoi devrait-il en être autrement avec les Musulmans ??? D'une manière générale, c'est l'ensemble de la société Française qui devrait réaffirmer sa laïcité, et imposer le respect des règles Françaises. Malheureusement, Macron est très discret là-dessus, alors que Fillon avait au moins un discours sans ambiguïtés sur ce sujet.
JG
- 01/09/2017 - 13:59
Enseignants de bonne volonté et intelligents
Unissez vous !! A quand une conférence de presse avec vous Mr Duriot, Mr Jean Paul Brighelli, Mr François Xavier Bellamy, et quelques autres enseignants brillants et lucides qui me pardonneront de ne pas les citer, pour dénoncer les erreurs pédagogistes de ces 40 dernières années !! Je n'ai pas voté Macron mais son ministre de l'Education parle un langage que l'on a plus entendu depuis longtemps. Le risque est qu'il se fasse manger par l'administration de la rue de Grenelle et les syndicats et que Macron laisse faire pour avoir 'la paix sociale chez les profs...."
evinrude
- 31/08/2017 - 21:39
À Monsieur Duriot
Je ne sais si vous connaissez cet auteur d'une très grande intelligence sur les difficultés que vous soulevez:
Des livres importants et rigoureux
Voir « Coran et Bible en questions réponses » qui lève les erreurs, et contre-vérités, le dernier livre de Daniel Sibony, ou « Un certain vivre ensemble, Musulmans et juifs dans le monde arabe » qui explique comment ces mécanismes existent là-bas et éclairent ce qui se passe ici, ou « Islam, phobie, culpabilité » qui développe les mécanismes qui participent de ce à quoi nous assistons depuis plusieurs années.