En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 min 40 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 1 heure 59 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 30 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 3 heures 45 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 11 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 52 min 58 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 29 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 26 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 3 heures 56 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 7 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 2 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 19 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Juste ?

Augmentation de 25% des indemnités de licenciements ou le grand retour de la politique du donnant-donnant

Publié le 25 août 2017
Le cabinet de Muriel Pénicaud envisagerait une augmentation de 25% des indemnités de licenciement, en contrepartie de la mise en place d'un plafond d'indemnités de licenciement.
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cabinet de Muriel Pénicaud envisagerait une augmentation de 25% des indemnités de licenciement, en contrepartie de la mise en place d'un plafond d'indemnités de licenciement.

 

Atlantico : Le cabinet de Muriel Pénicaud envisagerait une augmentation de 25% des indemnités de licenciement, en contrepartie de la mise en place d'un plafond d'indemnités de licenciement. Une telle proposition est-elle acceptable pour les entreprises ou s'agit il d'une rupture par rapport aux engagements pris par le chef de l'Etat?

Je pense qu'il ne faut pas raisonner en termes de promesses politiques, qui, aujourd'hui, ne veulent plus dire grand-chose. Il faut raisonner en termes d'efficacité ou non de la mesure. La réalité, c'est qu'expliquer à des chefs d'entreprises que l'on va baisser le coût du travail et le coût du licenciement , en l'augmentant de 25% me parait de fait assez surréaliste. Il est évident que nous avons toujours et de la même façon, à licencier des salariés, et cela nous coûtera alors 25% plus cher. 

 

Deux raisons sont énoncées pour justifier ce choix. La première est qu'il semblerait d'une part que les indemnités de licenciement sont parmi les plus faibles d'Europe, et d'autre part qu'en revanche, les passages devant les prud'hommes des salariés sont extrêmement élevés et se révèlent une véritable épée de Damoclès pour les patrons. Néanmoins, je ne vois pas comment dans la pratique cette augmentation de 25% va décourager les salariés d'aller aux prud'hommes.... Car aux prud'hommes, le salarié ne risque aujourd'hui rien, sinon de gagner encore plus. 

 

Il semble qu'effectivement – et on sent la strategie  politique – cette décision a été prise pour faire plaisir aux syndicats et faire passer la pilule. Deux syndicats réclament d'ailleurs non pas 25% mais 50% d'augmentation. Avec ce genre d'initiative, nous risquons de continuer de plus bel à recruter des CDD! 25% de plus pour une PME, c'est déjà énorme ! ce qui m'inquiète en termes de méthode, c'est que sous prétexte d'habilité – incontestablement nécessaire – on fait comme d'habitude du donnant-donnant. Il y a un le moment où il faudra prendre une bonne décision même si elle est critiquée. Si l'habileté consiste encore une fois à prendre dans une poche pour mettre dans une autre, on n'y arrivera pas !

 

Entre des baisses des cotisations sociales et de l'ISF décalées et une augmentation du seuil d'indemnités, est-ce que l'enthousiasme qui a pu apparaître dans "les milieux d'affaires" est en train de se retourner ? Avec quelles conséquences pour l'économie française ? 

Actuellement, il y a un effet Macron indéniable. C'est l'effet d'un changement de politique marquant qui fonctionne bien et qui doit perdurer. Et ce parce qu'on a tellement envie que cela marche. Il y a à la fois un bashing incroyable anti-Macron de la part de la presse, et des sondages qui seraient en baisse, mais tout le monde entrepreneurial, salariés compris, espère qu'il réussisse. Il n'y a pas encore de déception sur ce point. Mais la déception pourrait venir quand on aura vraiment la capacité de mesurer les effets de la loi Travail. On n'applaudit donc pas des deux mains. Et d'un autre côté il vaut mieux annoncer aussi les difficultés afin d'empêcher une rentrée sociale dans la Rue. Quoi qu'il fasse ce gouvernement doit s'attendre à des grèves...

 

Comment expliquer qu'après avoir investi autant de capital politique dans les mesures économiques de ce début quinquennat, Emmanuel Macron semble "reculer" sur de nombreux dossiers ? La réalité a-t-elle changé, ou s'agit il d'une question de rapports de force ?

Ce dont je me suis rendu compte à l'occasion d'interventions d'ETHIC couplées avec des mouvements patronaux et la Fédération des Services à la personne c'est que tout se décide à Bercy. Quand on prépare une mesure, on confie toujours la charge d'étudier le dossier aux grands spécialistes de Bercy qui sont d'une compétence absolument extraordinaire mais qui font ce qu'ils veulent, annoncent ce qu'ils veulent et à la fin conçoivent des usines à gaz tant ils sont loin du terrain. Ils n'ont jamais mis un pied dans une PME, et calculent cependant toute la journée l'équilibre des Finances de la France. Et je pense qu'Emmanuel Macron, tout ancien ministre de l'Économie soit, est aujourd'hui victime des calculs de la techno structure de Bercy ! 

 

Nous nous en sommes rendus compte quand nous avons essayé de faire passer une proposition pour faire avancer de l'argent pour que les services à la personne puissent repartir plus vite et qu'on rembourse les gens 18 mois après. Notre proposition était travaillée, impeccable, les banques acceptaient d'avancer l'argent et cela ne coûtait pas un euro à l'État tout en faisant rentrer immédiatement des sommes considérables dans ses caisses. Cela aurait provoqué un choc sur l'emploi au noir qui serait devenu sans objet. Mais Bercy a dit non, et quand Bercy dit non, même le ministre ne peut rien dire. On est dans l'immobilisme total ! Je ne crois en rien – bien que j'y sois favorable – à ce qu'a promis Emmanuel Macron en matière de baisse fiscale et d´incitations aux entreprises en termes d'amoindrissement du coût du travail, si on ne me dit pas quelles sont les baisses réelles prévues des dépenses de l'Etat ,dans quel délai, combien cela rapporte, etc.… et le tout avec une pédagogie béton ! À partir de là on pourra réformer. Sinon la fiscalité est un jeu de Bonneteau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 25/08/2017 - 22:38
Licenciements
Au lieu de se battre pour les indemnités les entreprises devraient se battre pour que les motifs de licenciement soient clairs. Si un licenciement économique est requalifié c'est soit parce que l'employeur est de mauvaise foi soit parce que la loi est floue. En plus une loi claire ça ne coûte rien, sauf un petit effort de réflexion des députés de la majorité. Bon , j'arrête, je rêve debout...
vangog
- 25/08/2017 - 10:43
Ah ben c'est sûr! Avec 38000 chômeurs supplémentaires
le mois dernier, 50% d'augmentation des indemnités de licenciement vont encourager les dirigeants de PME-TPE-non delocalisatrices à embaucher d'avantage!...et les dirigeants de grandes entreprises delocalisatrices à moins délocaliser dans les paradis fiscaux de l'est européen ou de la Turquie islamisante!...je vous avais prévenu que Macron était un socialiste masqué, avec le cerveau inversé, comme tout bon socialiste qui se respecte...encore n'est-on qîau sixième mois...il a encore quatre ans et demi pour réaliser toutes les khommeries gauchistes qu'il tient au frais dans son cerveau déséquilibré (tiens! Comme un islamiste..,)