En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Juste ?
Augmentation de 25% des indemnités de licenciements ou le grand retour de la politique du donnant-donnant
Publié le 25 août 2017
Le cabinet de Muriel Pénicaud envisagerait une augmentation de 25% des indemnités de licenciement, en contrepartie de la mise en place d'un plafond d'indemnités de licenciement.
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cabinet de Muriel Pénicaud envisagerait une augmentation de 25% des indemnités de licenciement, en contrepartie de la mise en place d'un plafond d'indemnités de licenciement.

 

Atlantico : Le cabinet de Muriel Pénicaud envisagerait une augmentation de 25% des indemnités de licenciement, en contrepartie de la mise en place d'un plafond d'indemnités de licenciement. Une telle proposition est-elle acceptable pour les entreprises ou s'agit il d'une rupture par rapport aux engagements pris par le chef de l'Etat?

Je pense qu'il ne faut pas raisonner en termes de promesses politiques, qui, aujourd'hui, ne veulent plus dire grand-chose. Il faut raisonner en termes d'efficacité ou non de la mesure. La réalité, c'est qu'expliquer à des chefs d'entreprises que l'on va baisser le coût du travail et le coût du licenciement , en l'augmentant de 25% me parait de fait assez surréaliste. Il est évident que nous avons toujours et de la même façon, à licencier des salariés, et cela nous coûtera alors 25% plus cher. 

 

Deux raisons sont énoncées pour justifier ce choix. La première est qu'il semblerait d'une part que les indemnités de licenciement sont parmi les plus faibles d'Europe, et d'autre part qu'en revanche, les passages devant les prud'hommes des salariés sont extrêmement élevés et se révèlent une véritable épée de Damoclès pour les patrons. Néanmoins, je ne vois pas comment dans la pratique cette augmentation de 25% va décourager les salariés d'aller aux prud'hommes.... Car aux prud'hommes, le salarié ne risque aujourd'hui rien, sinon de gagner encore plus. 

 

Il semble qu'effectivement – et on sent la strategie  politique – cette décision a été prise pour faire plaisir aux syndicats et faire passer la pilule. Deux syndicats réclament d'ailleurs non pas 25% mais 50% d'augmentation. Avec ce genre d'initiative, nous risquons de continuer de plus bel à recruter des CDD! 25% de plus pour une PME, c'est déjà énorme ! ce qui m'inquiète en termes de méthode, c'est que sous prétexte d'habilité – incontestablement nécessaire – on fait comme d'habitude du donnant-donnant. Il y a un le moment où il faudra prendre une bonne décision même si elle est critiquée. Si l'habileté consiste encore une fois à prendre dans une poche pour mettre dans une autre, on n'y arrivera pas !

 

Entre des baisses des cotisations sociales et de l'ISF décalées et une augmentation du seuil d'indemnités, est-ce que l'enthousiasme qui a pu apparaître dans "les milieux d'affaires" est en train de se retourner ? Avec quelles conséquences pour l'économie française ? 

Actuellement, il y a un effet Macron indéniable. C'est l'effet d'un changement de politique marquant qui fonctionne bien et qui doit perdurer. Et ce parce qu'on a tellement envie que cela marche. Il y a à la fois un bashing incroyable anti-Macron de la part de la presse, et des sondages qui seraient en baisse, mais tout le monde entrepreneurial, salariés compris, espère qu'il réussisse. Il n'y a pas encore de déception sur ce point. Mais la déception pourrait venir quand on aura vraiment la capacité de mesurer les effets de la loi Travail. On n'applaudit donc pas des deux mains. Et d'un autre côté il vaut mieux annoncer aussi les difficultés afin d'empêcher une rentrée sociale dans la Rue. Quoi qu'il fasse ce gouvernement doit s'attendre à des grèves...

 

Comment expliquer qu'après avoir investi autant de capital politique dans les mesures économiques de ce début quinquennat, Emmanuel Macron semble "reculer" sur de nombreux dossiers ? La réalité a-t-elle changé, ou s'agit il d'une question de rapports de force ?

Ce dont je me suis rendu compte à l'occasion d'interventions d'ETHIC couplées avec des mouvements patronaux et la Fédération des Services à la personne c'est que tout se décide à Bercy. Quand on prépare une mesure, on confie toujours la charge d'étudier le dossier aux grands spécialistes de Bercy qui sont d'une compétence absolument extraordinaire mais qui font ce qu'ils veulent, annoncent ce qu'ils veulent et à la fin conçoivent des usines à gaz tant ils sont loin du terrain. Ils n'ont jamais mis un pied dans une PME, et calculent cependant toute la journée l'équilibre des Finances de la France. Et je pense qu'Emmanuel Macron, tout ancien ministre de l'Économie soit, est aujourd'hui victime des calculs de la techno structure de Bercy ! 

 

Nous nous en sommes rendus compte quand nous avons essayé de faire passer une proposition pour faire avancer de l'argent pour que les services à la personne puissent repartir plus vite et qu'on rembourse les gens 18 mois après. Notre proposition était travaillée, impeccable, les banques acceptaient d'avancer l'argent et cela ne coûtait pas un euro à l'État tout en faisant rentrer immédiatement des sommes considérables dans ses caisses. Cela aurait provoqué un choc sur l'emploi au noir qui serait devenu sans objet. Mais Bercy a dit non, et quand Bercy dit non, même le ministre ne peut rien dire. On est dans l'immobilisme total ! Je ne crois en rien – bien que j'y sois favorable – à ce qu'a promis Emmanuel Macron en matière de baisse fiscale et d´incitations aux entreprises en termes d'amoindrissement du coût du travail, si on ne me dit pas quelles sont les baisses réelles prévues des dépenses de l'Etat ,dans quel délai, combien cela rapporte, etc.… et le tout avec une pédagogie béton ! À partir de là on pourra réformer. Sinon la fiscalité est un jeu de Bonneteau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
07.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 25/08/2017 - 22:38
Licenciements
Au lieu de se battre pour les indemnités les entreprises devraient se battre pour que les motifs de licenciement soient clairs. Si un licenciement économique est requalifié c'est soit parce que l'employeur est de mauvaise foi soit parce que la loi est floue. En plus une loi claire ça ne coûte rien, sauf un petit effort de réflexion des députés de la majorité. Bon , j'arrête, je rêve debout...
vangog
- 25/08/2017 - 10:43
Ah ben c'est sûr! Avec 38000 chômeurs supplémentaires
le mois dernier, 50% d'augmentation des indemnités de licenciement vont encourager les dirigeants de PME-TPE-non delocalisatrices à embaucher d'avantage!...et les dirigeants de grandes entreprises delocalisatrices à moins délocaliser dans les paradis fiscaux de l'est européen ou de la Turquie islamisante!...je vous avais prévenu que Macron était un socialiste masqué, avec le cerveau inversé, comme tout bon socialiste qui se respecte...encore n'est-on qîau sixième mois...il a encore quatre ans et demi pour réaliser toutes les khommeries gauchistes qu'il tient au frais dans son cerveau déséquilibré (tiens! Comme un islamiste..,)