En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Mayday
Alerte au génocide en Centrafrique : mais que s’est-il passé depuis le départ des Français en 2016 ?
Publié le 14 août 2017
Le lundi 7 août, l'organisation des Nations unies alertait de "signes avant-coureurs de génocides" en Centrafrique.
Ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration et titulaire d'un DEA de science politique à la Sorbonne, il a travaillé pour le Quai d'Orsay et la Commission européenne sur le continent, notamment en Afrique du Sud et en République...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Vircoulon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration et titulaire d'un DEA de science politique à la Sorbonne, il a travaillé pour le Quai d'Orsay et la Commission européenne sur le continent, notamment en Afrique du Sud et en République...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le lundi 7 août, l'organisation des Nations unies alertait de "signes avant-coureurs de génocides" en Centrafrique.

Atlantico : Le lundi 7 août, l'organisation des Nations unies alertait de "signes avant-coureurs de génocides" en Centrafrique. Quelles sont les causes de la crise actuelle ? Comment la situation a-t-elle évolué suite à la fin de l'opération Sangaris menée par la France jusqu'en 2016 ?

Thierry Vircoulon : Ce n'est pas parce que l'armée française est partie et que des élections ont été organisées en 2016 que le conflit était résolu en Centrafrique comme le prouve la flambée de violence qui a débuté en mai. La suite du scénario post-électoral défini par les internationaux (la stratégie de paix) n'a pas fonctionné: la négociation entre le gouvernement et les groupes armés n'a pas abouti, le programme de désarmement, démobilisation et réintégration n'a donc pas pu avoir lieu, le gouvernement n'est pas parvenu à remettre l'administration au travail dans les zones calmes du pays et à poser des actes forts et les forces onusiennes n'ont pas cherché à arrêter les seigneurs de guerre. En plus, un vide stratégique dans le sud-est du pays a été créé par le départ des forces américaines et ougandaises. Leur présence avait permis à cette partie d'être épargnée par le conflit mais cela a pris fin dès l'annonce de leur retrait car des groupes armés de l'ex-Seleka ont fait mouvement vers le sud-est. Par conséquent, loin d'être résolu, le conflit centrafricain dure et pourrit.

Les groupes en confrontation sont les anti-balaka et les différentes composantes de l'ex-Seleka qui avai​ent chassé le président Bozizé au début de l'année 2013 avant d'être à son tour chassée par l'armée française et les anti-balaka. Après leur première confrontation à la fin de l'année 2013, les anti-balaka se sont calmés et le mouvement de la Seleka s'est fragmenté en plusieurs milices sur des lignes ethniques. Tous ces groupes sont en réalité en compétition pour contrôler les ressources d'un pays qui n'a plus de structures étatiques sur son territoire et qu'il est par conséquent facile de conquérir et de piller. La Centrafrique est un territoire ouvert pour tous les entrepreneurs de violence.

Cette crise a d'ores déjà engendré d'importants déplacements de population, aussi bien vers le Tchad, le Cameroun, la RDC, ou le Congo-Brazzaville. Quels sont les risques de voir ces flux de population déstabiliser la région ?

Pour le moment, ces flux ne sont pas suffisamment importants pour cela. Ce qu'on observe, c'est surtout une pression des éleveurs peulhs qui sont réfugiés au Cameroun pour avoir de nouveau accès aux pâturages centrafricains. Cela se traduit par des clashs localisés et sporadiques dans cet espace frontalier. Le flux de réfugiés (très majoritairement musulman) crée surtout le sentiment dans cette communauté de ne plus être voulu en RCA et de ne plus avoir d'avenir dans ce pays.

Dans quelle mesure la "communauté internationale" pourrait-elle intervenir ? Quelles seraient les actions à mettre en place pour permettre un retour au calme, et plus largement, un traitement des causes ?

Il n'y a que deux actions à mener en Centrafrique: neutraliser la poignée de seigneurs de guerre qui animent les AB et l'ex-Seleka et fournir du travail à une population qui a touché le fond de la pauvreté. Les internationaux et le gouvernement tournent autour du premier problème sans vouloir véritablement le résoudre et tant que cela continuera il n'y aura aucun progrès en Centrafrique et la seconde action sera très compliquée. Ces deux actions sont relativement simples mais, compte-tenu de l'état d'extrême division et faiblesse de ce qu'on appelle "communauté internationale" en Centrafrique et ailleurs, elles ont très peu de chance d'arriver. Ce qui nuit gravement à la "communauté internationale" en Centrafrique est l'écart permanent entre son discours de "lutte contre l'impunité" et son absence d'action offensive contre les seigneurs de guerre. Cette contradiction est incompréhensible pour les Centrafricains.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 14/08/2017 - 23:09
@Vangog
Je ne me serais jamais permis de traiter les français de cons et vous le savez. Les peuples ne sont pas cons; ils sont victimes des erreurs de leurs gouvernants. Ce n'est pas le peuple français qui prend les décisions à l'extérieur, car ils n'a même pas le droit de penser dans son propre pays.
vauban
- 14/08/2017 - 22:23
Homéostasie
.
vangog
- 14/08/2017 - 21:44
@assougoudrel je précise "des cretins comme le gouvernement
Français" pour corriger votre belle intervention, qui remet parfaitement les choses à leur juste place. Les Français ne sont pas des cretins, mais ils élisent des cretins, sous l'influence de médias gauchistes. Toutes les aides économiques vers l'Afrique ont contribué à accentuer les inégalités entre l'ethnie au pouvoir et les ethnies dominées...dure loi de la corruption, avec des guerres et nombrables à la clef, lorsque les ethnies minoritaires en ont marre d'être asservies. L'argent de l'aide occidentale, moteur de l'esclavage des peuples...ah ben, si on avait dit ça à la gauche! Mais aurait-elle compris, la pauvrette?...