En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

02.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

05.

Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus

06.

Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé

07.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 7 heures 35 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 8 heures 24 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 9 heures 54 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 11 heures 11 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 13 heures 32 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 15 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 8 heures 2 sec
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 9 heures 10 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 10 heures 30 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 12 heures 55 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 15 heures 7 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 17 heures 13 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 17 heures 53 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 19 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Mayday

Alerte au génocide en Centrafrique : mais que s’est-il passé depuis le départ des Français en 2016 ?

Publié le 14 août 2017
Le lundi 7 août, l'organisation des Nations unies alertait de "signes avant-coureurs de génocides" en Centrafrique.
Ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration et titulaire d'un DEA de science politique à la Sorbonne, il a travaillé pour le Quai d'Orsay et la Commission européenne sur le continent, notamment en Afrique du Sud et en République...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Vircoulon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration et titulaire d'un DEA de science politique à la Sorbonne, il a travaillé pour le Quai d'Orsay et la Commission européenne sur le continent, notamment en Afrique du Sud et en République...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le lundi 7 août, l'organisation des Nations unies alertait de "signes avant-coureurs de génocides" en Centrafrique.

Atlantico : Le lundi 7 août, l'organisation des Nations unies alertait de "signes avant-coureurs de génocides" en Centrafrique. Quelles sont les causes de la crise actuelle ? Comment la situation a-t-elle évolué suite à la fin de l'opération Sangaris menée par la France jusqu'en 2016 ?

Thierry Vircoulon : Ce n'est pas parce que l'armée française est partie et que des élections ont été organisées en 2016 que le conflit était résolu en Centrafrique comme le prouve la flambée de violence qui a débuté en mai. La suite du scénario post-électoral défini par les internationaux (la stratégie de paix) n'a pas fonctionné: la négociation entre le gouvernement et les groupes armés n'a pas abouti, le programme de désarmement, démobilisation et réintégration n'a donc pas pu avoir lieu, le gouvernement n'est pas parvenu à remettre l'administration au travail dans les zones calmes du pays et à poser des actes forts et les forces onusiennes n'ont pas cherché à arrêter les seigneurs de guerre. En plus, un vide stratégique dans le sud-est du pays a été créé par le départ des forces américaines et ougandaises. Leur présence avait permis à cette partie d'être épargnée par le conflit mais cela a pris fin dès l'annonce de leur retrait car des groupes armés de l'ex-Seleka ont fait mouvement vers le sud-est. Par conséquent, loin d'être résolu, le conflit centrafricain dure et pourrit.

Les groupes en confrontation sont les anti-balaka et les différentes composantes de l'ex-Seleka qui avai​ent chassé le président Bozizé au début de l'année 2013 avant d'être à son tour chassée par l'armée française et les anti-balaka. Après leur première confrontation à la fin de l'année 2013, les anti-balaka se sont calmés et le mouvement de la Seleka s'est fragmenté en plusieurs milices sur des lignes ethniques. Tous ces groupes sont en réalité en compétition pour contrôler les ressources d'un pays qui n'a plus de structures étatiques sur son territoire et qu'il est par conséquent facile de conquérir et de piller. La Centrafrique est un territoire ouvert pour tous les entrepreneurs de violence.

Cette crise a d'ores déjà engendré d'importants déplacements de population, aussi bien vers le Tchad, le Cameroun, la RDC, ou le Congo-Brazzaville. Quels sont les risques de voir ces flux de population déstabiliser la région ?

Pour le moment, ces flux ne sont pas suffisamment importants pour cela. Ce qu'on observe, c'est surtout une pression des éleveurs peulhs qui sont réfugiés au Cameroun pour avoir de nouveau accès aux pâturages centrafricains. Cela se traduit par des clashs localisés et sporadiques dans cet espace frontalier. Le flux de réfugiés (très majoritairement musulman) crée surtout le sentiment dans cette communauté de ne plus être voulu en RCA et de ne plus avoir d'avenir dans ce pays.

Dans quelle mesure la "communauté internationale" pourrait-elle intervenir ? Quelles seraient les actions à mettre en place pour permettre un retour au calme, et plus largement, un traitement des causes ?

Il n'y a que deux actions à mener en Centrafrique: neutraliser la poignée de seigneurs de guerre qui animent les AB et l'ex-Seleka et fournir du travail à une population qui a touché le fond de la pauvreté. Les internationaux et le gouvernement tournent autour du premier problème sans vouloir véritablement le résoudre et tant que cela continuera il n'y aura aucun progrès en Centrafrique et la seconde action sera très compliquée. Ces deux actions sont relativement simples mais, compte-tenu de l'état d'extrême division et faiblesse de ce qu'on appelle "communauté internationale" en Centrafrique et ailleurs, elles ont très peu de chance d'arriver. Ce qui nuit gravement à la "communauté internationale" en Centrafrique est l'écart permanent entre son discours de "lutte contre l'impunité" et son absence d'action offensive contre les seigneurs de guerre. Cette contradiction est incompréhensible pour les Centrafricains.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

02.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

05.

Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus

06.

Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé

07.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 14/08/2017 - 23:09
@Vangog
Je ne me serais jamais permis de traiter les français de cons et vous le savez. Les peuples ne sont pas cons; ils sont victimes des erreurs de leurs gouvernants. Ce n'est pas le peuple français qui prend les décisions à l'extérieur, car ils n'a même pas le droit de penser dans son propre pays.
vauban
- 14/08/2017 - 22:23
Homéostasie
.
vangog
- 14/08/2017 - 21:44
@assougoudrel je précise "des cretins comme le gouvernement
Français" pour corriger votre belle intervention, qui remet parfaitement les choses à leur juste place. Les Français ne sont pas des cretins, mais ils élisent des cretins, sous l'influence de médias gauchistes. Toutes les aides économiques vers l'Afrique ont contribué à accentuer les inégalités entre l'ethnie au pouvoir et les ethnies dominées...dure loi de la corruption, avec des guerres et nombrables à la clef, lorsque les ethnies minoritaires en ont marre d'être asservies. L'argent de l'aide occidentale, moteur de l'esclavage des peuples...ah ben, si on avait dit ça à la gauche! Mais aurait-elle compris, la pauvrette?...