En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 29 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 7 heures 9 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 54 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 11 heures 14 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 55 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 5 heures 13 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 6 heures 20 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 10 heures 18 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 11 heures 7 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 12 heures 20 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 14 heures 2 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
Mangez des oeufs

Pourquoi il faut continuer à manger des oeufs

Publié le 10 août 2017
La presse s’émeut de la présence en France d’œufs « contaminés au Fipronil ». Gardons notre sang-froid, prenons du recul et… continuons à manger imperturbablement des œufs !
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La presse s’émeut de la présence en France d’œufs « contaminés au Fipronil ». Gardons notre sang-froid, prenons du recul et… continuons à manger imperturbablement des œufs !

Pas de Fipronil dans les rayons œufs de nos supermarchés

Le consommateur a parfois du mal à garder le sens des grandeurs et des proportions. Chaque français ingère de l’ordre de 220 œufs par an, ce qui, cumulé, fait tout de même une consommation nationale annuelle de 15 milliards d’œufs ! C’est l’équivalent de la production de nos 47 millions de poules nationales. Nos achats à l’étranger sont donc très faibles (8 % du total, de même que nos exportations). En effet chaque famille française de 4 personnes dispose (virtuellement et en gros) de 3 poules sur le territoire national. Ce n’est pas le cas des allemands ou des anglais, qui n’en ont que 2, et qui de ce fait importent beaucoup (40 % de la consommation allemande). Quand-aux Pays-Bas, un pays qui a beaucoup développé l’élevage industriel, et où chaque famille dispose virtuellement de 8 poules, ce sont de gros exportateurs, et justement en l’occurrence le problème vient de chez eux !

Nos quelques exportations concernent essentiellement l’agro-industrie qui est toujours à la recherche de centimes à gagner pour pouvoir nous vendre les pâtes, quiches, mayonnaises ou crèmes anglaises que nous voulons acheter le meilleur marché possible. On peut d’ailleurs observer qu’à ce stade, aucun retrait d’œufs « en coque » n’a été fait dans aucun magasin.

Dans le cas présent, la présence de traces de Fipronil ne concerne que les poules élevées en cages qui ont été désinfectées à l’aide de ce produit ajouté frauduleusement aux mélanges désinfectants « classiques » (avec du menthol et de l'eucalyptus pour neutraliser son odeur), dans le produit DEGA 16 de la société Chickfriend, lequel faisait soudain des miracles contre le pou rouge, véritable fléau des élevages industriels.

Or dans nos magasins alimentaires, la part des œufs de poules « en cage » diminue très rapidement. Nous sommes de plus en plus sensibles au « bien-être animal » et admettons de moins en moins que les poules passent leur vie enfermées dans des cages qui n’offraient à chacune que 450 cm² (l’équivalent d’une feuille de papier), même si les nouvelles normes de 2012 ont porté ce chiffre à 750 cm2 par poule. Des volatiles incapables d’exprimer pleinement leur comportement normal : se promener, picorer, gratter, se percher, pondre dans un nid. Parfois, on leur sectionne même le bec, pour éviter les bagarres. 

Dorénavant, nous préférons les œufs de poules en plein air, label rouge ou bios. Certaines chaines comme Monoprix, Atac ou Mac Do ont déjà franchi le pas et banni l’œuf en cage. Intermarché, Carrefour, Lidl, Aldi et Super U se sont engagés à le faire dans les années qui viennent (entre 2020 et 2025). Idem pour les grands de la restauration collective : Compass, Elior et Sodexo, mais aussi de l’hôtellerie : Accor, Hilton, InterContinental et Marriott.

C’est dans les autres rayons qu’on pourrait éventuellement trouver des traces de cet insecticide

Il convient de relativiser ce qui pourrait apparaitre comme une grande victoire des défenseurs des animaux, car la part des œufs vendus directement dans leur coque ne cesse de diminuer dans notre pays. Au fur et à mesure de l’augmentation du niveau de vie, les gens passent de moins en moins de temps à faire de la cuisine et de la pâtisserie, et le marché se déplace vers la restauration et le plat cuisiné. C’est ainsi qu’en France les « ovoproduits », qui ne représentaient que 22 % du marché en 1996, ont dépassé les 40 % en 2016. De plus en plus d’œufs sont donc livrés à des « casseries » avant d’être achetés sous une forme prête à servir pour la restauration collective (bidons d’omelettes ou d’œufs brouillés prêts à cuire, île flottante et crème anglaise prêtes à servir, etc.) ou les plats tout préparés de l’agro-industrie. Autre tendance : la séparation des différents constituants, vendus ensuite sous forme de poudres élémentaires : il s’agit là d’une véritable industrie chimique, finalement similaire au cracking du pétrole.

Et là, évidemment, on utilise essentiellement les œufs les moins chers, et donc encore à 80 % ceux provenant des cages. En effet les industriels étaient jusqu’à maintenant peu concernés par les pressions citoyennes sur le bien-être animal : va-t-on demander à son boulanger si le jaune d’œuf qu’il utilise pour dorer ses croissants est de plein air, et a fortiori au fabriquant de sa crème dessert ? 

Même si on mange quelques œufs avec du Fipronil, il ne se passe rien

Le Fipronil n’est actuellement interdit que pour les animaux destinés à l’alimentation humaine. C’est un produit couramment utilisé, pour les autres animaux, comme les chiens et les chats, en application cutanée contre les puces, tiques et poux, sous le nom Frontline. Autant dire que le principal danger pour l’homme de ce produit consiste à caresser son animal familier sans se laver les mains après, ce que font tous les jours nos enfants ! Mais il est également très présent dans nos insecticides domestique contre les cafards, moustiques, sauterelles !

Mis au point par le français Rhône-Poulenc en 1987, il a été revendu aux allemands Bayer, puis BASF, qui l’a utilisé comme enrobeur de semences de maïs sous le nom Régent, lequel a été accusé de décimer les abeilles voisines, puis provisoirement interdit en France en 2004 et 2005.

Les œufs incriminés n’en contiennent qu’une dose infime, celle qui a percolé à travers la peau de la poule pour rejoindre son « oviducte ». Autant dire que qu’on ne peut pas ressentir d’effets en mangeant une omelette ! Les experts parlent de dizaines de milliers d’œufs qu’il faudrait ingérer pour avoir des effets sensibles délétères pour les reins, le foie et la thyroïde !

Comment assurer la sécurité sanitaire et de bons éléments nutritifs

Notons quand même que la production industrielle a quelques avantages ; en particulier une bonne maîtrise de la sécurité sanitaire. La cage, qui représente une négation du bien-être animal, reste néanmoins une excellente solution contre les maladies, lesquelles, lorsque l’animal est en groupe et au sol, se propagent très facilement par la poussière de fientes soulevée en permanence, sans compter le contact possible avec les oiseaux migrateurs porteurs de maladies pour les animaux élevés en plein air. On a malheureusement pu le voir récemment dans les élevages de canard en plein air du Sud-Ouest.

Coté nutrition, observons que les poules des basses-cours de nos grands-parents pondaient à peine 80 à 100 œufs par an, alors qu’une poule « industrielle » d’aujourd’hui commence à pondre à l’âge de 125 jours, puis, en 375 jours de production, pond 315 œufs de 63 g, soit près de 20 kg d’œufs, en consommant 45 kg de nourriture. Un excellent taux de transformation de produits végétaux en protéines animales : seulement 2,15 kg d’aliments pour produire 1 kg d’œufs ! D’où les prix remarquablement bas des œufs. Dans tous les cas, cage ou plein air, les poules « modernes » mangent pour l’essentiel de l’aliment tout préparé, ce qui a malheureusement provoqué une forte perte de constituants nutritifs : acides gras, vitamines, caroténoïdes ou oligo-éléments.

Cet aspect fait l’objet de recherches importantes, telles celles portant sur l’œuf « Benefic » pour lequel la poule reçoit un complément nutritionnel, composé de végétaux, minéraux et vitamines qui se retrouvent dans le produit final, plus riche en iode, vitamines D, B9 et E, oméga 3, sélénium, lutéine et anti-oxydants. Comme cela n’influe aucunement sur les frais fixes de production (travail de l’éleveur, amortissement du poulailler, transports, emballage, commercialisation, etc.), on obtient des résultats spectaculaires pour une faible augmentation du prix de vente. Il est donc à espérer que ces pratiques finiront par se généraliser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
francoise34
- 11/08/2017 - 22:55
Plus dangereux que le tabac ?
Il vaut mieux manager un oeuf que fumer une cigarette ?
Et pourtant, on en parle moins