En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

04.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 6 heures 9 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 7 heures 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 7 heures 34 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 9 heures 44 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 11 heures 58 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 12 heures 30 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 13 heures 37 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 14 heures 30 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 7 heures 20 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 8 heures 16 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 11 heures 47 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 11 heures 59 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 13 heures 32 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 13 heures 48 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 14 heures 35 min
Atlanti-culture

"Douleur" : peut-on trouver le bonheur sans faire souffrir autour de soi? Un roman splendide

Publié le 07 août 2017
Hélène Kolsky pour culture-tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Kolsky est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
LIVRE
Douleur 
de Zeruya Shalev
Éd. Gallimard
 
 
L’AUTEUR
Zeruya Shalev est une écrivaine de l'intime. La romancière israélienne note que si les guerres et les progrès bouleversent l'ordre des choses, au travers des siècles, la psyché des hommes reste, elle, toujours la même. Il suffit de lire la Bible. Alors elle raconte la jalousie entre enfants d'une même fratrie, l'adultère au sein du couple, la solitude avec les amis. Elle raconte les sentiments désavoués dans un style envoûtant. Elle place haut l'intime car tout se transforme sauf cette immuabilité-là de l'homme. "Quand tout le foyer du bonheur et de la souffrance est dans le sanctuaire le plus intime et le plus secret de nous-mêmes."
 
C'est exactement cette partie-là de nous-mêmes qu'explore Zeruya Shalev dans une œuvre subversive par le nombre de tabous brisés sur la famille et le couple. Elle se penche sur les conflits entre hommes et femmes, entre parents et enfants. Vie amoureuse (2000) narrait une passion destructrice pour un homme âgé ; Mari et femme (2001) analysait une décomposition conjugale ; Thera (2007) plongeait dans un divorce et une reconstruction ; Ce qui reste de nos vies (2014). 
 
À chaque fois, la question reste la même : peut-on trouver le bonheur sans faire souffrir autour de soi?
 
THEME
Dix ans après avoir été blessée dans un attentat, Iris semble avoir surmonté le traumatisme. Malgré des douleurs persistantes, des problèmes avec ses enfants et un mariage de plus en plus fragile, la directrice d’école ambitieuse et la mère de famille engagée qu’elle est s’efforce de prouver qu’elle contrôle la situation. Tout bascule cependant le jour où elle reconnaît, sous les traits d’un médecin qu'elle consulte, Ethan, son premier amour, qui l’avait brutalement quittée lorsqu’elle avait dix-sept ans.
 
Douleur raconte quelques semaines dans la vie d'une femme dont l'existence soudain vacille de façon vertigineuse. Une femme rattrapée par un passé qu'elle croyait avoir sinon laissé derrière elle, du moins digéré, et qui se rappelle à elle de multiples façons : à travers cette douleur qui soudain l'étreint de nouveau, et bientôt la réapparition dans sa vie d'un grand amour de jeunesse. Des émotions, des sensations et des élans divergents: Iris est  écartelée entre un avenir qu'elle devine insatisfaisant mais sur lequel elle ne sait comment agir, et le stérile regret de ce qui aurait pu advenir mais ne s'est pas produit...
 
POINTS FORTS
. Dans un vertige sensuel et existentiel, Iris éprouve la tentation de faire revivre cette passion qu’elle croyait éteinte : et si une seconde chance se présentait à elle ? Ce roman aussi puissant que subtil dévoile les séquelles que le passé peut laisser sur les corps et les esprits, tout en interrogeant notre capacité à faire des choix, au moment même où la vie nous renvoie à l’essentiel.
 
. Ce roman capte la douleur sans tomber dans le dolorisme. Elle saisit les moments de crise où l'on change et ses fins sont tremblées d'incertitudes. "Il y a toujours des découvertes à faire au pays de la douleur." (Madame de Staël, dans une lettre de 1840).
 
. Elle désire refaire sa vie avec son premier amour mais le mal-être de sa fille la ramène à sa famille. Car les mères, nous dit l'auteure, ne cesse de devoir donner et redonner naissance à leurs enfants durant une vie entière. Toute l'œuvre de Zeruya Shalev rappelle que rien ne sauve. L'amour ne sauve pas, les enfants ne sauvent pas, le travail ne sauve pas. Ses héroïnes déçues ne trouvent de salut que dans le sens qu'elles vont arriver à donner à leur vie éclatée. «À quoi bon se mettre ensemble si c'est pour s'éloigner au fil du quotidien?»
 
. Zeruya Shalev, a le goût des détails, des monologues intérieurs, des nuances. On retrouve les rapports conflictuels avec les enfants. Les mères y aiment trop leur fils et pas assez leur fille. Et toujours, chez Zeruya Shalev, on retrouve l'adultère au sein du couple. Le rêve d'une seconde vie se traduit par une lutte harassante entre les absents et les présents. Les mots blessent comme des silex. La parole familiale ne sert plus à révéler mais à dissimuler la vérité. "À quoi bon se mettre ensemble si c'est pour s'éloigner au fil du quotidien?" Le mari, Micky, s'enferme dans ses parties d'échecs, la femme, Iris, cache les traces de son adultère comme elle peut. Et on ne sait pas, à ce stade-là, si sa dernière chance est celle d'aimer celui qui est parti ou celle d'aimer ceux qui restent.
 
. La mère comprend que, comme elle a appris à sa fille à parler et à marcher, elle doit lui apprendre à affronter la réalité telle qu'elle est car c'est là que se situe la véritable liberté.(page 382). Quand on arrive à trouver de la beauté à la vie malgré la chaleur, l'ennui, le béton, la violence. "Elle doit lui apprendre, même si elle vient de le découvrir à l'instant, que ce que nous pensons vivre en planant au-dessus de cette réalité revient en fait à de l'esclavage." Douleur est un roman obsédant par sa pulsion de vie, son style de vagues éclatées contre le mur, ses pensées de fantômes errants. Le beau personnage d'Iris se débat dans son présent pour découvrir que c'est la seule chose qu'elle possède en fin de compte. Le danger, quand on veut quitter sa douleur, c'est de quitter aussi sa vie
 
. Bien que ce ne soit pas l’essentiel de son roman, Zeruya Shalev décrit avec talent une part de la vie rattachée au quotidien, au danger de la mort. La mort au coin de la rue dans ce pays qu’est Israël.
 
.Une écriture directe, incisive, Zeruya Shalev fait parler une impression comme si elle était une personne physique (page 376 : «  le présent : je ne suis pas l’écho de tes souvenirs, je ne suis pas un pont vers tes souvenirs futurs, je suis l’unique chose que tu possèdes, l’essence de ton existence , tu n’as pas le choix »)
 
POINTS FAIBLES
Je n’en vois pas
 
EN DEUX MOTS
La vie nous cabosse mais elle peut nous offrir une seconde chance. Est-ce un leurre ou peut-on la saisir, se demande Zeruya Shalev dans ce splendide roman ".
 
Un roman d'un passé meurtri, d'un présent en question, ou d'un avenir lié à la décision de chacun. A lire au moment ou le présent interpelle, bouscule, régénère le passé.
 
UN EXTRAIT
Ou plutôt quatre:
- "Nous avons trahi les mots, ce qui peut être pire que de trahir l’autre, nous avons trahi les mots, quoi d’étonnant à ce qu’ils nous punissent " page 105
 
- « S’il reste un espoir en cet endroit du monde, il ne viendra que de la rencontre » page 181
 
- « Si seulement on savait s’aimer autant que se fâcher, embellir autant qu’enlaidir, donner et prendre du plaisir autant que donner et prendre des coups » page 213
 
-  "Elle s’est laissé dominer toutes ces années par un cruel tyran : son passé"  page 344
 
RECOMMANDATION : EN PRIORITE
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
livre, culture, shalev
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 07/08/2017 - 21:00
Critique
Encore une critique qui ne donne pas envie de lire le livre, à tort ou à raison.
Constantine
- 07/08/2017 - 18:46
Où est passée la traductrice?
Les romans de Zeruya Shalev sont remarquables et méritent les critiques flatteuses qu'elle reçoit. Mais que serait son œuvre pour le lecteur français sans sa traductrice - Laurence Sendrowicz ? Trop souvent, la mention de l'auteur de la traduction est passée par pertes et profits... Dommage.
Commentaire pas du tout objectif: je suis moi-même traducteur...