En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Touché

Le Général Haftar, notre allié libyen qui menace de bombarder les bateaux italiens qui viendraient gérér la crise des migrants

Publié le 04 août 2017
Une semaine après sa rencontre à Paris avec Emmanuel Macron, et à l'envoi de la marine italienne afin de soutenir les gardes côtes Libyens, le Général Haftar aurait menacé de bombarder un navire italien en cas d'entrée dans les eaux territoriales du pays.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une semaine après sa rencontre à Paris avec Emmanuel Macron, et à l'envoi de la marine italienne afin de soutenir les gardes côtes Libyens, le Général Haftar aurait menacé de bombarder un navire italien en cas d'entrée dans les eaux territoriales du pays.

Atlantico : Dans quelle mesure le Général Haftar peut-il être considéré comme un partenaire fiable ?

Alain Rodier : Le maréchal(1) Haftar est une personnalité complexe et ambiguë. Il suffit pour cela de consulter son curriculum sur Wikipedia. Ce qui est certain, c’est qu’il ne manque pas d’ambition personnelle, son modèle étant le maréchal Sissi qui a su reprendre le pouvoir aux Frères musulmans après quelques jeux de palais et beaucoup de violences, choses traditionnelles au Proche-Orient (mais pas que là, certes). Pour régner, il convient d’allier rouerie et force. Il semble qu’Haftar ait bien compris le concept. Il sait se faire conciliant acceptant de faire acte de diplomatie avec tous ceux qui peuvent l’aider dans son ascension vers ce qu’il recherche : diriger la Libye, peu importe le titre (président, roi, maréchal-président, etc.).

Il compte sur ses alliés traditionnels qui, comme l’Egypte souhaite à terme happer la Cyrénaïque et ses ressources en hydrocarbures, là aussi peu importe sous quelle forme : nouvelle province, région indépendante mais rattachée au Caire, etc. Plus discrètement, les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite sont aussi à ses côtés, pas tant qu’ils apprécient la truculence - bien cachée - du maréchal mais parce que ses ennemis sont leurs ennemis : les Frères musulmans bien avant les salafistes-djihadistes. En effet, ce sont eux qui sont les maîtres de Tripoli qui ne tient que par l’aide discrète mais réelle de la Turquie et du Qatar (un peu en perte de vitesse en ce moment étant donnés les soucis causés par sa mise à l’index par l’Arabie saoudite et ses alliés).

Moscou qui aimerait bénéficier d’un port en eaux profondes à Tobrouk soutient aussi le maréchal.

1. Cette dignité est bien portée au Proche-Orient mais ne porte pas toujours chance. En France où le titre était historiquement bien porté depuis 1185 (Albéric Clément) jusqu’à Marie Pierre Koenig (mort en 1970), c’est passé de mode par la faute d’un seul.

Si l'avantage sur le terrain peut être donné au Général Haftar, au détriment des autres parties, quels seraient les risques de voir le Général Haftar prendre toujours plus de pouvoir dans la Libye actuelle, notamment du point de vue européen ?

Le maréchal Haftar a toutes les cartes militaires en main car le pouvoir est éclaté entre les milices de Tripoli, de Misrata au nord-ouest du pays, les Touaregs et les Toubous au sud, les Amazighs à la frontière tunisienne et tous les groupes qui dépendent soit d’Al-Qaida au Maghreb Islamique soit de Daech.

Et c’est sans compter que cette énumération est simpliste car la Libye unifiée n’existe plus, chaque portion de terrain étant dirigée par le chef de guerre local qui s’allie avec l’un ou avec l’autre selon l’évolution de la situation.

Le maréchal Haftar est le seul a avoir sous ses ordres des troupes conséquentes avec infanterie, aviation et une (petite) marine. Pourquoi ? Parce qu’il les paye, particulièrement les mercenaires. L’argent provient de multiples sources la première étant les financements extérieurs (voir ses riches alliés), la deuxième le pétrole et la troisième d’origine indéfinie mais relativement douteuse. Il ne faut pas oublier que la Libye est devenue le hub de tous les trafics, particulièrement ceux de l’héroïne en provenance d’Orient et la cocaïne venant d’Amérique latine. Quant aux êtres humains…

Pour l’Europe, il est l’homme du moindre mal qui pourra monnayer l’arrêt de l’immigration sauvage. Pour le moment, l’Italie a obtenu l’autorisation de porter assistance aux gardes côtes libyens pour contrôler les eaux territoriales, ce que la mission Sophia mise en place par l’UE n’était pas parvenu à faire. Cela dit, le problème est complexe et Rome s’expose à des déconvenues.

Malgré les risques existants, quelles sont les alternatives possibles ?

Le président Fayez el-Sarraj a été considéré comme une solution alternative par la communauté internationale suite aux accords de Skhirat signés en décembre 2015 mais il n’a pas de troupes à disposition en dehors des milices de Misrata qui lui sont moyennement fidèles.

Il n’est toujours pas officiellement reconnu par la chambre des représentants de Tobrouk. D’intenses tractations vont se poursuivre pour trouver une solution.

L’Union européenne souhaite avoir un seul interlocuteur mais, comme je le disais précédemment, la Libye est morte en tant qu’Etat. Il ne reste donc que l’homme fort, le maréchal. Mais encore faudrait-il que ses troupes poussent le long de la côte pour conquérir Misrata puis Tripoli. On peut toujours rêver.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/08/2017 - 16:55
Et qu'est-ce qu'on en à à
Et qu'est-ce qu'on en à à foutre de ce type.. ! Quelqu'un le connaissait avant qu'atlantico n'en parle?....Il retournera à ses troupeaux de chêvres où il se fera bouffer par Daesh avant qu'on ait le temps de s'apercevoir de sa présence......Sinon, juste bon à être liquidé en même temps que les passeurs.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/08/2017 - 16:54
Et qu'est-ce qu'on en à à
Et qu'est-ce qu'on en à à foutre de ce type.. ! Quelqu'un le connaissait avant qu'atlantico n'en parle?....Il retournera à ses troupeaux de chêvres où il se fera bouffer par Daesh avant qu'on ait le temps de s'apercevoir de sa présence......Sinon, juste bon à être liquidé en même temps que les passeurs.
vangog
- 04/08/2017 - 16:23
@Danper quand j'évoque les benêts, ce sont les dirigeants...
Non les italiens eux-mêmes, qui sont aussi aveuglés que les Français par la propagande immigrationniste. La pire de tous est cette Moguerrini, ministre des affaires étrangères déléguée aux affaires européennes. C'est elle qui a laissé les mafias de passeurs financés par Soros et Goldmann-Sachs prendre le contrôle de l'immigration de clandestins. C'est ce type de folle furieuse qu'il faut virer, manu militari, et non le général Haftar, qui prendrait le gouvernement de la Lybie, si ces obscurs cretins d'europeistes ne favorisaient pas le gouvernement de Tripoli...