En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 21 min 22 sec
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 1 heure 29 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 5 heures 3 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 6 heures 32 sec
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 11 heures 25 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 50 min 39 sec
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 1 heure 59 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 5 heures 9 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 11 heures 26 min
© REUTERS/Yuri Gripas
© REUTERS/Yuri Gripas
Mea Culpa

Le FMI fait son mea culpa sur la manière dont a été traitée la Grèce…. mais cela ne changera strictement rien à la manière dont l'Europe traite Athènes

Publié le 04 août 2017
Selon un rapport publié par le bureau indépendant d'évaluation du FMI, les instances du fonds se seraient montrées trop complaisantes à l'égard des institutions européennes dans le cadre des plans mis en place en Grèce, au Portugal et de l'Irlande.
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport publié par le bureau indépendant d'évaluation du FMI, les instances du fonds se seraient montrées trop complaisantes à l'égard des institutions européennes dans le cadre des plans mis en place en Grèce, au Portugal et de l'Irlande.

Atlantico : Outre le fait de n'avoir pas su identifier les risques inhérents à la zone euro dans la période pré-crise, le bureau d'évaluation juge que le FMI a manqué d'indépendance tout au long de cette période. Quelles ont été les principales erreurs commises tout au long de ce processus de sauvetage, notamment en ce qui concerne la Grèce ?

Christopher Dembik : Le bureau indépendant d’évaluation du FMI est dans son rôle: analyser les erreurs commises pendant la crise financière mondiale afin d’améliorer les prochaines interventions de l’organisation internationale. Cependant, il serait erroné de sur-interpréter le contenu du rapport récemment publié. En effet, je me souviens très bien de l’atmosphère qui régnait dans les milieux économiques et financiers avant la crise. Personne n’envisageait l’éventualité d’une déstabilisation financière du sud de l’Europe. Il y avait bien quelques signaux qui pouvaient inquiéter comme la forte baisse des taux d’emprunt de la Grèce dans la foulée de l’adhésion à la zone euro et qui, évidemment, n’était pas en lien avec les fondamentaux économiques et l’évolution budgétaire. Néanmoins, personne n’était en mesure de prévoir cette crise. Il est toujours facile de réécrire l’histoire une fois qu’elle est connue. Il faut absolument éviter ce travers.

Finalement, de mon point de vue, l’erreur majeure du FMI concerne l’analyse de la soutenabilité de la dette grecque. Selon les calculs effectués en 2010, il fallait dégager un excédent budgétaire primaire d’au moins 3% par an pour ramener la dette de 175% du PIB à 120% du PIB en 2022. Il y a deux problèmes principaux avec cette analyse. Premièrement, plusieurs études empiriques récentes, notamment celle de Mendoza et Ostry (« International evidence on fiscal solvency : Is fiscal policy responsible? », Journal of Monetary Economics, vol. 55, 2008), démontrent que plus le niveau de dette en pourcentage du PIB est élevé, plus il sera difficile de générer un solde primaire qui sera suffisant pour revenir à la soutenabilité. Comme le montre l’exemple de la Grèce, un excédent budgétaire primaire même supérieur à 3% n’a pas permis de réduire la dette en pourcentage du PIB et a eu pour effet pervers de comprimer la croissance économique. Deuxièmement, cette analyse ne prend pas en compte de nombreux facteurs macroéconomiques qui ont pourtant une importance cruciale pour la trajectoire de la dette, comme l’inflation et la croissance. C’est finalement sur l’angle de l’analyse de la crise qu’on peut faire des reproches au FMI.

Alors que Dominique Strauss Kahn partage avec Christine Lagarde la direction du fonds durant cette période, peut-on dire effectivement que le FMI n'a pas été objectif dans son jugement de la crise européenne ? Le bureau d'évaluation du FMI souligne ainsi le fait que le fonds a pu s'engager dans une voie favorable au projet européen, mais aurait trop négligé ses faiblesses "Avant le lancement de l'euro en 1999, les déclarations publiques du FMI tendaient plus à rendre compte des avantages de la monnaie unique, et moins aux questions qu'elle posait, comparativement à la recherche globale." En quoi ce biais "politique" a-t-il pu entraîner des erreurs de jugement ?

La zone euro n’est pas un aboutissement économique, c’est une construction politique. De facto, de plus en plus d’économistes sont d’accord pour souligner que la zone euro n’est pas une zone monétaire optimale et qu’il faudra, pour qu’elle fonctionne mieux, aboutir à des réformes comme un budget de la zone euro substantiel qui puisse permettre des transferts de solidarité vers les pays du Sud de la zone qui n’ont pas renoué avec une compétitivité durable malgré les mesures d’austérité. C’est notamment le cas de l’Italie ou encore de la Grèce dont le PIB à prix constant est toujours inférieur de quasiment 25% à son niveau d’avant-crise. La gestion de la crise de la dette fut politique tout simplement car cela impliquait de mettre à contribution le contribuable européen, via le truchement de prêts bilatéraux pour la Grèce. De fait, comme il n’y a pas d’identité européenne, les Etats ont cherché à défendre leurs propres intérêts, avec succès pour le cas de l’Allemagne. Le résultat fut qu’on a apporté une solution politique à la crise, à savoir des plans d’aide, mais qui ne résout pas la situation économique à moyen et long terme.

Alors que la gestion de la crise grecque est toujours en cours, et implique la participation du FMI, quelles pourraient être les conséquences d'un tel rapport sur les négociations ? Le FMI a t-il réellement le pouvoir d'infléchir les positions exprimées par les représentants européens, en pensant particulièrement à l'Allemagne ?

Ce mea culpa ne va pas changer la donne. Depuis déjà un certain temps le FMI milite pour une restructuration de la dette grecque ce qui est une zone à ne pas franchir pour l’Allemagne. A moyen terme, je ne vois pas de solution économique viable qui puisse être apportée à la Grèce, que ce soit sous la pression du FMI ou pas d’ailleurs. Fondamentalement, le problème grec est simple, il y a trop de dette, il faut en effacer une partie. La question qui se pose est de savoir quel serait le niveau de décote nécessaire. C’est sur cet aspect que le FMI peut apporter une expertise intéressante. Il existe principalement deux méthodes pour mesurer la décote. La première méthode consiste à construire un modèle statique de solvabilité en se basant sur trois constantes : le taux d’intérêt nominal, le taux de croissance réel et l’excédent primaire projeté. L’inconvénient de cette approche sur le long terme est qu’elle ne prend pas en compte d’éventuelles circonstances exceptionnelles, le taux de change ou encore les risques pesant sur l’évolution des taux d’intérêt. Les résultats obtenus doivent donc plutôt servir comme point de repère dans le cadre d’un processus de restructuration. C’est pourquoi, depuis quelques années, une seconde méthode a été privilégiée, reposant sur le ciblage d’un seuil spécifique de dette en pourcentage du PIB. Dans le cas de la Grèce, on peut reprendre l’objectif du FMI de 120%, en différenciant la dette qui peut être restructurée de celle qui ne l’est pas. Le calcul est le suivant :

Niveau de décote effective = [Dette actuelle en % du PIB – Seuil ciblé de dette en % du PIB] / dette éligible en % du PIB

En se basant sur la participation des Etats européens et de la BCE, pour atteindre le ratio d’endettement de 120% du PIB, il faudrait appliquer une décote effective de 88% (180-120)/68=0,88. En cas de non-participation de la BCE, la décote effective serait de 100%, ce qui est peu probable.

Derrière cela, c’est bien sûr une discussion politique qui doit avoir lieu, entre les pays européens afin de savoir quel est le projet économique et politique qu’ils souhaitent voir aboutir. C’est seulement à partir de ce stade que le FMI peut intervenir. Concrètement, est-ce que l’Europe du Nord, riche, accepte une Europe du Sud pauvre, peu compétitive et incapable de faire face aux enjeux internationaux comme les migrants ou décide-t-on de faire un bond en avant en termes d’intégration ce qui implique aussi de pardonner à la Grèce.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 05/08/2017 - 09:27
L'Europe paie la faiblesse économique de la France !
Plus ou moins masquée sous Sarkozy par le "Merkosy" le "déclin" de la France s'est aggravé avec Hollande (et Macron en tant que conseiller et ministre!). Macron devra être plus ouvert à la droite si il veut faire réussir la France (beaucoup de députés LR sont prêts à voter les lois économiques)
ajm
- 04/08/2017 - 15:58
Il ne doit pas s'agir de
Il ne doit pas s'agir de faire subventionner le sud de l'Europe par le nord mais de faire en sorte que la gouvernance économique, financière et monétaire de l'Europe permette au nord et au sud de fonctionner correctement.
Si ce n'est pas le cas, tôt ou tard cette Europe éclatera dans la division et le ressentiment, avec une Allemagne détestée ( elle n'a jamais été aimée c'est vrai mais de temps en temps appréciée) et un vrai risque sinon de guerre, en tout cas de cloisonnement profond et de repli de chacun sur ses frontières.
Danper
- 04/08/2017 - 15:43
Le 4e Reich
L'Allemagne depuis la réunification a atteint son objectif: dominer l'Europe à son profit. Les seul point positif est que cela s'est fait jusqu'à présent sans guerre. Le rêve européen s'est évaporé au profit d'un amalgame d'états dominés par le plus puissant (l'Allemagne) aidé par son acolyte-alibi (la France). Le premier pays récolte l'argent (en accommodant les règles à son profit) pendant qu'il permet au second ses poussées de "grandeur" et d'hyper-nationalisme et également de ne pas respecter les règles et traités qu'ils ont signés, mais qu'ils imposent aux autres d'une main de fer. Vangog avec son arrogance méprisante devrait se rendre compte que la France est dans un état qui n'est pas celui des états "ariens" du Nord mais proches des "sous-hommes" du sud. Les macronléades n'y changeront rien.