En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Main verte

Jour du dépassement : pourquoi vous feriez bien de regarder de près ce que l’on vous “vend” sans vous le dire en même temps que la protection de la planète

Publié le 03 août 2017
Avec Max Falque
Ce 2 aout 2017 les media se sont mobilisés pour nous annoncer la fin du monde car « Depuis ce matin, l’humanité vit à crédit ; la totalité des ressources renouvelables de la planète a été épuisée ». Les prophètes de malheur se réveillent.
Max Falque est consultant, spécialiste des problèmes d'environnement, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Il a notamment publié un ouvrage sur la régulation de la consommation d'eau par l'échange de droits, L'eau entre...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Max Falque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Max Falque est consultant, spécialiste des problèmes d'environnement, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Il a notamment publié un ouvrage sur la régulation de la consommation d'eau par l'échange de droits, L'eau entre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce 2 aout 2017 les media se sont mobilisés pour nous annoncer la fin du monde car « Depuis ce matin, l’humanité vit à crédit ; la totalité des ressources renouvelables de la planète a été épuisée ». Les prophètes de malheur se réveillent.
Avec Max Falque

Depuis Malthus à la fin du 18ème siècle les prophètes de malheur se sont succédé et leurs prévisions apocalyptiques se sont toujours avérées fausses. Il est cruel mais nécessaire de citer Stanley Jevons,  René Dumont, Paul Ehrlich, Lester Brown, Teddy Goldsmith….relayés par le Club de Rome, le WWF… et même par le Vatican (Encyclique Laudato si)

Comment en est-on arrivé à répéter année après année de telles contrevérités alors que l’état de la planète s’améliore ? 

Dans les années 1970, la communauté scientifique se préoccupait du refroidissement climatique. Ainsi que le constatait l'écologiste britannique Kenneth Watt en 1970, «si la tendance actuelle continue, la planète va se refroidir de quatre degrés en 1990 et de onze degrés en 2000. C'est à peu près le double de ce qui nous conduirait à une ère glaciaire».

Il convient de rappeler qu’entre 1850 et 2015 les prix (indicateurs de la rareté) des matières premières a été divisé par cinq tandis que la population mondiale a été multiplié par 5 et le revenu par habitant multiplié par 10… et tout indique que cette extraordinaire performance se poursuivra au XXIème siècle. Faut-il aussi préciser que les pays placés en tête dans les classements en matière de liberté économique et de revenu par habitant sont également ceux qui disposent du meilleur état écologique, 

À ce point nous devons considérer le modèle proposé par la courbe environnementale de Kuznetz. Bien qu’approximative et contestée, cette courbe, fondée sur l’observation de deux siècles de croissance économique, met en évidence que si, dans un premier temps, à l’augmentation de la richesse correspond une dégradation de l’environnement, la courbe s’inverse dès lors qu’apparaît l’abondance (autour de 10 000 €/an par habitant). 

Dans la mesure où l’on escompte une sortie massive de la pauvreté il faut donc s’attendre, toutes choses étant égales par ailleurs, à une pression importante sur les ressources environnementales. Ceci est bien illustré par la Chine qui a probablement atteint le point d’inflexion de la courbe environnementale de Kuznetz et commence à se préoccuper des externalités insoutenables liées à sa croissance.

Il est probable que ce phénomène va concerner tous les pays échappant à l’extrême pauvreté. Il faut donc s’attendre au cours des 20 prochaines années à une croissance économique mondiale susceptible de porter atteinte à la qualité environnementale des pays concernés mais aussi de l’ensemble de la planète. Mais, comme par le passé, l’évolution des technologies, et des institutions (dont l’échange et les droits de propriété) permettront de poursuivre l’amélioration environnementale et le bien-être de l’humanité.

Aujourd'hui, c'est le contraire qui est prédit: sous la pression d'une communauté scientifique politisée et des médias, le réchauffement de la planète est devenu un thème central, relayé sans relâche par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat rattaché aux Nations Unies, dont les affirmations répétées sont devenues des vérités incontestables, quelle que soit leur véracité scientifique. Cependant, les modèles de prévision du réchauffement onusiens établis à la fin du siècle dernier se sont déjà avérés approximatifs ou erronés, ce qui permet de douter du catastrophisme à l'horizon de la fin de notre siècle. Comme l'a encore montré récemment l'économiste Rémy Prud'homme, le réchauffisme repose sur une science fragile.

Il est probable que ce phénomène va concerner tous les pays échappant à l’extrême pauvreté. Il faut donc s’attendre au cours des 20 prochaines années à une croissance économique mondiale susceptible de porter atteinte à la qualité environnementale des pays concernés mais aussi de l’ensemble de la planète.

Une autre voie

Si l’on accepte ces hypothèses il est temps d’encourager et de mettre en œuvre des politiques susceptibles de concilier croissance et environnement.

Tout d’abord, puisque l’aide aux pays en voie de développement sous sa forme actuelle est largement inefficace et parfois même contreproductive (corruption), il convient soit de la supprimer soit d’en modifier le contenu. A savoir :

  • encourager la responsabilité individuelle par la diffusion des droits propriété privés ou en commun;
  • renforcer l’État de droit (Rule of law) et le pouvoir des citoyens.

En fin de compte, comme le précisait The Economist, dès 2005 « la main invisible verte : les marchés constituent un atout pour l’environnement pour autant que les écologistes puissent apprendre à les aimer ».

La pensée unique, politiquement correcte diffusée par les media répond à une logique bien analysée par Jean de Kervasdoué dans son excellent ouvrage « Ils pensent que la nature est bonne » (2016) 

 « Il n'y a pas d'autres domaines que l'écologie ou les préoccupations les plus justifiées voisinent avec les plus évidentes bêtises, ou la confusion des concepts est aussi manifeste, ou les croyances l'emportent sur la raison, ou la pression sociale est aussi sirupeuse que violente, ou l'idéologie prend le masque de la vérité, ou les intérêts se cachent sous la bannière de la générosité, ou les informations sont partielles, partiales et souvent truquées. Cette bouillie de faux concepts, de grands sentiments et d'intérêts camouflés conduit les hommes les plus respectables à proférer doctement les plus évidentes contrevérités…. et, surtout, à prendre les plus incontestables bienfaits de la science pour le plus grand des dangers. Pourquoi ce fossé entre la réalité et sa perception ? »

En fait il s’agit d’un combat idéologique affirmant que la Nature est innocente et bonne et l’Humanité est mauvaise, une version sécularisée du jardin de l’Eden 

Pour conclure le pessimisme n’est plus de saison et l’espoir est là pour autant que les institutions permettent la liberté et la responsabilité des hommes. La pauvreté et la destruction des ressources environnementales associées à la rareté, peuvent être résolues en recourant aux institutions élaborées et sélectionnées par les hommes au cours des siècles.

Les media rendent un mauvais service à la cause environnementale en refusant d’ouvrir le débat et en reprenant en boucle des slogans flattant le catastrophisme. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

04.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

07.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michèle Plahiers
- 04/08/2017 - 10:29
La nature
n'est ni bonne ni mauvaise puisque intellectuellement, elle n'a ps la possibilité de penser le bien et le mal. Elle se contente de vivre et de survivre. Parfois, il est vrai de manière plus intelligente que de nombreux être humain. Exemple, les loups ont intégré l'utilité de fonctionner en groupe pour leur survie. Nous voyons bien que l'individualisme et la perte du sens du "bien commun" conduit lentement l'homme à sa perte,....Années Thatcher et Reagan, ou le retour de l'animalité dans l'homme,... Pour la gauche, le "bien commun" c'tait l'égalitarisme, ce qui néfaste à la survie de l'homme. Pour l'extrême droite, c'était la suprématie de la race. Ce qui sur un plan génétique est tout aussi mortifère. Les animaux qui ont survécu sont ceux qui se sont mélangés (chien, chat,....)
vangog
- 03/08/2017 - 20:09
Oui, Max Falque! très vrai votre pladoyer contre la pollution
idéologique, une vraie pollution, celle-là! Mais nous aimerions savoir de quelle idéologie on parle? Est-ce celle qui a échoué, depuis un siècle, à exterminer la race humaine, dans les pays de l'est soumis au socialisme, mais qui a, malgré tout, réussi à épuiser économiquement la moitié de la planète?... est-ce la même qui promeut la dilution mondialiste, et la destruction identitaire?... Nous aimerions savoir si (comme je le pense) il existe une convergence extrême entre les groupuscules d'extrême-gauche et les activistes du mondialisme et ceux du réchauffisme? Cela signifierait, alors, que les manipulateurs qui ont échoué à détruire la race humaine par l'économie, ont trouvé des subterfuges pour s'y prendre autrement, par la dilution mondialiste et par les incantations réchauffistes anti-développement?....à creuser!
Michèle Plahiers
- 03/08/2017 - 12:49
L'homme
se sépare de l'animal par sa capacité à "se penser" par la voie de l'intellect. S'il s'arrête, comme les animaux, il est aussi condamné à disparaître,....