En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Monstre polaire
Une vague de 90 mètres : ce que le mégatsunami qui vient de s’abattre sur le Groenland nous révèle des conséquences imprévues du dérèglement climatique
Publié le 03 août 2017
La fonte des glaces ne fait pas que refroidir les océans et monter le niveau des eaux : elle provoque désormais des tsunamis géants.
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fonte des glaces ne fait pas que refroidir les océans et monter le niveau des eaux : elle provoque désormais des tsunamis géants.

Atlantico : Récemment, la côte ouest du Groenland a été touchée par un tsunami, emportant avec lui 4 personnes, ceci ayant fait suite  à un glissement de terrain. Le tsunami en question a produit une vague de 90 mètres, comparativement à celle ayant frappé le Japon qui culminait à 40 mètres, pourtant générée par un séisme. En quoi de tels événements pourraient voir leur fréquence augmenter à cause du réchauffement climatique. Comment expliquer ce phénomène? 

Frédéric Decker : Les tsunamis dus aux tremblements de terre sous-marins sont finalement ceux qui produisent les vagues les « moins hautes », même si bien sûr celles-ci sont déjà monumentales et destructrices.

Les vagues dus à des glissements de terrain, à des chutes de blocs de glace lors des débâcles ou encore à la chute d’une météorite sont les plus importantes sur nos océans, capables de dépasser 100 mètres ! On parle alors de mégatsunami. 

Ce type d’événement n’est pas nouveau, il a toujours existé dans une fréquence aléatoire en fonction des refroidissements et réchauffements climatiques. Logiquement, lors des refroidissements, ils ont tendance à être plus rares, mais pas forcément moins intenses : les quantités de glace, plus importantes lors des périodes froides de l’histoire, peuvent céder brutalement et provoquer une vague géante.

Bien sûr, le contexte de réchauffement actuel a tendance à augmenter la fréquence du phénomène lié à la chute de blocs de glace. Comme ce fut le cas dans les années 40 lorsque les régions polaires boréales se sont brutalement réchauffées, avant de connaître un refroidissement notable d’une trentaine d’années des années 50 aux années 70, avec un pic de froid en 1979. Depuis, le réchauffement s’est mis en place et s’est emballé. Même si cette dernière vingtaine d’années, depuis 1998, voit plutôt un ralentissement de la hausse du thermomètre (en dehors des années 2015 et 2016 réchauffées mondialement par El Nino. 

Les tsunamis ou mégatsunamis de ce type sont donc provoqués par un brutal mouvement de terrain, par la chute de blocs de glace énormes lors des débâcles estivales aux pôles, par l’explosion ou l’effondrement d’un volcan ou encore par la chute d’une météorite. Dans ce cas du Groenland, un séisme peu profond a provoqué un important glissement de terrain qui a lui même engendré cette vague. Le réchauffement climatique n’est absolument pas en cause dans ce cas précis, il s’agit de géologie, de sismologie !

Dans une interview donnée à Nature, Costas Synolakis, chargé de recherche sur les questions relatives aux tsunamis a pu indiquer "Auparavant, nous ne croyions pas vraiment que de tels extrêmes pouvaient se produire" "mais avec le réchauffement climatique et la montée des eaux, de tels glissements de terrains seront bien plus fréquents". Quels sont les effets du réchauffement climatique qui ont pu surprendre les experts, qui n'envisageaient pas que de tels phénomènes puissent se produire ? 

Ne pas croire que de tels phénomènes puissent se produire, c’est avoir oublié ses cours de géographie. Le phénomène est connu depuis toujours, et ce type d’événement, d’ampleur variable, se produit tous les ans. Sans doute plus souvent de nos jours dans le cas des vagues dues à la chute de glace, avec une quarantaine de faits par an contre une dizaine par an dans les années 60 et 70 (plus froides).

En 1958, un tsunami du a l’effondrement d’un flanc de montagne a frappé la baie de Lituya, en Alaska. La vague aurait atteint au moins 60 mètres de haut et ses effets étaient visibles jusqu’à plus 500 mètres d’altitude (suggérant que sa hauteur pouvait être finalement beaucoup plus importante, le sujet est toujours débattu de nos jours !).

Il faut bien différencier chaque type de tsunami pour établir un éventuel emballement ou non du phénomène en lien avec le réchauffement climatique. Il est probable qu’il y en ait davantage, mais pas forcément de plus grande ampleur… les glaces ayant de moins en moins de volume depuis près de 40 ans, les déplacements d’eau sont finalement moindres que lors des débâcles des périodes plus froides qu’aujourd’hui !

Dans quelle mesure la prévention de tels phénomènes pourrait-elle être améliorée ? 

Prévoir un risque de tsunami suite à un tremblement de terre, c’est faisable. Les alertes tsunamis sont émises notamment dans tout le domaine du Pacifique au moindre risque lors de séismes sous-marins.

Dans le cas de tsunamis liés à un effondrement de terrain ou un effondrement glaciaire, c’est beaucoup plus compliqué (à moins qu’il soit lié à un tremblement de terre comme dans le cas du Groenland en juin dernier). 

A moins de mettre des dispositifs de surveillance sur chaque montagne, chaque colline et chaque falaise glaciaire, ce qui est impossible ou extrêmement couteux. Mais les progrès scientifiques permettront peut-être de mieux prévoir ces tsunamis non sismiques dans un avenir plus ou moins proche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
02.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
03.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
04.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
05.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
06.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
07.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 05/08/2017 - 20:21
De l'art de masquer le "hiatus"....
"Même si cette dernière vingtaine d’années, depuis 1998, voit plutôt un ralentissement de la hausse du thermomètre (en dehors des années 2015 et 2016 réchauffées mondialement par El Nino)".
Quelle manière jésuistique de présenter ce qui dérange l'establishment climatique, à savoir qu'il n'y a plus de tendance au réchauffement global depuis le début des années 2000. Mais bon, l'idéologie impose de cacher aux citoyens tout ce qui ne colle pas avec le dogme de la Sainte Eglise Réchauffiste....
kelenborn
- 05/08/2017 - 16:51
Ce type est totalement schizo! Il rappelle utilement que de tels
phénomènes se sont toujours produits! Exactement comme l'effondrement de pans de glaces dans la mer ( car un glacier, ça bouge) présenté par l'escroc Gore comme une preuve du réchauffement. Et puis dans le même temps il nous dit que c'est accentué par le réchauffement, après nous avoir dit qu'en période de refroidissement on pouvait avoir des phénomènes de même ampleur! D'ailleurs , en 1940, il faisait plus chaud qu'en 1950! ah bon! Curieuse cette valetaille! elle est prise en tenaille entre le désir de tenir un discours scientifique pour ne pas passer pour un charlot et la nécessité de lire le texte préparé par le maître! Eh ça rigole pas!!! Verdier a été viré!
Le gorille
- 05/08/2017 - 04:19
Dérèglement climatique ?
Celui qui a mis le titre n'a pas lu l'article... Et puis, y a-t-il seulement dérèglement ? Juste des variations... qui nous rappellent que rien n'est acquis, et puis surtout que l'on n'est pas condamné à un climat réglé comme du papier à musique ! Ouf ! Un peu de variété. Bon, d'accord, il faut s'adapter. Mais n'est-ce pas le propre des espèces vivantes? Celles qui ne s'adaptent sont condamnées à mort... Le serions-nous nous-mêmes?