En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 1 heure 19 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 2 heures 26 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 3 heures 31 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 10 heures 57 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 11 heures 32 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 22 heures 18 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 2 heures 4 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 3 heures 4 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 3 heures 51 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 11 heures 46 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 23 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Grèce

La France a-t-elle gagné de l’argent sur l’aide à la Grèce ?

Publié le 26 juillet 2017
Avec Eric Dor
Tout récemment s’est propagée une affirmation d’après laquelle l’Allemagne aurait déjà gagné plus d’un milliard d’euros sur l’aide à la Grèce. Ces profits viendraient d’une part du surplus d’intérêts dégagé par les prêts bilatéraux octroyés par l’Allemagne à la Grèce en 2010 et 2011, d’autre part des revenus des obligations grecques achetées par la Bundesbank en application du programme SMP .
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout récemment s’est propagée une affirmation d’après laquelle l’Allemagne aurait déjà gagné plus d’un milliard d’euros sur l’aide à la Grèce. Ces profits viendraient d’une part du surplus d’intérêts dégagé par les prêts bilatéraux octroyés par l’Allemagne à la Grèce en 2010 et 2011, d’autre part des revenus des obligations grecques achetées par la Bundesbank en application du programme SMP .
Avec Eric Dor

Qu’en est-il pour la France ? Les finances publiques de la France ont-t-elles bénéficié de revenus exceptionnels produits directement ou indirectement par les programmes d’assistance à la Grèce ? Cette question très complexe est l’objet de cette analyse détaillée.

Il est utile de noter que les deuxième et troisième programmes d’aide à la Grèce échappent à la possibilité de produire des gains pour les pays créanciers de la zone euro. En effet ceux-ci se sont contentés d’apporter des garanties au FESF, et du capital au MES. La possibilité de gains se limite au premier programme d’aide à la Grèce, et à la partie grecque du programme SMP de la BCE.

 

Les profits ou pertes réalisés sur les prêts bilatéraux à la Grèce

Le mécanisme des prêts bilatéraux

Le premier programme de soutien à la Grèce, commencé en 2010, était une combinaison de prêts bilatéraux octroyés par les autres états de la zone euro et de crédits apportés par le FMI. Les prêts bilatéraux octroyés à la Grèce par les autres pays de la zone euro formaient la « Greek Loan Facility ». Ils se sont élevés à un total de 52,9 milliards d’euros, dont 11,389 milliards d’euros octroyés par la France. 

 

Prêts effectivement octroyés à la Grèce en application de la Greek Loan Facility

 

 

Les conditions de ces prêts bilatéraux sont harmonisées, quel que soit le pays qui les a octroyés. Initialement, en mai 2010, ces conditions étaient les suivantes :

-          période de grâce entre le versement du capital et le premier remboursement : 3 ans

-          durée du prêt 5 ans

-          taux d’intérêt : taux Euribor à 3 mois augmenté d’une prime de 3% pendant les 3 premières années, et de 4% ensuite

Ces conditions ont cependant été révisées plusieurs fois. En juin 2010 elles ont été ajustées comme suit

-           période de grâce entre le versement du capital et le premier remboursement : 5 ans

-          durée du prêt 7,5 ans

-          taux d’intérêt : taux Euribor à 3 mois augmenté d’une prime de 2% pendant les 3 premières années, et de 3% ensuite

Le 27 février 2012 elles ont encore été ajustées comme suit

-          période de grâce entre le versement du capital et le premier remboursement : 10 ans

-          durée du prêt 15 ans

-          taux d’intérêt : taux Euribor à 3 mois augmenté d’une prime de 1,5% pour toute la durée du prêt avec effet rétroactif au 15 juin 2011

Le 27 novembre 2012 elles ont été ajustées une nouvelle fois

-          période de grâce entre le versement du capital et le premier remboursement : 10 ans

-          durée du prêt 30 ans

-          taux d’intérêt : taux Euribor à 3 mois augmenté d’une prime de 0,5% pour toute la durée du prêt

Ce sont ces nouvelles conditions qui sont d’application depuis cette date. Les intérêts sont dus trimestriellement sans période de grâce.

Les états prêteurs ont bien sûr dû emprunter eux-mêmes l’argent qu’ils ont prêtés à la Grèce, et doivent assurer le refinancement de cette dette depuis lors. Ce qu’ils gagnent ou perdent est la différence entre le taux d’intérêt facturé à la Grèce, indiqué ci-dessus, et leur propre coût de refinancement.  C’est un gain si les intérêts payés par la Grèce aux pays prêteurs sont supérieurs aux intérêts payés par ceux-ci. C’est une perte si les intérêts payés par la Grèce aux pays prêteurs sont inférieurs aux intérêts payés par ceux-ci.

La France a octroyé une partie des prêts de chaque tranche.

Le compte général de l’Etat de 2013 explique que l’encours total des prêts de la France, 11,3886 milliards, a été très légèrement augmenté artificiellement ensuite, à 11,405 milliards.

« Concernant le plan de soutien à la Grèce, le montant total des versements de la France au titre des prêts bilatéraux est de 11 405 M€ au 31 décembre 2013 contre 11 389 M€ au 31 décembre 2012. Cette évolution résulte d’une régularisation de 16 M€ qui fait suite à la non participation de la Slovaquie et au retrait du Portugal du programme initial afin d’augmenter l’engagement de la France vis-à-vis de la Grèce à hauteur de sa part dans le capital de la BCE »

Le document PLF 2015 Extrait du bleu budgétaire de la mission prêt à des états étrangers apporte quelques précisions à ce propos

« Le programme de prêts bilatéraux à la Grèce adopté en mai 2010 prévoyait une  contribution totale des États membres de 80 Mds€, ramenée à 77,3 Mds€ suite à la non-participation de la Slovaquie et au retrait de l’Irlande et du Portugal. Ce montant était à répartir entre les États membres au prorata de la clé de contribution au capital de la BCE ajustée des non-participants. Cette clé n’a néanmoins pas été systématiquement respectée pour chaque tranche versée, du fait de contraintes budgétaires nationales, et devait être ajustée à la fin du programme. Celui-ci ayant été arrêté en décembre 2011, cet exercice de rééquilibrage n’a pas pu être effectué via le décaissement d’une tranche de prêt. La Commission européenne a donc décidé d’opérer une compensation via un moindre versement d’intérêts de la part de la Grèce, de sorte qu’en 2012, la ligne de recettes n°2401 du budget général a reçu 16,3 M€ d’intérêts en moins. En conséquence, une régularisation a été effectuée en 2013, se traduisant par un décaissement de 16,3 M€ sur le programme et par une recette non fiscale de même montant. »

Cette augmentation artificielle insignifiante de l’encours global des prêts de la France à la Grèce, dans le cadre du premier programme, est évidemment sans aucune incidence significative sur le calcul des flux ultérieurs d’intérêts qui en découlent.

Les intérêts versés par la Grèce à la France

Les intérêts sont payés par la Grèce aux pays prêteurs chaque trimestre.

La Commission Européenne s’est contentée de publier les paiements trimestriels successifs d’intérêts de la Grèce à l’ensemble des pays créanciers jusqu’au début de 2012. Ces informations sont publiées par European Commission, 2012, The Second Economic Adjustment Programme for Greece, occasional paper 94. Ensuite, il y a absence totale d’information officielle à ce propos ! Comme les conditions de ces prêts sont connues, il est toutefois relativement aisé d’estimer les paiements globaux d’intérêts à partir du deuxième trimestre de 2012.

En ce qui concerne les parties de ces paiements trimestriels d’intérêt qui ont été versées à la France, les informations officielles sont également lacunaires. On en trouve certaines sur le compte général de l’Etat de 2011. On en trouve encore sur le compte général de l’Etat de 2013. On apprend ainsi que la France a reçu de la Grèce des paiements d’intérêts de 84 millions en 2010, 374 millions en 2011, 129 millions en 2012 et 108 millions en 2013. Il y a ensuite absence complète d’information à ce propos pour les années qui suivent ! Toutefois, comme on connaît les conditions de ces prêts, il est aisé d’estimer les paiements d’intérêts à la France.

Il est ainsi possible d’estimer les paiements d’intérêts par les Grèce sur les prêts bilatéraux qui lui ont été appliqués en application du premier programme :

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 26/07/2017 - 22:06
Grèce
Ce qui est certain c'est que les créanciers privés ont perdu 50% de leur investissement sans qu'ils n'aient rien à dire.
Ganesha
- 26/07/2017 - 16:23
Article incomplet
Personnellement, j'ai l'impression qu'il manque au moins une page à cet article. Il se termine abruptement par '' : '', et il n'y a pas de conclusion !
vangog
- 26/07/2017 - 14:19
Etonnant que les Allemands parviennent à savoir...
que leurs prêts à la Grèce ont produit un milliard d'intérêts, mais pas les fonctionnaires de Bercy???? cela doit provenir de la complexité de pensée de l'ex-ministre Macron-Rothschild