En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© BERTRAND GUAY / POOL / AFP
Crise sur les budgets de l'armée
Pourquoi Emmanuel Macron a plus à perdre qu'à gagner à vouloir respecter l'objectif des 3% de déficit (même du point de vue de ceux qui sont attachés à l'assainissement des comptes publics français)
Publié le 20 juillet 2017
Pour cause de strangulation budgétaire, le chef d'Etat-major des Armées quitte son poste car il veut alerter la Nation des risques encourus. Il y a derrière ce coup d'éclat deux ou trois vraies questions budgétaires dont il est urgent de prendre conscience.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour cause de strangulation budgétaire, le chef d'Etat-major des Armées quitte son poste car il veut alerter la Nation des risques encourus. Il y a derrière ce coup d'éclat deux ou trois vraies questions budgétaires dont il est urgent de prendre conscience.

Le Général Pierre de Villiers a présenté sa démission qui a été acceptée par le Chef des Armées. Celui-ci vient de faire savoir que le Général François Lecointre succédera au démissionnaire.

Collectivement nous ne pouvons que souhaiter que cette nomination marque la fin de la tension qui a existé, de manière clairement publique, au sommet de l'Etat.

1) Un climat durablement dégradé ?

S'il devait y avoir poursuite d'un climat dégradé alors que nous sommes dans une logique de guerre ( attentats intérieurs, opérations extérieures ), cela voudrait dire que les Armées seraient placées dans une forme de crise évolutive aussi regrettable qu'insondable en sa dimension réelle.Pour parler net, on sait comment ce type de dérèglement se provoque mais nul ne peut prétendre avoir la solution ( car elle ne saurait être unique ) à ce qui est au départ un conflit de légitimité. Un hiatus entre la technique reconnue d'un officier et les pouvoirs conférés à Emmanuel Macron par la Constitution.

2) Le droit au retrait

L'ouvrier a le droit, selon les termes du Code du travail, au retrait face à une machine qu'il estime dangereuse. Le Général de Villiers a agi selon la même logique : il juge dangereuse la restriction budgétaire qui affecte les Armées et y voit une strangulation incompatible avec le niveau requis de notre sécurité collective.

Laissons de côté les paramètres humains de ce qui s'apparente à un clash et focalisons-nous sur le sujet budgétaire.

3) Une crise pour moins d'un milliard ?

Premier point d'analyse, la France s'offre une forte secousse au sein des Armées pour un peu moins de 850 millions rapportés à près de 32 milliards de budget des Armées et près de 420 milliards pour l'Etat.

Le jeu ( qui ne saurait en être un ) en vaut-il la chandelle ? Evidemment non.

Reconduit dans ses fonctions le 1er juillet, le premier des officiers claque la porte pour une somme qui n'est pas proportionnelle au trouble qu'il sait qu'il va provoquer. Le malaise dépasse donc les comptes d'apothicaire et pose la question de l'orientation de notre défense qui est en attente d'un nouveau Livre blanc.

4) Le marécage budgétaire

Deuxième point d'analyse, il est toujours aussi curieux de voir comment notre Etat est géré. Ainsi, le surcoût des Opex est – sous François Hollande – imputé à l'ensemble des ministères : les Armées ne prenant que 20% de la charge. Drôle de conception de la rectitude budgétaire et de la lisibilité des comptes publics. Sur instruction récente et opportune, il est mis fin à ce " dispatching " curieux.

Idem, tous les protagonistes du dossier savent que le coût des Opex est minoré dans le projet de loi de finances. A meilleure preuve, Christian Eckert a été contraint de prendre – à plusieurs reprises - ce que l'on nomme un " décret d'avance " pour boucler le tout. (http://www.senat.fr/commission/fin/decret_avance/decret_avance.html      )

5) Les aléas de la commande publique

Selon un document fort étayé de l'Association Nationale des Auditeurs jeunes de l'Institut des Hautes Etudes de Défense nationale  (http://www.anaj-ihedn.org/WordPress3/wp-content/uploads/2014/04/ANAJ-IHEDN-LMP-Industrie-2014.pdf

     ) il ressort une information déjà connue mais trop souvent oubliée : les hoquets, les différés de la commande publique sont la calamité de la rentabilité et du coût complet des programmes d'armement. Ceci est vrai dans nombre de cas y compris l'emblématique Rafale notamment dans sa configuration marine.

" Il faut bien comprendre qu’un programme de recherche, une filière industrielle se travaille sur plusieurs décennies. Une instabilité des budgets et/ou des commandes, entrainent obligatoirement des surcoûts et une hausse des prix unitaires du fait de moindre économie d’échelle. Nous oublions trop souvent que plus les entreprises produisent d’avions dans une série, plus elles amortissent les coûts fixes, qui sont d’autant plus importants lorsque les produits contiennent une forte teneur en hautes technologies. En résumé, réduire les commandes revient à faire monter les prix."

6) Revisiter les techniques de management

Puis, loin du rabot brutal car indiscriminé, un budget suppose de rencontrer des méthodes de management appropriées. Les exemples foisonnent.

" Ensuite, ce que peu de personnes savent et imaginent, c’est que si toute l’Armée française « voulait se mettre en marche », cela serait impossible. En effet, le Livre blanc fixe un contrat opérationnel. Cela constitue un cadre militaire bien déterminé en termes d’effectifs et de moyens pour un engagement dans une situation opérationnelle prédéfinie. Si l’objectif donné aux Armées pour un besoin sur un théâtre d’opération est de, par exemple, 15 000 hommes avec 100 camions, le jour J, vous n’aurez que cela. Et ce même si le ministère comprend quatre fois plus d’effectifs disponibles. Cela s’appelle entre autre la Politique d’Emploi et de Gestion des Parcs (PEGP). Objectif, optimiser au maximum, ce qui entraine un travail en flux tendu dans un domaine où les choses ne peuvent fonctionner durablement comme tel."

A la strangulation budgétaire vient donc se greffer les conditions tangibles d'utilisation des moyens qui demeurent perfectibles : voilà un défi pour le haut Commandement.

7) "Sur le fil d'une rupture capacitaire ? "

Ce titre figure dans une des sections du rapport parlementaire d'octobre 2002 présenté par Gilbert Meyer  (    http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i0328.asp ). Il y a donc 15 ans que " tout le monde sait " qu'il y a un risque de saturation de nos moyens et des questions épineuses en matière d'entretien des matériels. Quinze ans !

François Mitterrand avaient surnommé " les dividendes de la Paix " ( post 1989 ) le début de la réduction des budgets militaires.

Hors inflation, les Armées sont à peine au niveau de 1982 alors que les menaces sont multiples et précises. Est-ce pertinent et lucide ?

Bien sûr, on peut imaginer une quote-part de mutualisation européenne de notre effort de défense mais en attendant nous sommes bel et bien proche de l'impasse.

8) Retour vers le futur

La France a actuellement la capacité d'emprunter à 0,6% sur 30 ans avant que la hausse des taux ( 2019 ? ) ne survienne. Raisonnablement, je persiste à penser qu'un emprunt de 5 à 7 milliards d'euros nous aurait sorti du cadenas des dérapages du duo Hollande et Sapin pour boucler l'équation budgétaire 2017.

Et que ceci aurait été préférable à une césure avec cicatrices entre le président Macron et le Général Pierre de Villiers. L'élection a montré les fractures du pays, alors de grâce, restons soudés là où l'avenir suprême de la Nation nous impose l'unité.

Pendant ce temps-là, à Toulon, des ouvriers soudeurs s'occupent de la maintenance du Charles de Gaulle tandis que des officiers de la Marine savent que nous devrions disposer d'un deuxième PAN ( porte-avions nucléaire ) et rêvent silencieusement de voir le pays leur accorder les 20 milliards requis pour notre défense opérationnelle future.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 21/07/2017 - 15:30
Je pense qu'il ne sera pas réélu en 2022
et il faudra alors sérieusement remettre en question tout ce système pourri
gerint
- 21/07/2017 - 08:14
Je ne dis pas que c'est facile de sortir de l'UE
Je pense que c'est très difficile et que cela augmenterait considérablement les responsabilités de tous et serait pénible un certain temps avec des coûts à assumer mais la liberté en redonnant les manettes du pays aux Français à mes yeux vaut de l'or
gerint
- 21/07/2017 - 08:07
@clint
Tant qu'on reste dans l'UE toute politique autonome est impossible et le Président de La République ainsi que le gouvernement ont un rôle mineur, le peuple Français aussi