En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 46 min 26 sec
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 3 heures 13 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 8 heures 59 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 10 heures 2 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 8 heures 39 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 3 heures 54 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 10 heures 18 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 21 heures 58 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 1 jour 40 min
Cocorico

Les artisans, remède anti-crise

Publié le 17 mars 2012
La semaine de l'artisanat vient de se terminer. Les artisans continuent, envers et contre tout, de représenter un riche avenir en termes d'emploi et d'activité professionnelle. Pourtant ces métiers sont pourtant souvent négligés à l'école où l'on ne regarde pas toujours le travail manuel d'un bon œil.
Jean Lardin est le président de l'Union professionnelle artisanale (UPA).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Lardin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Lardin est le président de l'Union professionnelle artisanale (UPA).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine de l'artisanat vient de se terminer. Les artisans continuent, envers et contre tout, de représenter un riche avenir en termes d'emploi et d'activité professionnelle. Pourtant ces métiers sont pourtant souvent négligés à l'école où l'on ne regarde pas toujours le travail manuel d'un bon œil.

La France va mal, la France souffre ! On ne cesse de le dire. Nous sommes d’ailleurs les champions du monde du pessimisme. Toute la France ? Non ! Car un secteur économique peuplé d'irréductibles hommes et femmes résiste encore et toujours à la morosité ambiante.  Ce secteur besogneux, mais aussi innovant et exportateur, tous les Français le connaissent en entrant dans une boulangerie, en allant chez le coiffeur, en faisant appel à un électricien. Dans l’artisanat et le commerce de proximité, malgré les difficultés, près de 6 chefs d’entreprise sur 10 restent confiants dans l’avenir de leur entreprise. 

Et pour cause. Nous sommes « la première entreprise de France». Nos entreprises réalisent plus de 400 milliards d’euros de chiffre d’affaires et notre vitalité économique et sociale n’est plus à démontrer : 600.000 emplois salariés ont été créés en dix ans dans l’artisanat, pendant que dans le même temps l’industrie en perdait un million.  Notre secteur figure parmi ceux qui ont le mieux résisté à la crise, continuant même d’embaucher.

Au nom des 1.200.000 artisans et commerçants qu’elle représente, l’UPA a aujourd’hui la conviction que les économies locales, portées par l’artisanat et le commerce de proximité, constituent un pendant vital aux déséquilibres engendrés par la mondialisation. Pour nous, le « made in France » n’est pas une tendance électorale : cela a été, cela est et cela sera toujours notre quotidien et notre raison d’être. Mais attention aux images d’Epinal ! La proximité ne signifie pas l’isolement. Forts d’une souplesse qui leur permet de s’adapter aux exigences du marché y compris à l’international, nos entreprises représentent près d’un tiers des exportateurs français, atteignant un volume d’exportation supérieur à 6 milliards d’euros.

Un bon métier, mais pas pour nos enfants

Nous avons su également conquérir les cœurs et battre en brèche les idées reçues. L’immense majorité de nos compatriotes a une bonne opinion de notre secteur. Mieux : les trois quarts des Français se disent prêts à conseiller un métier de l’artisanat à leurs enfants ou à leurs proches. Pourtant, à peine un jeune sur deux déciderait de travailler dans ce secteur si l’occasion se présentait. C’est là où le bât blesse. Un métier dans l’artisanat, fort bien, mais pas pour moi ! La formation des jeunes mais aussi la promotion des filières techniques et professionnelles qui mènent aux métiers de l’artisanat et du commerce de proximité sont pour nous des défis majeurs pour les années à venir.

La crise économique a montré combien avoir un métier concret peut être une carte maîtresse, qui permet employabilité et mobilité professionnelle. On se retrouve en effet face à un paradoxe insupportable : alors que le chômage ne cesse de grimper et que nos entreprises constituent un vivier d’emplois pour la France, nombre de nos collègues peinent à trouver des  candidats adaptés à leurs offres d’emploi. La réponse à cette problématique passe sans nul doute par le développement de la formation professionnelle.

Les Français et plus particulièrement les jeunes doivent savoir que l’artisanat et le commerce de proximité restent en 2012 parmi les rares secteurs d’activité à faire jouer l’ascenseur social. Nous formons via l’apprentissage 200 000 jeunes chaque année qui pour 80% d’entre eux sont embauchés à l’issue de leur formation.  L’apprentissage est un cursus de formation qui favorise en outre l’accès au statut de chef d’entreprise : aujourd’hui, un chef d'entreprise artisanale sur deux est issu de l'apprentissage.

Sur ce sujet comme sur d’autres, beaucoup reste à faire. Car si l’État a besoin de nous pour revitaliser le lien social, pour contribuer à l’aménagement du territoire, pour réorganiser l’économie autour de la relocalisation, nous avons besoin de l’État pour qu’il nous aide à résister aux grands circuits de distribution, pour qu’il intervienne par des mécanismes compensatoires dans une politique des prix favorable à l’économie de proximité.

Dès le mois d’octobre 2011, nous avons décidé de nous inscrire fortement dans le débat pré-électoral en interpellant les différents candidats afin qu’ils prennent en compte les priorités de nos entreprises. Cette interpellation a pris la forme d’un livre-programme pour 2012 titré « Penser autrement », dans lequel l’UPA a formulé vingt-huit propositions destinées à remettre l’initiative individuelle au cœur de la société et l’artisanat et le commerce de proximité au cœur de l’économie.

Inspiration européenne

Penser autrement, c’est penser aux petits d’abord, aux 98% d’entreprises françaises de moins de 50 salariés. En cela, nous nous inscrivons dans la philosophie du « Small businness Act » européen. Trop souvent, les législations et réglementations, au niveau européen comme dans l’hexagone, sont élaborées en fonction des priorités des grandes voire des très grandes entreprises.

C’est une erreur dans la mesure où nos catégories d’entreprises offrent un potentiel important en matière de création de richesses et d’emplois. Des solutions telles que la mesure « zéro charge » destinée aux entreprises de moins de onze salariés a permis aux petites entreprises de créer des emplois. L’UPA souhaite que les gouvernements s’inspirent plus souvent de ce pragmatisme.

De fait, nous considérons la question du coût du travail comme primordiale. Les artisans et commerçants de proximité attendent des pouvoirs publics une réduction du niveau actuel du poids des charges pesant sur les activités de main d’œuvre. Les diverses cotisations sociales versées par les employeurs placent le coût du travail français parmi les plus élevés d’Europe, devant l’Allemagne. À titre d’exemple : dans le bâtiment, et dans l’hôtellerie-restauration, deux secteurs à fort taux de main d’œuvre, la baisse de la TVA, de 19,6 à 5,5% depuis 1999, a permis de relancer la création d’emplois.

Penser autrement, c’est aussi, face aux 25% de jeunes en recherche d’emplois, oser proposer une réforme en profondeur de l’orientation scolaire, en mettant en place un vrai service public de l’orientation placé sous la responsabilité de l’État, des Conseils régionaux et des partenaires sociaux.

Et je pourrais encore citer bien d’autres mesures comme la création d’un fonds de financement de l’artisanat et du commerce de proximité dédié à la création, à la reprise et à la modernisation des entreprises.

Agir, voilà donc l’enjeu désormais. Notre détermination à faire bouger les choses est entière. Elle ne suffira pas, mais nous osons espérer qu’elle sera fédératrice au point de rassembler autour de nous des forces dont l’action convergente peut changer le visage de la France. Une chose est sure, les 1.200.000 artisans et commerçants de proximité sont bien décidés à se rendre aux urnes. Les élus de la République seraient bien inspirés d’entendre leur voix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JO94
- 18/03/2012 - 22:29
l'artisanat, un système has been de petits bourgeois
Les jeunes n'ont pas envie de patrons paternalistes et lunatiques, même quand les affaires vont bien car beaucoup n'ont pas fait d'études et ne sont pas pédagogues! Le défaut de formation est celui du patron qui a juste son bp et son cap. Ils sont tous acariatres! Je fais mon pain tout seul, mon électricité aussi et j'entretiens mon véhicule moi même et je me fais à manger avec les recettes de top chef. Je préfère les grosses boites et la mondialisation. Je me rase la tête aussi
esteld
- 18/03/2012 - 22:08
Auto entrepreneur=une nouvelle niche
Le statut d'auto entrepreneur met en concurrences des entreprises assujeties à la TVA avec des entreprises exonérées de cette même TVA.En conséquence ,la reussite du statut d'auto entrepreneur est entre autres basée sur la destruction d'entreprises classiques . Il s'agit en fait de légaliser le travail au noir. Pas de quoi être fier de cette "création"
Cap2006
- 17/03/2012 - 22:25
désole, il fallait lire GRACE à l'UPA...
défendre ses interêts ne rends pas "garce" ;-)