En direct
Best of
Best of du 03 Novembre au 09 Novembre 2018
En direct
© Filckr
Egalité parfaite ?
Hommes, femmes, la question à 1 milliard d’euros : qui est le plus intelligent? La science a des réponses
Publié le 16 juillet 2017
De nouvelles études montrent que les femmes ne sont pas moins intelligentes que les hommes. Le rapport de force entre intelligence chez les femmes et chez les hommes s'est rééquilibré par rapport aux données de 1980 qui montrent qu'il y a 13,5 hommes pour une femme parmi les 1% les plus intelligents. L'éducation et le parcours de chacun joue un rôle.
Christine Marsan est psycho-sociologue, co-auteur de l'intelligence collective, co-créons en conscience le monde de demain et Entrer dans un monde de coopération : Une néo-RenaiSens. Elle écrit régulièrement sur son blog.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Marsan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Marsan est psycho-sociologue, co-auteur de l'intelligence collective, co-créons en conscience le monde de demain et Entrer dans un monde de coopération : Une néo-RenaiSens. Elle écrit régulièrement sur son blog.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nouvelles études montrent que les femmes ne sont pas moins intelligentes que les hommes. Le rapport de force entre intelligence chez les femmes et chez les hommes s'est rééquilibré par rapport aux données de 1980 qui montrent qu'il y a 13,5 hommes pour une femme parmi les 1% les plus intelligents. L'éducation et le parcours de chacun joue un rôle.

Atlantico : Dans les années 1980, on comptait 13,5 hommes pour 1 femme parmi les 1% les plus intelligents, cette proportion est aujourd'hui de 3,8 hommes pour une femme. Les études réalisées ont monté que parmi les pourcentages "moins" intelligents, l'intelligence était plus équitablement distribuée entre les hommes et les femmes. Comment expliquer cette disparité chez les pourcentages les plus intelligents ? Les femmes ne peuvent-elles pas être autant des génies que les hommes ? 

Chrisitine Marsan : Il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte.

Valorisation inégale des hommes et des femmes 

Pendant plusieurs siècles en Occident et plusieurs millénaires de par le monde, l'homme s'est décrété plus intelligent et a soumis la femme lui répétant qu'elle était moins intelligente, voire pas du tout. Rappelons-nous la fausse information qui est bien inscrite dans nos esprits, selon laquelle un concile de Macon aurait statué sur l'âme des femmes. Si l'information est fausse, l'opinion publique s'en est emparée et véhicule ce cliché depuis plusieurs siècles ayant pour effet une dévalorisation de l'intelligence des femmes comme de leur conscience.

Le XIXème siècle a été particulièrement castrateur pour les compétences des femmes et il a fallu le "combat" des suffragettes, puis des féministes pour obtenir des droits équivalents entre homme et femme. Cette inégalité de traitement a eu pour conséquence une séparation des rôles, des attributs et des compétences entre les hommes et les femmes. Ceux-ci étaient doués de raison, donc intelligents, notamment depuis les Lumières quant aux femmes, davantage sujettes aux passions et aux émotions (selon les héritiers de Descartes) ne participaient pas aux débats d'idées. Les rôles étaient bien définis, même si les cours de roi ont vu les capacités politiques se développer aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

L'éducation de l'élite des femmes française fut longtemps entre les mains de Maison d'éducation de la Légion d'honneur, créées par Napoléon 1er et qui attendaient de leur instruction : « Élevez-nous des croyantes et non des raisonneuses2. » 

L'intelligence des femmes n'était pas la qualité que l'on attendait d'elles au XIXème siècle. Une jeune fille de "bonne famille" devait avoir les qualités d'une bonne épouse, dont celle de la soumission, qui ne se marie guère avec l'intelligence. Celle-ci conduisant souvent à avoir des avis divergents de la doxa transmise. Pourtant, c'est la finalité même de la science que de critiquer positivement les apports de ses prédécesseurs.

Effet plafond de verre

Depuis l'égalité en droit des hommes et des femmes à accéder à tout diplôme, études et métiers, la réalité est différente. Les plafonds de verre existent dans une grande majorité d'entreprises, les dirigeants ne voient pas d'un bon œil le partage du pouvoir et de ses avantages, valorisation des décisions prises, avantages financiers aux postes clés d'une entreprise (Conseil d'Administration, Comité de Direction), sans compter les effets narcissiques du prestige qui sont difficilement partageables. Alors, il est facile d'invoquer la disparité des capacités et une intelligence inégale à appréhender la complexité ou la stratégie.

Au vu des résultats aux examens de toutes les disciplines, grandes écoles, Polytechnique compris, des femmes qui réussissent partout et parfois même mieux que leurs confrères hommes, il reste le fait de dénigrer les femmes en maintenant un humour sexiste toujours largement pratiqué et jusqu'à la qualification de l'intelligence. "Les femmes ont une esprit pragmatique", lisez plutôt, sortie depuis peu des foyers, leur intelligence est celle de la maison, mais pas des sujets "sérieux" tels la stratégie, la politique, la prospective, domaine bien gardé des hommes.

Les réseaux d'influence ont aussi une hiérarchie selon que l'on est un homme ou une femme et nombre de loges maçonniques masculines continuent à tenir les loges féminines, donc les femmes, comme n'étant pas capables de penser de la même manière!

Quel rôle joue le conditionnement par la société sur cette répartition ? Les femmes sont-elles dévalorisées par leur environnement et leur propre parcours ?  Ont-elles tendances à se dévaloriser inconsciemment elle-même ? 

Cette longue répétition historique d'une inégalité de valorisation entre homme et femme et du discrédit massif des capacités intellectuelles des femmes a laissé des traces dans la psyché d'une majorité de femmes qui ont du mal à se départir du regard des hommes sur elles. Combien de fois, encore aujourd'hui, peut-on entendre d'un homme à la tribune d'une table-ronde lors d'un colloque dire à une femme publiquement qu'elle est jolie mais jamais qu'elle est intelligente! La réciproque ne s'entend jamais.

La confiance en soi a été inégalement valorisée entre hommes et femmes, d'autant que pendant longtemps une femme qui s'affirme a été qualifiée d'agressive et une femme en colère d'hystérique. Le contraire, non. Par conséquent, le conditionnement culturel et social joue pleinement dans ces disparités.

A la maison ou à l'école, l'instruction est différente selon les sexes et les rôles attendus de chacun sont différents et notamment le rapport à l'intelligence est inégal. La majorité des religions ayant également entretenu ces différences et ces valorisations différentes selon les sexes.

Si l'environnement a longtemps été défavorable aux femmes, de nombreuses lois visent à rendre cette égalité un droit et une réalité appliquée.

Ainsi, au-delà des comportements que certains hommes maintiennent (voir plus haut), les femmes sont également complices de cette inégalité en reproduisant, au travers de l'éducation, une image inférieure de la femme. Certaines mères n'encourageant pas leur fille à développer leurs capacités intellectuelles.

Comment expliquer la différence du ratio homme-femmes entre les années 1980 et aujourd'hui ? L'émancipation de la femme a-t-elle jouée un rôle ? 

La différence du ratio homme-femme visant à diminuer la différence entre les hommes et les femmes correspond aux effets des années 70 durant lesquelles les femmes se sont émancipées et ont acquis plusieurs libertés consécutives (liberté sexuelle, droit à l'avortement, pillule). Elles ont pu enfin décider de leur corps et de leur vie. Ces évolutions majeures qui ont suivi le droit de vote des femmes (1945) ont conduit à une émancipation progressive et en 1980 ces libertés n'étaient pas encore entrées dans les moeurs de toutes les femmes.

Aujourd'hui, avec presque 50 ans de recul (années 70, mai 68), plusieurs générations se sont succédées, la mixité à l'école a permis que garçons et filles se cotoient et aussi face aux études et aux enseignements. Cela a eu pour effet une démystification des uns et des autres et des résultats scolaires bien plus lissés entre garçons et filles.

Sur quoi repose l'intelligence ? Comment est-elle façonnée ? Aujourd'hui, est-il possible de distinguer un sexe qui serait "plus" intelligent que l'autre ? 

Certains continuent à mettre en avant la différence d'intelligence en fonction des sexes, mais les arguments avancées font plutôt office de bataille d'arrière-garde. La question n'est plus là, mais plutôt à savoir comment valoriser nos différentes formes d'intelligences (Howard Gardner) qui sont elles socialement valorisées ou non, évidemment dans certains contextes culturels, ces dévalorisations sont associées abusivement au sexe et en particulier aux femmes.

L'intelligence est la capacité à relier les choses ensemble pour faire émerger un sens et elle s'acquiert si l'enfant est stimulé, si sa curiosité est encouragée, si sa confiance en soi est reconnue, si ses explorations sont stimulées.

Plus un enfant, petite fille ou petit garçon, sera incité à déployer ses talents et plus il ou elle pourra manifester une intelligence de qualité (plusieurs des 9 décrites par Howard Gardner) et il deviendra mathématicien ou artiste selon son environnement, son éducation, les stimulations qu'il recevra.

Valorisons les talents de chacun, aidons les à oser être qui ils sont et chacun pourra déployer ses intelligences au delà des sexes, cultures et religions.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
02.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
03.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
04.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
Gilets jaunes : pourquoi certains Français ont nettement plus de raisons que d’autres de se plaindre de l’évolution de leur pouvoir d’achat
07.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
01.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
02.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
03.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
04.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
Gilets jaunes : pourquoi certains Français ont nettement plus de raisons que d’autres de se plaindre de l’évolution de leur pouvoir d’achat
07.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
01.
Radicalisation en prison : pourquoi l'Etat reste-t-il le "premier recruteur de Daech" ?
02.
Pour près de deux Allemands sur trois, Angela Merkel devrait "se retirer"
03.
L’horreur de la guerre au Yémen, ou le deux poids deux mesures des Occidentaux qui sanctionnent Russie et Iran… mais laissent tout passer aux Saoudiens ou aux Pakistanais !
04.
Comment la mafia se retrouve dans votre assiette
05.
Pourquoi est-ce que la nomination d'Andrea Enria à la tête de l'autorité bancaire européenne risque de ne rien changer
06.
#DansMaRue : l’application de la mairie de Paris qui promeut le retour de la délation
01.
Un couple découvre 53 cadavres de chats dans leur jardin
02.
S’armer face au péril russe ? Emmanuel Macron ferait bien de relire quelques manuels d’histoire
03.
2008- 2018 : ces 10 ans où l’Euro a perdu beaucoup de terrain dans son rêve de concurrencer le dollar comme monnaie de réserve mondiale
04.
Guerre et paix dans le cyberespace : pourquoi l'appel de Macron à faire la paix dans le cyberespace n'est pas prêt de se concrétiser
05.
Derrière l’itinérance d’Emmanuel Macron et le contact direct avec les Français, le renoncement à la démocratie représentative ?
06.
Démographie : la fertilité des femmes décline remarquablement presque partout dans le monde
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michèle Plahiers
- 17/07/2017 - 19:32
Encore faut-il s'entendre sur le terme: intelligence.
Certaine femmes ont une intelligence relationnellle que beaucoup d'hommes peuvent leur envier.....
vangog
- 17/07/2017 - 09:04
Victoire! Les femmes sont plus intelligentes
que les hommes! Mais, lorsqu'on lit cet article, on en doute furieusement...
JLH
- 17/07/2017 - 08:51
19ième siècle castrateur
C'est peut être un peu brutal, mais en partie vrai. Mais essayez madame de connaître l'histoire européenne au moins : Agrippa, Eleonore d'Aquitaine, Blanche de Castille, Bertrane de Montfort, Emilie du Chatelet (seul chef d’œuvre de Voltaire, premier grand imposteur bobo), Françoise de Graffigny, Marie de Sévigné, Anne d'Autriche, et toutes ces femmes qui géraient les affaires au quotidien, et avec des stratégies de long terme, quand les mâles étaient absents. Oui, les femmes sont l'avenir de l'homme, (j'en suis un, soit disant qi > 140), et on n'a pas inventé les tests d'intelligence pour écrire de pareilles âneries. A tout vouloir quantifier et catégoriser, on arrive à des raisonnements complètement absurdes, à voir des corrélations quand il n'y a que des coïncidences, d'autant que les fameux tests sont liés à des catégories "d'intelligence" et construits par des hommes.
Mais oui, les femmes sont plus pragmatiques que les hommes, vont en moyenne plus rapidement droit au but, ont souvent plus de courage pour dire la vérité dans les réunions de travail par exemple. J'ai souvent constaté que les femmes ont surtout "les couilles" qui manquent cruellement à beaucoup de fanfarons