En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 27 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 4 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 15 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 16 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 8 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 8 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 59 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 7 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 44 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 12 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 8 min
© XAVIER LEOTY / AFP
© XAVIER LEOTY / AFP
Education

Orientation : l'été, saison de toutes les angoisses pour tous les parents dont les enfants ne sont encore inscrits nulle part

Publié le 10 juillet 2017
Si les vacances sont bien méritées pour bien des élèves, cette période est aussi un grand moment de stress pour certains parents et élèves qui ne savent pas ce qu'ils vont faire à la rentrée.
Jean-Louis Auduc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis AUDUC est agrégé d'histoire. Il a enseigné en collège et en lycée. Depuis 1992, il est directeur-adjoint de l'IUFM de Créteil, où il a mis en place des formations sur les relations parents-enseignants à partir de 1999. En 2001-2002,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les vacances sont bien méritées pour bien des élèves, cette période est aussi un grand moment de stress pour certains parents et élèves qui ne savent pas ce qu'ils vont faire à la rentrée.

Atlantico : Que ce soit après le Brevet ou après le Baccalauréat, qui sont ces Français qui ne savent pas comment orienter leurs enfants et quelles sont les difficultés qu'ils rencontrent ?

Jean-Louis Auduc : Le passage 3eme/Seconde ou Terminale/baccalauréat est aujourd'hui pour une masse d'élèves de plus en plus importante très problématique, car l'utilisation de logiciels et de gestion numérique est très loin de tout résoudre.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées ?

Au niveau de l'orientation 3e/Seconde:

 On estime le nombre d'élèves en difficulté d'orientation en troisième autour de 50 000 concernant ceux en formation professionnelle et en apprentissage. Il y a les difficultés rencontrées, notamment à Paris, pour obtenir le lycée de son choix dans le cadre du barème rectoral et de la procédure Affelnet qui comprend une partie "contrôle continu" que chaque établissement a géré individuellement. Bilan: Des affectations problématiques pour certains élèves suivant la politique de notes de leur collège. Interrogé le 5 juillet à l'Assemblée nationale, le ministre s'est inquiété de "la complexité de la gestion Affelnet" et s'est interrogé sur "la sincérité" de certains livrets scolaires." Une bonne alerte pour la mise en place du contrôle continu dans des examens......

Des difficultés aussi chez une masse de jeunes souhaitant une orientation en lycées professionnels qui n'ont pas eu la filière professionnelle souhaitée et qui ne seront orientés qu'à la rentrée de septembre dans une filière professionnelle non souhaitée avec tous les risques de décrochage scolaire.

Il y aussi une masse de jeunes souhaitant l'intégration dans un CFA (Centre de Formation d'Apprentis) dans le cadre d'une formation CAP par l'apprentissage et qui ne trouve de contrats d'apprentissage au niveau CAP compte tenu de la diminution continuelle de ceux-ci au profit de contrats à des niveaux plus élevés (Bacs Pros, BTS....). Une grande partie de ces jeunes risque de se trouver "déscolarisés".

Au niveau de l'orientation Terminale/enseignement supérieur:

 Cette fois on serait autour de 100 000 élèves avec un problème d'orientation après le bac. Le logiciel APB ( affectation Post-Bacs ) n'étant pas du tout adapté à la diversité des baccalauréats ( 50% de Bacs généraux, 30% bacs professionnels, 20% Bacs technologiques)et à la diversité des formations du supérieur où les formations à l'Université ne représentent que 50% de toutes les formations du supérieur, les jeunes ne trouvent pas de place dans les orientations choisies et se trouvent soumis pour une part d'entre eux au "tirage au sort" dans les formations les plus choisies.

L'accompagnement pour une bonne orientation en fin de cycle est-elle sufisamment adaptée ?

Non, si l'on a travaillé cette dernière décennie, à la liaison CM2/6e , on n'a pas travaillé suffisamment sur la continuité collège/lycée ou terminale/enseignement supérieur.

Concernant la liaison collège/lycées, le problème principal réside dans l'orientation en lycée professionnel ou en Centre de Formation en Apprentissage. Tout se fait comme si toutes les filières étaient équivalentes par rapport au prérequis. Or, entre les filières "mécanique", "espaces verts" "médico-social" ou "cuisine", il y a d'énormes différences!

Les stages professionnels prévus en collège sont très mal utilisés pour les élèves se destinant à l'enseignement professionnel. Ils sont plutôt gérés par les relations des familles que par les besoins des élèves. Toutes les études montrent que ce sont les élèves qui vont être orientés en lycées professionnels ou en apprentissage qui trouvent le moins des opportunités de stages en collège!

Concernant la liaison Terminale/ Enseignement supérieur, il faut cesser de "globaliser" les baccalauréats comme l'enseignement supérieur. Il faut cesser de raisonner comme s'il n'y avait qu'un baccalauréat: le baccalauréat général. En BTS, BTS  86%  des  bacheliers  généraux  sont diplômés, 78% des bacheliers technologiques et 59% des professionnels. En DUT, les résultats sont assez similaires 82%  des  bacheliers  généraux  sont  diplômés, 67% des bacheliers technologiques et 59% des professionnels. Tous ces diplômés vont aller pour une partie d'entre eux vers la licence professionnelle qui s'est beaucoup développée ces dernières années. Quant à la licence générale en université, il y a un vrai problème pour les bacheliers généraux. Les diplômés en 4 ans ne sont que de 45% pour les bacs L et 51% pour les bacs S pourtant réputés les meilleurs. Il faut traiter ce problème qui est une question essentiellement pédagogique de continuité Lycée/Université.

Quelles seraient les mesures salutaires pour éviter ces cas de parents et élèves "en perdition" ?

Je pense que trois mesures seraient indispensables pour mieux assurer la continuité tout au long du système éducatif.

Il faut que le principal palier d'orientation soit en fin de 4eme afin de faire de la classe de troisième une classe de préparation de la seconde générale et technologique ou de la seconde professionnelle.

Construire un cycle 3eme /Seconde s'avère indispensable pour permettre aux jeunes d'être mieux préparer à la seconde générale et technologique et pour les autres de faire un choix de filière professionnelle réfléchi et non subi, ce qui ne peut que diminuer le décrochage scolaire. En fonction de ces choix, les collèges auront à gérer prioritairement les stages en entreprise pour ces élèves. Des jumelages Collège/lycée professionnel ou collège/CFA pourraient être mis en place ainsi que des jumelages Collège/lycée général et technologique pour rassurer les élèves sur le travail à réaliser en lycée.  

Concernant la liaison terminale/enseignement supérieur, il faut une réflexion non seulement au niveau du lycée, mais aussi au niveau du supérieur.

La réflexion doit notamment se faire autour de la notion de "classe".

Cette structure est présente de manière permanente en collège et en lycée. Elle subsiste au niveau de l'enseignement supérieur dans les BTS, les DUT, les classes préparatoires, les écoles spécialisées professionnelles (infirmières, travail social, ...), qui ont souvent des réussites importantes. Elle disparait, ce qui n'est pas le cas dans de nombreux autres pays au niveau des licences générales de l'Université. Ceci explique sans doute que seul un BAC S sur deux réussisse la licence en 4 ans!

Il faudrait donc ouvrir un chantier sur cette question entre lycées et Universités.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 10/07/2017 - 14:18
Université
S'il y a de l'échec en université c'est sans doute par un manque d'autonomie des étudiants. C'est donc dans le secondaire qu'il faut modifier les pratiques pour que les élèves acquièrent cette autonomie. A la fin cela leur servira plus que d'être assistés.