En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
info atlantico
© Reuters
Info Atlantico
Comme une ombre sur le tableau : moins d’un Français sur deux se dit prêt à faire les efforts demandés par Emmanuel Macron pour redresser les comptes du pays
Publié le 06 juillet 2017
Pas d'Etat de grâce pour Emmanuel Macron : tout effort va devoir nécessiter une pédagogie, une argumentation pour convaincre une France coupée en deux sur sa volonté à s'engager individuellement à des efforts
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pas d'Etat de grâce pour Emmanuel Macron : tout effort va devoir nécessiter une pédagogie, une argumentation pour convaincre une France coupée en deux sur sa volonté à s'engager individuellement à des efforts

Atlantico : quels sont les enseignements de ce sondage? 

Jerôme Fourquet : à l'heure où le gouvernement prend ses marques et qu'il vient d'annoncer ses grandes orientations à la fois par la voix du Président mais aussi celle du Premier ministre et que la Cour des Comptes a rappelé que le Gouvernement précédent avait laissé une ardoise, et que le Conseil d'orientation des Retraites que dans ses Caisses aussi il manquait de l'argent pour financer le système, on observe une société française qui est littéralement coupée en deux. La France est coupée en deux sur sa volonté à s'engager individuellement à des efforts pour redresser les comptes publics. Ce n'est pas sans nous rappeler un autre clivage, qui est celui sur l'optimisme et le pessimisme. Derrière un effet relativement enthousiasmant propre au début du quinquennat d'Emmanuel Macron et aux très large succès de ses candidats aux législatives, on voit que la partie n'est pas gagnée tant sur le point de vue moral que sur la propension à faire des efforts, alors même que ces efforts vont vraisemblablement être demandés aux Français, d'une manière ou d'une autre. Il n'y a pas d'euphorie ou d'acceptation massive d'une politique qui demanderait des efforts individuels.

Ensuite, on a certes une remontée de cette propension à faire des efforts par rapport aux dernières mesures que nous avions effectuées il y a trois ans au milieu du quinquennat Hollande. Mais si l'on compare les choses à un périmètre strictement comparable, c'est-à-dire au début du quinquennat Hollande en 2012, on observe que 2/3 des Français étaient favorables à des efforts individuels. A l'époque ce niveau s'était maintenu jusqu'en novembre, au moment où les premières annonces fiscales sont tombées. A ce moment suivant, les bonnes volontés avaient été douchées et plus qu'un Français sur deux s'était dit favorable à cet effort. C'est intéressant, parce que si on considère qu'Emmanuel Macron bénéficie d'une fenêtre d'opportunité économique avec la reprise de l'emploi et un alignement des planètes au niveau international, pour autant, en terme d'opinion ou de sacrifices et d'efforts consentis, le Président est dans une position bien moins favorable que celle de son prédécesseur. Macron a beaucoup de chance et Hollande n'en a pas eu autant sur le plan macro-économique, mais si on regarde l'attitude des électeurs et des contribuables, on s'aperçoit que la propension à faire des efforts est nettement moindre aujourd'hui, cela, c'est aussi un paramètre qu'il va falloir intégrer : tous les clignotants sont au vert sauf celui-là ! Cela peut s'expliquer par le fait qu'on ait assisté à une hausse massive des prélèvements obligatoires et que cela a certainement laissé des traces et affecté naturellement la propension à faire des efforts.

On retrouve des clivages sociologiques et politiques assez marqués, avec des électorats des deux principaux candidats radicaux qui sont massivement opposés à des efforts (71% pour la FI, 69% pour le FN) et à l'inverse ¾ de l'électorat En Marche qui se dit favorable. L'électorat de droite, lui, est coupé en deux. Sur la question fiscale, sur la question des efforts, il y a 24 points d'écart entre l'électorat en Marche et l'électorat de droite qui est coupé en deux. De manière assez attendu, ce sont les cadres et les classes moyennes les plus favorables à faire des efforts, au contraire des employés et ouvriers.  Après 5 ans de pression fiscale, savoir que 50% des Français sont d'accords pour faire plus d'effort peut paraître satisfaisant. Mais on peut voir également qu'il n'y a pas forcément d'Etat de grâce pour Emmanuel Macron. On voit que tout effort va devoir nécessiter une pédagogie, une argumentation pour convaincre, et être relativement accepté. 

Comment expliquer que les Français les plus favorables à faire des efforts sont majoritairement des CSP+, des indépendants et issus de la région parisiennes? Ne constate-on pas une répercussion, d'une certaine façon, du deuxième tour des élections présidentielles? 

Ce pays coupé en deux nous ramène non pas au paysage tel qu'il s'est défini au soir du deuxième tour des législatives, mais tel qu'il était au soir du premier tour des présidentielles. Il y a une large victoire des candidats En Marche, que certains ont analysée comme un soutien et un appui à la ligne du président. Néanmoins, il y a encore un grand flou autour de ce qu'il veut faire. Quand on va rentrer dans le vif du sujet, il n'y a pas d'acceptation majeure de faire des efforts supplémentaires. Les Français estiment qu'ils en ont déjà fait beaucoup, et c'est encore plus vrai dans les catégories populaires et la France périphérique. On voit qu'il y a peut-être un climat d'euphorie qui règne dans certains milieux, mais la réalité du pays, qui prévalait il y a 2/3 mois, n'a pas changé. Les voix de passage pour enclencher les réformes, et respecter les engagements parce qu'Emmanuel Macron a beaucoup insisté sur la dimension européenne et sa volonté d'aller de l'avant en matière de construction européenne. Il sait qu'il ne pourra passer par là qu'avec la bienveillance et le soutien de l'Allemagne. Or ce soutien ne sera donné que si et seulement si nos partenaires ont le sentiment que la France devient sérieuse, et s'attaque à son problème de déficit public.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
06.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
07.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 07/07/2017 - 15:21
Les français ont le gouvernement qu'ils méritent
Depuis 1981 ils votent comme des imbéciles pour des Mitterrand, Chirac, Sarkosy, Hollande et maintenant Macron.
Il y a un vieux dicton médiéval qui disait "errare humanum est, perseverare diabolicum". Qu'ils ne viennent pas se plaindre.
cloette
- 07/07/2017 - 12:35
Il faudrait un gouvernement
totalement dévoué aux seul intérêt du pays, et non aux intérêts des lobbies qui actuellement gouvernent l'Europe .Les Français ont élu à 24 % Macron qui fait à présent ce qu'il veut , j'appréhende un Etat qui ne fera aucune économie et aura un train de fonctionnement au-dessus de ses moyens mais ces pauvres "riens" mettront la main à la poche pour payer les factures.... Ils n'auront rien en retour, normal, ils ne sont rien ...Dans quel état sera la France dans cinq ans ? Qui croit aux lendemains qui chantent ?
edac44
- 07/07/2017 - 12:10
Résumé du discours sur la méthode "baise couillon"
Vous l'aurez tous compris, les promesses ne servent uniquement qu'à "baiser" les "gogos" lors des élections !... Et ça marche depuis plus de cinquante ans !... Principes de bases :
1) mettre en avant toutes les subventions à venir pour flatter l'opinion, on dit aussi "ferrer le poisson",
2) puis rechercher quelques soutiens chez les doux rêveurs écologistes et autres illuminés en marge des réalités économiques,
3) et enfin, évoquer sinon dissimuler "quelques" hausses fiscales nécessaires à leurs réalisations mais indolores pour 90% de la population, principalement ceux qui ne paient déjà pas d'impôt et vivent de subventions.
In fine, dès la prise de pouvoir, on criera à la mauvaise gestion financière du pays par l'équipe précédente (même si on en a fait partie !...)
et on inversera les dispositions (les promesses électorales), hausse fiscale d'abord et report aux calandres grecques des promesses et des subventions.