En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 4 heures 56 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 52 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 12 heures 4 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 13 heures 28 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 15 heures 42 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 16 heures 35 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 17 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 5 heures 59 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 8 heures 14 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 15 heures 25 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 16 heures 52 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 17 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
O Solitude !

Vieux (et rares) amis : plus nous vieillissons et plus nous passons de temps seul

Publié le 03 juillet 2017
L'homme fréquente moins d'amis après la trentaine, c'est connu. Mais ce qu'on sait moins, c'est qu'il voit sont temps passé seul augmenter régulièrement à partir de la quarantaine.
Sociologue, Sylvain Bordiec est Maître de conférences à l’Université de Bordeaux (Collège Sciences de l’homme-Faculté des Staps).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Bordiec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue, Sylvain Bordiec est Maître de conférences à l’Université de Bordeaux (Collège Sciences de l’homme-Faculté des Staps).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'homme fréquente moins d'amis après la trentaine, c'est connu. Mais ce qu'on sait moins, c'est qu'il voit sont temps passé seul augmenter régulièrement à partir de la quarantaine.

Atlantico : Selon une étude réalisée par le "data scientist" Henrik Lindberg, basée sur les données du Bureau of Labor Statistics des Etats Unis entre les années 2003 et 2015, le temps que nous passons avec nos amis chuterait brutalement après la 30e, c’est-à-dire lorsque le temps passé avec nos enfants tend à augmenter. De façon plus surprenante, le temps passé seul augmente régulièrement à partir de l'âge de 40 ans alors que l'ensemble de nos interactions formeraient un plateau aux alentours de la 50e. En dehors des stades "normaux" des différents âges de la vie, quels sont les facteurs qui structurent le temps de nos interactions avec les autres ? 

Sylvain Bordiec : Sans entrer en profondeur dans la fabrique de ces analyses, il faut considérer, néanmoins, que les données ici mobilisées par Henrik Lindberg sont produites par une institution publique étasunienne dont la vocation est de mesurer l’activité du marché du travail, les conditions de travail et l’évolution des prix. Reste que ces statistiques d’Etat peuvent être instructives sur les sociabilités (et absences de sociabilités) de la population américaine et, par extension, des populations des sociétés occidentales. Il y a, aux Etats-Unis, une tradition sociologique d’étude de la « solitude » susceptible de venir éclairer, amender ou questionner les propositions de Lindberg. Par exemple, Erik Klinenberg, dans son livre Going Solo, soutient que la société étasunienne tend à devenir une société de « vivants seuls », une société de personnes capables non seulement de vivre seules mais aussi de se passer de contact physiques avec autrui. L’appartement ou la maison deviennent pour elles « un sanctuaire » où se réaliser, se construire et se « régénérer ». Ces compétences « en solitude » sont forgées dans une « société des individus » exposant l’ensemble de ses membres à des injonctions contradictoires à l’autonomie – savoir être et savoir faire seul – et au lien social – savoir s’entourer et savoir être sollicité. Ces compétences sont aussi construites par les conditions sociales (classes sociales, ressources économiques), les modes de vie (vie familiale, vie seul(e), pratiques et goûts culturels) et les inscriptions spatiales des existences (milieu rural ou milieu urbain). Etre attentif au fait que la solitude peut constituer, pour les individus, selon la période où se déroule leur existence, selon leurs trajectoires sociales et spatiales, aussi bien une solution qu’un problème, permet d’aller à rebours de l’idée très répandue selon laquelle les femmes et les hommes, quel que soit leur âge, ont toujours besoin de compagnie. Replacer les individus dans le contexte historique, politique, économique, spatial et social de leurs existences permet aussi d’éviter de surinterpréter les effets de l’âge sur les transformations des sociabilités et, précisément, de tendre vers une restitution réaliste de la manière dont l’âge détermine la vie sociale, avec ses contacts sociaux et ses coupures de contacts. Les propositions de Lindberg font notamment écho à un article assez célèbre écrit par le démographe François Héran en 1988 dans la revue Economie et Statistiques et intitulé « La sociabilité : une pratique culturelle ». Pour Héran, il y a « trois âges » de la sociabilité. Dans le « cycle de vie », les trente ans marquent la fin à la fois de la jeunesse et du « temps des amitiés ». C’est l’entrée dans la maturité et « les relations de travail ».  Ensuite, jusqu’à la fin de la vie, le réseau d’amis rétrécit. Par conséquent, le temps dédié aux sociabilités amicales se réduit. Pourquoi ce déclin, inégal selon le sexe et les classes sociales (le diplôme apparait être une arme pour avoir des amis), à partir de trente ans ? A trente ans, et encore davantage à 40 ans, les « jeux sont faits » sur de nombreux plans. Sur le plan conjugal, la mise en couple a débouché sur une installation résidentielle et la naissance d’enfants. Sur le plan professionnel, la sortie du système scolaire ou universitaire est suivie d’une entrée dans les mondes de la recherche d’emploi et du travail. Pour les amis, la réalité est la même. En somme, « faire sa vie » équivaut, par de nombreux aspects, à un certain retrait dans les sphères professionnelle et familiale. Chez les individus, l’intérêt pour les amis et les ressources qu’ils peuvent apporter pour rencontrer un(e) futur(e) conjoint(e) et, dans une moindre mesure, un potentiel employeur, diminue à mesure qu’ils s’« installent ». Les amis les intéressent moins. Réciproquement, ils sont aussi pour les amis (notamment ceux ayant pris du retard dans la conformation aux normes d’ « installation ») moins intéressants. « Faire sa vie » consiste ainsi à se soustraire à certaines contraintes (devoir trouver quelqu’un, devoir trouver un emploi, devoir avoir un réseau d’amis dense et valorisant) mais aussi à s’exposer à d’autres contraintes sociales, économiques et culturelles défavorisant les sociabilités amicales, dont il faut aussi bien considérer les coûts en temps et en énergie mais aussi les dépenses d’argent qu’elles exigent : faire (faire) le ménage, la cuisine et la lessive pour l’ensemble des membres de la famille (contraintes auxquelles les femmes sont particulièrement exposées) ; entretenir ou faire entretenir la maison et le jardin (les femmes sont aussi très présentes sur ces « scènes ») ; entretenir les relations avec la famille élargie et les collègues de travail ; prendre soin de ses parents ; être impliqué dans l’éducation et les loisirs des enfants ; affronter les accidents, les maladies et les décès des proches. Ces éléments sont significatifs du fait que si les individus, dès leur naissance, sont façonnés par le monde social de telle sorte qu’ils ont constamment besoin de lui – la socialisation est une dépendance à autrui du début jusqu’à la fin de l’existence –, le cycle de vie est aussi une socialisation continue aux « coupures sociales », laquelle commence (souvent) dans une chambre d’enfant cruciale dans l’apprentissage d’une compétence « de solitude » (dormir seul, faire ses devoirs seul etc.) et se clôt (souvent) dans une chambre d’hôpital après que les handicaps liés aux accidents, à la maladie et au vieillissement (perte de la mobilité, de l’ouïe et de la vue) aient progressivement éteint l’intérêt des autres pour soi et l’intérêt de soi pour les autres.

Cependant, ce temps passé seul ne signifie pas nécessairement que les personnes ressentent de la solitude. Comment expliquer cette évolution ?

Pour apporter des éclairages satisfaisants à cette question, il faudrait que les sociétés et les scientifiques parviennent à un consensus, à une définition commune voire « universelle » de ce qu’est le sentiment de solitude. Or, cette définition est impossible. Cette impossibilité est liée au fait que le sentiment de solitude, si l’on convient qu’il peut exister, a des ressorts, des représentations et des expressions différenciées selon les positions des individus dans les structures sociales, selon leur sexe, leur couleur de peau, leur religion et, aussi, selon les modalités de leurs inscriptions spatiales. C’est pourquoi, même en resserrant la focale sur les sociétés occidentales, le problème de cette définition se pose. Un problème de définition doublé d’un problème méthodologique : comment examiner, mesurer, saisir empiriquement ce sentiment de solitude ? En interrogeant les individus sur le fait qu’ils se sentent seuls ou pas ? Cette option,  notamment en raison  des différences sociales évoquées plus haut, est difficilement pertinente. Un sentiment de solitude est-il nécessairement perceptible et descriptible ? Déclarer se sentir seul exprime-t-il obligatoirement un sentiment – réel – de solitude ? Par-delà ces questions de définition et d’enquête, il est possible d’admettre que, dans une certaine mesure, le temps passé seul ne génère pas mécaniquement le sentiment d’être seul. Ce processus est lié à l’individuation au sein de nos sociétés, au fait que, en définitive, les individus sont de plus en plus des individus : le monde social, leurs expériences sociales, les convainquent qu’ils sont singuliers, uniques et indépendants des autres (« Je me suis fait tout(e) seul(e) », « Je n’ai besoin de personne »). Pour reprendre l’expression du sociologue américain Philip Slater, auteur du livre To the Pursuit of Loneliness, les individus sont, dès la prime enfance, à la « recherche de solitude ». Cette recherche se traduit par une négation de l’environnement social et des ressorts sociaux de l’autonomie et de l’indépendance. Paradoxalement, atteindre le sentiment d’ « être seul(e) au monde » nécessite de mobiliser des ressources sociales, un capital de relations sociales, lequel est indissociable des capitaux culturels et économiques. Un exemple : s’installer dans une zone rurale enclavée pour y construire une maison en bois nécessite un ensemble de ressources et de compétences fondamentalement sociales (avoir un véhicule, de l’argent et des connaissances en matière de construction et puis savoir communiquer, lire, conduire). 

Quelles sont les profils des personnes les plus exposées à la solitude ? Quelles sont les conséquences de cette solitude sur la vie des personnes concernées ?

Considérons à nouveau la différence entre ceux pour lesquels la solitude est une ressource et une solution et ceux pour lesquels la solitude est un handicap et un problème. Et profitons de cette différenciation pour chasser l’évidence fausse de la nuance entre « solitude choisie » et « solitude subie ». Dans une perspective sociologique, que la solitude soit bien vécue ou mal vécue, recherchée ou évitée, celle-ci est toujours expérimentée sous le poids de contraintes sociales. Un écrivain à succès se retirant dans les bois afin d’écrire un essai sur la solitude peut croiser là, pendant le temps de sa promenade, un clochard qui, à la suite de déboires professionnels et conjugaux, ne peut concevoir à présent sa (sur)vie que dans cette zone. Ces deux hommes ont en commun d’être « poussés » dans les bois par des forces sociales. Seulement ces forces sont disparates et, par conséquent, produisent des effets différenciés. Même en étant coupé du monde, l’écrivain reste attendu, sollicité, aimé. Inscrit dans un réseau de relations sociales liées à son pouvoir symbolique et économique, l’écrivain – son projet de livre est le témoin de cela –, a des attentes à l’égard du monde social. D’ailleurs celui-ci reste présent dans la vie quotidienne à travers le chalet que cet homme a pu louer dans les bois, les médicaments et la nourriture qu’il a fait transporter jusque-là, les livres qu’il reçoit par la Poste et les courriels qu’il reçoit grâce à la connexion Internet dont il a les moyens financiers et techniques. Plus faible socialement et économiquement, soumis, dans les bois, à des conditions de vie plus difficiles que celles de l’écrivain, le clochard est aussi moins attendu et recherché par un monde dont, peut-être, il se coupe sans espoir d’y revenir en meilleur état et pour y vivre des choses moins désagréables. La solitude qui pose problème (à ceux qui l’expérimentent, à ceux qui la diagnostiquent et à ceux qui la prennent en charge) est coûteuse sur le plan sanitaire (par exemple, l’espérance de vie des « vivants seuls » est plus faible que les « vivants en couple »). Pendant le temps de la vie, la solitude est aussi coûteuse sur le plan de l’estime de soi. Pierre Bourdieu écrit, dans Leçon sur la leçon, que l’homme est un « être sans d’autres raisons d’être que celles dispensées par la société ». N’avoir ni famille, ni amis et ni collègues de travail avec qui passer du temps, n’être sollicité par personne et n’avoir personne à solliciter est une forme de mort sociale pouvant conduire à une ultime aspiration : en finir avec la vie. Ces individus à qui la solitude pose problème sont irréductibles aux vieux. Chez les moins âgés, les précarités familiale, conjugale et professionnelle favorisent l’existence de ce problème. La solitude « à problèmes » est le fait de personnes pour lesquelles l’ajustement aux injonctions à l’autonomie et au lien social est difficile voire impossible. Cette solitude renvoie à la question, plus générale, de la socialisation des individus. La solitude qui pose problème, par exemple, l’impossibilité, pour certains d’individus, d’être seul, ne serait que quelques heures, a partie liée, tout comme la solitude qui ne pose pas problème, avec les conditions de la socialisation familiale (enfance bénéficiant d’une chambre individuelle ou non, parents et enfants pratiquant une activité sportive ou culturelle dite solitaire etc.), scolaire (devoirs réalisés seul dans une pièce ou non, parents donnant à voir la pratique d’une activité intellectuelle nécessitant un retrait dans la maison ou en dehors) et professionnelle (activités nécessitant ou non des séquences de mise à distance des autres). Pour des individus dotés en capitaux sociaux, culturels et économiques, la solitude peut être une raison d’être et de vouloir continuer à être le plus longtemps possible. En revanche, chez les pauvres pour lesquels la solitude est problématique, celle-ci peut être le signe de l’inutilité d’être, pour soi et pour les autres. En somme, d’un côté la solitude renforce le savoir être un individu dans une société des individus, de l’autre la solitude annule ce savoir être. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 04/07/2017 - 04:47
Proactivons
Pour se faire de nouveaux amis, il faut aller au Bar ou grâce à l'alcool et à ses effets mortifères, on n'a pas le temps de se lasser de la compagnie.
Malheureusement,le nombre de bistrots a fortement diminué en France.
Quant aux vieux amis de quarante ans et plus, quelle angoisse de se les coltiner avec leurs radotages, leurs tronches ravagées, et qui n'ont à offrir de neuf que le récit des nouvelles maladies qui les assaillent.
Michèle Plahiers
- 03/07/2017 - 12:52
Seuls, non, enfin habités,...
Nous prenons enfin conscience que notre meilleur ami, c'est nous même. Dans le meilleur des cas....Olenka De Veer: L'homme (ou les amis) que tu aimeras, surprends-les toujours. Brise l'image qu'ils ont de toi. Fais les passer par un seuil inconnu. Qu'ils trouvent une autre et encore une autre jusqu'a ce qu'ils rencontrent leur propre image, celle qu'ils cherchent sans le savoir" Celle qu'il ne voudront jamais perdre. .En réalité, la majorité des individus ont abandonné depuis longtemps cette image,... L'image est l'accusatif d'imago. Wiki:Le terme d’imago (au masculin) désigne le stade final d'un individu dont le développement se déroule en plusieurs phases (en général œuf, larve, imago). Ce terme est en général utilisé pour les arthropodes, mais aussi pour les amphibiens. En psychanalyse: archétype. Ou pour le dire simplement, nous nous préparons à retourner à l'origine de ce qui nous a mis au monde: nos parents.
Michèle Plahiers
- 03/07/2017 - 12:49
Seul, non
Nous prenons enfin conscience que notre meilleur ami, c'est nous même. Dans le meilleur des cas.Olenka De Veer: L'homme (ou les amis) que tu aimeras, surprends-les toujours. Brise l'image qu'ils ont de toi. Fais les passer par un seuil inconn. Qu'il trouve une autre et encore une autre jusqu'a ce qu'il rencontre sa propre image, celle qu'ils cherchent sans le savoir" Celle qu'il ne voudront jamais perdre. .En réalité, la majorité des individus ont abandonné depuis longtemps cette image,... L'image est l'accusatif d'imago. Wiki:Le terme d’imago (au masculin) désigne le stade final d'un individu dont le développement se déroule en plusieurs phases (en général œuf, larve, imago). Ce terme est en général utilisé pour les arthropodes, mais aussi pour les amphibiens. En psychanalyse: archétype. Ou pour le dire simplement, nous nous préparons à retourner à l'origine de ce qui nous a mis au monde: nos parents.