En direct
Best of
Best Of
En direct
© Odd ANDERSEN / AFP
Et en même temps
Renouveau, mode d’emploi : et maintenant l’application...mais y'a-t-il vraiment un plan ?
Publié le 27 juin 2017
Emmanuel Macron a fait preuve d'un incroyable sens stratégique. En bon maître des horloges, il a su quand démissionner, quel rythme donner à sa campagne... Toutefois, aujourd'hui, il se heurte conservatisme des élites occidentales dans la mise en application de son programme.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a fait preuve d'un incroyable sens stratégique. En bon maître des horloges, il a su quand démissionner, quel rythme donner à sa campagne... Toutefois, aujourd'hui, il se heurte conservatisme des élites occidentales dans la mise en application de son programme.

Atlantico : Qu'il s'agisse du séminaire LREM où l'on réfléchissait au moyen de recréer du lien avec les citoyens mais sans en tirer de conclusions particulières en matière de méthode, ou à propos de la possible convocation du congrès le 3 juillet par Emmanuel Macron, soit un jour avant le discours de politique générale du premier ministre, mais sans aller au bout de la logique en affichant une volonté d'instaurer un régime Présidentiel, n'y a-t-il pas, dans la logique de la République En Marche, une divergence entre le discours de "révolution", selon le titre du livre d'Emmanuel Macron, et la réalité des actes ? La pulsion du renouveau se trouve-t-elle être privée de moyens ?

Edouard Husson : En appelant son mouvement "En Marche", Emmanuel Macron a voulu, depuis la gauche, reprendre le contrôle du "parti du mouvement" que Nicolas Sarkozy avait fait passer à droite. François Hollande était parti de l'idée que le mouvement perpétuel de Sarkozy avait fatigué les Français, les avait même dressés les uns contre les autres; il s'agissait d'apaiser les relations politiques et sociales. Il y a un moment où l'apaisement est devenu endormissement. Macron a voulu réveiller la gauche, la rendre à sa vocation historique. Il a largement voulu réveiller la gauche par un libéralisme intégral: appel à la libération des forces politiques; libéralisation "sociétale" plus poussée; libéralisation économique: il a pris le positionnement des libéristes italiens, qui sont convaincus que c'est l'intégralité du libéralisme qui est de gauche. Ça c'est le point de départ. Dans un deuxième temps, lorsqu'il a mis sa campagne en vitesse de croisière, Macron a de fait ralenti le mouvement. Il ne pouvait pas être trop libéral économiquement sans effrayer l'électorat socialiste; il ne pouvait pas être trop libéral en matière "sociétale" sans faire fuir une partie de la droite. Macron s'est réfugié dans une position centriste. On se fierait trop aux apparences, cependant, si l'on en restait là. On peut aussi avoir une lecture plus sévère: quel que soit le tempérament, Sarkozy, Hollande ou Macron sont prisonniers des engagements contractés dans le cadre de la monnaie unique européenne. Qu'ils soient volontaristes, comme Sarkozy ou Macron ou fatalistes, comme Chirac ou Hollande, les présidents français sont condamnés à subir la loi d'airain de la monnaie unique. Ils ont le choix entre la posture et la gesticulation. Dans cette lecture des choses on comprend très bien le décalage entre l'intention affichée et la réalité, que vous identifiez. Dans le cas de Sarkozy et de Macron, on prend une posture de président américain. Ce n'est plus l'Elysée, c'est "West Wing". Et l'on va parler au Congrès.....

Jusque là, quels sont les moyens qu'Emmanuel Macron a mis en oeuvre pour amorcer ce renouvellement annoncé pendant sa campagne présidentielle ?

Emmanuel Macron a un indéniable sens stratégique. Il a choisi le bon moment pour démissionner du gouvernement ou pour annoncer sa candidature. Il a ignoré le système des primaires. En campagne, il a pris la gauche à contre-pied: elle pensait pouvoir dénoncer le méchant petit loup libéral et il a été étonnamment social-démocrate. Une fois élu, Macron s'est attaqué à la droite, avec un mélange de séduction et d'intimidation. Surtout, le nouveau président ne s'es pas laissé dicter les conditions du ralliement à En Marche, que les ralliés viennent de la gauche ou de la droite. Résultat: la grosse majorité qu'il a obtenue compte beaucoup de novices. Tout cela est le fait d'un manoeuvrier politique; cela ne nous dit pas si l'homme d'Etat va percer sous le politicien. Pour l'instant, on a vu essentiellement des postures: le hiératisme des sorties publiques avec une marche qui devient si lente qu'elle rappelle irrésistiblement la Marseillaise des années Giscard. La poignée de main virile à Trump; la leçon assénée en public à Poutine relèvent aussi de la posture, tout comme le renouveau proclamé de la relation franco-allemande. Où est la révolution dans les relations transatlantiques? Dans l'approche de la Russie? Dans la projection d'un renouveau franco-allemand au service de la zone euro? On est en fait à mi-chemin entre le pragmatisme de Sarkozy et l'euro-atlantisme de Hollande.  Macron est prisonnier du conservatisme des élites occidentales. Vous préférez parler de la politique scolaire? C'est l'une des parties les plus intelligentes du programme - mais budgétairement, comment allez-vous atteindre l'objectif annoncé de classes de douze élèves dans les zones à difficultés ?  Prenons l'assouplissement des règles sur le marché du travail: quel effet auront-elles dans un pays, comme la France, prisonnier du carcan qu'est l'euro? On peut multiplier les exemples et, de quelque côté qu'on se tourne, on se heurtera aux rigidités du système occidental, euro-américain, dans lequel la France a enfermé sa politique, toujours plus résolument, depuis 1983. 

 

Emmanuel Macron ne risque t il de se confronter à une déception des électeurs, entre un discours de transformation de la société, et une logique qui ne semble, pour le moment "que"' réformiste ?

Il faut dépersonnaliser. Je n'éprouve ni sympathie ni antipathie pour Macron. Je n'ai pas non plus de raison d'accabler ni d'aduler ses quatre prédécesseurs. Chacun a son tempérament mais le bilan est toujours le même: Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande ont été avant Macron des politiciens remarquables le temps d'une ou deux campagnes présidentielles puis ils ont connu la lente asphyxie causée par un carcan monétaire européen toujours plus resserré. La période Mitterrand, ce sont deux cohabitations avec, déjà, un effondrement du PS spectaculaire en 1993. Chirac n'a pratiqué la cohabitation qu'une fois mais pendant cinq ans; il n'a été réélu que parce qu'un premier ministre de cohabitation perd la présidentielle (1988, 1995, 2002). Sarkozy, rassembleur inspiré de la droite en 2007, s'est lui aussi usé, broyé par ce Minotaure dévoreur de majorités politiques successives qu'est l'euro. Pourquoi voulez-vous qu'il en soit autrement de Macron? Parce que droite et gauche se sont effondrées, qu'elles ne se redresseront sans doute pas immédiatement? Dans ce cas, Macron deviendrait, en 2022, le héraut du "parti de l'ordre" face à une ou plusieurs France insoumises? Dans ce scénario, le président français, qui a commencé par un discours "révolutionnaire", se serait révélé incapable du moindre réformisme et finirait sa carrière comme Monsieur Thiers, qui écrasa la Commune de Paris pour instituer une "République conservatrice" avec l'approbation de Bismarck.  Ce scénario n'est pas impossible. En même temps, ce que nous apprennent les trois précédents quinquennats, c'est que l'impopularité des présidents successifs était plus forte à chaque fin de mandat. J'anticipe plutôt une chute vertigineuse de Macron avant sa mi-mandat. Nous découvrirons alors s'il est capable de faire le choix inverse de Mitterrand: rendre à la France sa liberté monétaire pour assurer sa survie politique. 

 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
05.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
07.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait sale à cause du réchauffement climatique
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
06.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 27/06/2017 - 17:47
Il faut reconnaitre... que Macron a réussi parfaitement sa Fusa
C'est quoi une fusacq ?
kelenborn
- 27/06/2017 - 17:46
petit bras
Ben oui! Husson fait un peu "petit bras" à côté de cela dans le Figaro
Pour l'historien, directeur de recherche au CNRS et professeur au Centre de recherches politiques Raymond Aron, la vague macroniste a des airs de «tabula rasa» révolutionnaire et ferme un cycle politique ouvert il y a plus de deux siècles. L'historien c'est un certain Ran Halevy
Ne prenez pas cela pour le la flagornerie (d'ailleurs j'en sais rien car l'article est réservé aux abonnés), tenez le pour un chef d'oeuvre de la pensée visionnaire!!! Même Jesus doit trembler: il a tenu 2000 ans, le troisième Reich n'a fait qu'une dizaine d'année mais là, soyez en certains, même les enfants de Goldorak , sur l'exoplanete G 345pi vont étudier des le CM2 les aventures de Macroléon
C'est Napoléon, De Gaulle , Guy Mollet et même Albert Jaquard qui vont se retourner dans leur tombe ! Eux qui n'avaient pas compris que pour faire l'Histoire il suffisait de découvrir que les prolos du Nord sont des alcoolos! C'est à cela qu'on reconnait les visionnaires!
lasenorita
- 27/06/2017 - 14:30
''Divergence entre le discours et la réalité des actes''
Le troupeau de moutons, qui a voté pour l'illusionniste Macron, commence à réaliser qu'il a été berné... avec une Assemblée Nationale non représentative des Français: sur 47,5 millions de Français inscrits sur les listes électorales...25 millions d'électeurs n'ont pas accordé leurs voix aux candidats qui se présentaient....51,3% des Français ne sont pas allés voter;357.000 d'entre eux ont voté ''blanc'' et 156.000 ont vu leur vote compté nul.. Les candidats LREM ont été choisis par 16,55% des Français (7.826.432 voix) et ont obtenu 306 sièges de députés sur 577...c'est la ''démocratie'' à la sauce Macron...Macron qui est INCAPABLE de protéger les ''vrais'' Français de l'invasion islamique en France et des terroristes qui sont, tous les jours, bien accueillis par Macron et ses amis...voir https://www.youtube.com/watch?v=SEkCk0CMx7Y...mais les ''veaux'' de Français ont obéi aux merdias qui répétaient de ''faire barrage au F.N.'' et le dictateur Macron a été élu!...