En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Coup de comm

Quand Nicolas Hulot veut interdire la production (marginale) d’hydrocarbures en France….sans aucun effet sur le climat, mais avec un bel effet média

Publié le 24 juin 2017
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé ce vendredi vouloir interdire "tout nouveau permis d’exploitation d’hydrocarbures en France" d’ici à l’automne.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé ce vendredi vouloir interdire "tout nouveau permis d’exploitation d’hydrocarbures en France" d’ici à l’automne.

Atlantico : À l'occasion d'une interview donnée à BFMTV, Nicolas Hulot a déclaré souhaiter l'interdiction de "toute nouvelle exploration d'hydrocarbures sur les territoires métropolitains et les territoires d'outre-mer". Quelle est la portée d'une telle décision ? Quelles en seront les conséquences sur la question du climat en tant que tel ?

Stephan Silvestre : Cette mesure vise à marquer un cap dans la course de la France à transition énergétique. L’idée est tourner la page des hydrocarbures (pétrole, gaz naturel et charbon) pour passer à l’ère des énergies renouvelables. Toutefois, cette mesure restera purement symbolique pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la France est d’ores et déjà un pays qui ne produit quasiment plus d’hydrocarbures : la production de charbon est désormais nulle, celle de gaz naturel est infime (0,03 Mtep en 2015 pour une consommation de 36,5 Mtep) et celle de pétrole brut dérisoire (0,8 Mtep en 2015 pour une consommation de 77,2 Mtep). Par ailleurs, les permis d’exploitation ne sont pas visés pour le moment, mais seulement ceux d’exploration. Quant à l’impact climatique, il est tout simplement nul. La consommation française d’hydrocarbures ne sera pas affectée par cette mesure : le peu de production française sera, après l’épuisement des derniers gisements, remplacée par des importations. Quand bien même elle diminuerait, par exemple de 1%, cela n’entraînerait qu’une baisse des émissions de CO2 que de 3 Mt par an, soit 0,01% des émissions mondiales (33 Mdt/an), autant dire rien. 

Quelle est la cohérence de ce choix ? S'agit-il d'une conclusion logique aux décisions déjà prises par les exécutifs précédents ? Dans quelle logique Nicolas Hulot est-il entré ? Et quelles devraient être les prochaines décisions à venir ?

Pour dérisoire qu’elle soit, cette mesure a au moins une qualité, celle de la cohérence. Elle s’inscrit dans la poursuite et le renforcement des mesures des précédents gouvernements. La loi de juillet 2011, voulue par Nicolas Sarkozy et confirmée sous la présidence Hollande, visait à interdire l’utilisation de la fracturation hydraulique sur le territoire français. Cette loi était doublement hypocrite : d’une part parce qu’elle n’empêchait pas la consommation de gaz ou d’huiles de schiste importés et d’autre part parce qu’il s’agissait surtout de contenter des mouvements qui s’opposent, au travers de la fracturation hydraulique, à la consommation d’hydrocarbures tout court. Avec cette décision, Nicolas Hulot a au moins le mérite d’être clair : l’ennemi ce sont les hydrocarbures, en raison de leurs émissions nocives, et non la technique utilisée pour les extraire. Dans cette logique, on peut s’attendre à ce qu’il cherche maintenant à frapper la consommation, même s’il s’est contenté d’annoncer, pour le moment, une simple convergence de la fiscalité entre le diesel et l’essence (convergence qui avait déjà été planifiée par le précédent gouvernement, mais qui sera accélérée). Toutefois, les mesures coercitives n’ont qu’un impact limité sur la consommation. Celle-ci a bien diminué durant les dernières années (-15% en dix ans pour le pétrole, -9% pour le gaz naturel et -40% pour le charbon), mais cela est grandement dû à des progrès techniques : modernisation et baisse de la consommation du parc automobile, amélioration des chaudières de chauffage, meilleure isolation des bâtiments, mais aussi à la désindustrialisation de la France. Plutôt que de chercher une nouvelle fois à frapper les consommateurs, espérons que notre ministre se focalisera davantage sur l’encouragement à l’innovation dans les domaines stratégiques (propulsion électrique ou à hydrogène, stockage de l’électricité, génie génétique pour les agrocarburants…), d’autant plus que ces innovations peuvent avoir une portée mondiale. 

Pour revenir à la production d'hydrocarbures en France, quels sont les territoires concernés ? Quel impact pourrait avoir cette décision pour les producteurs ?

La production française se fait actuellement toujours dans les bassins parisien et aquitain. Pour le moment, cette production n’est pas visée. En dehors de ces régions, l’exploration concerne surtout la Guyane. Il paraît clair que l’exploitation ne se fera pas dans ces régions. Le chiffre d’affaires de cette activité était de 330 M€ en 2014, ce qui est assez modeste. Il est certain que les producteurs n’engageront plus d’investissements en France, pour se concentrer sur des territoires plus propices. Ils n’avaient d’ailleurs pas attendu Nicolas Hulot, puisque les investissements d’exploration étaient déjà en chute libre depuis 2013. La Guyane devra se faire une raison. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

03.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

04.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

07.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 25/06/2017 - 09:35
Faut pas pleurer !
Quand les musulmans seront au pouvoir en France, nous aurons un ministre de l’énergie et de l’environnement qui fera exploiter les gaz de schiste et reprendre l’exploration pétrolière autour de nos iles. Ce sera mieux que Hulot l’incapable et débile notoire !
cloette
- 24/06/2017 - 16:36
Les gaz de schiste
il faut les exploiter, évidemment !
kelenborn
- 24/06/2017 - 15:53
ouais
Oui mais
1. L'auteur ne parle pas des gaz de schiste dont la France possède les plus grosses réserves en Europe avec la Pologne. Les exploiter permettrait d'alléger la facture extérieure mais on va préférer, en bon escrologiste qu'est Hulot aller piquer le pèse dans la poche des contribuables.
2Se libérer des hydrocarbures est une bonne idée , pas pour les raisons invoquées par l'escrologie réchauffiste mais, tout simplement pour éviter d'avoir à donner du pèse à des pays aussi sympathiques que l'Arabie, l'Iran, l'Algerie et tutti quanti voire en plus conserver les dits hydrocarbures pour un usage plus intelligent que nourrir les moteurs des bagnoles!
Soit, mais l'auteur a raison: c'est sur l'hydrogene qu'il faut parier mais....cela désespérerait Gaia et ne fournirait pas l'escrhulot en pépettes