En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 2 heures 48 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 8 heures 32 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 1 jour 2 heures
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Crises migratoires

"Accueillir des réfugiés car c'est notre tradition et notre honneur" : 56% des Français n'y sont pas favorables

Publié le 24 juin 2017
"Nous devons accueillir des réfugiés car c'est notre tradition et notre honneur", a déclaré Emmanuel Macron vendredi au Conseil européen. Mais malgré les beaux discours du président, il y a toujours une majorité de Français qui ne sont pas disposés à accueillir les migrants, selon un sondage Ifop pour Atlantico.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Tribalat est démographe, spécialisée dans le domaine de l'immigration. Elle a notamment écrit Assimilation : la fin du modèle français aux éditions du Toucan (2013). Son dernier ouvrage Statistiques ethniques, une querelle bien française...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Michèle Tribalat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Tribalat est démographe, spécialisée dans le domaine de l'immigration. Elle a notamment écrit Assimilation : la fin du modèle français aux éditions du Toucan (2013). Son dernier ouvrage Statistiques ethniques, une querelle bien française...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Nous devons accueillir des réfugiés car c'est notre tradition et notre honneur", a déclaré Emmanuel Macron vendredi au Conseil européen. Mais malgré les beaux discours du président, il y a toujours une majorité de Français qui ne sont pas disposés à accueillir les migrants, selon un sondage Ifop pour Atlantico.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements à retenir de ce sondage ? 

Jérôme Fourquet : D'abord il faut apporter du contexte. Nous sommes dans une crise migratoire qui dure depuis trois ou quatre ans en Europe. Avec des phases d'accalmie mais cette question de l'accueil des migrants est toujours là. Bien évidemment depuis le printemps dernier la route des Balkans a été fermée mais les traversées en méditerranée, les drames et les naufrages ne se sont pas interrompus pour autant.D'autres routes migratoires ont pris le dessus, notamment entre la Libye et l'Italie, sont très utilisées et les statistiques dont on dispose montrent que l'année dernière bien que les arrivées soient moindres,l'emprunt par les migrants de cette route de méditerranée centrale a explosé. Le problème n'est pas réglé a nos frontières, et se pose aussi dans d'autres pays européens. 

L'Allemagne doit absorber et gérer le stock d'arrivée massive de 2015 de migrants (plus d'un million), sur l'année 2016 on est à 250/300 000. En Italie tous les jours des gens arrivent sur le territoire également. En France, qui est le pays le moins concerné des trois, on voit bien que cette problématique se ravive périodiquement avec plusieurs points de fixation, la frontière italienne entre Vintimille et Menton, également dans le Nord de Paris où de très nombreux articles expliquent qu'on a un engorgement des structures d'accueil avec un schéma qui se répète de manière récurrente : on créé une structure qui est débordée au bout de deux ou trois semaines, qui pose des problématiques humanitaires et sécuritaires dans ces quartiers et provoque des débats sur la question de la mixité, les harcèlements de rue etcetc… 

Puis il y a Calais avec le démantèlement de la jungle, une situation en surface apparemment maitrisée depuis la fin de l'année dernière mais il y a un report d'une partie des migrants avec la ville de Grande-Synthe où a eu lieu l'incendie à quelques jours de la présidentielle. Sur place on assiste à un retour des migrants dans le Calaisis, plusieurs centaines selon les associations et les forces de l'ordre avec la préfecture font tout leur possible pour que ce soit le moins visible et qu'il n'y ait pas de reconstitution de campements.

Cette question des migrants est donc moins brûlante mais il y a des résurgences manifestes et on a l'impression que c'est un éternel recommencement malgré le fait que la France soit moins exposée au phénomène que l'Italie ou l'Allemagne. Quand on regarde comment les choses se structurent, on voit qu'il y a des positions très divergentes entre les pays. La France est le pays qui accueille le moins de migrants et est le moins disposée à une répartition par rapport à ses deux voisins qui eux sont les pays qui en accueillent le plus et qui sont le plus disposés à une répartition. La question posée aux sondés est "Etes-vous favorable ou opposé à ce que les migrants qui arrivent par dizaines de milliers sur les côtes grecques et italiennes soient répartis dans les différents pays d’Europe et à ce que [le pays de l’interviewé] en accueille une partie ?".  En Allemagne et en Italie lorsque l'on pose la question, les interviewés entendent surtout "voulez-vous partager le fardeau avec les voisins" alors qu'en France on entend plus "êtes-vous prêts à en accueillir pour décharger vos voisins? ". Dans ce cas-là on comprend que les Allemands et les Italiens soient plus favorables que les Français à répondre "oui" compte tenu des positions respectives de ces pays vis-à-vis de cette problématique.

 

En termes d'évolution là on est sur quelque chose d'assez commun, une érosion de la propension à l'accueil  et à la répartition en Allemagne (-9) et en Italie (-7). C'est une baisse qui n'est pas anecdotique alors même que l'ampleur du phénomène migratoire n'est pas du tout le même par rapport à l'automne 2015. Qu'est ce qui peut expliquer cette érosion ? Peut-être le fait de s'apercevoir que cela ne va pas se régler aussi facilement que cela car après l'accueil il faut intégrer, traiter les demandes, éduquer, scolariser… C'est un travail colossal qui peut démoraliser une partie des Allemands. Il y a un autre paramètre qui joue, entre mars 2016 et aujourd'hui, c'est le fait que l'Allemagne a essuyé des attaques terroristes dont plusieurs ont été perpétrées par des migrants ou par des infiltrés parmi les migrants. Tout cela peut peser sur les prédispositions à l'accueil.

En Italie, cela baisse également mais ce n'est pas tant à cause de la menace terroriste que la permanence de cette situation qui s'installe et devient récurrente. Autant les "robinets" ont été fermés dans la mer Egée, mais c'est quand même tous les jours des centaines de migrants qui doivent être pris en charge par les autorités. 

En France on voit que l'adhésion a un peu repris des couleurs, on est à 44% de favorables mais cela demeure toujours fortement négatif (56%). Gérard Collomb en visite à Calais hier a rappelé la ligne gouvernementale de la fermeté absolue avec comme hantise la recréation d'un campement. 

Michèle Tribalat : En Allemagne, le pic de l’enthousiasme a correspondu à septembre 2015 après la mort du petit Aylan sur les côtes turques : 79 % des Allemands sont alors d’accord pour qu’on répartisse les migrants qui arrivent entre les divers pays européens et pour en accueillir une partie. C’était le début de la grande vague migratoire déclenchée par le discours d’Angela Merkel. Rappelez-vous, c’était le 31 août : « Le monde voit dans l’Allemagne une terre d’espoir et d’opportunités. Et ce ne fut pas toujours le cas ». Tout le monde comprend alors, en Allemagne et ailleurs, qu’Angela Merkel fait référence à l’époque nazie. Beaucoup d’Allemands se sont alors mobilisés avec enthousiasme pour être à la hauteur. Mais la proportion d’Allemands répondant favorablement à l’accueil des migrants a quand même perdu 18 points de pourcentage en moins de deux ans. 

Cependant, la question posée comporte une part d’ambiguïté. On demande aux Européens s’ils sont d’accord pour se partager le fardeau et les Allemands, mais surtout les Italiens, ne peuvent qu’être d’accord avec cette proposition pour alléger la charge qui pèse sur eux. Mais on leur demande aussi s’ils sont d’accord pour en prendre une partie. C’est vague, une partie. C’est combien ? Les Français sont plus réticents car ils constatent la diffusion des arrivées en Europe chez eux, avec des campements à Calais et ailleurs auxquels ils ont du mal à se faire. Ils préfèreraient sans doute échapper à la décision européenne sur la répartition des migrants telle qu’elle a été déjà prise au plus fort de la crise. Et, on l’a vu, il n’est pas forcément facile d’obliger des migrants à aller dans un pays alors qu’ils sont venus avec un projet en tête. Les habitants du Calaisis sont bien placés pour le savoir. Les Allemands et les Italiens ont déjà beaucoup de migrants « sur les bras » et aimeraient les partager. Les Français qui en ont moins préfèreraient y échapper. 

Le dernier sondage IFOP réalisé pour Atlantico juste après le démantèlement de la jungle de Calais sur le même thème de l'accueil des migrants avançait les mêmes chiffres que la présente enquête. Une hausse par rapport aux sondages antérieurs qui pousse à poser la question : est-ce que le fait d'être favorable vis-à-vis de l'accueil des migrants n'est pas conditionné au degré de contrôle des pouvoirs publics sur le phénomène ? 

Jérôme Fourquet : C'est une question de contrôle et de perte de contrôle. Ce qui angoisse les opinions publiques européennes à travers la question du terrorisme comme à travers la question de la crise des migrants c'est d'avoir la sensation que les Etats ne maitrisent plus une situation et qu'elle échappe à tout contrôle. D'où la problématique des frontières qui est commune à ces deux crises. La notion de frontière (tant en termes d'entrées que de sorties) est fondamentale car à travers elle c'est la question du contrôle régalien sur un territoire. 

On peut faire un parallèle avec la question des violences urbaines, il y a beaucoup de gens qui se disent que la police ne va plus dans certains quartiers et c'est une source d'angoisse. 

Pour la crise migratoire l'idée est d'accueillir des migrants dans des volumes que l'on va pouvoir gérer avec des structures d'accueil qui ne soient pas saturées dès qu'elles sont ouvertes et d'instaurer un processus encadré. La hantise c'est l'emballement et le dérapage.  

Michèle Tribalat : On s’est beaucoup félicité de l’évacuation de la jungle de Calais sur le moment. Mais on sait maintenant que des migrants reviennent ou viennent à nouveau dans le coin. Donc, la maîtrise du phénomène est encore à démontrer. Le développement de barrages sur l’autoroute, avec la mort d’un chauffeur de camion mardi dernier a sans doute encore rafraichi les bonnes volontés. Il y a donc une fluctuation des réponses à ce type de sondage en fonction des événements, mais les Français restent majoritairement opposés  à la répartition des migrants qui débarquent sur les côtes européennes. C’est seulement après la diffusion des photos sur le petit Aylan que la proportion de Français favorables à une répartition des migrants a frisé les 50 %. Quand ils répondent ce qu’ils répondent, on peut supposer que les Français souhaitent échapper à la déferlante. Répartir les migrants ce n’est pas maîtriser les flux migratoires. Ça peut même être compris comme étant tout le contraire : se faire à ce qui nous arrive.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 04/07/2017 - 11:17
Réfugiés de quoi ????
de guerre, il n'y a pas de guerre en Afrique de l'Ouest ni au nord d'ailleurs.
Que micron les accueille chez lui et ses copains bobos..
Qu'il fiche la paix aux riens
jurgio
- 26/06/2017 - 14:38
Ouvrir le livre des actions de grâce
suffit à nos politicards (pour se faire absoudre ?) et réciter ses adages pour se glorifier. Il n'y a pas loin de l'honneur espéré au déshonneur gagné.
goethe379
- 26/06/2017 - 10:51
40 ans
Cela fait 40 ans que l'Afrique se déverse chez nous et on ose dire que nous acceptons trop peu d'immigré. On a déjà donné. Aux autres s'ils le veulent mais chez nous c'est fini. ça déborde déjà.