En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 2 heures 57 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 3 heures 34 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 5 heures 30 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 6 heures 47 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 8 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 11 heures 20 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 3 heures 11 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 4 heures 38 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 6 heures 8 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 9 heures 11 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 9 heures 40 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 11 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Sauvetage

Pourquoi les rapports du Conseil d'orientation des retraites ne sont d'aucune utilité pour comprendre les réformes dont nous avons vraiment besoin

Publié le 21 juin 2017
Ce mardi 20 juin, le Conseil d'orientation des retraites publiait ses perspectives financières, en pointant une dégradation de la situation et un besoin de financement de 9 milliards d'euros d'ici à 2020.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi 20 juin, le Conseil d'orientation des retraites publiait ses perspectives financières, en pointant une dégradation de la situation et un besoin de financement de 9 milliards d'euros d'ici à 2020.

Atlantico : En quoi ces nouvelles prévisions peuvent-elles modifier le besoin de réformes du pays ? Avec quelles conséquences pour les ambitions d'Emmanuel Macron ?

Jacques Bichot : Les rapports du COR se suivent à un rythme soutenu. Souvent un rapport récent confirme, en l’infléchissant un peu, un rapport antérieur, mais cette fois il s’agirait – selon les informations qui ont filtré, car tandis que j’écris le COR est encore en train d’examiner le projet soumis à ses membres par son secrétariat général (son équipe de permanents) – d’une modification importante : en décembre 2014, l’actualisation des projections à l’horizon 2020 présentait une perspective d’amélioration (par rapport aux projections 2012) du solde financier annuel de 0,6 point de PIB en 2020, et 1point en 2030 ; tandis que cette année la révision a lieu à la baisse : avec des hypothèses médianes pour les évolutions démographiques et économiques, le déficit du système en 2021 atteindrait 0,4 points de PIB au lieu de 0,2.

Il serait ridicule de se baser sur ces projections pour modifier les projets de réforme systémique du système de retraites annoncés par E. Macron lors de la campagne présidentielle. Ces projets visent à passer d’une multiplicité de régimes (3 douzaines au total), les uns par annuités, les autres par points, à un régime unique, par points, et plus précisément par comptes notionnels, comme en Suède. Il s’agit là d’une réforme du mode de fonctionnement du système, et non pas d’un ajustement paramétrique comme toutes les soi-disant réformes réalisées depuis 1993. Cette réforme structurelle devrait sensiblement améliorer la gouvernabilité du système ; le fait que les prévisions à moyen terme soient fluctuantes est une raison de plus pour disposer de leviers de commande pratiques et efficaces, comme il est facile d’en avoir dans les régimes par points.

Si les ambitions du Président Macron pour la modernisation de la France sont réelles, il maintiendra le cap en ce qui concerne la réforme des retraites par répartition, ou mieux, il ira encore plus loin, dans le sens de ce que j’ai proposé il y a quelques mois dans La retraite en liberté– ouvrage paru en janvier au Cherche-Midi. Car pour l’instant le projet Macron n’intègre pas le moteur économique de la retraite par répartition, à savoir l’investissement dans la jeunesse, ce qui le rend grandement perfectible.

Quel crédit donner à de telles perspectives ? En constatant que les chiffres puissent aboutir à des contextes très différents sur le long terme à la faveur de "données" pour le moins volatiles d'une année à l'autre, à quoi faut il s'attendre sur le long terme concernant les retraites ? Des changements majeurs sont ils encore à attendre ?

Les rapports du COR n’ouvrent aucune perspective digne de ce nom. Cette institution réalise des projections selon des scénarios mécaniques, sans pratiquer une véritable analyse économique, organisationnelle et managériale. Peut-être y a-t-il parmi ses membres et au sein de son staff des personnes qui savent comment fonctionne, économiquement, la retraite par répartition, mais ça ne se voit pas. On ne peut pas compter sur cette institution, telle qu’elle fonctionne actuellement et depuis son origine, pour imaginer, présenter, et faire valider par les décideurs politiques, la réforme structurelle du système français de retraites par répartition dont notre pays a le plus grand besoin. Des changements majeurs sont nécessaires ; ce n’est pas en ressassant des interrogations sur le point de savoir si en 2020 ou 2030 il y aura, en l’absence d’utilisation des commandes existantes, un petit peu plus ou un petit peu moins de déficit, que la France avancera.

Emmanuel Macron a évincé bon nombre d’hommes politiques aux idées racornies ; il lui revient maintenant de prouver qu’il n’est pas, comme beaucoup des sortants qu’il a sorti, un homme dont l’esprit s’habille en prêt-à-porter intellectuel. La réforme des retraites, qui requiert de l’imagination, de la hauteur de vue, la capacité de sortir des sentiers battus, sera à cet égard un test décisif.

Au delà des réformes concernant spécifiquement les retraites, quels sont les enjeux pour le pays pour retrouver une situation pérenne ? La croissance n'est elle pas la première priorité pour en arriver à une stabilisation de la situation ?

La croissance économique est en effet hautement souhaitable, mais l’obtenir dépend de notre capacité à réaliser des réformes de grande envergure. Celle des retraites est très importante, mais elle n’est pas la seule ! Déjà, dans le domaine de la protection sociale, nous avons un travail considérable à réaliser pour nous doter des idées qui nous permettraient de sortir des ornières où nous nous enlisons. Par exemple, notre pays n’a pas de véritable marché du travail, parce que le salaire brut, celui qui apparaît dans les contrats de travail, n’est en aucune manière le prix réel du travail. Celui-ci est beaucoup plus proche du salaire super-brut, c’est-à-dire le salaire brut plus les cotisations sociales patronales. Basculer l’ensemble de ces cotisations patronales sur les cotisations salariales, ce qui serait facile à faire sans modifier ni le salaire net, ni le coût du travail pour l’employeur, ni les recettes de la sécurité sociale, nous débarrasserait de quantité de faux problèmes. Le « hic » est que nos idées sont formatées par un prêt-à-penser qui ne tient pas debout : c’est à cause de cette prégnance du politiquement correct que non seulement notre pays, mais aussi beaucoup d’autres et finalement notre planète, sont en difficulté pour préparer leur avenir.

Le but ne peut pas être « une situation pérenne » ni « une stabilisation de la situation », car la vie est mouvement, évolution – c’est d’ailleurs ce qui la rend passionnante. De grands progtès ont été réalisés dans certains domaines, le plus souvent liés à la science et à la technique. En revanche, nous sommes très en retard pour nos institutions, notre organisation politique. Presque tout le monde a internet, mais si le mouvement se poursuit presque personne n’ira plus voter : c’est le signe du retard du politique sur la technique. Rendre le système politique, y compris le système de sécurité sociale, aussi créatif que le système scientifique et technique, tel devrait être notre but.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 22/06/2017 - 10:48
A propos des coefficients dits « de revalorisation » :
Pour se faire une opinion concernant ces coefficients:
http://www.leparticulier.fr/jcms/c_57193/retraite-revalorisation-des-salaires-de-reference-2013
Si nous examinons par exemple, l’écart entre le plafond 2016 de 38 616 euros, et le plafond de 2002 de 28224 Euros qui est revalorisé à 33643 euros, nous constatons que le salaire sous plafond de l’année 2002 est dévalué de 4973 euros, soit 14,8 %.
Les écarts peuvent atteindre - 30 à - 35 % pour les salaires des années 80. C’est une honte. Cela a pu se trouver compensé par l’arrivée des cotisations relevant du régime ARRCO, mais le compte n’y est probablement pas. Pourquoi avoir alors maintenu ce système bancal, sinon pour masquer l’arnaque ?
Il faut aussi savoir que les confédérations syndicales étaient restées jusqu’à très récemment aux ordres des représentants d’organes « publics ». Tout cela trouve son origine dans une dispersion savamment orchestrée à partir du milieu du siècle dernier.
Une autre anomalie: seuls les salaires soumis à cotisations sont pris en compte pour établir les « salaires annuels revalorisés ». Les années contenant des périodes de chômage (absence de cotisation) sont ainsi de mauvaises années.
Papy Geon
- 22/06/2017 - 10:14
A propos de la pension de retraite dite « de base » :
Cette remarque est relative aux personnes salariées relevant du régime dit "général". Car il existe une foultitude de régimes, cette profusion ayant permis à de nombreux gestionnaires de vivre sur la bête. Les personnes qui participent au COR brassent de l’air depuis toujours, les doigts pointés sur la ligne d’horizon des pensions dites « complémentaires » de l’AGIRC et de l’ARRCO, et maintiennent un système qui masque soigneusement le marigot mathématique du calcul de la pension dite « de base ». Car la méthodologie de calcul de cette pension « de base » est devenue une arnaque. Le commun des mortels est incapable de calculer sa future pension. Le chiffre de 50 % que l’on fait miroiter dans la formule est une illusion bien entretenue depuis plusieurs décennies.
Un fait caractéristique : il est impossible d’obtenir aujourd’hui une retraite de base de la CNAV supérieure à 40% du plafond actuel. C’est mathématique, car la conséquence de l’utilisation de « coefficients de revalorisation des 25 meilleures années ». Les nouveaux retraités, quels que soient leurs anciens salaires d’activité, « tombent de l’armoire » lorsqu’ils prennent connaissance du montant qui va leur être accordé.