En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 1 min 4 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 3 heures 12 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 4 heures 42 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 42 sec
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 7 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 5 heures 26 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 26 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 19 heures 43 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 21 min 36 sec
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 2 heures 45 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 3 heures 59 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 1 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 5 heures 17 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 5 heures 38 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 20 heures 42 min
Gang des postiches

Propécia : pourquoi les patients sont-ils prêts à risquer l'impuissance pour ne pas devenir chauves ?

Publié le 13 mars 2012
D'après Le Parisien, des centaines d'hommes en France et aux Etats-Unis se disent victimes des effets secondaires irréversibles du Propecia. Le patient est-il bien informé des effets secondaires de ses traitements ?
Sylvie Fainzang
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Fainzang est anthropologue et directeur de recherche à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Elle a publié "La relation médecins-malades : information et mensonge" (Puf - 2006).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après Le Parisien, des centaines d'hommes en France et aux Etats-Unis se disent victimes des effets secondaires irréversibles du Propecia. Le patient est-il bien informé des effets secondaires de ses traitements ?

Que vous évoque ce cafouillage de l'Afssaps pour le Propécia, ce médicament contre la chute de cheveux mais qui provoquerait selon certains médecins des cas d'impuissance irréversible ?

Sylvie Fainzang : J'ai entendu pendant des années que ce type de produits pouvaient entraîner une baisse de la libido . Mais ceci n'a rien à voir avec une « impuissance irréversible » comme c'est dit aujourd'hui. C'est là que l'information doit être très claire car certains patients peuvent considérer dans ce cas qu'une baisse de la libido seulement n'est pas très grave et  n'a rien à voir avec des « troubles irréversibles »...

Le problème est que l'industrie pharmaceutique doit vendre ses produits, ce qui l'amène à vouloir produire produise une information qui ne soit pas trop effrayante. Alors, elle va dire (pour respecter la législation) sans vraiment dire (pour ne pas dissuader les patients de prendre le médicament en question) pour préserver les objectifs commerciaux du laboratoire. Et les médecins ont également une responsabilité dans la manière dont ils vont relayer l'information.

Dire, par exemple, qu'il y a des « troubles persistants des fonctions sexuelles » relève typiquement d'un manque de clarté. Certains l'interprèteront comme une baisse de la libido et d'autres comme un trouble de la fonction érectile ad vitam aeternam.

Nous ne sommes donc pas bien informés par les notices des médicaments ?

L'information doit être claire et la plus transparente possible, à la fois de la part de l'Afssaps (l'Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé), de l'industrie (sur les notices) mais aussi de la part des médecins. La responsabilité est donc partagée. Si la notice n'est pas suffisamment claire, c'est que l'information est mal faite.

Mais même quand  les notices sont claires, dans le cas d'un médicament comme celui-ci, il faudrait faire des enquêtes précises pour savoir dans quelles conditions il a été prescrit. Et comment le médecin l'a présenté. Le médecin n'a-t-il pas annulé l'information sur le risque en cherchant à rassurer le patient ?

Après avoir observé de nombreuses consultations, je me suis rendu compte de l'impact des paroles des médecins. C'est le cas, par exemple, lorsqu'un médecin veut rassurer son patient en lui disant que tel ou tel effet secondaire ne se produit qu'une fois sur 100 000, alors qu'il s'avère qu'il est beaucoup plus fréquent ! Je crois qu'on ne mesure pas assez l'impact de la parole du médecin au patient.

Par exemple, j'ai été très frappée de voir, lors de mes enquêtes, un médecin expliquer d'abord à son patient que le médicament original et son générique avaient le même principe actif, mais qui ensuite lui demandait s'il préférait qu'il lui prescrive « le vrai médicament » ! L'emploi d'un terme ou d'un autre terme produit des effets dans la tête du patient qui peuvent être tout à fait contraires aux effets que le médecin lui-même recherche...


Ces conseils du praticien pourraient être plus entendus que les conseils de l'Assfaps ?

Cela dépend des patients. C'est un ensemble de facteurs qui vont construire l'information que le patient a sur un médicament. Le savoir qu'il se forge sur un médicament se construit de bribes d'informations obtenues à la fois sur la notice pharmaceutique, auprès de son médecin, à partir de ce qu'il aura éventuellement lu sur Internet, etc.

Pensez-vous que le patient soit conscient des risques encourus mais qu'il les oublie pour ne se focaliser que sur les effets « bénéfiques » du médicament - une sorte de déni ?

Je ne sais pas si on peut l'affirmer car tout comme le déni (quand on dit que le patient ne veut pas entendre certaines choses et qu'il n'entend que ce qu'il veut), j'ai pu observer que dans un grand nombre de cas où l'on évoque le déni, les informations ne sont tout simplement pas données par le médecin. Alors, le déni existe. Mais il faut vraiment le documenter et l'objectiver.

Dans le cas du Propécia, le patient peut-il prendre le risque d'effets secondaires dommageables pour de simples améliorations esthétiques – en d'autres termes, peut-il risquer d'être malade pour être beau ?

On note plusieurs dimensions dans cette question. D'abord, cela dépend comment le médecin et la notice présentent la chose. Si on dit au patient que le risque est extrêmement limité et qu'il ne concerne qu'un cas sur des centaines de milliers, par exemple, il est assez facile de comprendre que le patient fasse le choix de prendre un médicament qui va lui apporter un bénéfice sur un autre plan.

Peut-on dire que c'est « seulement » être beau ou n'est-ce pas pour certains patients le moyen de régler un problème plus sérieux qui va être de remedier à un très gros complexe et améliorer sa manière d'avoir des relations autour de lui. Il est extrêmement difficile de porter un jugement sur les choix qu'il va faire ? Les choix qu'il fait résulte d'un calcul des risques. Il ne fait que peser les différents risques et les différents bénéfices qu'il peut attendre d'un médicament, en fonction de toute l'information dont il dispose.

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cappucino
- 13/03/2012 - 17:14
ben je suis tout seul.
Il n'y a pas de chauve sur atlantico? Ou alors ils sont tous en train de courir chez leur médecin.
cappucino
- 13/03/2012 - 09:29
C'est de la baise programmée?
des pilules de Propécia pour attirer, du viagra, cialis ou autres pour la sexualité. C'est y pas beau tout cela. Plus la pilule pour dormir, celle pour se lever, celle pour se concentrer, pour maigrir, pour avoir des enfants ou ne pas en avoir...

Ils ont de beaux jours devant eux les laboratoires pharmaceutiques.