En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 9 heures 24 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 9 heures 57 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 11 heures 44 sec
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 12 heures 41 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 15 heures 51 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 16 heures 40 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 9 heures 39 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 10 heures 23 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 47 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 15 heures 44 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 16 heures 2 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 40 min
Gang des postiches

Propécia : pourquoi les patients sont-ils prêts à risquer l'impuissance pour ne pas devenir chauves ?

Publié le 13 mars 2012
D'après Le Parisien, des centaines d'hommes en France et aux Etats-Unis se disent victimes des effets secondaires irréversibles du Propecia. Le patient est-il bien informé des effets secondaires de ses traitements ?
Sylvie Fainzang est anthropologue et directeur de recherche à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Elle a publié "La relation médecins-malades : information et mensonge" (Puf - 2006).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Fainzang
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Fainzang est anthropologue et directeur de recherche à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Elle a publié "La relation médecins-malades : information et mensonge" (Puf - 2006).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après Le Parisien, des centaines d'hommes en France et aux Etats-Unis se disent victimes des effets secondaires irréversibles du Propecia. Le patient est-il bien informé des effets secondaires de ses traitements ?

Que vous évoque ce cafouillage de l'Afssaps pour le Propécia, ce médicament contre la chute de cheveux mais qui provoquerait selon certains médecins des cas d'impuissance irréversible ?

Sylvie Fainzang : J'ai entendu pendant des années que ce type de produits pouvaient entraîner une baisse de la libido . Mais ceci n'a rien à voir avec une « impuissance irréversible » comme c'est dit aujourd'hui. C'est là que l'information doit être très claire car certains patients peuvent considérer dans ce cas qu'une baisse de la libido seulement n'est pas très grave et  n'a rien à voir avec des « troubles irréversibles »...

Le problème est que l'industrie pharmaceutique doit vendre ses produits, ce qui l'amène à vouloir produire produise une information qui ne soit pas trop effrayante. Alors, elle va dire (pour respecter la législation) sans vraiment dire (pour ne pas dissuader les patients de prendre le médicament en question) pour préserver les objectifs commerciaux du laboratoire. Et les médecins ont également une responsabilité dans la manière dont ils vont relayer l'information.

Dire, par exemple, qu'il y a des « troubles persistants des fonctions sexuelles » relève typiquement d'un manque de clarté. Certains l'interprèteront comme une baisse de la libido et d'autres comme un trouble de la fonction érectile ad vitam aeternam.

Nous ne sommes donc pas bien informés par les notices des médicaments ?

L'information doit être claire et la plus transparente possible, à la fois de la part de l'Afssaps (l'Agence française pour la sécurité sanitaire des produits de santé), de l'industrie (sur les notices) mais aussi de la part des médecins. La responsabilité est donc partagée. Si la notice n'est pas suffisamment claire, c'est que l'information est mal faite.

Mais même quand  les notices sont claires, dans le cas d'un médicament comme celui-ci, il faudrait faire des enquêtes précises pour savoir dans quelles conditions il a été prescrit. Et comment le médecin l'a présenté. Le médecin n'a-t-il pas annulé l'information sur le risque en cherchant à rassurer le patient ?

Après avoir observé de nombreuses consultations, je me suis rendu compte de l'impact des paroles des médecins. C'est le cas, par exemple, lorsqu'un médecin veut rassurer son patient en lui disant que tel ou tel effet secondaire ne se produit qu'une fois sur 100 000, alors qu'il s'avère qu'il est beaucoup plus fréquent ! Je crois qu'on ne mesure pas assez l'impact de la parole du médecin au patient.

Par exemple, j'ai été très frappée de voir, lors de mes enquêtes, un médecin expliquer d'abord à son patient que le médicament original et son générique avaient le même principe actif, mais qui ensuite lui demandait s'il préférait qu'il lui prescrive « le vrai médicament » ! L'emploi d'un terme ou d'un autre terme produit des effets dans la tête du patient qui peuvent être tout à fait contraires aux effets que le médecin lui-même recherche...


Ces conseils du praticien pourraient être plus entendus que les conseils de l'Assfaps ?

Cela dépend des patients. C'est un ensemble de facteurs qui vont construire l'information que le patient a sur un médicament. Le savoir qu'il se forge sur un médicament se construit de bribes d'informations obtenues à la fois sur la notice pharmaceutique, auprès de son médecin, à partir de ce qu'il aura éventuellement lu sur Internet, etc.

Pensez-vous que le patient soit conscient des risques encourus mais qu'il les oublie pour ne se focaliser que sur les effets « bénéfiques » du médicament - une sorte de déni ?

Je ne sais pas si on peut l'affirmer car tout comme le déni (quand on dit que le patient ne veut pas entendre certaines choses et qu'il n'entend que ce qu'il veut), j'ai pu observer que dans un grand nombre de cas où l'on évoque le déni, les informations ne sont tout simplement pas données par le médecin. Alors, le déni existe. Mais il faut vraiment le documenter et l'objectiver.

Dans le cas du Propécia, le patient peut-il prendre le risque d'effets secondaires dommageables pour de simples améliorations esthétiques – en d'autres termes, peut-il risquer d'être malade pour être beau ?

On note plusieurs dimensions dans cette question. D'abord, cela dépend comment le médecin et la notice présentent la chose. Si on dit au patient que le risque est extrêmement limité et qu'il ne concerne qu'un cas sur des centaines de milliers, par exemple, il est assez facile de comprendre que le patient fasse le choix de prendre un médicament qui va lui apporter un bénéfice sur un autre plan.

Peut-on dire que c'est « seulement » être beau ou n'est-ce pas pour certains patients le moyen de régler un problème plus sérieux qui va être de remedier à un très gros complexe et améliorer sa manière d'avoir des relations autour de lui. Il est extrêmement difficile de porter un jugement sur les choix qu'il va faire ? Les choix qu'il fait résulte d'un calcul des risques. Il ne fait que peser les différents risques et les différents bénéfices qu'il peut attendre d'un médicament, en fonction de toute l'information dont il dispose.

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cappucino
- 13/03/2012 - 17:14
ben je suis tout seul.
Il n'y a pas de chauve sur atlantico? Ou alors ils sont tous en train de courir chez leur médecin.
cappucino
- 13/03/2012 - 09:29
C'est de la baise programmée?
des pilules de Propécia pour attirer, du viagra, cialis ou autres pour la sexualité. C'est y pas beau tout cela. Plus la pilule pour dormir, celle pour se lever, celle pour se concentrer, pour maigrir, pour avoir des enfants ou ne pas en avoir...

Ils ont de beaux jours devant eux les laboratoires pharmaceutiques.