En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 4 min 1 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 36 min 4 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 43 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 35 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 19 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 11 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 32 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 min 29 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 38 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 54 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 14 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 55 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 21 heures 11 min
Atlanti-culture

"Retour à Montauk" : des solitudes, jouets du temps et des souvenirs

Publié le 17 juin 2017
Gilles Tourman pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Tourman est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

CINEMA

RETOUR A MONTAUK

Allemagne/France/Irlande. Couleur. Drame de Volker Schlöndorff. Avec Stellan Skasgard, Nina Hoss, Susanne Wolff, Isi Laborde, Bronagh Gallagher, Malcolm Adams, Mathias Sanders, Niels Arestrup.

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME

Ecrivain, Max Zorn raconte (face public et spectateurs) l’agonie de son père et insiste sur l’importance d’agir en justesse avec sa vérité tant qu’il est temps. En fait, il lit un extrait de son dernier roman : l’histoire d’un échec amoureux, voici 17 ans. Prétendument fictif, ce dernier est en réalité autobiographique et Max manifeste la profonde nostalgie qui ne le quitte plus depuis. Alors qu’il se rend à une soirée avec sa compagne Clara et son attachée de presse Lindsey, il retrouve Walter, mécène et vieil ami d’enfance qui l’a initié à la littérature. Walter lui parle d’une certaine Rebecca, ex amie commune devenue avocate riche et réputée. Pour Max, cette dernière est surtout cette femme qu’il regrette d’avoir quittée. Grâce à son assistante Lindsey, il parvient à remonter jusqu’à elle. Non sans difficultés, il finit par obtenir d’elle de passer ensemble le samedi à Montauk, station balnéaire à 130 km de New York, liée à leur passé…

POINTS FORTS

“Qui es-tu ?” demandent Clara et Rebecca à Max en des situations et des moments différents. “Qu’attends-tu de moi ?” insiste même Clara. Ces interrogations, d’une apparente banalité, nourrissent le fond de cette histoire romantique en diable, nostalgique sans être désespérée, aboutissant, comme il se doit, au constat que nous sommes des solitudes, jouets du temps et des souvenirs.

Le quasi octogénaire allemand aboutit à cette conclusion en parcourant avec une subtilité et une délicatesse éblouissantes le fil d’Ariane qui longe ce labyrinthe que forment le corps, le cerveau et le cœur où naissent et se construisent nos souvenirs affectifs. Et c’est en tout point une leçon.

Ici tout se joue dans les gestes. On retiendra, par exemple, ce moment où, à Montauk, alors que se noue la décision finale, la douceur désespérée avec laquelle Rebecca (magnifique Nina Hoss) caresse la joue de Max (puissant Skasgard) de ses doigts émergeant de la manche de son pull en laine blanc. Un sublime instant de sensualité.

Dans cette trame opposant (rapprochant ?) un ténor de l’écrit et une virtuose du verbe, chacun accepte de vivre et redonner vie à ce qu’il sait par avance devoir échouer. Non pour se mentir ou se jouer de l’autre. Mais, reprenant l’ouverture du film, pour trouver “sa” vérité à partir du lien unissant ou séparant les mots et les actes, l’envie d’y croire et le constat de l’impossible, la part de la vaine nostalgie et de l’irrépressible désir. Bref, pour essayer d’être (enfin) authentique. Et la magie opère : peu à peu le récit se fait pénétrant, édifiant et finalement bouleversant.

Si nous avons cité deux comédiens, c’est l’ensemble des acteurs qui est à louer, y compris Nils Ariestrup dans son second rôle d’ami et de collectionneur pervers.

Et, last but not least, tout en se laissant étourdir par le vent omniprésent qui emporte mots et illusions, on admirera l’opposition entre les couleurs factices mais esthétiques de la vivante nuit new yorkaise et les blancs et bleus froids de la plage du souvenir perdu.

POINTS FAIBLES

Un point faible qui révèle son entière qualité : ce film bouleverse d’autant plus intensément qu’on a vécu et peuplé sa vie de fantômes aimés, d’amours ratées, d’espérance de pouvoir recommencer…

EN DEUX MOTS

Fidèle à lui-même, Volker Schlöndorff réussit ici la parfaite synthèse du film tout public alliant exigence de la réalisation et confiance en le spectateur. Plutôt qu’une ligne narrative et explicative qui le prendrait par la main, il l’invite à ouvrir grand les yeux et les oreilles et à décrypter par lui-même ce que chaque mouvement et chaque mot révèle et cache. De plus, loin de se contenter de jouer sur la nostalgie de l’échec amoureux en entremêlant fiction et réalité comme c’est souvent le cas dans ce genre de film, Barbet Schröder tisse une vérité globale en conjuguant la fiction écrite par le héros, la demi fiction née des réalités qu’il y a incluses, la réalité “réelle” de ce que les personnages sont devenus et la réalité à laquelle chacun aspire. Bref, si ce film d’une profonde humanité n’est pas encore un testament, il est déjà un bilan aussi bouleversant que largement positif.

UN EXTRAIT

“Il y a les actes qu’on a faits et qui ne s’effacent plus et ceux qu’on aurait dû faire, qu’on n’a pas faits et qu’on regrette”. (Max)

LE REALISATEUR

Né le 31 mars 1939 à Wiesbaden (Allemagne), Volker Schlöndorff, incontournable rénovateur du cinéma allemand des années 60 et 70 à l’instar d’un Reiner Werner Fassbinder, ardent défenseur du cinéma d’auteur européen, s’installe, adolescent, avec ses parents à Vannes (France). Elève au lycée Henri IV de Paris, il obtient le premier prix de philosophie du concours général puis sort diplômé de l’IDHEC et devient l’assistant d’Alain Resnais, Jean-Pierre Melville et Louis Malle, excusez du peu ! 

En 1971, il épouse l’actrice et réalisatrice Margarethe von Trotta (ils divorceront en 1991) avec qui il coréaliseL’Honneur perdu de Katharina Blum en 1975, d’après le roman du prix Nobel de littérature allemand Heinrich Böll, féroce critique de l’Allemagne de l’époque. 

Homme engagé, il tourne ensuite un documentaire sur la bande à Baader, de sinistre mémoire. Mais la consécration internationale, il la doit au triomphe planétaire de Le Tambour, adapté de l’autre Nobel allemand de littérature, Günter Grass, qui relate l’histoire d’un enfant refusant, à l’âge de 3 ans, de continuer à grandir sous l’Allemagne nazie. Le film obtient la palme d’or à Cannes en 1979. 

Nous laisserons le soin au lecteur d’aller consulter la liste impressionnante et exemplaire des oeuvres de ce réalisateur sur les sites spécialisés depuis Les désarrois de l’élève Törless (1966) à ce Retour à Montauk via La mort d’un commis voyageur en 1985 (avec Dustin Hoffmann) etDiplomatie en 2014 (avec André Dussolier et Niels Ariestrup, déjà interprètes de la pièce de théâtre éponyme qu’il a adaptée).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires